mercredi, 19 février 2020 •

270 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Trois morales d’une histoire dahoméenne




(Par Roger Gbégnonvi)

​Depuis longtemps à la retraite, il n’a pas entrepris d’écrire ses mémoires, mais, par bribes accumulées, au hasard des visites et des conversations arrosées, il fait le récit de sa vie. Voici comment il entra dans le corps de métier dont il est devenu une figure respectée.
​Avec l’ensemble de mes compatriotes, j’ai été jeté à la porte de la Côte d’Ivoire en 1958. J’y étais moniteur à l’école primaire catholique de Bingerville. J’aimais mon métier. Revenu au Dahomey avec ma seule vie et les seuls habits que j’avais sur le corps, j’ai été recueilli par ma jeune sœur, nourri et logé par elle. Je n’étais pas fier. Je broyais du noir. En 1959, on annonça deux concours de recrutement de candidats à l’exercice du métier d’infirmier, l’un pour le Dahomey, l’autre pour l’AOF. A l’époque, la France voulait africaniser au maximum la fonction publique. Cela tombait bien pour moi. Je remplissais encore les conditions d’âge, et je me présentai aux deux concours, tous les deux du niveau CEPE.
​On commença par le national. J’ai trouvé les épreuves faciles comme bonjour. Je finissais le premier, remettais ma copie et m’en allais tout gaillard. Au deuxième jour, un des surveillants me demanda discrètement si j’avais rencontré un des membres du jury. Je n’en connaissais pas, et je lui répondis non, sans avoir rien compris à sa question. Mon échec me fit tout comprendre. Seuls ont été déclarés admis ceux qui étaient allés voir l’un ou l’autre membre du jury avec 100.000 f cash ou l’engagement formel de payer 10.000 f pendant dix mois à partir du premier mois de la formation. Pour rendre impossible toute réclamation ou vérification, les copies avaient été livrées au feu dès la proclamation desdits résultats. Je n’avais plus que mes yeux pour pleurer. Mais je ne pleurai pas longtemps. Le concours AOF essuya mes larmes : premier pour le Dahomey, quatrième pour l’AOF ! Pouvais-je rêver mieux ? Le jury national ne comportait que des Dahoméens, et tout se passa entre Dahoméens. Le jury AOF ne comportait que des Français. Nos copies corrigées à Dakar ont été recorrigées à Paris. Pour moi, cette histoire dahoméenne comporte trois morales.
​La première.- Je dois ma carrière à des fonctionnaires français honnêtes et justes. Ils ont lu mes copies et se sont aperçus que leur auteur était éligible à la formation d’infirmier. Enfermés dans la prison de l’argent, les fonctionnaires dahoméens, mes frères, furent sans scrupule. Je parie qu’ils n’ont pas regardé mes copies avant de me renvoyer à la pirogue et au filet de pêche de mon père, que je soutenais financièrement depuis Bingerville.
​La deuxième.- Il faut saluer et encourager la bonne volonté de ceux qui ont décidé en 2016 de faire passer le mérite et la compétence avant l’argent ou le favoritisme dans le genre « le N° de table que je t’ai remis, c’est le fils de la tante du cousin de mon épouse. J’ai promis son succès à ma femme. Aide-moi ». Livré au bakchich systématique et au népotisme kilométrique, le pays n’en pouvait plus quand les gens l’ont ramassé en 2016 et se sont engagés à le soigner. Tâche difficile. Mais nous ne devons pas faire que des choses faciles.
​La troisième.- Aucun peuple n’en a jamais sauvé un autre. Mortellement torturés « afin de protéger la santé et la détente des Aryens », les rescapés de la Shoah émigrés aux Etats-Unis n’ont pas pris la tête du combat contre la ségrégation raciale, qui ne les frappait plus. Ce n’est pas un reproche, c’est un constat et un exemple pour dire que le Bénin ne sera sauvé que par les Béninois, notamment par ses fonctionnaires honnêtes et justes.
​C’est le seul chemin de notre bonheur humain. Au milieu des Eglises à foison, au milieu des loges à forte attirance, qu’elles soient nationales ou internationales, au milieu des couvents nombreux, le chemin de notre bonheur au Bénin est celui de l’honnêteté et de la justice, chemin sur lequel devraient conduire messes, Tenues et libations.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

18 janvier 2020 par Dg24h


Vœu de nouvel élan panafricain


12 février 2020 par Dg24h
Moussa Kanté est doctorant géographe-politiste, chercheur à l’école (...)
Lire la suite

La réponse de Victor Topanou à Vincent Foly


19 janvier 2020 par Dg24h
Le Professeur Victor Topanou a tenu à répondre à Vincent Foly au Terme de (...)
Lire la suite

Main tendue aux exilés béninois


4 janvier 2020 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans un Bénin longtemps laxiste, théâtre (...)
Lire la suite

Ne pas prendre les Béninois pour des benêts


30 novembre 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Voltaire a dit : « Malheur aux détails, la (...)
Lire la suite

France : Une immigrée déclarée morte, mais toujours vivante


30 novembre 2019 par Dg24h
Elle est vivante mais hantée par un macchabée ! Sa mort est constatée à (...)
Lire la suite

Arnaud HOUEDJISSIN salue les Réformes en cours dans notre (...)


12 novembre 2019 par Dg24h
Consultant International en Gestion Moderne des Ports, Homme Politique (...)
Lire la suite

Bénin et Tunisie, Greta Thunberg et Aimé Césaire


5 octobre 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Si le système des choses ne l’emporte pas et (...)
Lire la suite

Paradoxe du prêtre béninois en France


28 septembre 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​En vérité, il s’agit de tout prêtre d’Afrique (...)
Lire la suite

« Au Bénin, la danse contemporaine demande autant d’engagement que (...)


27 août 2019 par Dg24h
L’anthropologue Anne Décoret-Ahiha souligne la difficulté de se produire (...)
Lire la suite

Deux raisons de brûler nos gris-gris


20 juillet 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Parce que les Ecureuils sortaient de nulle part (...)
Lire la suite

Zinsou-Soglo-Talon


6 juillet 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Voilà trois noms, trois présidents, réceptacles (...)
Lire la suite

Les citoyens béninois apprécient l’évacuation sanitaire de Yayi


23 juin 2019 par Dg24h
L’ex-président Boni Yayi qui serait gravement malade a quitté le Bénin (...)
Lire la suite

Râles d’agonie de la Bête béninoise


4 mai 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​La Bête c’est d’avoir livré le Renouveau (...)
Lire la suite

Au Président Soglo aimé et respecté


27 avril 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Monsieur le Président, votre fan-club n’en (...)
Lire la suite

Élection sans les forces de l’opposition ou élection inclusive par la (...)


17 avril 2019 par Dg24h
Lors de sa sortie médiatique du 11 avril 2019, le Président de la (...)
Lire la suite

Appel pour des élections législatives équitables et pacifiques au (...)


6 mars 2019 par Dg24h
http://www.facebook.com/edgard.gnansounou Depuis la Conférence (...)
Lire la suite

A Jean-Luc Mélenchon, député français


5 janvier 2019 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Vous et pas un autre membre du Parlement (...)
Lire la suite

GILETS JAUNES : ET S’ILS ÉTAIENT NOIRS ET ARABES ? (Par Aliou (...)


29 décembre 2018 par Dg24h
La France vit depuis plusieurs semaines une révolte sociale aux allures (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information