mercredi, 17 juillet 2019 •

208 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Valorisation de la jacinthe d’eau au Bénin

Une plante invasive aux multiples vertus




La jacinthe d’eau est une plante considérée comme l’une des espèces les plus invasives au monde. Au Bénin, elle dicte sa loi sur les lacs et rivières menaçant le mode de vie des riverains. Néanmoins, la jacinthe d’eau est aujourd’hui valorisée à travers ses vertus qui permettent de dépolluer, de produire du biogaz et mieux de réaliser du compost. ‘’Reporterre’’, un site français d’actualité, s’est intéressé à l’utilisation de la jacinthe d’eau au Bénin à Ganvié, Sô-Ava, Porto-Novo et Dangbo.

Dans la sous-région, la jacinthe d’eau envahit rivières et lacs et sa prolifération paralyse ainsi les activités économiques. A Ganvié, les riverains vivant de la pêche ont pour quotidien la recherche de tilapias, d’aloses ou de silures blancs. Ils naviguent sur le lac Nokoué, au nord de Cotonou, la capitale économique et ville du Bénin. Cette activité devient de plus en plus difficile à cause de l’invasion de la jacinthe d’eau, « une plante aquatique originaire d’Amérique du Sud qui s’est propagée accidentellement durant la période coloniale dans de nombreuses zones tropicales ». Elle engendre beaucoup de conséquences, gêne l’activité des pêcheurs, bloque la navigation, asphyxie les poissons et constitue aussi la source de certaines maladies. La jacinthe d’eau est nommée « tôgblé », signifiant en langue fon « le pays est gâté/ruiné ». Les habitants de Sô-Ava ont commencé à l’appeler « tognon » (« le pays est bon/s’améliore »). Ceci grâce à certains entrepreneurs qui depuis quelques années ont trouvé des méthodes adéquates pour valoriser cette plante.

La dépollution par l’usage de la jacinthe d’eau
Fohla Mouftaou, est co-créateur de l’entreprise Green Keeper Africa en 2014. Située dans la commune de Sô-Ava, cette entreprise utilise la jacinthe d’eau comme source de dépollution. Les résidus de cette plante absorbent jusqu’à 17 fois leur poids en hydrocarbure, ce qui permet de freiner « la propagation d’un liquide polluant en cas de fuite ou à la suite d’une marée noire ».
Les tiges de la jacinthe d’eau sont transformées après leur séchage au soleil. « Notre démarche est écologique où l’on s’inspire de la culture maker et du do it yourself pour tester d’autres façons de faire et créer de nouvelles techniques de production. On progresse même quand ça ne marche pas », confie Florent Liaigre, rapporté par Reporterre. Selon les explications de ce responsable technique de la zone d’exploitation et chargé de la maintenance, une machine permet de broyer les tiges pour obtenir de la poudre et une autre les conserve pour avoir des fibres.
L’entreprise procède à des activités de collecte de la jacinthe d’eau avec l’aide des riverains. Elle dispose entre 1.000 et 1.200 personnes dont 85 % sont des femmes. Ces dernières vendent des jacinthes d’eau séchées, entre décembre et mars, ce qui leur donne une autonomie financière et l’entreprise crée un stock pour la production d’une année. Green Keeper Africa est aussi dans la dynamique de recyclage de ses produits après utilisation en vue de les transformer en une source d’énergie.

La jacinthe d’eau, comme source d’énergie
Au centre du système intégré de Songhaï, l’énergie est produite à travers le recyclage de la jacinthe d’eau. Créé par Godfrey Nzamujo en 1985, à Porto-Novo, au Bénin, le laboratoire d’agriculture biologique récupère les déchets organiques issus du bétail, de la pisciculture, des récoltes et de la jacinthe d’eau pour produire du biogaz, une énergie 100 % naturelle. Disposés dans des cuves, ces déchets se chauffent et produit du gaz et sert à l’ensemble du site.
Pour la fertilisation des sols, les effluents riches en éléments nutritifs rejetés au terme du traitement sont utilisés dans les récoltes Aussi, au centre Songhaï, la jacinthe d’eau est-elle utilisée pour chasser les mauvaises odeurs autour des toilettes publiques.
« Tout part du sol, là où l’énergie est au maximum. C’est notre banque la plus précieuse. On doit l’observer et s’en inspirer : cette façon de faire qu’on nomme le biomimétisme est une source d’innovations authentiques », a expliqué Godfrey Nzamujo, au quotidien de l’écologie ‘’Reporterre’’.
Pour ce prêtre dominicain d’origine nigériane qui s’est installé au Bénin après ses études de microbiologie et des sciences du développement en Californie, « la formation est essentielle pour créer un mouvement de jeunes Africains prêts à relever les défis écologiques de ce siècle ».
Ayant étendu, le réseau Songhaï dans d’autres villes et pays de la région d’Afrique subsaharienne, il précise que « le centre Songhaï a formé près de 6.000 agriculteurs désormais installés à leur propre compte ».

L’ONG Jevev dans la formation de relais locaux
Dans la commune de Dangbo, l’ONG Jevev s’investit depuis 2010 dans une formation gratuite de relais locaux pour une économie verte et durable. Fin janvier 2019, informe le site Reporterre, l’ONG a organisé la formation « route de la jacinthe d’eau » pour une durée de deux semaines. La formation durant les trois premiers jours a été théorique et les jours suivant consacrés à la mise en pratique pour la réalisation du « compost magique ».
Les jacinthes d’eau ramassées sur les bords de la rivière Ouémé sont amenées sur un site d’expérimentation. Selon Castello Zodo, formateur spécialiste de la production végétale et semencière de l’ONG, il faut « mettre les déchets végétaux les plus durs au fond pour faciliter la décomposition et obtenir une meilleure qualité de compost ».
Les branches de margousier, des tiges de la jacinthe et des fleurs de neem (margousier) sont superposées dans une fosse d’environ un mètre. Elles sont ensuite recouvertes de branches de palmier. Un bout de bois est placé au centre du trou pour laisser respirer le compost afin de mieux observer son évolution. Le tout est rendu homogène et les étudiants obtiennent, le « compost magique ». Ce produit allège la terre et permet des économies d’engrais, de terreau et d’eau.
Pour la Béninoise Chancelle Loumedjinon, âgée de 21 ans, en formation Environnement génie santé publique, c’est une manière de « préserver la nature en arrêtant d’utiliser des engrais chimiques tout en aidant les pêcheurs face au développement de la jacinthe d’eau ». D’après Henri Totin, directeur exécutif de l’ONG Jevev les formations permettent de faire des actions concrètes en laissant un héritage positif à l’ensemble de la communauté. « La jacinthe d’eau est un or vert aux multiples vertus », conclu le jeune consultant pour la Banque mondiale.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

28 février 2019 par La Rédaction


Des cadres du Ministère des TP et autres attendus à la CRIET


16 juillet 2019 par Dg24h
Quelques mois seulement après la réception des travaux de réfection et de (...)
Lire la suite

Un nouveau musée à Abomey pour le retour des objets volés


16 juillet 2019 par Dg24h
Plus de doute pour le retour au Bénin des œuvres d’arts pillées dans les (...)
Lire la suite

Les travaux de la route Kétou-Savè lancés ce mardi


16 juillet 2019 par Dg24h
Le ministre des infrastructures et des transports, Alassane Séïdou a (...)
Lire la suite

Des praticiens échangent sur le cadre légal et institutionnel


16 juillet 2019 par La Rédaction
« Pharmacopée et médecine dite moderne au Bénin : cadre légal et (...)
Lire la suite

Les usagers de la route remercient le gouvernement


16 juillet 2019 par Dg24h
Joie et satisfaction sont les sentiments qui animent les populations (...)
Lire la suite

Une politique commune sur le retour des biens culturels


15 juillet 2019 par Dg24h
Cotonou accueillera le 17 juillet 2019, la rencontre des ministres de (...)
Lire la suite

Liste officielle des pays ayant un accord de suppression de visa avec (...)


13 juillet 2019 par Dg24h
Depuis quelques jours une liste des pays ayant un accord de (...)
Lire la suite

Les Egoun-goun autorisés à sortir uniquement les week-ends


13 juillet 2019 par Dg24h
Au terme d’une séance de travail avec les dignitaires du culte (...)
Lire la suite

Des progrès notés et salués dans plusieurs domaines


13 juillet 2019 par Dg24h
Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Economique et Monétaire (...)
Lire la suite

Un ancien militaire trouve la mort par noyade à Porto-Novo


12 juillet 2019 par La Rédaction
Un militaire à la retraite a perdu la vie chez lui, au cours de la (...)
Lire la suite

Des partis politiques recalés se concertent


12 juillet 2019 par Dg24h
Le chef de l’Etat Patrice Talon rencontre ce lundi 15 juillet 2019, (...)
Lire la suite

De nouvelles pistes pour le financement aux entreprises


12 juillet 2019 par Dg24h
La deuxième édition du « Benin Investment Forum » s’est ouverte ce jeudi (...)
Lire la suite

03 ans de prison requis contre Dayori et consorts


11 juillet 2019 par Dg24h
Le verdict vient de tomber dans l’affaire CNCB. Le juge a requis trois (...)
Lire la suite

La CENA cherche à regagner la confiance des acteurs


11 juillet 2019 par Dg24h
Après l’organisation le 28 avril dernier des législatives controversées, (...)
Lire la suite

Le Bénin en froid avec le CAMES


11 juillet 2019 par Dg24h
Le gouvernement béninois, apprend-on, entend suspendre sa contribution (...)
Lire la suite

« Plus haut et plus loin, c’est aussi possible » (P. Talon)


10 juillet 2019 par Dg24h
Le Bénin en quarts de finale de la CAN 2019 affronte ce mercredi 10 (...)
Lire la suite

Le Clergé béninois poursuit sa médiation pour la paix


10 juillet 2019 par Dg24h
La Conférence épiscopale du Bénin a reçu à son siège lundi 08 juillet 2019, (...)
Lire la suite

Le corps d’un homme emporté par les eaux


10 juillet 2019 par Dg24h
01 mort, 02 motos et un véhicule, c’est le bilan enregistré au (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information