mardi, 23 octobre 2018 •

33 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Homosexualité au Bénin

Les lesbiennes sortent de l’ombre à cœur ouvert




Rosine et Francine vivent en couple depuis bientôt deux ans. Très amoureuses et vivant en concubinage, les deux tourteaux ne se soucient plus des qu’en-dira-t-on et de la parentalité et envisagent adopter des « enfants » au moment opportun. Un couple homosexuel à Cotonou alors même qu’aucune disposition légale ne l’autorise.

Tout part des regards profonds, des mains autour des cous, têtes légèrement penchées de côtés, des lèvres qui se collent, des langues qui se mélangent, l’autre main baladeuse le long du corps descendant jusqu’aux fesses, des déclamations de textes sentimentaux et amoureux, le déshabillement en douceur, toutes nues avec des caresses interminables suivies des cris d’amour, l’accélération des mouvements, des ébats amoureux et au finish, l’atteinte de l’orgasme. Tel est le bref aperçu du scénario qu’offrent les filles ayant opté pour une vie amoureuse avec leurs sœurs décrite par Romaine, une jeune fille d’une trentaine d’années rencontrée dans une des résidences de l’Université d’Abomey-Calavi.
Tout comme Romaine, elles sont nombreuses à opter pour cette vie sentimentale, l’homosexualité. Elles, on les appelle des lesbiennes. Plus de doute aujourd’hui, le phénomène a court désormais au Bénin et surtout à Cotonou et elles ne s’en cachent plus.
Annette est une étudiante béninoise en troisième année de comptabilité et de gestion dans une université privée de Cotonou. Dans son uniforme d’école, elle revenait des cantines ce vendredi soir avec son sac en bandoulière, un calepin en main dans une démarche nonchalante. Des pas qui prouvent tout le stress dû aux différents enseignements universitaires reçus tout le long de la semaine.
Consciente de son statut d’homosexuelle, Annette ne cache pas qu’elle sort avec Edwige, aussi étudiante dans la même université mais en deuxième année de communication. « Nous nous entendons bien et nous vivons notre passions sans gêne. Nous sommes bien épanouies dans notre relation sentimentale », affirme fièrement Annette. L’expression de son visage, le sourire observé au bout de ses lèvres, le regard déterminé de la jeune fille ne laissent aucun doute sur son choix et son statut. « Je m’en moque, je le suis et je l’assume », rétorque Annette à la question de savoir l’opinion qu’ont les autres sur son choix.
Quelques minutes plus tard, on aperçoit, à une vingtaine de mètres, une jeune fille, teint clair, cheveux tressés, chemise dossiers dans la main gauche, son portable dans l’autre main, aussi en uniforme s’avançant vers Annette.
Des centaines d’étudiants qui se trouvent dans la cour de l’établissement, les regards d’Annette ne sont fixés que sur cette fille qui s’empresse à la rejoindre. A son arrivée et lançant un léger bonsoir, les deux filles se rapprochent et s’embrassent à la bouche. La courte scène confirme qu’il s’agit bien de la jeune Edwige, la petite amie d’Annette. « Presque toute l’école le sait déjà. Plus besoin de se cacher », déclarent-elles.
Des étudiantes lesbiennes dans une cabine des résidences à l’UAC
En dehors de cette université, il n’est pas rare de découvrir d’autres lieux de rencontre des amoureuses de même sexe. Il sonnait 22h10 ce samedi, à quelques encablures du stade de l’amitié Mathieu Kérékou à Kouhounou (Cotonou). Les voies sont presque désertes et les quelques rares passants ne sont concentrés que sur leur chemin. Dans cette ambiance de calme et de fraîcheur, un véhicule de marque Toyota s’immobilisa à la devanture du complexe hôtelier à peine éclairé par des lampes bleues. Deux femmes, habillées de manière sexy, entrent dans l’hôtel, les bras dessous bras dessous. Une fois à l’intérieur, elles prennent place au fond du restaurant et quelques minutes après, ellesfont leur commande pour la soirée. La façon de se comporter, les gestes d’attouchement et les caresses qui s’observent de loin ne laissent aucun doute sur la nature des relations entre ces deux tourtereaux. Il s’agit en fait de Rosine (48 ans) et de Francine (45 ans). Rosine est caissière dans une structure bancaire à Cotonou et Francine, Camerounaise de nationalité, est une ancienne religieuse expulsée du couvent pour manque de contrôle d’envies libidinales. Les deux sont ensemble, selon leurs témoignages, depuis un (01) an. Ce21 mars 2017, c’est leur premier anniversaire de fiançailles qu’elles ont préféré célébrer, comme tout bon couple, dans ce lieu afin de « se témoigner, pour une nouvelle fois, leurs amours et confirmer leurs sentiments dans la prise d’un nouvel engagement ».
Nadia, une lesbienne épanouie sexuellement
Des scènes et des témoignages du genre, on en rencontre souvent dans les villes de Cotonou et d’Abomey-Calavi. Ce qui était jadis, un sacrilège, se fait aujourd’hui à visage découvert et avec une certaine fierté.

L’environnement détermine le choix du partenaire

« Les raisons qui pourraient conduire à l’homosexualité de façon générale, sont les crises mal résolues au niveau des stades de développement de l’enfant », diagnostique le psychologue Nicanor,qui trouve que les périodes scolaires et d’adolescence sont souvent marquées par des crises œdipiennes.
« J’ai été vraiment curieuse et j’ai découvert, une fois approchée, que c’était ce qu’il me fallait pendant tout ce temps », confie Romaine, étudiante à l’Université d’Abomey-Calavi. Pour cette adolescente de 23 ans, l’envie d’une compagnie féminine est survenue après quelques jeux beaucoup plus intimes avec les camarades depuis le cours secondaire. « On était toujours ensemble, on faisait tout ensemble. On se racontait tout et on se touchait même », raconte-t-elle en désignant une de ses camarades d’antan avec qui elle s’entendait bien. Selon ses dires, des caresses ont été même plus intimes et elles en jouissaient toutes. De ce témoignage, il est évident d’établir, selon Nicanor Isaïe, psychologue clinicien que la période scolaire est souvent marquée par le phénomène de l’homosexualité infantile. Ce qui, à l’entame, n’a rien de sexuel, mais qui est caractérisée par le plaisir que les enfants de même sexe ont à traîner ensemble. Bande de garçon contre celle des filles. En somme, précise le psychologue, c’est la période de la poterie, de la camaraderie faite avec les autres enfants de sexe analogue.
Etant donné que cette période couvre l’âge scolaire, la tendance de l’homosexualité pourrait généralement commencer à s’installer chez l’individu au cours de cette période très sensible.
Comme Romaine, Nadia a débuté sa relation sexuelle avec une camarade de sa classe. Nadia, 19 ans, est élève dans un complexe scolaire privé d’Akpakpa, dans la ville de Cotonou. En classe de1ère, elle est fiancée depuis un an environ à sa camarade dont elle a souhaité garder en anonymat. « Au début, nous avions peur de passer véritablement à l’acte. On ne savait pas réellement ce qu’on devrait faire de nos sentiments, de ce que nous éprouvons l’une pour l’autre. Ce n’est qu’après des mois, lors d’une sortie à deux, qu’on a osé se caresser si amoureusement », raconte Nadia tout en révélant que sa partenaire est aussi hétérosexuelle puisqu’ayant son copain.
Romaine, une ex religieuse désormais lesbienne
« Oui, nous recevons souvent lors des consultations des filles homosexuelles mais ayant régulièrement des rapports sexuels avec les hommes », confirme Atanrès Adjibi, coach en psychologie sexuelle.
Ce double choix pour certaines lesbiennes résulte, selon le psychothérapeute Romaric Agbofoun, « de la société dans laquelle elles évoluent, étant donné que ce phénomène n’est pas encore totalement accepté dans les pays occidentaux encore moins au Bénin qui est un pays attaché à ses valeurs culturelles et traditionnelles ».
A l’unanimité des spécialistes de la question et aussi des actrices elles-mêmes, les probables causes de ce choix sont nombreuses et multiformes. Dans la plupart des cas, les femmes optent pour cette orientation sexuelle, compte tenu de leurs propres orientations dans la découverte de leur propre sexualité et des facteurs gratifiant ou inhibant qui ont malheureusement marqués leur processus de maturation physique et psychologique depuis l’âge scolaire à l’âge adulte en passant par la période de leur adolescence. « Tout est lié à l’expériences de ces femmes », conclut Nicanor Aimé Isaïe.
« Le plus souvent, les personnes que nous recevons ont été marquées par une expérience douloureuse ou décevante et de rare fois traumatisante de leur hétérosexualité », confie Antarès Adjibi, psychologue sexuelle.
Cette expérience douloureuse, décevante ou traumatisante fait remonter à l’esprit de ces femmes des souvenirs de bien-être et d’attirance sexuelle ou affective pour d’autres personnes de même sexe.
Samuel, psycho sexologue, explique que l’environnement détermine le choix sexuel. On remarque aisément que la plupart de ces femmes lesbiennes ont grandi dans des endroits qui ont favorisé, encouragé ou entretenu leur penchant pour le "lesbianisme".
C’est le cas de Francine, partenaire sexuelle de Rosine.Cette femme camerounaise raconte qu’elle avait eu les premiers signes lors de son séjour au couvent des sœurs religieuses dans son pays natal. « J’avais toujours eu de folles envies sexuelles », avoue-t-elle. Et puisque le couvent n’est composé que de femmes, elle se donne satisfaction en faisant des auto-attouchements et en se caressant avec la présence imaginaire d’une autre sœur qu’elle affectionne si tant dans la cour. Selon ses dires, elle n’arrivait même pas, à des moments donnés, de contrôler ses désirs et se laisse à des cris d’amour. Pour éviter de s’exposer et de se faire ridiculiser par les autres religieuses, elle confie qu’elle s’isolait en restant le plus loin possible. « Je n’avais jamais su qu’une sœur me guettait et me suivait de près. Un jour, j’étais en plein « ébat sexuel » moi seule quand elle apparaît devant moi. Etant donné que j’étais déjà dans « ma folie », je n’avais même pas vite remarqué sa présence. Mais elle se déshabilla et entama l’œuvre avec moi », se souvient Francine qui confie que ce fut le début d’une aventure amoureuse entre deux sœurs dans un couvent religieux.
Mais malheureusement pour ces deux femmes, leur relation n’a été que de courte durée puisque toutes deux ont été expulsées du couvent pour manque de contrôle d’envies libidinales. Frustrée et très choquée par cette nouvelle, elle quitte le Cameroun et trouve refuge au Bénin où elle a rencontré Rosine avec qui elle vit son homosexualité aujourd’hui.

Les facteurs déterminants dans ce choix sexuel

Selon une théorie développée par le psychanalyste Freud, l’enfant, avant l’âge adulte, évolue selon les stades qui partent du stade oral en stade œdipien en passant par ceuxanal et phallique. A ce dernier stade, l’enfant fait la reconnaissance des sexes et l’orientation part déjà de là. « Si l’enfant, après avoir découvert les deux sexes de ses parents, se dirige plus vers le sexe analogue ou a un penchant pour ce dernier, c’est déjà le flair de l’homosexualité qui s’installe à petit coup », ajoute le psychothérapeute Romaric Agbofoun.
De son côté, le sexologue Samuel y voit un choix caractérisé par les premiers rapports sexuels de l’individu, surtout la femme. Pour lui, les crises qui surviennent à cette période et surtout les douleurs qui en résultent sont des facteurs très déterminants pour la femme dans le choix de sa préférence sexuelle.
Aussi, évoquent-ils les crises conjugales mal résolues entre les parents. Et c’est cet aspect qui a le plus marqué Nadia qui, se basant sur les disputes incessantes de ses parents et au cours desquelles elle trouve son père extrêmement méchant et violent, a opté pour n’avoir à faire sexuellement qu’avec les femmes « pour plus de douceur, de tendresse et de plaisirs ».
Il convient également d’évoquer l’évolution des nouvelles technologies de l’information et de la communication qui sont en majorité les facteurs déterminants dans ce choix sexuel. « Il y des sites de rencontres entre les lesbiennes, des groupes whatsapp et facebook, des fora de discussions et d’échange d’expérience », témoignent de nombreuses lesbiennes.
Etant donné que le phénomène est inné en certaine, le lesbianisme ne leur apparaît plus comme une question de choix mais une imposition sexuelle ou un passage obligatoire dans la découverte de leur propre sexualité. Par contre, selon le psychologue clinicien Nicanor Isaïe, certaines femmes développement la bisexualité pour exprimer qu’elles sont à la fois hétérosexuelles et lesbiennes. Mais en réalité, ces adolescentes traversent une phase de transition. Cependant, vu que la sexualité est avant tout un comportement, selon la personnalité en devenir chez l’adolescente, cette ambivalence sexuelle peut devenir permanente ou non à l’âge adulte.« Tout part de la psychologie et il y a une prédisposition à cet état de chose », signale Romaric, le psychothérapeute.
En somme, ce choix sexuel de ces femmes influence sur leur comportement dans la société. « Il nous arrive de piquer souvent de colère parce qu’à chaque regroupement des autres, notre sujet est le principal angle de discussion et ils se moquent de nous et de notre orientation sexuelle », déplore Romaine, lesbienne et étudiante à l’Université d’Abomey-Calavi.
Le regard parfois étrange que portent les autres sur ces lesbiennes témoigne du fait que la société béninoise, toujours ancrée dans la culture et la civilisation de ses aïeux, n’est pas encore prête à les accepter.
Annette et Edwige assument certes leur homosexualité, mais l’acceptation n’est pas encore un acquis, non seulement dans leur environnement d’études, mais encore moins dans leur famille respective. Les différentes pressions que subissent ces femmes dans leurs familles contraignent certaines à se demander s’il ne vaudrait pas mieux de repenser autrement leur vie sexuelle. Mais hélas, c’est un phénomène parfois inné ou ce sont des sentiments qui sont déjà si forts qu’il leur est presque impossible d’abandonner.
« C’est aujourd’hui possible qu’en fonction des motivations qui poussent au changement et de la médiation faite avec les raisons qui avaient orientées vers le lesbianisme, des femmes pourraient éventuellement changer d’orientation sexuelle avec le temps », fait remarquer Nicanor Isaïe. « Avec souvent notre aide, le pronostic pour le changement est davantage favorable », renchérit le sexologue Samuel. Pour nombre de lesbiennes interrogées sur la question d’un possible revirement sexuel, « ce n’est pas évident à leur étape actuelle » mais elles reconnaissent qu’un changement pourrait subvenir avec le temps.

Plaidoyer pour la reconnaissance des homosexuels

« Une bonne éducation part toujours de celle donnée par les parents à leur progéniture dès leur bas âge à la maison », expliqueAbdon Ahissou, sociologue et instituteur au cours primaire. Pour cet acteur du système éducatif, l’éducation d’un enfant doit être suivie de près par les parents qui sont les premiers exemples que copient les enfants dans leur évolution dans la société.
Le psychologue Nicanor trouve dans ce choix sexuel que la responsabilité, pour la plupart des cas, incombe aux parents qui, à un moment donné, n’arrivent plus à « être attentifs à la croissance et au développement psychologique et affectif de leurs enfants ».
Antarès Adjibi, coach en psychologie sexuelle, recommande que « les parents soient des confidents, des guides et des modèles à leurs enfants en évitant les situations qui entretiennent l’homosexualité primaire après l’âge scolaire ».
Les parents doivent être constamment présents et attentifs à la maturité psychoaffective et psychosexuelle des enfants. Si malgré ce rôle bien joué dans le sens "hétérosexuel" de l’éducation, les enfants choisissent la voie de l’homosexualité, les accepter tels qu’ils sont avec leur choix de vie serait la meilleure option pour leur épanouissement.
« Si seulement les mentalités des Béninois pouvaient changer à notre égard, on sera encore plus épanouies », souhaite vivement Rosine. Puisqu’elles ont du mal à s’afficher dans la société et compte tenu du fait qu’elles soient stigmatisées en constance, ces femmes souhaitent, de tous leurs vœux, une reconnaissance légale. « Des pays ont déjà voté des lois pour la reconnaissance des homosexuels. Les habitants de ces pays sont quand même aussi des créatures de Dieu et biologiquement, nous possédons les mêmes organes et donc, les mêmes envies sexuelles. Pourquoi le Bénin ne peut-il pas leur emboîter les pas ? », s’interrogent-elles tout en promettant faire le plaidoyer auprès des parlementaires pour l’introduction d’une loi à l’Assemblée nationale.

Josaphat DAH-BOLINON

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

10 juin 2018 par Dg24h


Moussa Fakir Mahamat et Joseph Gnonlonfoun au cabinet du chef de (...)


22 octobre 2018 par Dg24h
Le Président de la Commission de l’Union Africaine, Son Excellence (...)
Lire la suite

Le poste de contrôle juxtaposé de Sèmè-Kraké mis en service par Talon et (...)


22 octobre 2018 par Dg24h
Erigé pour assurer plus de sécurité au niveau de la frontière entre le (...)
Lire la suite

Des citoyens se prononcent sur la condamnation de Sébastien (...)


22 octobre 2018 par Dg24h
Après la décision rendue par la Cour de Répression des Infractions (...)
Lire la suite

Patrice Talon au Hall des arts, Cpa et au Stade de l’amitié


20 octobre 2018 par Dg24h
Le chef de l’État Patrice Talon a effectué une visite dans la matinée de (...)
Lire la suite

Félix Akplakou rallie Athiémé à la mouvance présidentielle


20 octobre 2018 par Dg24h
C’est désormais plus clair. La mouvance présidentielle gagne du terrain (...)
Lire la suite

La rentrée diplomatique effectuée ce vendredi à Cotonou


19 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Aurélien (...)
Lire la suite

A la découverte des bénéficiaires du projet emploi des jeunes


18 octobre 2018 par Dg24h
C’est en prélude à la célébration de la Journée Internationale pour (...)
Lire la suite

20 ans de prison ferme pour Ajavon et consorts


18 octobre 2018 par Dg24h
Le verdict est tombé. Sébastien Ajavon est condamné à 20 ans de prison (...)
Lire la suite

La 38è Journée mondiale de l’alimentation célébrée à Lalo


18 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston (...)
Lire la suite

Sébastien Ajavon convoqué devant la CRIET ce jeudi


17 octobre 2018 par Dg24h
L’homme d’affaires béninois, Sébastien Ajavon est appelé à comparaître en (...)
Lire la suite

Arsène Mahougnon Dansou nommé Dg de la CAA


17 octobre 2018 par Dg24h
La Caisse Autonome d’Amortissement (CAA) a un nouveau directeur. Arsène (...)
Lire la suite

Le Compte rendu du Conseil des Ministres du 17 Octobre 2018


17 octobre 2018 par Dg24h
La réunion hebdomadaire du Conseil des Ministres a eu lieu ce mercredi (...)
Lire la suite

5 656 candidats planchent pour la Licence


16 octobre 2018 par Dg24h
La 2e édition de l’examen national de licence a débuté ce lundi 15 octobre (...)
Lire la suite

Un motocycliste meurt dans un accident à Sè


16 octobre 2018 par Dg24h
Dans la journée de ce lundi 15 octobre 2018, un motocycliste a trouvé (...)
Lire la suite

Sacca Lafia rappelle la date butoir du 1er décembre


16 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia à (...)
Lire la suite

Réajustement de l’horaire de travail à la mairie de Djougou


16 octobre 2018 par Dg24h
Le conseil communal de Djougou a procédé dès, ce lundi 15 octobre 2018, (...)
Lire la suite

01 mort et 03 blessés au cours d’un braquage à Challa Ogoï


15 octobre 2018 par Dg24h
01 mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels. C’est le bilan d’un (...)
Lire la suite

L’aéroport de Tourou ou le symbole de la gestion hasardeuse de (...)


15 octobre 2018 par Dg24h
Construit par le régime du président Boni Yayi, l’aéroport international (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information