vendredi, 21 février 2020 •

351 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Santé

La gestion durable des déchets biomédicaux, un enjeu de santé publique




Lecture rapide

-Les pays africains produisent au moins 282.447 tonnes de déchets médicaux par an
- Mais ces derniers ne sont pas traités suivant les normes de l’OMS et représentent un danger pour la santé
- Le Bénin a décidé d’innover, en lançant une machine moderne de traitement de déchets, l’OMW, une première en Afrique de l’Ouest

Par : Florian Gbaguidi

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 15% des déchets générés par les activités de soins de santé sont considérés comme des matières dangereuses pouvant être infectieuses, toxiques ou radioactives.

Chaque année, on estime que 16 milliards d’injections sont administrées dans le monde, mais toutes les aiguilles et les seringues ne sont pas éliminées correctement par la suite.

De plus, la combustion à ciel ouvert et l’incinération de déchets de soins de santé peuvent, dans certaines circonstances, entraîner l’émission de dioxines, de furannes et de particules.

“Quelles que soient les qualités ou les compétences du médecin, si ce dernier travaille dans un environnement malsain, ses prestations seront toujours sujettes à caution.” Vital Adjadji, chercheur à la direction des infrastructures, des équipements et de la maintenance au ministère de la santé publique - Bénin

En Afrique subsaharienne, de nombreux pays ne disposent, ni de législation appropriée, ni de moyens pour la gestion de ce type de déchets selon les normes.

Dans une étude datant de 2016, les auteurs écrivent qu’en dépit d’une prise de conscience croissante, « la gestion des déchets ménagers urbains dans la plupart des pays africains était en deçà des normes. »

L’étude estime en outre que l’utilisation appropriée des codes de couleur, la formation périodique et le transfert hors site doivent être abordés en termes de reporting et de pratique.

La même étude estime que l’Afrique compterait 67.740 établissements de santé et produirait environ 282.447 tonnes de déchets médicaux chaque année.

Cependant, la composition du flux de déchets considéré comme dangereux et nécessitant un traitement spécial peut être supérieure aux 10 à 25% attendus, en raison des mauvaises pratiques de traitement des déchets rapportées dans de nombreuses études.

Au Bénin, si l’État a tôt pris le taureau par les cornes, les moyens semblent toujours insuffisants pour mettre en place une politique rationnelle de gestion.

« Quelles que soient les qualités ou les compétences du médecin, si ce dernier travaille dans un environnement malsain, ses prestations seront toujours sujettes à caution ».

C’est en ces termes que Vital Adjadji, chercheur à la direction des infrastructures, des équipements et de la maintenance au ministère de la santé publique au Bénin, décrit l’importance de la promotion de l’hygiène en milieu hospitalier.

Celle-ci passe, selon lui, par une meilleure gestion des déchets biomédicaux (DBM). Il aura fallu attendre les années 2000 pour que les pouvoirs publics dans les pays d’Afrique subsaharienne prennent conscience de l’importance d’une gestion écologique, rationnelle et concertée des DBM pour commencer à mettre progressivement en place des dispositions idoines.

En dépit de certaines imperfections, le décret 2002-484 du 15 novembre 2002 au Bénin, pose les jalons de l’amélioration de la gestion des DBM dans les formations sanitaires du pays, suivant des principes-clés.

Il s’agit de la séparation obligatoire des déchets anatomiques humains, des déchets non anatomiques infectieux et déchets infectieux pointus et tranchants, de l’affectation des déchets à des récipients appropriés identifiables par leurs couleurs différentes, de la séparation des biomédicaux d’avec les autres types de déchets durant l’entreposage avec un temps de stockage inférieur ou égal à 48 heures…

« Le Bénin s’est aussi approprié cette exigence et a fait de la construction de fosses septiques et d’incinérateurs, de l’acquisition de matériels de protection des agents de santé et des usagers tels que les bottes, gants, etc., un axe stratégique dans la mise en œuvre de sa politique en la matière », selon Vital Adjadji.

Fort de tout ceci, le chercheur estime que « beaucoup de choses sont faites, aussi bien dans le public que dans le privé, en matière de promotion de l’hygiène hospitalière », pour résumer les efforts de l’État béninois.

Il est conforté par l’ingénieur des travaux en aménagement, protection de l’environnement et planificateur, Gabriel Tobada.

Ce dernier, convaincu aussi que la qualité des soins dépend de l’hygiène hospitalière, reste optimiste et estime que « l’espoir est permis, grâce aux réformes en cours au Bénin dans le domaine ».

Dans la foulée, le directeur de la structure chargée de la mise en application de la politique sanitaire nationale en matière d’hygiène et d’assainissement de base (DHAB), Akibou Osséni, se réjouit de la « renaissance de sa structure, qui a été, entre temps, réduite à un simple statut de service ».

Cadre législatif

Selon le décret du 15 novembre 2002 portant gestion rationnelle des déchets biomédicaux au Bénin, est considéré comme déchet biomédical tout déchet d’origine biologique ou non, résultant des activités médicales ou paramédicales.

Ces déchets sont produits par les établissements de soins de santé, les établissements de recherche et d’enseignement à caractère médical et vétérinaire, les établissements d’enseignement des soins de santé, les laboratoires d’essais et de recherche clinique et les établissements qui s’occupent de la production ou de l’essai de vaccins.

Sur la quantité totale de déchets générée par les activités de santé, 15 % sont considérés comme des matières dangereuses pouvant être infectieuses, toxiques ou radioactives. Ceci explique pourquoi les déchets biomédicaux représentent un risque pour la santé publique.
Dès lors, la gestion des déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) est une préoccupation majeure dans les pays subsahariens aussi bien dans le secteur public que privé.

Consacré hôpital de référence après sa certification à la norme de qualité environnementale ISO 9001-2008, le Centre hospitalier et universitaire de la Mère et de l’Enfant, à l’instar du Centre national hospitalier et universitaire Hubert Koutoucou Maga de Cotonou, l’autre formation sanitaire de référence du pays, fait de la promotion de l’hygiène hospitalière l’un de ses objectifs prioritaires, confie le laborantin Maxime Assogba, même s’il faut reconnaître que beaucoup reste à faire pour gagner définitivement le pari.

Face aux exigences du décret N° 2002-484 du 15 Novembre 2002 portant gestion rationnelle des déchets biomédicaux en République du Bénin, qui rend tout producteur de déchets responsable de l’élimination des déchets qu’il produit et en fait une condition pour l’ouverture de centres de santé privés, la responsabilité du secteur sanitaire privé devient encore plus accrue.

Conscient de ses responsabilités, ce dernier ne ménage aucun effort pour relever le défi de la gestion durable des déchets biomédicaux.
Il veut aller au-delà des méthodes expérimentées jusque-là et qui ont tôt fait de montrer leurs limites.

C’est le cas des incinérateurs et des autoclaves qui fument, faisant échapper des éléments toxiques et polluants dans l’air, avec une forte charge de contamination des populations.

Un défi permanent

Or, fait observer le juriste Serge Prince Agbodjan, la constitution béninoise du 11 décembre 1990 dispose en son article 27 que « toute personne a droit à un environnement sain, satisfaisant et durable… ».

C’est pour juguler de manière efficace ce problème que le Bénin innove dans la sous-région ouest-africaine, en décidant d’expérimenter une nouvelle technologie mise sur le marché depuis 2013, aux Etats-Unis : l’OMW - « Ozone Machine Waste ».

C’est une initiative de la Plateforme du secteur sanitaire privé Impact+ Sa (PSSP). La toute nouvelle machine acquise auprès de la Company of Waste Management & Environment (CWME), basée en France, partenaire de l’américain Clean Waste System, vient d’être installée à une dizaine de kilomètres au sud-est de Cotonou.

Des essais sont actuellement en cours et bientôt, il sera mis en service. C’est le nouveau « joyau » technologique pour suppléer l’incinérateur, le four à micro-ondes et l’autoclave, dans le cadre de la gestion des déchets biomédicaux.

La machine a été la grande attraction du symposium international du secteur sanitaire privé qui s’est déroulé en juillet à Cotonou.
Le processus du traitement se décline en trois phases. D’abord, les molécules d’oxygène sont chargées par voie électrique et peuvent être fractionnées.

Les atomes fractionnés se lient aux molécules d’oxygène restantes pour ainsi former de l’ozone ; ensuite, la molécule d’ozone, instable, est relâchée pour attaquer et détruire des pathogènes ; enfin, après avoir détruit les parois de cellules des pathogènes, les atomes libres se recombinent pour reformer de l’oxygène.

Toutefois, la question de la gestion des déchets médicaux reste un défi permanent et l’OMW n’est sans doute pas une panacée.
Une fois en marche, la machine ne manque en effet pas d’émettre des bruits forts.

En somme, elle ne semble être qu’un nouveau pas vers le bout du tunnel dans la gestion du casse-tête que représentent les déchets biomédicaux dans l’espace de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Pour parodier un participant, « la bataille est loin d’être gagnée, et la veille doit donc être permanente. »

https://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/sante/article-de-fond/dechets-bio-benin-22082019.html

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

22 août 2019 par Dg24h


« Restons sereins pour traverser la période électorale dans la paix... » (...)


21 février 2020 par Dg24h
Le maire de Parakou Charles Toko lors de la sortie médiatique de son (...)
Lire la suite

Djègbadji et Houakpè-Daho connectées à la SONEB


21 février 2020 par Dg24h
Le ministre de l’eau et des mines, Samou Seidou Adambi a procédé (...)
Lire la suite

Les non enrôlés du Ravip pris en compte dès 26 février


20 février 2020 par Dg24h
A travers un communiqué en date de ce jeudi 20 février 2020, (...)
Lire la suite

« Notre parti est menacé (...) » (Boni Yayi)


20 février 2020 par Dg24h
Le Président d’honneur des FCBE Thomas Boni Yayi a, via sa page (...)
Lire la suite

79 artisans et 21 élèves identifiés auteurs de grossesse en milieu (...)


20 février 2020 par Dg24h
Une enquête de la Direction départementale des enseignements secondaire, (...)
Lire la suite

« Plm Alédjo peut être le symbole de notre développement touristique » (...)


20 février 2020 par Dg24h
Dans le cadre de la célébration du 30ème anniversaire de la Conférence (...)
Lire la suite

Rudy Gestede crée Jaarama Foundation en appui aux orphelins


19 février 2020 par Dg24h
Jaarama Foundation, c’est le nom de la fondation que l’attaquant (...)
Lire la suite

Les droits d’enregistrement sur les mutations d’immeubles (...)


19 février 2020 par Dg24h
EnConseil des ministres ce mercredi 19 février 2020, le gouvernement a (...)
Lire la suite

Les clarifications de Paul Hounkpè


19 février 2020 par Dg24h
Dans un entretien accordé à Frissons radio, le secrétaire exécutif du (...)
Lire la suite

Des nominations au ministère de la justice


19 février 2020 par Dg24h
Trois nominations ont été prononcées ce mercredi 19 février 2020 lors de a (...)
Lire la suite

Les grandes décisions du Conseil des ministres


19 février 2020 par Dg24h
Les membres du gouvernement se sont réunis ce mercredi 19 février 2020 (...)
Lire la suite

Une plateforme en ligne dédiée pour la création des entreprises


19 février 2020 par Dg24h
Plus besoin pour les opérateurs économiques de se déplacer au siège de (...)
Lire la suite

Avec ou sans BEPC, les apprenants peuvent désormais passer en (...)


18 février 2020 par Dg24h
Avec ou sans le Brevet d’études du premier cycle (BEPC), les apprenants (...)
Lire la suite

Plus de matières facultatives pour les élèves de 4è et 3è


18 février 2020 par Dg24h
Plus de 4ème et 3ème littéraires ou scientifiques dans les collèges (...)
Lire la suite

Les passagers en provenance de Chine interdits d’atterrissage


18 février 2020 par Dg24h
Le gouvernement béninois multiplie les mesures de prévention contre le (...)
Lire la suite

Plusieurs localités de l’Atacora raccordées au réseau électrique


18 février 2020 par Dg24h
Le secrétaire général du ministère de l’énergie, Jean-Claude GBODOGBE au (...)
Lire la suite

Les candidats invités à retirer leur quitus fiscal


17 février 2020 par Dg24h
Par un communiqué radio diffusé en date de ce lundi 17 février 2020, le (...)
Lire la suite

Le budget des municipales évalué à plus de 06 milliards FCFA


17 février 2020 par Dg24h
Dans le cadre des élections communales et municipales du 17 mai (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information