lundi, 16 mai 2022 •

390 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Rapport de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables

L’économie de l’hydrogène laisse entrevoir une nouvelle dynamique énergétique mondiale




La croissance rapide de l’économie mondiale de l’hydrogène pourrait apporter des changements géoéconomiques et géopolitiques importants en générant une vague d’interdépendances inédites, selon une nouvelle analyse de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA).

D’après le rapport intitulé « Geopolitics of the Energy Transformation : The Hydrogen Factor », l’hydrogène serait en train de modifier la géographie du commerce de l’énergie et de régionaliser les relations énergétiques, comme en témoigne l’émergence de nouveaux centres d’influence géopolitique construits autour de la production et de l’utilisation de l’hydrogène, alors que le commerce traditionnel du pétrole et du gaz est en déclin.

Sous l’effet de l’urgence climatique et des engagements des pays à réduire leurs émissions nettes à zéro, l’IRENA estime que l’hydrogène couvrira jusqu’à 12 % de la consommation mondiale d’énergie d’ici 2050. La croissance du commerce et des investissements ciblés sur un marché dominé par les combustibles fossiles et actuellement évalué à 174 milliards d’USD va probablement stimuler la compétitivité économique et modifier le panorama de la politique étrangère avec la conclusion d’accords bilatéraux très éloignés du type de relations qui caractérisaient le marché des hydrocarbures au XXe siècle.

« L’hydrogène pourrait s’avérer être le chaînon manquant vers un avenir énergétique sans danger pour le climat », signale Francesco La Camera, directeur général de l’IRENA. « L’hydrogène profite clairement de la révolution des énergies renouvelables, l’hydrogène vert s’imposant comme le joker qui permettra d’atteindre la neutralité climatique sans compromettre la croissance industrielle et le développement social. Mais l’hydrogène n’est pas le nouveau pétrole. Et la transition ne consiste pas à changer de carburant mais à changer de système, d’où des perturbations politiques, techniques, environnementales et économiques. »

« C’est l’hydrogène vert qui amènera toutes sortes de nouveaux participants sur le marché, diversifiera les itinéraires et les sources d’approvisionnements et entraînera une déconcentration du pouvoir vers une multitude d’acteurs. Avec la coopération internationale, le marché de l’hydrogène pourrait être plus démocratique et plus inclusif, et offrir de nouvelles perspectives aussi bien aux pays développés qu’aux pays en développement. »

L’IRENA estime que plus de 30 % de l’hydrogène pourrait être dédié au commerce transfrontalier d’ici 2050, un pourcentage plus élevé que pour le gaz naturel aujourd’hui. Des pays qui ne sont pas des acteurs traditionnels du négoce d’énergie établissent des relations bilatérales autour de l’hydrogène. Alors que de plus en plus d’intervenants et de nouvelles classes d’importateurs et d’exportateurs nets émergent sur la scène mondiale, il est peu probable qu’on assiste à une militarisation et à une cartellisation du commerce de l’hydrogène, contrairement à ce qu’on observe avec l’influence géopolitique du pétrole et du gaz.

Le commerce transfrontalier d’hydrogène est appelé à se développer considérablement. En effet, plus de 30 pays et régions prévoient déjà aujourd’hui une forte activité commerciale. Certains pays qui se projettent en tant que futurs importateurs, comme le Japon et l’Allemagne, misent déjà sur la diplomatie dans le domaine de l’hydrogène. Les exportateurs de combustibles fossiles considèrent de plus en plus l’hydrogène propre comme un moyen intéressant de diversifier leur économie. C’est le cas, par exemple, de l’Australie, d’Oman, de l’Arabie saoudite ou des Émirats arabes unis. Néanmoins, des stratégies de transition économique plus larges s’imposent car l’hydrogène ne compensera pas les pertes de revenus du pétrole et du gaz.

Lien du rapport : https://irena.org/publications/2022/Jan/Geopolitics-of-the-Energy-Transformation-Hydrogen

Le potentiel technique de production d’hydrogène dépasse largement la demande mondiale estimée. Les pays les plus capables de produire de l’électricité renouvelable bon marché seront les mieux placés pour produire de l’hydrogène vert compétitif. Alors que certains pays comme le Chili, le Maroc ou la Namibie sont aujourd’hui des importateurs nets d’énergie, ils sont en passe de devenir des exportateurs d’hydrogène vert. Tirer parti du potentiel de régions comme l’Afrique, les Amériques, le Moyen-Orient et l’Océanie pourrait limiter le risque de concentration des exportations, mais de nombreux pays auront besoin de transferts de technologie, d’infrastructures et d’investissements à grande échelle.

La géopolitique de l’hydrogène propre se déroulera probablement en différentes étapes. D’après le rapport, on assistera dans les années 2020 à une grande course au leadership technologique. Mais la demande ne devrait décoller qu’au milieu des années 2030. À ce moment-là, l’hydrogène vert concurrencera les coûts de l’hydrogène fossile à l’échelle mondiale, un phénomène annoncé encore plus tôt dans des pays comme la Chine, le Brésil et l’Inde. L’hydrogène vert était déjà abordable en Europe lors de la flambée des prix du gaz naturel en 2021. La remise à neuf des gazoducs devrait encore stimuler la demande et faciliter le commerce de l’hydrogène.

Les pays dotés d’un vaste potentiel d’énergie renouvelable pourraient devenir des sites d’industrialisation verte et utiliser leur potentiel pour attirer des industries très énergivores. De plus, prendre part à la chaîne de valeur de l’hydrogène peut stimuler la compétitivité économique. La fabrication d’équipements comme les électrolyseurs et les piles à combustible, en particulier, pourrait stimuler l’activité. La Chine, le Japon et l’Europe ont déjà acquis une longueur d’avance dans la production, mais l’innovation transformera encore le paysage manufacturier actuel.

L’hydrogène vert peut renforcer l’indépendance, la sécurité et la résilience énergétiques en réduisant la dépendance aux importations et la volatilité des prix et en renforçant la flexibilité du système énergétique. Cependant, les matières premières nécessaires à l’hydrogène et aux technologies renouvelables posent la question de la sécurité matérielle. Les pénuries et les fluctuations de prix pourraient se répercuter sur les chaînes d’approvisionnement en hydrogène et avoir une incidence négative sur les coûts et les revenus.

Façonner les règles, les normes et la gouvernance de l’hydrogène pourrait conduire à une concurrence géopolitique ou ouvrir une nouvelle ère de coopération internationale renforcée. En particulier, aider les pays en développement à déployer des technologies de l’hydrogène vert et à développer les industries de l’hydrogène permettrait d’éviter d’accentuer encore les écarts en matière de décarbonisation au niveau mondial et favoriserait l’équité et l’inclusion en créant des chaînes de valeur locales, des industries vertes et des emplois dans les pays riches en énergies renouvelables.

À propos de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA)

L’IRENA, principale agence intergouvernementale pour la transformation énergétique mondiale, accompagne les pays dans leur transition vers un futur propulsé par les énergies renouvelables, et constitue à la fois la plate-forme principale pour la coopération internationale, mais aussi un centre d’excellence, et un référentiel en matière de politiques, de technologies, de ressources et de connaissances financières au sujet des énergies renouvelables. Comptant 167 membres (166 États ainsi que l’Union Européenne) et 17 pays supplémentaires engagés dans le processus d’adhésion, l’IRENA promeut la large adoption et l’utilisation durable de toutes les formes d’énergies renouvelables dans un objectif de développement durable, d’accès à l’énergie, de sécurité énergétique, de prospérité et de croissance économique à faible émission de carbone.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

17 janvier 2022 par Akpédjé Ayosso




Le Roi Mohammed VI rend hommage aux FAR


14 mai 2022 par Ignace B. Fanou
A l’occasion du 66ème anniversaire de la création des Forces Armées (...)
Lire la suite

SM. Mohammed VI compatit à la douleur du peuple émirati


14 mai 2022 par Ignace B. Fanou
Le Roi du Maroc présente au nom de son Royaume ses sincères condoléances (...)
Lire la suite

La Coalition mondiale déterminée à en finir avec Daech


13 mai 2022 par Ignace B. Fanou
Une Réunion ministérielle de la Coalition mondiale contre Daech, s’est (...)
Lire la suite

SM. Mohammed VI lance la construction d’un hôpital futuriste


6 mai 2022 par Ignace B. Fanou
Le Royaume du Maroc veut s’offrir un hôpital de référence et de grand (...)
Lire la suite

L’effondrement d’un immeuble résidentiel à Lagos fait huit morts


2 mai 2022 par Judicaël ZOHOUN
Huit personnes sont mortes dans l’effondrement d’un immeuble résidentiel (...)
Lire la suite

The Coca-Cola Company s’engage envers les consommateurs africains


28 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
L’équipe de direction de l’unité opérationnelle africaine de la Compagnie (...)
Lire la suite

‘’L’opération militaire spéciale de la Russie va se terminer très (...)


15 avril 2022 par Ignace B. Fanou
Le parti « Russie Unie » a organisé, ce vendredi 15 avril 2022, par (...)
Lire la suite

Le Nigeria ouvre des stocks stratégiques de céréales pour prévenir la (...)


13 avril 2022 par Judicaël ZOHOUN
Le président nigérian Muhammadu Buhari a ordonné l’allocation de 40.000 (...)
Lire la suite

Les ministres africains de l’agriculture se concertent à Malabo


12 avril 2022 par Akpédjé Ayosso
Sur l’île de Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, les ministres de (...)
Lire la suite

Une conférence de presse de l’Eglise Shincheonji réunit 1 500 (...)


5 avril 2022 par Akpédjé Ayosso
L’Église Shincheonji de Jésus, le Temple du Tabernacle du Témoignage a (...)
Lire la suite

Highland Titles remporte le record du plus grand hôtel à insectes du (...)


4 avril 2022 par Akpédjé Ayosso
Lundi 28 mars 2022, la société de conservation Highland Titles a (...)
Lire la suite

Brahim Ghali fait économie de vérité


3 avril 2022 par Akpédjé Ayosso
Le Chef du Front Polisario a accordé une interview au journal El Mundo (...)
Lire la suite

Les travaux de rénovations entrepris par Nectar Group


31 mars 2022 par La Rédaction
Le port de Freetown illustre parfaitement le regain de dynamisme du (...)
Lire la suite

Le Japon et l’Afrique renforcent leur partenariat pour accélérer le (...)


30 mars 2022 par Akpédjé Ayosso
À l’issue d’une réunion ministérielle virtuelle tenue les 26 et 27 mars (...)
Lire la suite

Catholic Relief Services et ses partenaires prônent une gestion (...)


29 mars 2022 par Akpédjé Ayosso
L’ONG Catholic Relief Services (CRS) a pris part à la 9e édition du Forum (...)
Lire la suite

Les Pays-Bas et la BEI intensifient leur soutien à des projets (...)


25 mars 2022 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Lors du Forum mondial de l’eau, il a été convenu d’un nouvel appui de 25 (...)
Lire la suite

Ecobank Côte d’Ivoire franchit pour la 1ère fois le seuil de 35 milliards (...)


25 mars 2022 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Suite au Conseil d’administration tenu, le 2 mars 2022, sous la (...)
Lire la suite

L’Africa Investment Forum, catalyseur de financement pour l’autoroute (...)


23 mars 2022 par Akpédjé Ayosso
L’autoroute Abidjan-Lagos, longue de 1081 kilomètres, est l’un des (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires