mardi, 29 septembre 2020 •

486 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Acquisition des terres à Abomey-Calavi

Acquéreurs de parcelle, la peur au ventre




Dans le cadre des opérations de lotissement dans la commune d’Abomey-Calavi, la mafia locale capte la rente foncière, au détriment des réserves administratives et sociales, faisant des acquéreurs de parcelles, les vrais dindons de la farce.

Par Maryse ASSOGBADJO

Les acquéreurs de parcelles à Abomey-Calavi n’ont pas le cœur tranquille. Ils vivent dans la hantise permanente des litiges domaniaux. Le spectre d’une remise en cause de leur titre de propriété est permanent. En cause, les histoires récurrentes de vente multiple de la même parcelle à plusieurs acquéreurs. La machine de l’escroquerie est des plus huilées. « Les héritiers de certaines collectivités sont prêts à revendre les mêmes terres que leurs parents avaient vendu, il y a 20 ans voire 40 ans. Ils montent des conventions de vente de toute pièce sur lesquelles, ils apposent leur signature pour revendre les mêmes parcelles vendues par leurs parents à d’autres acquéreurs », explique Patrice Hounsou-Guêde, ancien maire d’Abomey-Calavi. Dans l’arrondissement d’Abomey-Calavi qui a donné son nom à la commune, les messages d’avertissement ou de menace sur certains murs sont assez évocateurs. ‘’Danger de mort’’, ‘’terrains litigieux’’, ‘’à ne pas vendre’’, des contre-indications qui renseignent sur les risques potentiels de trouble à l’ordre public. Ici, le tout ne suffit pas d’acquérir sa parcelle. Il faut avoir les coudées franches pour en bénéficier ad vitam aeternam. Autrefois garant du droit absolu de propriété, le titre foncier fait aujourd’hui l’objet de contestations. A Akassato, un carré au titre foncier N°2657, volume XIV folio 47 du 05 avril 2002 a été revendu à un autre qui bénéficie d’un 2è titre foncier au N°9541, volume XIV folio 56 du 18 octobre 2010. Dans ce jeu d’arnaque, même les infrastructures d’intérêt public ne sont plus épargnées. Le marché principal de Cocotomey vient de subir également le sort de la vente multiple. Don de la collectivité Coco au lendemain des indépendances, il serait vendu pour la 3è fois par le sieur Médard Coco qui en a fait son bien propre. Une première assise de conciliation relative au dossier de ce marché a déjà eu lieu. D’autres suivront.

4 000 parcelles en 2002
Le renchérissement des coûts des parcelles donne de l’appétit aux arnaqueurs qui font feu de tout bois. « Les coûts des parcelles ont connu une évolution très rapide, passant de 20 000FCFA en 1970 à 2 000 000 FCFA en 2000 pour des parcelles de 900m2. Pour des parcelles de 1200m2, les prix sont passés de 60 000 FCFA en 1970 à 3 500 000 FCFA en 2000 pour des dimensions de plus en plus réduite (625, 500, 400 m2). Et le nombre de parcelles vendues dans la commune de Calavi est passé de 500 en 1992 à près de 4000 en 2002 », soutient Justine Tchokpon dans son mémoire de Dea sur la gestion des ressources naturelles, aménagement du territoire et politique environnementale. Et pourtant, le nouveau Code foncier prévoit que toute vente immobilière doit obligatoirement se faire par voie de notaire. Ainsi, le manque de connaissance et d’accompagnement par un professionnel de l’immobilier peut entraîner l’insécurité foncière. Toutefois, « les acquéreurs ne réalisent toujours pas qu’il faut faire un minimum de vérifications préalables avant d’acheter un bien immobilier et ne savent pas quelles pièces réclamées au vendeur, présumé propriétaire. Une fois le prix entièrement payé au vendeur, il leur sera difficile d’obtenir des pièces complémentaires et nécessaires pour effectuer la mutation du bien acquis en leur nom », relève Me Aline Dossou-Yovo, notaire à Parakou.
En son article 512, le Code foncier et domanial stipule : « Quiconque vend une parcelle lui appartenant à plusieurs personnes court une peine d’amende de cinq millions (5 000 000 ) de franc cfa à dix millions (10 000 000) de franc Cfa et d’une peine d’emprisonnement de cinq à dix ans ou de l’une ou l’autre des deux peines seulement, sans préjudice des dommages et intérêts ». Il en faudra peut-être plus pour décourager la pratique, les auteurs sont tapis dans l’ombre.

(Enquête réalisée dans carde du projet : « Pour des Médias plus professionnels au Bénin) de la Maison des Médias des Médias financé par OSIWA)

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

30 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN




Après la rentrée, vous avez le droit de vous pouponner avec les (...)


29 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Hello mesdames Maintenant que la rentrée des classes est faite, vous (...)
Lire la suite

Le retrait des attestations du Bac démarre lundi


29 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Le Directeur de l’Office du Baccalauréat informe les nouveaux bacheliers (...)
Lire la suite

Deux escrocs arrêtés à Cotonou


29 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Deux Béninois comparaîtront le 09 novembre 2020 devant la Cour de (...)
Lire la suite

Un contrebandier meurt à Akpakpa


27 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Les agents de la douane ont intercepté, vendredi 25 septembre 2020, à (...)
Lire la suite

Avis de recrutement


25 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans le cadre d’une mission d’étude prochaine, un cabinet international (...)
Lire la suite

La Fondation Etisalat Benin sensibilise les femmes des marchés de (...)


24 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
La fondation Etisalat Bénin a fait œuvre utile. Elle a sensibilisé les (...)
Lire la suite

AsTRIM, une assurance pour lutter contre les risques en (...)


23 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Que vous soyez Propriétaire ou Locataire, Vous protéger par une (...)
Lire la suite

Liste des manuels autorisés dans les établissements publics et (...)


22 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Par arrêté en date du 18 septembre 2020, le ministre des enseignements (...)
Lire la suite

Parez vous avec les créations de Luxury Area


22 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Coucou chères clientes ! " La femme est la fleur de la terre ." (...)
Lire la suite

Moov Bénin fait don de 300 kits scolaires aux meilleurs écoliers de (...)


21 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le réseau Gsm Moov Bénin à travers son initiative « Le Bus de la rentrée (...)
Lire la suite

La fondation Etisalat Bénin lance son initiative "Bus de la rentrée (...)


18 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
La secrétaire exécutive de la fondation Etisalat Bénin, Doloresse (...)
Lire la suite

La fondation Etisalat Bénin offre de kits scolaires à des sourds muets à (...)


18 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les responsables de la fondation Etisalat Bénin, ont sous la houlette (...)
Lire la suite

Révélez la beauté de votre être profond avec les boutiques Luxury (...)


15 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Hello ! Le vêtement, comme les accessoires, le maquillage (ou son (...)
Lire la suite

L’Ong-Gameia reçoit les fėlicitations du ministre de l’Enseignement (...)


14 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
La deuxième ėdition des cėrėmonies d’actions de grâce et de distinctions (...)
Lire la suite

La police aux trousses d’un militaire à Pahou


14 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
La police Républicaine organise la battue à Pahou, un arrondissement de (...)
Lire la suite

La gent féminine face à la loi de l’omerta


11 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Malgré l’existence d’un cadre législatif réprimant les violences (...)
Lire la suite

Boni Gado Bassam, 1er ex æquo au Burkina-Faso


10 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
17,04/20. C’est la moyenne obtenue par un candidat d’origine béninoise à (...)
Lire la suite

Un braqueur tué à Togbin


10 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Les éléments du commissariat de Godomey ont mis en déroute deux (02) (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires