mardi, 25 février 2020 •

407 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Assemblée Nationale

Les députés dotent l’Opposition d’un statut




La loi n°2019-45 portant statut de l’Opposition au Bénin a été adopté jeudi 21 novembre 2019 par l’Assemblée nationale.
Composée de 22 articles répartis en quatre titres, cette loi facilitera dans sa mise en oeuvre, la lisibilité des partis politiques permettant ainsi de distinguer tel parti politique est de la mouvance présidentielle et tel autre est de l’Opposition.
Cette loi abroge ainsi la loi n°2001-36 du 14 octobre 2002 portant statut de l’Opposition. Une loi votée sur papier qui n’a jamais reçu l’adhésion des politiques pour sa mise en oeuvre effective.
La nouvelle loi dispose que l’Opposition est constituée de l’ensemble des partis politiques représentés ou non à l’Assemblée nationale qui soutiennent pour l’essentiel des positions différentes de celles du gouvernement et envisagent de construire une alternative politique dans le cadre démocratique.
Selon la loi, c’est par une déclaration officielle que se fait l’appartenance à l’opposition. Elle précise que ladite déclaration doit être enregistrée au ministère chargé de l’Intérieur. Comme moyens d’actions, il y a la critique du programme, des décisions et actions du gouvernement, la proposition d’une alternative aux solutions préconisées par l’Exécutif pour la satisfaction des besoins du peuple, le développement de l’Etat, l’élaboration d’un projet de société en vue d’œuvrer pour une alternative au pouvoir par les voies légales.
Être un des chefs de l’opposition, selon la loi, c’est avoir un parti politique de l’Opposition dont le nombre de députés au Parlement constitue de façon autonome un groupe parlementaire. Tout chef d’un groupe de partis de l’Opposition constitué en groupes parlementaires peut prétendre être chef de l’opposition ou même tout chef de parti politique de l’Opposition représenté ou non à l’Assemblée nationale mais ayant totalisé au moins 10 % des suffrages exprimés à l’issue des dernières élections législatives ou communales est également considéré comme l’un des chefs de l’Opposition.
L’article 8 du texte précise que le chef de file de l’Opposition est le chef de parti de l’Opposition ayant obtenu le plus grand nombre de députés à l’Assemblée nationale à l’occasion des dernières élections législatives. En cas d’égalité du nombre de députés, le chef de file de l’Opposition est désigné par le parti politique déclaré dans l’Opposition ayant le plus grand nombre d’élus communaux lors des dernières élections communales.
La loi prévoit aussi qu’en cas d’égalité du nombre d’élus communaux pour ce qui concerne l’Opposition parlementaire, le chef de file de l’Opposition est le chef du parti de l’Opposition ayant réuni le plus grand nombre de suffrages aux dernières élections législatives.
En cas d’absence et de représentation d’Opposition politique parlementaire, le chef de file de l’Opposition est le chef du parti de l’Opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors des dernières élections communales.
Le chef de file de l’opposition est nommé par décret pris en Conseil des ministres sur proposition du Conseil électoral.
La loi prévoit que les partis politiques de l’Opposition bénéficient d’un accès équitable aux moyens officiels d’information et de communication. Ils jouissent de toutes les libertés publiques garanties par la Constitution. L’article 11 dispose que l’Opposition est consultée par le président de la République sur les questions importantes engageant la vie de la Nation notamment les menaces à la paix, les menaces d’atteintes à l’intégrité extérieure de l’Etat et l’engagement des forces de défense à l’étranger. L’Opposition peut en outre être consultée par le président de la République sur toute autre question d’intérêt national et international.
Le chef de file de l’Opposition peut être sollicité par le chef de l’Etat pour des missions entrant dans le cadre de la défense des intérêts supérieurs de la Nation.
Toute entrave ou toute tentative d’entrave à l’exercice des droits et des activités politiques de l’Opposition par une autorité administrative est interdite et punie d’une peine de un à deux ans d’emprisonnement et d’une amende de cinq cent mille (500 000) à cinq millions (5 000 000) de francs CFA ou de l’une des deux peines. Mieux, tout acte de discrimination ou d’exclusion à l’égard d’un citoyen dans ses activités culturelles, sociales, économiques, professionnelles et administratives en raison de son appartenance à un parti de l’Opposition constitue un délit puni d’une peine d’emprisonnement de un (01) mois à deux (02) ans et d’une amende de cinq cent mille (500 000) à cinq millions (5 000 000) de francs CFA ou de l’une de ces deux peines seulement.
Aussi prévoit-elle que les partis politiques de l’Opposition puissent bénéficier des avantages protocolaires et matériels fixés par décret pris en Conseil des ministres.
En cas de non-respect des droits de l’Opposition prévus par la loi, le texte autorise le parti politique concerné à saisir la juridiction compétente qui examine la requête en procédure d’urgence.
Selon la loi qui prend en compte les insuffisances de l’ancien statut, tout parti politique est libre de quitter l’Opposition. Seulement dans ce cas, la loi fait obligation à ce dernier de faire une déclaration officielle de changement de position. Cette déclaration est enregistrée au ministère en charge de l’Intérieur. Ce changement de statut entraîne pour le parti politique la perte de tous les droits acquis, prévoit la loi.
Dans une même lancée, les députés ont tous salué l’avènement de ladite loi sur le statut de l’Opposition. Celle-ci selon eux, est une nette avancée en matière de démocratie au Bénin.
La pertinence du texte a été aussi soulignée par le gouvernement notamment le ministre chargé de la Justice.
Séverin Quenum et le ministre chargé de la Communication et de la Poste, Alain Orounla étaient présents au parlement. Ils ont salué les députés qui ont oeuvré pour y arriver.
G.A.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

22 novembre 2019 par La Rédaction


Me Robert Dossou apprécie les acquis et les avancées


24 février 2020 par Dg24h
L’ancien bâtonnier, Me Robert Dossou, un des acteurs clés de la (...)
Lire la suite

Le parti UP reçoit de l’adhésion des Femmes battantes


23 février 2020 par Dg24h
Le parti Union Progressiste (UP) a enregistré ce samedi 23 février 2020, (...)
Lire la suite

L’adhésion de Séfou Fagbohoun au Bloc Républicain actée


22 février 2020 par Dg24h
Séfou Fagbohoun est désormais membre du parti Bloc Républicain (BR). La (...)
Lire la suite

« Le système partisan n’a pas remis en cause le multipartisme intégral » (...)


20 février 2020 par Dg24h
Au cours d’une causerie débat sur la télévision nationale à l’occasion de (...)
Lire la suite

‹‹ Il n’y a pas eu un seul parti politique d’envergure nationale (...)


20 février 2020 par Dg24h
A l’occasion de la commémoration du 30ème anniversaire de la Conférence (...)
Lire la suite

‹‹ Les libertés ne sont pas compromises›› (Patrice Talon)


20 février 2020 par Dg24h
Le Bénin a célèbré ce mercredi 19 février 2020, le 30ème anniversaire de la (...)
Lire la suite

Suspicion et méfiance au sein du parti FCBE


15 février 2020 par Dg24h
Dans un communiqué rendu public ce samedi 15 février 2020, les membres (...)
Lire la suite

Armand Gansè quitte l’UP pour le BR


13 février 2020 par La Rédaction
Le parti Bloc Républicain (BR) a un nouvel adhérent dans la 23ème (...)
Lire la suite

Restaurer l’Espoir se retire des élections communales et municipales.


11 février 2020 par Dg24h
Le parti Restaurer l’Espoir ne prendra pas part aux élections (...)
Lire la suite

Le PRD célèbre la mémoire de El Hadj M. Gbadamassi


9 février 2020 par Dg24h
Les militantes et militants du Parti du renouveau démocratique (PRD) se (...)
Lire la suite

Les FCBE envisagent un congrès pour redéfinir l’organisation du (...)


7 février 2020 par Dg24h
Au cours d’une séance d’échanges tenu ce vendredi 07 février 2020 au (...)
Lire la suite

Restaurer l’Espoir obtient son récépissé définitif


7 février 2020 par Dg24h
Après les démarches entreprises auprès du Ministère de l’Intérieur et de (...)
Lire la suite

Une revendeuse interpellée à Ouidah


30 janvier 2020 par Dg24h
Les éléments de la police républicaine de Ouidah ont interpellé lundi 27 (...)
Lire la suite

Les FCBE s’activent pour les élections municipales et communales


30 janvier 2020 par Dg24h
A travers un communiqué en date du lundi 27 janvier dernier, le (...)
Lire la suite

Mono-Dev et les femmes de Bopa adhèrent à l’UDBN


30 janvier 2020 par Dg24h
Le parti Union Démocratique pour un Bénin Nouveau (UDBN) n’a plus de (...)
Lire la suite

Les femmes engagées pour le Bloc Républicain


26 janvier 2020 par Dg24h
Les femmes des marchés Arzèkè, Dépo, Guèma et Banikani, ainsi que celles (...)
Lire la suite

L’UPAV-2021 invite Talon à un second mandat


26 janvier 2020 par Dg24h
A quelques mois de la présidentielle de 2021, des doutes persistent (...)
Lire la suite

Les militants USL de Lalo adhèrent au Bloc Républicain


22 janvier 2020 par La Rédaction
Encore une forte adhésion au parti Bloc Républicain (BR). Les militants (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information