dimanche, 12 juillet 2020 •

1105 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Education au Bénin

Voici ce que révèle le diagnostic des parents d’élèves




Deux mois après la rentrée scolaire 2019-2020, le bureau exécutif national de l’Union Nationale des Associations des Parents d’Elèves (UNAPEEB) s’est réuni le 20 novembre 2019 pour analyser la situation qui prévaut dans les écoles. Dans une déclaration publique signée du président Paul K. Koudoukpo, le bureau exécutif national de l’UNAPEEB affirme que l’école au Bénin est menacée.

Selon les responsables de l’UNAPEEB, la fermeture de 103 centres universitaires privés à une semaine de la rentrée a posé de problèmes aux parents pour l’inscription des nouveaux bacheliers. « Suite aux diverses réactions suscitées par cette mesure, c’est seulement la semaine dernière que quarante-cinq des cent-trois centres universitaires, qui étaient encore fonctionnels ont été autorisés à rouvrir (avec retard et ses conséquences) leurs portes et poursuivre leurs activités académiques », renseigne le bureau exécutif national de l’UNAPEEB.
Au niveau des universités publiques, « c’est un système LMD spécial qui s’applique : au lieu de 25 étudiants par enseignant, c’est à des ratios supérieurs à cette norme qu’on assiste ». « Par exemple, en 1ère année espagnole, il y a plus de 1 500 étudiants. Pour s’inscrire, il faut payer 2 000 FCFA pour étude de dossier et 15 000 FCFA pour validation de l’inscription, une fois le dossier retenu », précise la déclaration.
Pour le bureau, « les universités publiques sont privatisées : dans les écoles universitaires l’inscription sur titre coûte 400 000 FCFA par an au moins ; l’inscription aux masters 1 coûte 400 000 FCFA à la FADESP et 600 000 FCFA en Lettres modernes ; pour avoir l’attestation de licence et des relevés des notes des deux semestres, en Lettres modernes, il faut débourser 39 000 FCFA ». Aussi, il y a t-il les faux frais non budgétisés.
A tout cela s’ajoutent « le manque d’amphithéâtres et de bibliothèques, le non équipement des amphis, le non fonctionnement des restaurants universitaires, la fermeture des résidences universitaires, la vétusté des bus et l’insuffisance de leur nombre, la non existence d’une infirmerie digne du nom sur les campus et la non prise en charge des personnes en situation du handicap ».

Effectif pléthorique et manque d’enseignants
Avant la rentrée, le diagnostic a été mal posé par le gouvernement, dans la recherche du mal qui ruine l’Ecole au Bénin, qui a conclu « que les mauvais résultats aux examens de fin d’année scolaire sont imputables à la qualité des enseignants », regrettent les responsables de l’Union.
Le bureau exécutif déplore les conditions dans lesquelles l’évaluation des enseignants reversés de 2008 des deux premiers ordres d’enseignement s’est tenue le 24 août 2019.
« Le 07 septembre 2019, au lieu de la session des malades comme annoncée, c’est une session de rattrapage qui a été organisée avec des pressions et contraintes de toutes sortes sur les enseignants. A la fin de tout cela, les ministres Salimane Karimou et Kakpo Mahougnon ont dénombré 257 maîtres et maîtresses puis 246 enseignantes et enseignants du secondaire (soit 503 enseignants) qui ont boycotté jusqu’au bout ladite évaluation », souligne la déclaration.
Le bureau informe que la rentrée scolaire n’a pas été effective en septembre comme programmée. « Deux, trois et quatre semaines après la rentrée, les rapports que nous avons reçus des sections s’accordent tous pour dire que la rentée scolaires n’était pas encore effective sur le terrain et qu’elle ne l’était que dans les médias », note l’UNAPEEB tout en ajoutant que « le 25 septembre 2019, les 503 enseignants boycotteurs de l’évaluation sont suspendus avec suspension de leurs salaires ».
Une visite de terrain effectuée le jeudi 10 octobre 2019, a permis de constater un effectif pléthorique dans les salles de classe : « CP/A + CP/B au CP/A avec un effectif de 80 + 67= 147 élèves pour un maître au complexe scolaire de Vakon ».
Ce n’est que le vendredi 18 octobre 2019, soit plus d’un mois après la rentrée des classes qu’il a été annoncé sur le plateau de la télévision nationale (ORTB) que « la liste des aspirants à déployer dans les écoles primaires est prête et sera bientôt validée par le conseil des ministres ».
Le mercredi, 30 octobre 2019, le conseil des ministres a enfin décidé de recruter onze mille (11 000) aspirants.
« Depuis le vendredi 08 novembre et surtout le lundi 11, des aspirants du lot des 11 000 annoncés ont commencé à prendre fonction. Depuis lors, on trouve par ci, par-là, des écoles à 03 enseignants sur 06 qui ont maintenant 05, voire 06 maîtres sur 06. C’est donc à présent que la rentrée scolaire tend vers son effectivité. Alors, nous avons sept (07) mois de cours sur les neuf (09) convenus pour l’année scolaire », constate le bureau exécutif national.
D’après UNAPEEB, « les problèmes qui se posent dans les lycées et collèges sont, le manque de salles de classe, le manque de mobiliers et surtout de professeurs malgré le déploiement des aspirants, le manque des professeurs de français, de philosophie, de mathématiques, de PCT et d’EPS dans beaucoup de collèges et lycées ».

Les écoles toujours dans l’eau
Le bureau a également soulevé les dégâts causés par les inondations dans certaines écoles. « Avec la décrue du Mono, les Ecoles Primaires Publiques (EPP) : Hèvè, Houndjohoundji, Tokpa Monoto, Vodomè, Konho, Adjaha, Hanmlangni ont rouvert leurs portes la semaine dernière. Les EPP Avlo village, Kouèta, Dohi sont toujours dans l’eau. Dans la commune d’Athiémé, les EPP Houèglé, Avégodo, Togblo, Adamè, Akonana, etc. ont été inondées. A Cotonou, l’EPP Ladji a connu ce sort. En pays Ouémè, les EPP Gogbo, Dannou, Agonguè, Hlankpa, Landohou, Hêtin etc. sont inondées. Dans la commune Des Aguégués, toutes les EPP sont inondées, mêmes celles qui sont sur terre ferme comme Agbodjèdo, Avagbodji, Bembè et Gbodjè. Dans le Mono, les collèges suivants sont inondés : CEG Aguidahoué, CEG Athiémé (la voie bloquée), CEG Dédékpoè (la voie bloquée) CEG 5 Lokossa, CEG Ouèdèmè Adja, CEG Sèvotinnou. Au CEG 2 Agatogbo, à l’entrée du village de Dohi, les apprenants et enseignants ainsi que les administratifs pataugent dans l’eau », déplore l’Union Nationale.
Le bureau a aussi noté « les conditions de vie très désastreuses des parents de ces élèves et écoliers, conditions de vie aggravées par les inondations et leurs conséquences puis la fermeture des frontières terrestres avec le Nigéria » et se demande quels résultats aux examens de fin d’année le peuple béninois doit-il et peut-il s’attendre ?

A.A.A

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

22 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN




AVIS DE RECRUTEMENT


8 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
GENERAL BUSINESS COSMETIC est une société béninoise spécialisée dans (...)
Lire la suite

AVIS DE RECRUTEMENT


6 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Une industrie de la place recherche dans le cadre de son exploitation (...)
Lire la suite

La délégation de gestion signée entre African parks et le (...)


5 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
La délégation de gestion, de financement et de développement du complexe (...)
Lire la suite

Un citoyen rend hommage à Bruno AMOUSSOU


2 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Bruno AMOUSSOU , Le Messager de la Paix, Joyeux Anniversaire. C’est le (...)
Lire la suite

Une nouvelle Directrice Générale à la tête de MTN Bénin


2 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Groupe MTN a annoncé la nomination de nouveaux Directeurs Généraux à (...)
Lire la suite

Poursuite de l’opération de destruction des paillotes, bars à Fidjrossè (...)


1er juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
L’opération de libération des espaces publics entamée depuis la semaine (...)
Lire la suite

Luxury Area, c’est aussi une gamme diversifiée d’accessoires de (...)


30 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Chères Clientes, Luxury Area , la grande marque de prêt à porter (...)
Lire la suite

En images, les inondations à Cotonou en 1916


29 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Triste constat à Cotonou en cette saison pluvieuse. Des quartiers de la (...)
Lire la suite

Le plus grand concours sur la biodiversité lancée depuis le 15 juin (...)


29 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Lancé au Bénin depuis le 15 juin 2020 Wiki Loves Earth, littéralement « (...)
Lire la suite

Un vieillard égorgé par un jeune homme


25 juin 2020 par Ignace B. Fanou
Un jeune homme âgé de 20 ans environ a ôté la vie à un ancien conducteur (...)
Lire la suite

L’achat d’une voiture a-t-il une incidence sur les impôts ?


25 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Lorsque vous achetez une voiture pour un usage commercial, vous avez (...)
Lire la suite

Luxury Area , Une ambition d’élégance !


24 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
La femme noire est naturellement belle. Mais encore faudrait-il qu’elle (...)
Lire la suite

Mythe autour du culte des jumeaux en milieu Baatonu


23 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Porte-bonheur ou porte-malheur, les jumeaux font l’objet de tout un (...)
Lire la suite

Des vagues d’orages et de chaleur s’annoncent au Bénin


23 juin 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Les jours et les semaines à venir seront marqués dans la zone (...)
Lire la suite

Le calendrier des examens, tests et concours


23 juin 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
A travers un communiqué publié sur son site officiel, le gouvernement du (...)
Lire la suite

Instruments de musique traditionnelle et rites sacrés en péril


22 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans le Borgou, la musique traditionnelle tient également son (...)
Lire la suite

Un policier assassiné à Djougou


20 juin 2020 par Ignace B. Fanou
Le corps sans vie d’un agent de la Police Républicaine a été retrouvé ce (...)
Lire la suite

Benoît Kouassi sera enterré le 04 juillet


20 juin 2020 par Ignace B. Fanou
Le promoteur de l’hôtel Millenium Popo Beach sera enterré le samedi 04 (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires