mercredi, 28 juillet 2021 •

231 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Une immigrée africaine devenue lesbienne malgré elle (Par Aliou TALL)




Elle vient d’un pays musulman où l’homosexualité est vue comme une vicieuse ignominie. Elle a prétendu qu’elle est lesbienne, et qu’en cas de retour dans son pays, la réaction de la population, imbue d’une conception orthodoxe des interdits de l’Islam, aura été inéluctablement outrageuse et attentatoire à sa dignité et son intégrité physique. Y manifester ostensiblement son orientation sexuelle aura heurté les mœurs, les coutumes et les sensibilités religieuses. Le statut de réfugiée lui a été reconnu. Mais elle s’est retrouvée piégée dans un mirage, et a été amenée à flirter avec une femme. Elle est devenue lesbienne pendant des mois,…malgré elle.

Prétendant qu’elle est lesbienne et qu’elle risque d’être persécutée dans son pays, elle a demandé le droit d’asile.

Dans le récit de sa demande d’asile, elle a prétendu que dès l’adolescence elle est attirée, non par les garçons, mais par les filles. Elle a déclaré avoir eu sa première expérience homosexuelle par un baiser échangé subrepticement avec une fille, dans les toilettes de son collège. L’intolérance de ses proches, et la violence des réactions verbales et physiques de la société contre les homosexuels, généraient en elle une peur inouïe de manifester des sentiments qu’elle ne pouvait pas contrôler.

En effet, dans son pays, la grande majorité de la population, très attachée aux coutumes islamisées, considère l’homosexualité comme une déviance, un péché diabolique, contraire aux lois de l’Islam. La population manifeste ouvertement une haine viscérale à l’égard des homosexuels, traités comme des êtres sataniques, des souillures contre l’Islam. Elle a affirmé que lorsque ses parents ont découvert son penchant intime pour les femmes, ils ont déclaré qu’elle est bannie de la famille et de la communauté musulmane, et qu’ils attenteront à sa sécurité et sa vie si elle revenait au pays

Mais sa demande d’asile a été rejetée, au motif qu’elle ne répond pas aux conditions de la Convention de Genève du 28 juillet 1951 relative au statut des réfugiés, ni à celles du code français des étrangers (CESEDA). Elle a alors sollicité mon aide pour former un recours devant la Cour Nationale du Droit d’Asile (CNDA).

Avec des informations juridiques que je lui ai données, elle a fait un recours et a obtenu le droit d’asile.

Dans les éléments que je lui ai donnés pour former son recours, j‘ai démontré, sans revenir sur son récit, que dans son pays l’homophobie n’y est pas une déviance. Qu’au contraire, c’est l’homosexualité qui y est considérée comme une déviance. J’ai démontré que les convictions, prohibitions, principes religieux et traditionnels y justifient un fort degré d’homophobie, une culpabilisation permanente des homosexuels, qui les exposent à des persécutions, sans qu’ils puissent y bénéficier d’une protection efficace des autorités publiques. Qu’au contraire, les lois de son pays se rangent plutôt du côté de la population et des mœurs islamisées, en ce qu’elles incriminent à leur tour l’homosexualité, par des dispositions pénales sur les actes contre-nature.

L’homosexualité y étant doublement incriminée, à la fois par des réponses sociétales que des réponses pénales, j’ai alors invoqué une directive européenne et décision de principe par laquelle de la Cour Européenne de Justice a, en 2013, retenu le principe selon lequel les homosexuels originaires de pays étrangers constituent un groupe social persécuté, dès lors qu’il existe dans leur pays d’origine une répression effective de leur orientation sexuelle. Ces arguments ont convaincu la Cour nationale du droit d’asile, qui a annulé la décision de l’OFPRA et lui a accordé un titre de résident de 10 ans.

Mais piégée par son mirage, elle a été amenée à consommer son homosexualité imaginaire.

Quelques temps après, j’ai croisé cette dame. Elle était en état de grossesse avancée. Interloqué, je l’ai félicitée tout en lui remarquant avec un brin d’humour : je croyais que vous étiez lesbienne, madame ! Sur un ton taquin, elle répondit : Oui, mais il y a la PMA (Procréation médicalement assistée), il y a aussi la bisexualité. A moitié convaincu, j’ai rétorqué : Quoi que !? C’est alors qu’elle décida de m’avouer qu’elle n’a jamais été lesbienne, que c’était juste pour éviter une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) qu’elle a demandé l’asile. N’ayant pas pu obtenir la régularisation de sa situation administrative par d’autres voies. Mais qu’elle regrette, parce que les circonstances l’ont amenée à se comporter comme une lesbienne, pendant des mois, à son corps défendant. Elle avoua que pour attester le caractère probant des différentes relations intimes qu’elle a prétendues avoir eues dans sa préadolescence, et la crédibilité de ses déclarations sur la manière dont elle vit son homosexualité en France, elle s’est approchée d’une association qui apporte un soutien matériel et psychologique aux personnes persécutées ou discriminées en raison de leur orientation sexuelle.

Mais sans le vouloir, ni le prévoir, elle a été entraînée dans un engrenage. Une lesbienne membre de cette association s’était beaucoup investie dans sa recherche de logement et de formations pour faciliter son insertion professionnelle. Elle se sentait redevable envers elle et, de ce fait, acceptait ses invitations à participer à des soirées et des manifestations LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels, et Transgenres). Elle lui faisait ensuite des compliments sur sa beauté, son joli teint et sa belle silhouette, et a fini par la draguer. Elle s’est sentie obligée d’accepter ses avances, et a décidé de jouer le jeu, pour obtenir des preuves de son homosexualité imaginaire et appuyer sa demande d’asile. Se disant que toute façon elle a un copain, et qu’elle aura juste à simuler un flirt avec cette femme, au plus tard jusqu’à la fin de sa procédure. Mais l’autre, se croyant aimée dans une vraie relation homosexuelle, lui a servi un baiser langoureux lors d’une soirée privée. Elle a concédé que ce baiser furtif a été réitéré à deux reprises, avant qu’elle n’ait décidé de s’éloigner de son amoureuse, parce que moralement persécutée par un sentiment de culpabilité. Malgré le remords, malgré le fait que son coming-out n’ait été qu’une supercherie, elle était devenue, de fait et malgré elle, une lesbienne.

Elle s’est menti pendant des mois, et a bluffé tout le monde sur son orientation sexuelle, noyée dans un mirage à l’instar de Tartarin de Tarascon. Je lui ai demandé quelle a été la réaction des membres de l’association quand ils ont appris sa grossesse. Elle répliqua qu’elle a anticipé le choc en leur affirmant qu’elle est devenue bisexuelle. Mais que c’est plutôt à l’égard de sa famille musulmane, et surtout de son père, notable respecté par sa pieuté, qu’elle a des regrets. Bien que, en grande partie, c’est pour leur venir en aide qu’elle ait inventé ce psychodrame qui lui a permis d’obtenir un titre de séjour et un emploi.

Son parcours migratoire soulève une intrigue difficile à dénouer, qui continue de titiller mes neurones, malgré mes 20 ans d’expertise des questions migratoires : La quête d’un titre de séjour et les difficultés existentielles peuvent-elles justifier les périlleux micmacs auxquels se livrent certains africains ?

Aliou TALL,
Président du RADUCC
Email : raducc@hotmail.fr

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

24 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN




POUR UN AUTRE REGARD SUR L’AFRIQUE ! RESPECT, PRAGMATISME, CONFIANCE (...)


5 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
Nos partenaires, nos amis, nos sœurs et frères d’Afrique en ont assez… (...)
Lire la suite

Nouveau Départ et syndrome de Judas


29 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​« Mais Jésus dit à Judas : ‘’Ami, fais ta besogne’’ » (Math. 26/50). On (...)
Lire la suite

Le Bénin ne vit pas sous une dictature


28 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
Un texte bien inspirant avait récemment circulé, sur les réseaux sociaux (...)
Lire la suite

Dieu incarné en débat à Parakou


20 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Récemment, sur Golfe TV Africa, relayé par les réseaux sociaux, (...)
Lire la suite

Mes prédictions IdO pour 2021 : une technologie plus intelligente (...)


17 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez les tendances de l’IdO que nous verrons le plus en 2021. Parmi (...)
Lire la suite

Étudiants étrangers, victimes collatérales COVID-19 : Suggestions de (...)


12 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Dans les deux sens du terme les étudiants étrangers sont des victimes (...)
Lire la suite

Dieu et le Covid-19


30 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Lorsque nous ne sommes pas en soin intensif pour avoir été testé positif (...)
Lire la suite

Le défi mondial de la régulation du Web


28 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les questions de la liberté d’expression sur Internet et de la (...)
Lire la suite

La révolution des Hobbits - Pourquoi ils vont conquérir le (...)


24 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Philippe de Roux est un entrepreneur social. Après des études de (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


3 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas dit la vérité Le titre (...)
Lire la suite

LE PARRAINAGE OU LA DERNIÈRE MARCHE DES RÉFORMES POLITIQUES


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Depuis quelques semaines, le débat politique au Bénin est polarisé (...)
Lire la suite

Réhumanisation de l’homme en 2021


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Masqués, nous sortons de 2020. Masqués, nous (...)
Lire la suite

Obama et Trump et l’empathie en politique


5 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Certains politologues rendent le Covid-19 (...)
Lire la suite

Félix Iroko historien sans désemparer


28 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) A quelques heures d’intervalle, avec un an de (...)
Lire la suite

L’ élection américaine de 2020


22 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
L’élection présidentielle du 3 novembre 2020 était sans doute l’élection (...)
Lire la suite

Ambitions de la nouvelle Charte des partis politiques du (...)


31 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Depuis quelque temps, il n’est clameur et fureur (...)
Lire la suite

Evolution de l’Etat au Bénin


24 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans son interview à Jeune Afrique (N° 3093, (...)
Lire la suite

Chemins et textes pour la victoire


17 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires