vendredi, 25 septembre 2020 •

360 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Harcèlement sexuel dans la presse au Bénin

Priscille Kpogbémè fait des déclarations pour soutenir Angela Kpéidja




Après la déclaration le 1er mai dernier de la journaliste de l’Ortb, Angela Kpéidja sur sa page Facebook, dénonçant le harcèlement sexuel dont est victime les femmes journalistes au Bénin, c’est autour d’une autre journaliste qui, actuellement au chômage pour n’avoir pas accepté les avances d’un directeur de télévision de faire une vidéo pour soutenir sa consœur de l’Ortb.

Selon la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, elle se prénommerait Priscille Imelda Kpogbémè. Elle avoue à visage découvert que sa consœur de l’Ortb n’a pas menti. « Plusieurs de mes contacts son rentrés dans mon inbox et mon demandé si ce que Angela a dit est vrai » a-t-elle introduit avant de donner une réponse directe.
« Oui c’est vrai, elle n’a pas du tout menti, elle a dit la vérité », a -t-elle soutenu avant d’entamer un long développement de plus d’une dizaine de minutes de ce dont elle a été victime.
« Ce qui se passe dans la presse béninoise en ce qui concerne le harcèlement, c’est un problème très très grave. C’est hyper grave au point où vous ne pouvez pas imaginer ce que nous les femmes journalistes, nous subissons au quotidien », a-t-elle fait savoir avant de raconter son histoire de harcèlement. Son harcèlement aurait commencé dans une chaîne de télévision privée où elle était en stage académique.
« Je me suis retrouvé face à ce phénomène là, en démarrant par un stage académique en 1 ère année d’université. J’ai commencé mon stage dans une télévision où ça a commencé tout suite ça n’a pas raté. c’est déjà pas des tu es très belle, tu me plais, tu es jolie et moi je prenais ça comme juste des compliments... bon ce que les hommes disent à nous les femmes... et pas plus. Mais c’est allé au-delà... », a-t-elle dit avant de rebondir dans sa narration.
« ... C’est allé au-delà où, quand ton patron te fait la cour tu refuses c’est des menaces, systématiquement ce sont des représailles. On t’empêche d’aller sur le terrain. on te confie ce qu’on appelle dans notre jargon des chiens écrasés. On t’empêche de t’épanouir au boulot. Vous vous imaginez, c’est du directeur de la télévision au simple collègue de la rédaction. Et ils ne veulent pas savoir si vous voulez où pas », a-t-elle indiqué avec un air impressionné.
Elle a essayé de montré par des qualificatif à quoi selon elle, les hommes journalistes comparent leurs consœurs. « ...Quand vous êtes femme journaliste et vous rentrez dans une rédaction, vous êtes comme un objet sexuel, vous êtes comme un jouet pour eux et tout le monde veut goûter. », a-t-elle constaté et déclaré
Elle avoue que Angela n’est pas là 8 première femme journaliste harcelée au Bénin et elle ne sera pas non plus la dernière, avant d’affirmer avec un air plein de conviction avoir été harcelée.
« Moi j’ai été harcelée proprement et âprement. J’étais obligée d’abandonner, de rester à la maison... » souligne t-elle avant de préciser « Si aujourd’hui dimanche 3 mai je vous parle, je suis à la maison je ne travaille dans aucune chaîne de télévision... »,précise-t-elle.

Elle donne ensuite un exemple de l’une de ses mésaventures d’harcèlement dont elle a été victime. « Je vous donne cet exemple d’un directeur de télévision bien connu ici au Bénin et respecté qui m’a fait la cour et j’ai refusé. Il m’a tellement harcelé que... il envoyait même mes collègues garçons venir me dire le directeur te fait la cour tu refuses... il faut porter perle pour aller le voir... ».
Du retour d’un reportage poursuit-elle « J’étais au ban de montage de mon reportage, quand il m’appelle dans son bureau j’y vais,et derrière son ordinateur je ne savais même pas ce qui m’attendais. Il m’appelle, il dit Priscille vient je vais et qu’est-ce que je remarque, le monsieur à déjà baissé son pantalon, il étais entrain de se masturbation. », elle s’excuse pour le thème avant de poursuivre
« Viens me faire la pipe. J’ai dit quoi ? Pardon j’ai pas compris. Il dit oui, qu’est-ce que tu n’as pas compris ? Qu’est-ce que tu n’as jamais fait ? J’ai dit désolé directeur je suis entrain de monter un élément. Il me dit tu montes quoi ? J’ai dit je monte un élément pour 13 heures.Il dit ah bon ! vient d’abord me satisfaire, et j’ai dit je suis désolé... ».
Pour n’avoir pas satisfait au désir sexuel de son directeur elle avoue avoir été gardé à la rédaction pendant trois mois où elle n’a pas été sur le terrain.
Une révélation bien édifiante qui actuellement anime bien les réseaux sociaux et suscite des commentaires dans la presse béninoise et internationale

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

3 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto




La Fondation Etisalat Benin sensibilise les femmes des marchés de (...)


24 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
La fondation Etisalat Bénin a fait œuvre utile. Elle a sensibilisé les (...)
Lire la suite

Le compte rendu des décisions du Conseil des ministres du 25 sept (...)


23 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Conseil des Ministres s’est réuni mercredi, le 23 septembre 2020, (...)
Lire la suite

AVIS A MANIFESTATION D’INTERÊT


23 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
N° Avis : AMI_001/09/2020/DG/CSAL Dans le cadre de l’amélioration de (...)
Lire la suite

Parez vous avec les créations de Luxury Area


22 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Coucou chères clientes ! " La femme est la fleur de la terre ." (...)
Lire la suite

La Fondation ETISALAT BENIN offre des kits scolaires à l’Ong DAPI Bénin (...)


21 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
: Dans le cadre de lancement du Bus de la rentrée scolaire (...)
Lire la suite

L’OMS équipe le personnel soignant de l’Ouémé/Plateau


21 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
La Journée mondiale de la sécurité des patients a été célébrée ce 17 (...)
Lire la suite

La fondation Etisalat Bénin offre de kits scolaires à des sourds muets à (...)


18 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les responsables de la fondation Etisalat Bénin, ont sous la houlette (...)
Lire la suite

Un détenu rattrapé dans la rue Clinique Les Grâces


15 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Une évasion spectaculaire s’est produite ce mardi après midi à la prison (...)
Lire la suite

La fondation Reine-Mère aux côtés des démunis à Abomey


15 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Enfin une assistance sociale digne de ce nom pour les populations (...)
Lire la suite

La police aux trousses d’un militaire à Pahou


14 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
La police Républicaine organise la battue à Pahou, un arrondissement de (...)
Lire la suite

La Sonacop lance un appel à concurrence pour ses stations et (...)


14 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Annoncé pour ce lundi 14 septembre 2020, l’appel à concurrence pour les (...)
Lire la suite

Des hectares de céréales emportés par les eaux à Djougou


11 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Une dizaine d’hectares de champs de céréales de maïs, de sorgho, et autres (...)
Lire la suite

Un braqueur tué à Togbin


10 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Les éléments du commissariat de Godomey ont mis en déroute deux (02) (...)
Lire la suite

Le cadavre d’un homme repêché d’un puits


10 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Les sapeurs-pompiers ont repêché, mardi, un corps en putréfaction d’un (...)
Lire la suite

L’Institut CERCO fermé au Burkina Faso


10 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
L’Institut CERCO ne fait plus partie des établissements d’enseignement (...)
Lire la suite

Un braqueur tué à Parakou


7 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Ce 7 septembre, une dame s’est fait arracher sa moto aux environs de (...)
Lire la suite

Un pasteur suspendu pour avoir suscité la candidature de (...)


7 septembre 2020 par Ignace B. Fanou
Le révérend pasteur Emile Adote est suspendu de ses fonctions pour une (...)
Lire la suite

Le corps sans vie d’un homme retrouvé à Porto-Novo


7 septembre 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le corps sans vie d’un homme a été découvert ce weekend devant l’école de (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires