mardi, 18 décembre 2018 •

197 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mémoire du chaudron 91




Je repense à cette sensation indescriptible que l’on éprouve lorsque l’on rentre dans Cotonou après avoir parcouru, en si peu de jours, tout ce que le Bénin profond a de divers et variés. On se rend compte alors, en voyant cette circulation de plus en plus dense, à l’entrée de Calavi, en voyant ensuite Cotonou dans son train-train habituel, dans cette indifférence involontaire qu’il semble afficher vis-à-vis de vous, comme si vous aviez toujours été là, on se rend compte de cette étrange magie que peuvent offrir les différents tableaux de vie au sein de ce même pays. Nous avions roulé sans arrêt depuis Glazoué. Notre meeting n’avait pris fin qu’autour de cinq heures ou six heures du matin. Je me demande encore aujourd’hui, comment mon allié, Macaire Johnson a pu faire preuve d’une pareille endurance sans être chauffeur de profession. Car, j’avais, au bout de ma résistance physique, dormi tout le long du trajet, jusqu’à Cadjèhoun. De sorte que je n’entendis parler que plus tard, de cet accident qu’eut une des voitures de notre cortège dans la zone de Glazoué et qui fut fatal à un usager de la route.

J’aurais pourtant bien aimé être en éveil et contempler le décor sublime du paysage dans les encablures de Gobè, de Mondji Gangan. J’avais eu une expérience formidable de ces milieux géographiques, lorsque pendant l’une de mes vacances scolaires que je passai dans ma famille maternelle entre Kpingni et Vèdji. Je fis le parcours de Dassa jusqu’au petit village de Atchakpa où travaillait un de mes oncles maternels pour la Société Sucrière de Savè. Je fis ce trajet, assis sur le siège arrière d’un vélo que pédalait avec opiniâtreté mon cousin Elie à qui j’en avais pourtant à revendre au plan physique.

Je repense encore à ces véhicules que nous croisions à vive allure et qui projetaient dans nos visages de fines particules d’eau, mais qui, sous l’effet de la vitesse, nous picotaient comme s’il se fut agi de minuscules bouts d’aiguilles. Mais, ma récompense à l’arrière de ce vélo était le grandiose tableau que m’offrait ce lent défilement de collines, avec parfois des rochers si curieusement disposés que je me demandais comment tout cela tenait en équilibre depuis si longtemps. Élie qui était déjà très habitué à faire ainsi l’itinéraire à vélo, se transformait alors en guide, répondant aux innombrables questions dont je l’assommais. Il le faisait sans doute avec beaucoup de bonheur, parlant et pédalant à la fois. Je ne sais plus combien de temps dura ce voyage. Mais, nous arrivâmes à destination au crépuscule. Les fesses rendues momentanément insensibles par le siège arrière du vélo, je fus heureux de pouvoir enfin me dégourdir les jambes.

Atchakpa était un petit village essentiellement habité par les ouvriers de la Société Sucrière de Savè dont les plantations de canne à sucre s’étendaient à perte de vue. J’y passai un mois, dans une ambiance paysanne et champêtre. Mon oncle, comme d’ailleurs la plupart des ouvriers de la société, entretenait un champ sur les abords du périmètre planté. Mon cousin Élie et moi nous y rendions tôt le matin, à vélo, en longeant la ligne de chemin de fer. Nous passions alors toute la journée dans ce champ de manioc où poussaient également arachides et haricots. À vrai dire, je n’y faisais pas grand chose. Non pas que je n’en eusse pas le désir, mais mon oncle ne me le permettait pas. Il était si attentionné que, parfois, cela finissait par me mettre mal à l’aise. Mais, je ne m’ennuyais pas pour autant. Je profitais de ses longues absences, quand il était occupé par ses activités à la société, pour prendre la houe et essayer la concurrence avec Élie, sur le désherbage des pieds de manioc. Inutile de dire que la compétition tournait toujours en ma défaveur.

Et le plus redoutable pour moi, c’était lorsque nous tombions sur l’une de ces nombreuses vipères qui se recroquevillaient sous les amas de feuilles sèches. La proximité des plantations de la société sucrière expliquait sans doute la prolifération dans les champs alentours de ces reptiles attirés par les petits rongeurs. J’avais la phobie des reptiles. Mais, j’en voyais tellement tous les jours dans le champ que je finis par guérir de ma phobie. Mon oncle me laissa des bottes que je chaussais. Eux n’en avaient visiblement pas besoin, car ils savaient apercevoir là où moi je ne voyais rien. Les moments que j’affectionnais dans cette vie champêtre, c’était lorsque, tôt le matin, nous faisions le tour de pièges que nous avions tendus la veille au soir.

La moisson était généralement bonne et j’aimais cette senteur de poils brûlés qui envahissait l’air lorsque nous nous mettions à griller sous un feu improvisé, lièvres et gros rats. Les journées à Atchakpa étaient rythmées par les nombreux passages de train. Je me souviens de la vibration qui parcourait toute notre petite chambre, lorsque le train de marchandises passait au milieu de la nuit. À ma grande surprise, j’étais le seul que ce passage fort indiscret de l’autorail tirait du sommeil. Certainement sous l’effet de l’accoutumance, les autres dormaient les poings fermés.

Je repense à cet épisode de ma vie quand il m’arrive de disserter, seul, sur des notions abstraites telles que le bonheur et l’épanouissement. Car, je crois bien avoir été très heureux dans cette ambiance de simplicité et même de dénuement. Les repas étaient sommaires, mais d’une saveur que je n’expérimente plus aujourd’hui. Il n’y avait ni poste téléviseur, ni Internet. J’étais allé à Atchakpa sans le moindre livre dans mes bagages. Je fis pourtant, là, une expérience presque mystique de l’épanouissement.

Les années sont passées et j’ai donc franchi ce pont qui enjambe le fleuve Ouémé. Au milieu de la nuit, j’ai parcouru d’un trait toute cette zone, sans plus ressentir la poésie de mes années d’insouciance. J’étais embarqué dans la course au pouvoir. Et je perdais progressivement certains de mes sens. Je perdais sans le savoir et sans le vouloir, mon aptitude au bonheur.

Ce dimanche matin à Cadjèhoun, dixième jour de campagne électorale, je prenais progressivement conscience de ce qui m’arrivait. L’homme avec qui j’avais passé tant de mois à discuter, analyser, deviser, cet homme avec qui j’avais partagé tant de confidences, deviendrait, dans quelques jours, Président de la République. Quel était le sens profond de mon implication dans cette aventure que je n’avais ni planifiée ni calculée ? Et que nous réserve d’ailleurs tout ce tourbillon ? De quoi sera fait demain, après ce sacre qui était désormais imparable ? Notre vie est comme un bateau ivre à bord duquel nous avons la satisfaction de tenir un gouvernail qui, en réalité, n’influe que très peu sur la direction et l’itinéraire.

Dimanche, dixième jour de campagne. Dans la rue, devant le domicile de Yayi à Cadjèhoun, notre cortège, à peine rentré du nord, se repositionne déjà pour l’étape du jour : le Mono et le Couffo.

Agglutinés sur la petite véranda, nous parlons bruyamment de tout et de rien. Yayi était monté à l’étage. Cela faisait bien 24 heures qu’il n’avait pas fermé l’œil. Sa voix s’éteignait peu à peu. Je me demande, pensif, comment il réussira à enchaîner les meetings de la journée. Surtout qu’il s’agira, entre autres, de mettre pieds dans le Couffo, zone fortifiée d’un certain Bruno Amoussou. Un leader politique qui inspirait crainte et terreur à Yayi. Un tout autre volet de notre campagne s’ouvre.

(✋À demain)

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

18 juin 2018 par Dg24h


Le Processus est enclenché pour l’extradition ou non de Komi (...)


18 décembre 2018 par Dg24h
L’interpellation du ministre de l’économie et des finances de Boni Yayi (...)
Lire la suite

Ce qu’il faut retenir des chantiers routiers sous le Nouveau (...)


18 décembre 2018 par Dg24h
Dans un entretien avec les internautes, le gouvernement à travers le (...)
Lire la suite

Les révélations embarrassantes pour Yayi et ses anciens (...)


18 décembre 2018 par Dg24h
L’affaire ICC-Services fait des révélations. L’audience de ce lundi est (...)
Lire la suite

Une nouvelle mesure pour les retardataires


17 décembre 2018 par Dg24h
Les inscriptions continuent dans les universités publiques du Bénin. (...)
Lire la suite

Patrice Talon reçoit les partenaires sociaux mercredi prochain


17 décembre 2018 par Dg24h
Les partenaires sociaux seront en face du chef de l’État, Patrice Talon (...)
Lire la suite

L’audience a démarré ce lundi


17 décembre 2018 par Dg24h
L’affaire ICC-Services qui a durant des années créé d’importants dégâts (...)
Lire la suite

Coordonnateurs de projets et usagers pour un meilleur suivi des (...)


16 décembre 2018 par Dg24h
Les coordonnateurs de Projet / Programme et les usagers des services (...)
Lire la suite

Des kits scolaires remis aux meilleurs élèves de Bassila


16 décembre 2018 par Dg24h
L’Ambassadeur du Royaume du Maroc près le Bénin, Son Excellence Monsieur (...)
Lire la suite

Le Syntrasesh appelle ses militants à l’unité d’action


15 décembre 2018 par Dg24h
Le Syndicat national des travailleurs des services de santé humaine du (...)
Lire la suite

59 hôpitaux et centres de santé équipés en matériels médico-techniques


15 décembre 2018 par Dg24h
Le renforcement des plateaux techniques dans les centres sanitaires (...)
Lire la suite

Isma, le premier élu


15 décembre 2018 par Dg24h
Soucieux de la qualité des formations dans l’enseignement supérieur au (...)
Lire la suite

Un ouf de soulagement pour les populations de Djougou- Pehunco-Kerou (...)


14 décembre 2018 par Dg24h
Le jeudi 13 décembre 2018, le Conseil d’Administration de la Banque (...)
Lire la suite

Une délégation de la FAFA au cabinet de Aurélien AGBÉNONCI


14 décembre 2018 par Dg24h
Une délégation de la Fédération des Architectes Francophones d’Afrique (...)
Lire la suite

La Suisse signe avec le Bénin un accord de 5,6 milliards (...)


14 décembre 2018 par Dg24h
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Aurélien (...)
Lire la suite

José Didier Tonato sur les sites de Lokossa


14 décembre 2018 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier (...)
Lire la suite

L’Ambassadeur Alejandro ORTEGA fait ses adieux au Prof. (...)


13 décembre 2018 par Dg24h
Le Président de la Cour Constitutionnelle, le Professeur Joseph (...)
Lire la suite

MTN propose de nouvelles offres tarifaires plus avantageuses à ses (...)


13 décembre 2018 par La Rédaction
Dans la dynamique de mieux satisfaire sa clientèle, les responsables du (...)
Lire la suite

La protection de la côte à l’Est de Cotonou dans sa 2eme phase


13 décembre 2018 par Dg24h
Les membres du gouvernement réunis en Conseil des ministres, ce (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information