dimanche, 17 février 2019 •

216 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Education

« La qualité de l’enseignement est révélée par les résultats scolaires (Bertin Toliton)




« En route pour la qualité au ministère de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle ». C’est le thème de l’émission « Ma Part de vérité » de ce dimanche 24 juin 2018 sur Golfe Télévision. Comme invité, l’inspecteur général de l’enseignement secondaire Bertin Toliton.

Après avoir traversé de nombreuses péripéties dues à plus de trois mois de grève, l’école béninoise a repris ses souffles. La qualité de la formation, l’enseignement reçu et les examens de fin d’année ont été au cœur des échanges ce dimanche avec l’inspecteur général de l’enseignement secondaire. « La qualité dépend de ce qui est appris à l’enfant pour réussir à l’école ou dans la vie », confie Bertin Toliton. Il ajoute que « nous ne pouvons pas dire que nous sommes à l’abri de la route de la qualité ». Il explique que le ministre Kakpo Mahougnon est un sachant de l’organisation des examens puisque venant de la direction des examens et concours. Selon lui, « tout se passe normalement au niveau des préparatifs. Il a instruit les trois directions techniques pour réfléchir sur l’exécution efficiente des programmes d’études malgré les grèves. » Nous avons fait, dira-t-il, l’échantillonnage des collèges. « Il a été ensuite question de déterminer le niveau d’exécution du programme. Après l’échantillonnage, nous avons étudié un certain nombre de paramètres. Les enseignants qui n’ont pas observé les grèves, ceux qui l’ont observé partiellement et ceux qui ont observé tout le mouvement. Les inspecteurs vont dans les écoles et étudient le niveau d’exécution tout en contrôlant les cahiers de textes, l’examen des cahiers de cours des élèves et faire des croisements », affirme l’inspecteur général. Ce n’est qu’après tout ce processus que le calendrier scolaire a été réaménagé avec tous les acteurs de la chaîne.
Selon l’invité, « Le ministre avait le point quotidien des grèves dans tous les bassins éducatifs et on savait les plus touchés. La base de rédaction du dispositif de suivi et évaluation est conçue en tenant compte des plus touchés par les grèves. ». C’est alors que renseigne-t-il, « le ministre a fait des réformes au niveau de la mise à jour des cahiers de textes. Après le cahier de texte, il y a les cahiers de présence ». M. Toliton explique que cette mission confiée aux techniciens est exécutée par les inspecteurs pédagogiques. « C’est une charge énorme pour les enseignants que de veiller à la mise à jour des cahiers des apprenants avant le passage des inspecteurs », fait-il comprendre. Il s’est agit selon l’inspecteur d’une démarche pédagogique et de suivi permanent. Outre cette étape du processus, la deuxième étape du travail d’évaluation consiste à revenir dans un établissement avec toutes les données rassemblées pour échanger avec les conseillers pédagogiques, les chefs de zone et les chefs d’établissement. Ils procèdent après étude, à la rédaction d’un dispositif qui tient compte de ce qui reste à faire pour achever les programmes, précise l’inspecteur. « Après l’inspection de classe, on met en place une remédiation avec l’enseignant inspecté. Il y a des remédiations avec l’enseignant et des remédiations groupées. Cela permet d’apporter une solution et de détecter le niveau réel du programme d’étude », soutient-il.

Les nouvelles réformes

Les équipes pluridisciplinaires qui ont fait l’inspection dans tous les départements reviennent avec les chefs d’établissement, chefs de zone et font le point et revisiter les établissements après les instructions et revenir maintenant pour élaborer le programme revisité. « Le suivi est quotidien et chaque acteur a son rôle. L’appui technique des conseillers et inspecteurs pédagogiques qui a été d’une importance capitale s’est achevé samedi dernier. C’est une innovation car autrefois, un enseignant peut rester des années sans rencontrer une seule fois un inspecteur faute de moyens » dit-il. L’inspecteur général salue la détermination des enseignants qui ont accompagné le mouvement. Bertin Toliton rappelle que « le conseiller pédagogique a un certain nombre de visites de classe dans l’année. Nous avons un problème de ressources humaines et un problème d’aiguillage de temps. Nous faisons le maximum pour que le grand nombre de classes soit visité. À part le problème de temps et de personnel, il y a l’accès à certaines zones qui est pratiquement impossible et nous avons fait un plaidoyer à ce niveau qui a reçu écho favorable auprès du ministre. À la rencontre de l’enseignant, le conseiller ou l’inspecteur fait le point de ce qui est fait et discute avec l’enseignant de ce dont il a besoin pour mener à bien ce qui reste à faire ». Le reste des apprentissages est échelonné dans un document planifié dans le temps suivant le calendrier réaménagé. Les évaluations sommatives et les examens blancs ont été planifiés dans le document. De même que la planification des activités des conseillers pédagogiques, des inspecteurs pédagogiques et des animateurs d’établissement. Tous les acteurs ont apporté leur contribution à la rédaction du nouveau dispositif. « Après la rédaction et la mise en route, chaque acteur a son paquet minimum de mise en place et du suivi quotidien du dispositif. C’est un accompagnement quotidien de ce qui est fait dans les classes », a-t-il souligné. L’inspecteur montre que tout n’a pas été rose et pour cela, les inspecteurs sont en permanence sur le terrain pour juger du document. « Nous constatons évidemment des insuffisances dans ce dispositif que nous essayons de corriger au fur et à mesure. Mêmes les enseignants qui sont sur le terrain apportent des corrections que nous intégrons, compte tenu de la pertinence », précise l’inspecteur. Pour lui, « il existe une reconnaissance des efforts que fournit le ministère pour faire ce qui est possible de faire. Nous reconnaissons le génie des enseignants dans la mise en application de ce dispositif. Les efforts sont faits par le gouvernement pour satisfaire les besoins qui contribuent à la motivation des enseignants ». L’inspecteur pense qu’avec toutes ces dispositions, il n’est pas question d’avoir un résultat faible. « Au niveau de l’exécution du programme scolaire, nous pouvons dire que la qualité est révélée par les résultats scolaires ». L’inspecteur général de l’enseignement secondaire montre qu’à « la date du 14 mai 2018, certains enseignants du public étaient déjà à 60 voire 80% d’exécution du programme ». Il invite les élève à travailler en tenant compte de ce que leur enseignent les encadreurs. Selon Bertin Toliton, « les examens seront bien réalisés. Les enfants ont tout ce qu’il faut pour s’en sortir aisément. Ils seront évalués suivant le programme réaménagé »
Giscard AMOUSSOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

24 juin 2018 par Dg24h


Le périmètre rizicole Tchangba accessible


15 février 2019 par La Rédaction
La piste rurale "Dévé-Périmètre rizicole Tchangba", réalisée grâce à (...)
Lire la suite

Le boulevard de la Marina en réaménagement


13 février 2019 par La Rédaction
Le boulevard de la Marina long de 5,7 kilomètres sera entièrement (...)
Lire la suite

Les touristes affluent à la Pendjari


13 février 2019 par La Rédaction
Le parc de la Pendjari dans le département de l’Atacora suscite depuis (...)
Lire la suite

La Cena lève l’équivoque sur l’article 242 du code électoral


12 février 2019 par Dg24h
Au d’une séance d’échanges avec les représentants des politiques ce mardi (...)
Lire la suite

Sylvestre Amoussou reçoit un chèque symbolique


12 février 2019 par Dg24h
Le ministre de la Culture, du Tourisme et des Sports, Oswald Homeky a (...)
Lire la suite

Ulrich Togbonon menace


11 février 2019 par La Rédaction
La première session de la chambre criminelle de la Cour de Répression (...)
Lire la suite

Des responsables du service des impôts devant la BEF


4 février 2019 par Dg24h
Plusieurs responsables du services des impôts viennent d’être interpellés (...)
Lire la suite

Les populations libèrent le domaine du TF 120


3 février 2019 par La Rédaction
Les populations de Ouidah mettent désormais la main à la pâte pour (...)
Lire la suite

La centrale électrique de Natitingou mise en service


3 février 2019 par La Rédaction
Après Porto-Novo et Parakou, c’est le tour de la centrale électrique de (...)
Lire la suite

Le Directeur des Impôts explique le bien-fondédu quitus fiscal


30 janvier 2019 par La Rédaction
La première édition de la journée nationale du contribuable organisée par (...)
Lire la suite

Le Bénin passe d’un score de 39 à 40 sur 100


29 janvier 2019 par La Rédaction
Les score et rang du Bénin dans l’indice de Perception de la Corruption (...)
Lire la suite

La Cour renvoie l’audience à jeudi


29 janvier 2019 par La Rédaction
Le procès ICC-Services prorogé jusqu’au 31 janvier 2019 est à son 27ème (...)
Lire la suite

Emmanuel Tiando face aux élections législatives du 28 avril (...)


28 janvier 2019 par La Rédaction
Installée depuis Juillet 2014, la Commission électorale nationale (...)
Lire la suite

Les lois électorales en débat à la Cour constitutionnelle


25 janvier 2019 par Dg24h
La Cour constitutionnelle organise depuis, ce jeudi 24 janvier 2019, (...)
Lire la suite

La liste des journaux officiellement reconnus


25 janvier 2019 par Dg24h
Au terme des travaux de la 2ème session ordinaire de l’année 2018 de la (...)
Lire la suite

Un atelier pour valider le rapport de performance gestion (...)


23 janvier 2019 par La Rédaction
Le ministre des infrastructures et des transports, Allassane Seïdou a (...)
Lire la suite

Duel entre Akplogan et son directeur financier


22 janvier 2019 par La Rédaction
Une nouvelle semaine s’ouvre ce lundi 21 janvier 2019 dans le cadre du (...)
Lire la suite

Le gouvernement gagne le pari à Glazoué


20 janvier 2019 par La Rédaction
Le ministre de l’eau et des mines, Samou Séidou ADAMBI a procédé à la (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information