lundi, 15 octobre 2018 •

131 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Education

« La qualité de l’enseignement est révélée par les résultats scolaires (Bertin Toliton)




« En route pour la qualité au ministère de l’enseignement secondaire et de la formation technique et professionnelle ». C’est le thème de l’émission « Ma Part de vérité » de ce dimanche 24 juin 2018 sur Golfe Télévision. Comme invité, l’inspecteur général de l’enseignement secondaire Bertin Toliton.

Après avoir traversé de nombreuses péripéties dues à plus de trois mois de grève, l’école béninoise a repris ses souffles. La qualité de la formation, l’enseignement reçu et les examens de fin d’année ont été au cœur des échanges ce dimanche avec l’inspecteur général de l’enseignement secondaire. « La qualité dépend de ce qui est appris à l’enfant pour réussir à l’école ou dans la vie », confie Bertin Toliton. Il ajoute que « nous ne pouvons pas dire que nous sommes à l’abri de la route de la qualité ». Il explique que le ministre Kakpo Mahougnon est un sachant de l’organisation des examens puisque venant de la direction des examens et concours. Selon lui, « tout se passe normalement au niveau des préparatifs. Il a instruit les trois directions techniques pour réfléchir sur l’exécution efficiente des programmes d’études malgré les grèves. » Nous avons fait, dira-t-il, l’échantillonnage des collèges. « Il a été ensuite question de déterminer le niveau d’exécution du programme. Après l’échantillonnage, nous avons étudié un certain nombre de paramètres. Les enseignants qui n’ont pas observé les grèves, ceux qui l’ont observé partiellement et ceux qui ont observé tout le mouvement. Les inspecteurs vont dans les écoles et étudient le niveau d’exécution tout en contrôlant les cahiers de textes, l’examen des cahiers de cours des élèves et faire des croisements », affirme l’inspecteur général. Ce n’est qu’après tout ce processus que le calendrier scolaire a été réaménagé avec tous les acteurs de la chaîne.
Selon l’invité, « Le ministre avait le point quotidien des grèves dans tous les bassins éducatifs et on savait les plus touchés. La base de rédaction du dispositif de suivi et évaluation est conçue en tenant compte des plus touchés par les grèves. ». C’est alors que renseigne-t-il, « le ministre a fait des réformes au niveau de la mise à jour des cahiers de textes. Après le cahier de texte, il y a les cahiers de présence ». M. Toliton explique que cette mission confiée aux techniciens est exécutée par les inspecteurs pédagogiques. « C’est une charge énorme pour les enseignants que de veiller à la mise à jour des cahiers des apprenants avant le passage des inspecteurs », fait-il comprendre. Il s’est agit selon l’inspecteur d’une démarche pédagogique et de suivi permanent. Outre cette étape du processus, la deuxième étape du travail d’évaluation consiste à revenir dans un établissement avec toutes les données rassemblées pour échanger avec les conseillers pédagogiques, les chefs de zone et les chefs d’établissement. Ils procèdent après étude, à la rédaction d’un dispositif qui tient compte de ce qui reste à faire pour achever les programmes, précise l’inspecteur. « Après l’inspection de classe, on met en place une remédiation avec l’enseignant inspecté. Il y a des remédiations avec l’enseignant et des remédiations groupées. Cela permet d’apporter une solution et de détecter le niveau réel du programme d’étude », soutient-il.

Les nouvelles réformes

Les équipes pluridisciplinaires qui ont fait l’inspection dans tous les départements reviennent avec les chefs d’établissement, chefs de zone et font le point et revisiter les établissements après les instructions et revenir maintenant pour élaborer le programme revisité. « Le suivi est quotidien et chaque acteur a son rôle. L’appui technique des conseillers et inspecteurs pédagogiques qui a été d’une importance capitale s’est achevé samedi dernier. C’est une innovation car autrefois, un enseignant peut rester des années sans rencontrer une seule fois un inspecteur faute de moyens » dit-il. L’inspecteur général salue la détermination des enseignants qui ont accompagné le mouvement. Bertin Toliton rappelle que « le conseiller pédagogique a un certain nombre de visites de classe dans l’année. Nous avons un problème de ressources humaines et un problème d’aiguillage de temps. Nous faisons le maximum pour que le grand nombre de classes soit visité. À part le problème de temps et de personnel, il y a l’accès à certaines zones qui est pratiquement impossible et nous avons fait un plaidoyer à ce niveau qui a reçu écho favorable auprès du ministre. À la rencontre de l’enseignant, le conseiller ou l’inspecteur fait le point de ce qui est fait et discute avec l’enseignant de ce dont il a besoin pour mener à bien ce qui reste à faire ». Le reste des apprentissages est échelonné dans un document planifié dans le temps suivant le calendrier réaménagé. Les évaluations sommatives et les examens blancs ont été planifiés dans le document. De même que la planification des activités des conseillers pédagogiques, des inspecteurs pédagogiques et des animateurs d’établissement. Tous les acteurs ont apporté leur contribution à la rédaction du nouveau dispositif. « Après la rédaction et la mise en route, chaque acteur a son paquet minimum de mise en place et du suivi quotidien du dispositif. C’est un accompagnement quotidien de ce qui est fait dans les classes », a-t-il souligné. L’inspecteur montre que tout n’a pas été rose et pour cela, les inspecteurs sont en permanence sur le terrain pour juger du document. « Nous constatons évidemment des insuffisances dans ce dispositif que nous essayons de corriger au fur et à mesure. Mêmes les enseignants qui sont sur le terrain apportent des corrections que nous intégrons, compte tenu de la pertinence », précise l’inspecteur. Pour lui, « il existe une reconnaissance des efforts que fournit le ministère pour faire ce qui est possible de faire. Nous reconnaissons le génie des enseignants dans la mise en application de ce dispositif. Les efforts sont faits par le gouvernement pour satisfaire les besoins qui contribuent à la motivation des enseignants ». L’inspecteur pense qu’avec toutes ces dispositions, il n’est pas question d’avoir un résultat faible. « Au niveau de l’exécution du programme scolaire, nous pouvons dire que la qualité est révélée par les résultats scolaires ». L’inspecteur général de l’enseignement secondaire montre qu’à « la date du 14 mai 2018, certains enseignants du public étaient déjà à 60 voire 80% d’exécution du programme ». Il invite les élève à travailler en tenant compte de ce que leur enseignent les encadreurs. Selon Bertin Toliton, « les examens seront bien réalisés. Les enfants ont tout ce qu’il faut pour s’en sortir aisément. Ils seront évalués suivant le programme réaménagé »
Giscard AMOUSSOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

24 juin 2018 par Dg24h


La construction de la route Kétou-Idigny-Igbodja-Savè lancée en (...)


15 octobre 2018 par La Rédaction
Les travaux de construction de la route Kétou-Idigny-Igbodja-Savè et ses (...)
Lire la suite

Vers l’augmentation de la production des poissons


14 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston (...)
Lire la suite

La part de responsabilité des universités publiques


14 octobre 2018 par Dg24h
Invités pour éclairer les auditeurs sur les réformes dans l’enseignement (...)
Lire la suite

Les médias interpellés au respect de la loi


12 octobre 2018 par Dg24h
Plus de publicités relatives aux activités médicales dans la presse. (...)
Lire la suite

Un corps sans vie d’un bébé retrouvé dans un puits


12 octobre 2018 par Dg24h
Le corps sans vie d’un enfant a été retrouvé dans un puits au quartier (...)
Lire la suite

Le ministre HOUSSOU félicité par l’ambassadeur des États Unis d’Amérique (...)


11 octobre 2018 par La Rédaction
Ce mercredi 10 octobre 2018, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique (...)
Lire la suite

Patrice Talon à l’ouverture des travaux à Erevan


11 octobre 2018 par Dg24h
Les travaux du XVIIe Sommet de la Francophonie ont démarré ce jeudi (...)
Lire la suite

Recrutement des cadres aux emplois de la chaîne des dépenses (...)


11 octobre 2018 par Dg24h
Le Conseil des ministres de ce mercredi 10 octobre 2018, a décidé entre (...)
Lire la suite

L’ex receveur des finances épinglé pour des opérations illégales


10 octobre 2018 par Dg24h
Le Conseil des ministres de ce mercredi 10 octobre 2018, a pris acte (...)
Lire la suite

Patrice Talon a pris le départ pour l’Arménie


10 octobre 2018 par Dg24h
Le Chef de l’Etat et une délégation du gouvernement sont partis de (...)
Lire la suite

Le procès Atao reporté au 23 octobre prochain


9 octobre 2018 par Dg24h
Prévu pour se tenir ce mardi 09 octobre 2018, le procès du député (...)
Lire la suite

Le Cos-Lépi invite les citoyens à se déplacer vers leur centre de (...)


7 octobre 2018 par Dg24h
Le Cos-Lépi informe tous les citoyens en âge de voter, que le Fichier (...)
Lire la suite

Une cargaison de faux médicaments saisis à Kérou


5 octobre 2018 par Dg24h
La police républicaine a mis la main sur une cargaison de faux (...)
Lire la suite

Le dossier Ajavon renvoyé au 18 Octobre


4 octobre 2018 par Dg24h
Convoqué pour ce jeudi 4 octobre 2018 à la Cour de répression des (...)
Lire la suite

Le dossier Ajavon renvoyé au 18 Octobre


4 octobre 2018 par La Rédaction
A l’ouverture du procès ce jeudi matin au siège du CRIET, à Porto-Novo, (...)
Lire la suite

Nomination de 03 directeurs départementaux


3 octobre 2018 par Dg24h
En Conseil des ministres, ce mercredi 03 octobre 2018, le gouvernement (...)
Lire la suite

Le compte rendu du Conseil des Ministres du 03 Octobre 2018


3 octobre 2018 par Dg24h
La réunion hebdomadaire du Conseil des ministres a eu lieu ce mercredi (...)
Lire la suite

L’UPS approuve et encourage la méthode du superviseur Job (...)


3 octobre 2018 par La Rédaction
Une séance d’échange entre les nouveaux et anciens médiateurs et (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information