mercredi, 20 février 2019 •

73 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Alimentation au Bénin

La nutrition constitue aujourd’hui un problème de santé et surtout de développement




Nombreuses sont les femmes qui nourrissent de mieux en mieux leurs enfants et le reste de leur famille grâce aux conseils reçus lors de séances socio-éducatives sur la nutrition. Toutefois, le problème demeure et nécessite toujours un accompagnement.

Paniquée par les signes que présente sa fille depuis quelques jours, Huguette Bognon s’est rapprochée du centre de santé de Ganvié pour une consultation afin de comprendre ce qui ne va pas. Mais après diagnostic, le médecin lui conseille de se rapprocher du Centre d’éducation et de récupération nutritionnelle (CERN). Avertie de l’état de santé dégradant de sa fille Rita, âgée de 3 ans, elle a suivi les conseils du médecin. « Depuis deux semaines, je constate que ma fille maigrit alors qu’elle mange très bien », confie-t-elle à l’agent social du CERN. Après une longue discussion, l’assistante sociale découvre que Rita souffre d’insuffisance nutritionnelle. Elle se renseigne sur la situation que vit la famille afin de prodiguer à Huguette les conseils nécessaires à la bonne alimentation non seulement de l’enfant mais de toute la famille. Un mois après cette séance, la santé de l’enfant s’est nettement améliorée et Rita a retrouvé son équilibre suite à la régularisation de son alimentation.
Huguette Bognon est loin d’être un cas à part. De nombreuses femmes bénéficient tous les mois de divers conseils sur le plan nutritionnel dans les localités d’Abomey-Calavi, Zinvié et Ganvié pour le mieux-être de leur famille. « À chaque fois que j’accouche, je reçois des conseils pour mieux alimenter mes enfants. Et quand je mets cela en pratique, mes enfants ne souffrent pas souvent de certaines maladies surtout d’anémie », témoigne Joseline Bossa. Mère de trois enfants, elle est fière de voir sa progéniture bien portante, malgré ses maigres moyens pour survenir à leurs besoins. « Mon enfant a souffert de problèmes nutritionnels mais depuis que j’ai commencé avec les séances éducatives, je sais comment il faut nourrir ma famille chaque jour. Il y a quelques mois, c’étaient la bouillie le matin et la pâte le soir. On variait les mets seulement en période de fête », appuie Louise Ahossi, vendeuse de poissons à Sô-Ava. « Les séances que nous faisons apportent beaucoup de choses dans la vie de toutes les femmes qui y participent. Avant, il était rare que les assistantes sociales se réjouissent de telle ou telle autre femme quant à la bonne santé de ses enfants. Mais aujourd’hui, à chaque pesée, on a constaté une nette amélioration dans l’équilibre des enfants », renchérit Joseline.


Le savoir-faire

Malgré le caractère sacré de l’alimentation, il est à constater au vu des statistiques que le déficit en matière de nutrition reste important. Elle constitue aujourd’hui un problème majeur dans bien de familles au Bénin. Il s’agit d’un problème médical et social à la fois. Le déficit nutritionnel est à la base de plus de 50% des décès d’enfants de moins de cinq ans. À travers une enquête démographique et de santé menée en 2012, 58% des enfants de 6 à 59 mois sont atteints d’anémie avec une prévalence de 60,6% en milieu rural. Mais pour la nutritionniste Danielle Pliya Tévoèdjrè, « une information de veille permettra de mieux répondre aux craintes des populations qui redoutent une alimentation malsaine ». « L’éducation constitue la meilleure stratégie de prévention de la malnutrition et même de la réhabilitation », martèle Gertrude Vieyra, responsable chargé des séances socio-éducatives à la Fondation Regard d’Amour. « Plusieurs enfants ont été récupérés grâce à ces séances dans la cité lacustre de Ganvié comme à Zinvié », ajoute-t-elle. La Fondation Regard d’Amour contribue à la santé des femmes enceintes, en particulier des enfants à risque de malnutrition ayant une insuffisance pondérale ou un retard de croissance. Le conseil nutritionnel constitue aujourd’hui le seul moyen adéquat pour permettre aux femmes de mieux nourrir leurs enfants. « On profite souvent des séances de vaccination pour donner des conseils aux femmes sur comment il faut nourrir les enfants. Quant aux adultes, ce sont surtout les femmes enceintes ou celles qui allaitent qui bénéficient de nos conseils. Nous leur indiquons selon leur alimentation quotidienne ce qu’il faut associer pour une alimentation équilibrée », explique Mireille Kounaké, aide-soignante, au centre de santé de Gbéhoué, village situé à 70 km à l’Ouest de Cotonou. Selon Gertrude, « les séances sont effectuées chaque mois en période de vaccination. Si une mobilisation fréquente peut être faite afin d’ioder les femmes dans ce sens, c’est aussi un plus pour le bien-être de tous », estime la conseillère. Compte tenu de cette situation, ces séances doivent être régulièrement appuyées par les municipalités. Spécialiste en santé humaine, Josias Ahamidé confirme que « l’éducation nutritionnelle est très capitale pour un bon équilibre sanitaire ».

Éducation et sensibilisation

Quels types de difficultés nécessitent l’apport des élus locaux ? Anicet Sèmèvo Sangnidjo, ingénieur agronome nutritionniste relativise à travers ses réflexions. Selon lui, « la complexité du champ, la diversité croissante des produits, la multiplicité des sources d’information rendent le choix alimentaire plus complexe ». Une éducation est donc inévitable avec l’élaboration de guide nutritionnel. Toute chose que Léocadie Atindéhou, assistante sociale de formation juge indispensable. Mais elle trouve que l’action indispensable est l’éducation et la sensibilisation. Selon Gertrude, « il faut sensibiliser les populations puisque certaines femmes estiment que la tradition refuse de manger certains mets avant que les enfants n’aient un certain âge. Ce qui constitue un frein pour la croissance de certains enfants », se désole-t-elle. Il faut noter aussi les difficultés relatives à la mobilisation des femmes. « Les femmes n’acceptent souvent pas se rendre volontairement dans les centres de promotion sociale pour les conseils quand elles n’espèrent rien en retour. Ce qui fait qu’il est important d’organiser ces activités à travers les villages pour inciter nous, femmes, à mieux alimenter notre famille », soutient Huguette Bognon. « Les femmes bénéficiaient il y a quelques années de dons de farines composées que nous offrent les ONG et le centre de promotion social de Comé afin d’aider les familles pauvres à alimenter leurs enfants. Tout cela n’existe plus et le seul canal pour les conseils, ce ne sont que les jours de vaccination où on retrouve beaucoup de femmes », confie Mme Kounaké. L’autre problème est l’absence de nutritionniste dans les systèmes sanitaires au Bénin. Un facteur qui aggrave la situation en matière de nutrition puisque les populations ignorent l’importance et le rôle des nutritionnistes pour le bien-être de la personne. Pour la spécialiste en nutrition Danielle Pliya Tévoèdjrè, « l’Etat béninois perd environ 900 milliards FCFA par an du fait de la malnutrition ». Elle appelle donc les élus locaux, associations et autres groupements des diverses localités à une éducation à but non lucratif pour la culture d’une alimentation saine. L’apport des communes serait d’une utilité sans ambages puisque l’État a déjà montré ses limites en matière de couverture et de personnel sanitaires. Pour régler ce problème nutritionnel au Bénin, il est nécessaire d’organiser de manière continue des séances éducatives en vue d’accompagner les familles à contribuer au bien-être non seulement des enfants mais aussi de la famille toute entière selon les responsables rencontrés. Hippocrate, le père de la médecine affirmait il y a quelques décennies : « Que ta nourriture soit ton médicament et que ton médicament soit ta nourriture ». Un homme éduqué sur sa nutrition mangera mieux et tombera beaucoup moins malade.

G. A.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

25 mai 2018 par Dg24h


Le Conseil national d’aménagement du territoire installé


19 février 2019 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier (...)
Lire la suite

OFFRE DE RECRUTEMENT


19 février 2019 par Dg24h
CABINET D’EXPERTISE COMPTABLE Dans le cadre du développement de notre (...)
Lire la suite

Les bénéficiaires du « Micro Crédit Mobile » sensibilisées à (...)


19 février 2019 par La Rédaction
Une délégation conduite par la Directrice générale du Fonds national de (...)
Lire la suite

A la découverte de l’Ecole d’amitié sino-béninoise


18 février 2019 par Dg24h
Un délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la (...)
Lire la suite

Modeste Toboula convoqué à la BEF


18 février 2019 par Dg24h
Le préfet du département du Littoral est convoqué ce lundi à la Brigade (...)
Lire la suite

Déjà près de 3 milliards FCFA encaissés


18 février 2019 par Dg24h
La direction générale des impôts a démarré il y a quelques jours la (...)
Lire la suite

Un prêtre tué à la frontière Togo-Burkina


16 février 2019 par Dg24h
Le Père César Fernandez, secrétaire provincial de la congrégation (...)
Lire la suite

Cosme Sehlin n’est plus


15 février 2019 par Dg24h
L’ancien ministre de l’économie et des finances, Cosme Sehlin n’est plus. (...)
Lire la suite

Deux suspects appréhendés avec des armes lourdes


15 février 2019 par La Rédaction
La Police a interpellé ce vendredi, à hauteur de Logozohè, un (...)
Lire la suite

La liste provisoire des nouveaux membres


14 février 2019 par Dg24h
La liste provisoire des nouveaux membres du Conseil national de (...)
Lire la suite

Des lots de médicaments à retirer de la vente


14 février 2019 par Dg24h
Les acteurs et organisations du secteur de la santé doivent procéder (...)
Lire la suite

Environ 100.000 candidats pour le BAC 2019


13 février 2019 par Dg24h
Environ 100.000 candidats plancheront cette année pour l’obtention du (...)
Lire la suite

Un homme tire sur un marabout


13 février 2019 par Dg24h
Un homme âgé de 45 ans environ a tiré à bout portant sur un marabout et un (...)
Lire la suite

Un taux de réalisation de 90%


12 février 2019 par Dg24h
Une délégation du Ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude Houssou et du (...)
Lire la suite

Trois porteurs de projets partiront avec 2 millions FCFA


12 février 2019 par Dg24h
Lancée depuis le 31 janvier dernier, l’inscription gratuite au concours (...)
Lire la suite

Plus de 400 dossiers de BEPC rejetés


12 février 2019 par Dg24h
Le chef service des examens et concours de la direction départementale (...)
Lire la suite

Un homme se tue après avoir égorgé son épouse


12 février 2019 par Dg24h
Âgé de 47 ans, repris de justice, un homme s’est donné la mort après avoir (...)
Lire la suite

Les français conviés au Débat Samedi prochain


11 février 2019 par Dg24h
Dans le cadre du grand débat national organisé actuellement par le (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information