vendredi, 22 juin 2018 •

139 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Accès des populations aux soins de santé de qualité

300 kilomètres pour une poche de sang




Pour être transfusées, les populations de Karimama doivent parcourir 300 kilomètres. Soit effectuer plus que la distance, Cotonou-Abomey-Cotonou.

Vadim QUIRIN

A Karimama, pour bénéficier d’une poche de sang, il faut avoir parcouru, en aller-retour, 300 kilomètres. Tel est le sort réservé aux enfants anémiés et aux femmes qui saignent après l’accouchement, dans l’arrondissement de Pétchinga. La première formation sanitaire de référence, la plus proche de l’arrondissement, à savoir le centre de santé de Karimama, est à 75 kilomètres et n’est malheureusement pas agréée pour la transfusion sanguine. Conséquence, le centre réfère aussi, à son tour, le malade à l’hôpital de zone de Malanville, situé également à 75 kilomètres. Le patient doit donc parcourir 300 kilomètres en aller-retour, dans une charrette tractée par deux bœufs, ou sur une moto, ou pour les plus chanceux, à bord d’une voiture de fortune. Ce véhicule à quatre roues mettra un peu moins de cinq heures de temps pour atteindre Guéné, localité située à 120 kilomètres de Pétchinga et qui donne accès à la toute première voie bitumée la plus proche de l’arrondissement. En saison pluvieuse, de juillet à septembre, il faut multiplier ce temps de route par deux à cause de la dégradation de la voie. Cette peine pourrait être atténuée par l’ambulance de dernière génération équipée de matériels de pointe offerte au centre de santé de Karimama. Seulement, elle n’est pas adaptée à l’état de cette route et ne peut guère aller au-delà des 20 kilomètres, de peur de s’embourber.

Sans émettre de réserves majeures sur ces constats, le docteur Denis Ouorou Bagnan, médecin-chef du centre de santé de Karimama, souligne : « nos problèmes seraient résolus à 50% si la voie Karimama – Guéné, longue de 45 kilomètres, était bitumée ». Sur cette même lancée, le médecin-chirugien Bouraïma Mama Adamou, directeur départemental de la santé de l’Alibori (DDS), affirme qu’une « chose est de soigner les patients et l’autre est de les tuer en voulant les soigner. Il faut donc peser le pour et le contre avant l’implantation d’une unité de transfusion sanguine ». Toutefois, une étude est déjà faite et favorisera l’ouverture d’un laboratoire de transfusion sanguine à Karimama, promet-il.

Satisfaire les besoins en sang avant les catastrophes

Néanmoins, il serait difficile de perdre de vue que dans le secteur de la transfusion sanguine, les fruits ne tiennent pas encore la promesse des fleurs en matière de financement. De juin 2015 à juin 2016, la table ronde organisée pour mobiliser les ressources auprès des opérateurs économiques a accouché d’une souris. A côté, les ressources allouées à l’Agence nationale pour la transfusion sanguine, quoi qu’en hausse entre la période 2011-2015 (de 321 millions de FCFA à plus d’un milliard de FCFA), sont en deçà des attentes formulées dans le plan stratégique de la transfusion sanguine 2014-2018. Pour le plan, il faut un investissement de près de 14 milliards de FCFA pour couvrir les besoins d’acquisition d’équipement et de rénovations infrastructurelles.

Un gap qui peut s’avérer fatal en cas de catastrophe. « Il ne faut pas attendre les grandes catastrophes, pour commencer à s’occuper de l’agence de collecte du sang dans le pays », conseille le docteur Pierre M’Péle-Kilébou, l’un des anciens représentants résidents de l’Organisation mondiale de la santé au Bénin. Surtout, ajoute-t-il, qu’elle n’arrive pas encore à satisfaire toutes les demandes en sang, seulement 80,14% des requêtes ayant été satisfaites en 2015 contre 90,62% en 2014. Ludovic Anani, directeur général de l’Agence nationale pour la transfusion sanguine reconnaît que la couverture des hôpitaux est largement insuffisante. Un cas concret : « du lundi 20 au dimanche 26 juin 2016, l’antenne départementale de la transfusion sanguine de l’Atlantique-Littoral a enregistré près de 1062 demandes. Mais nous n’avons pu satisfaire que 807 sollicitations », affirme Edgard Padonou, chef de ladite antenne départementale. Donc, près de 255 malades ont été laissés en rade au cours de cette courte période.

Enquête réalisée dans le cadre du projet « Pour des médias plus professionnels » de la Maison des Médias avec l’appui financier de OSIWA.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

30 juillet 2017 par Dg24h



La généralisation des uniformes kaki annulée

22 juin 2018 par Dg24h
C’est par une note de service en date de jeudi 21 juin 2018, que le (...)
Lire la suite

265 cas de grossesse et 7073 abandons dans le Borgou

22 juin 2018 par Dg24h
Le Département du Borgou a enregistré 265 cas de grossesse et 7073 cas (...)
Lire la suite

Près de 2500 cas d’abandon et de grossesse dans l’Alibori

21 juin 2018 par Dg24h
Plus de 2300 cas d’abandon sont dénombrés dans les lycées et collèges de (...)
Lire la suite

Inspecteurs, chefs services et responsables d’établissement (...)

21 juin 2018 par Dg24h
La fraude constatée dans l’organisation de l’examen blanc du Brevet (...)
Lire la suite

MTN-Bénin ouvre aux jeunes les portes des métiers du numérique

21 juin 2018 par La Rédaction
MTN-Bénin ouvre les portes des opportunités d’emplois, ce jeudi 21 juin (...)
Lire la suite

500 000 F emportés à la mairie d’Abomey

21 juin 2018 par Dg24h
Le bureau de la collaboratrice du Chef service affaires financières ( (...)
Lire la suite

Des contre-performances liées aux contraintes administratives

21 juin 2018 par Dg24h
Le Programme d’investissements publics (PIP), gestion 2017 a été objet (...)
Lire la suite

Francis Kpatindé démissionne du poste de Red chef de Monde (...)

20 juin 2018 par Dg24h
Le journaliste Francis Kpatindé a démissionné de son poste de rédacteur (...)
Lire la suite

Justin Lewis Dénakpo reçu par le président Adrien Houngbédji

20 juin 2018 par Dg24h
Le chef du service de la Clinique universitaire de gynécologie et (...)
Lire la suite

Un zémidjan assassiné à Natitingou

20 juin 2018 par La Rédaction
Les populations de Natitingou ont découvert, ce lundi 18 juin 2018, le (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 93

20 juin 2018 par Dg24h
Au commencement étaient les trois patriarches Hubert Maga, Suru Migan (...)
Lire la suite

Les journées nationales de gouvernance s’ouvrent ce jeudi

19 juin 2018 par La Rédaction
La deuxième édition des Journées Nationales de la Gouvernance (JNG) (...)
Lire la suite

Démarrage de la 2e CIMSA à Cotonou

18 juin 2018 par Dg24h
Les travaux de la 2ème édition de la Conférence Internationale des (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 91

18 juin 2018 par Dg24h
Je repense à cette sensation indescriptible que l’on éprouve lorsque l’on (...)
Lire la suite

Le général Robert Sèwadé inhumé le 30 juin prochain

18 juin 2018 par Dg24h
Le général de brigade à la retraite, Robert Sèwdé, sera conduit en sa (...)
Lire la suite

L’UN réfléchit sur la participation et l’engagement politique de ses (...)

17 juin 2018 par Dg24h
Les cadres de l’Union fait la Nation (UN) se sont réunis, ce samedi 16 (...)
Lire la suite

La police perd un véhicule d’intervention à Ouidah

17 juin 2018 par Dg24h
La Police Républicaine a perdu un véhicule Pick-up, vendredi 08 juin (...)
Lire la suite

Naissance prématuré d’un bébé en plein examen blanc

16 juin 2018 par Dg24h
Les candidats à l’examen de Brevet d’études du premier cycle (Bepc) ont (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires