mardi, 29 septembre 2020 •

437 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Main tendue aux exilés béninois




(Par Roger Gbégnonvi)

​Dans un Bénin longtemps laxiste, théâtre d’arrangements amicaux et frauduleux entre gens puissants, on a été surpris par la concordance des mots et des actes qu’a décidée le gouvernement dit de la Rupture. L’inattendue nouvelle donne a poussé des Béninois à prendre le chemin de l’exil au motif que la justice qui les avait frappés ou risquait de les frapper relevait de l’injustice. Ce procès fait à la justice et suivi aussitôt de la décision de s’exiler, c’est toujours le fait d’une infime minorité de citoyens qui en ont les moyens en termes d’argent et de relais puissants à l’intérieur et à l’extérieur. Quant à la multitude des citoyens, au train de vie normal, elle accepte, sans faire d’histoire, la justice du pays : « Dura lex sed lex », la loi est dure, mais c’est la loi. Et elle s’impose à vous, elle s’impose à tous.
​Nonobstant argent et relais puissants, les exilés s’aperçoivent très vite que l’exil est une impasse, une errance douloureuse, dont ils ignorent quand et comment elle finira. Et comme il n’y a pas d’errance porteuse de dignité et d’honneur, Ils sont tristes, en leur for intérieur, de se savoir surveillés, traqués. Ils souffrent. Ils aspirent à revenir chez eux pour une existence convenable, au milieu de gens connus, dans un décor familier, avec liberté d’aller et de venir. Cette aspiration, nous pouvons aider les exilés béninois à la combler. Sans créer une classe de privilégiés. Sans donner raison à La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Non, pas de passe-droit. On ne minimisera rien. Le respect de la justice. La même pour tous. Comme il sied en démocratie. Mais alors, comment aider nos frères exilés à revenir, tête non basse ?
Deux personnalités : le Médiateur de la République plus un homme politique consensuel, volontairement retiré de la politique. Ils parlent avec le Chef de l’Etat pour se porter garants du retour des exilés souhaitant revenir. Ils obtiennent qu’ils soient accueillis avec humanité et dignité, dans le respect toutefois des lois de la République. A leur retour, s’il a accepté de revenir, le condamné à 20 ans de prison commencera à purger sa peine, quitte à se faire rejuger puisqu’il était absent lors du verdict et que l’habeas corpus n’avait pas joué. Les deux médiateurs auront obtenu que sa cellule de détention ne soit pas un violon, qu’il puisse y travailler à l’aise avec ses avocats pour apporter les preuves de sa possible innocence. Ceux qui sont partis sans avoir satisfait à la demande d’explication à eux adressée ont sans doute compris, pendant l’exil, qu’il était du devoir de tout responsable de répondre de la gestion faite du bien public dont il a eu la garde. A leur retour, ils répondront, en état de liberté conditionnelle. Quelles que soient la peine déjà prononcée et celles à prononcer, il reviendra au Chef de l’Etat de les réaménager s’il le juge faisable, fort de ses prérogatives de Magistrat suprême, et compte tenu, peut-être, de la qualité des services rendus, malgré tout, à l’Etat par les condamnés. Munis de cette feuille de route, les deux médiateurs écrivent à chacun des exilés béninois et, à ceux d’entre eux ayant accepté de revenir sous ces conditions, ils fixent rendez-vous à Lomé à date convenue. Les Chefs d’Etat du Bénin et du Togo se seront entendus pour que, conduits par les deux médiateurs, les exilés béninois de retour soient raccompagnés aux frontières sans ambages et sans tapage.
Le pays à l’origine des Conférences Nationales pour apaiser les cœurs est capable de cette main tendue aux exilés béninois. Main tendue dans le respect de la loi et de la dignité des personnes. Pour qu’il y ait dans le pays un pôle de tension en moins. Pour qu’il soit fait un pas de plus en direction de notre vivre-ensemble-dans-la-paix. Nous tous, potentiels justiciables, avons intérêt à cette main tendue. Pour le désir qui rend possible le progrès. Pour l’élan où nous voulons nous inscrire de « faire quelque chose pour le bonheur ».

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

4 janvier 2020 par Judicaël ZOHOUN




Et pourtant Lionel Louis ZINSOU a raison


9 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans un pays où la politique est galvaudée et se fait en silence si non (...)
Lire la suite

L’agroécologie, une opportunité pour transformer les systèmes (...)


7 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les experts voient une opportunité unique de transformer les systèmes (...)
Lire la suite

Ah cette malédiction du troisième mandat !


6 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Tristesse du peuple béninois à la vue des (...)
Lire la suite

Covid 19 au Togo et en Afrique de l’Ouest !


16 août 2020 par Judicaël ZOHOUN
Par Dr. Mehenou Amouzou Le gouvernement du Togo, par son Ministre (...)
Lire la suite

Quel jaillissement que l’écriture !


8 août 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Car, avant que d’être source de jaillissements, (...)
Lire la suite

Le Ministre Roger AHOYO appelle à l’élimination des oripeaux du passé (...)


7 août 2020 par Judicaël ZOHOUN
S’inscrivant dans la logique du tsunami anti-esclavagiste, anti-raciste (...)
Lire la suite

MINNEAPOLIS : SILENCE ON ÉCRASE DU NÈGRE ! (Par Aliou TALL).


29 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
Imaginez-vous plaqué au sol, menotté, le poids et la pression du corps (...)
Lire la suite

Aux Panafricains qui ignorent le Marxisme-Léninisme de Cheikh Anta (...)


17 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
Diagne Fodé Roland L’impérialisme et le néocolonialisme ont réalisé la (...)
Lire la suite

Le Nouveau Togo ?


11 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
Par Dr. Mehenou Amouzou Le Togo, pays de l’Afrique de l’Ouest, (...)
Lire la suite

Me Fatiou Ousman demande le report des communales


17 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Les élections communales et municipales sont fixées au 17 mai 2020. Mais (...)
Lire la suite

Africain en chine : Non à l’apartheid sanitaire (Aliou TALL)


16 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Nous ne sommes ni vos pangolins, ni vos chauves-souris. La Chine (...)
Lire la suite

Les startups Africaines seront-elles le parent pauvre de la crise du (...)


15 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Une Tribune de Erick Yong – Cofondateur de GreenTec Capital Partners (...)
Lire la suite

Un Sans-papiers face au Coronavirus (Par Aliou TALL)


22 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans le confinement l’altérité s’altère. Le riche, le pauvre, le Blanc, Le (...)
Lire la suite

Pourquoi ‘‘les gens’’ sont contre la Rupture


14 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​‘‘Les gens’’, c’est d’abord le groupuscule de (...)
Lire la suite

Les élèves du CEG1 exigent la libération de leurs camarades


12 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Accusés d’avoir palpé les seins d’une de leurs camarades, deux élèves de (...)
Lire la suite

Vœu de nouvel élan panafricain


12 février 2020 par Judicaël ZOHOUN
Moussa Kanté est doctorant géographe-politiste, chercheur à l’école (...)
Lire la suite

La réponse de Victor Topanou à Vincent Foly


19 janvier 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Professeur Victor Topanou a tenu à répondre à Vincent Foly au Terme de (...)
Lire la suite

Trois morales d’une histoire dahoméenne


18 janvier 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Depuis longtemps à la retraite, il n’a pas (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires