samedi, 21 septembre 2019 •

407 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Les premiers moustiques OGM dans la nature




Lecture rapide

  • 6.400 moustiques ont été lâchés dans la nature, dans l’ouest du Burkina Faso
  • L’opération vise, à terme, à modifier la structure génétique des moustiques, en vue de les éradiquer
  • Mais les organisations de la société civile insistent sur les risques associés à l’initiative
    Par : Abdel Aziz Nabaloum

Les tout premiers lâchers-tests de moustiques génétiquement modifiés sont désormais effectifs au Burkina Faso.

Ce sont 6.400 moustiques mâles stériles qui ont été lâchés pour cette première opération, dans le village de Bana, situé à 25 kilomètres à l’ouest de Bobo-Dioulasso, la capitale économique.

Il s’agit de la première des trois phases du projet d’éradication des moustiques par forçage génétique. Mais les chercheurs à l’origine de l’initiative insistent sur le fait que ce premier lâcher n’aura aucune incidence sur la prévalence du paludisme.

I “Cette étape est très importante. Elle va nous permettre d’avoir des informations utiles pour la suite de la recherche. Les moustiques modifiés n’auront pas d’impact sur l’incidence du paludisme.”
Abdoulaye Diabaté, entomologiste et chercheur principal du projet Target Malaria
I

En d’autres termes, pas plus qu’il ne fera baisser le nombre de cas du paludisme, il ne provoquera pas non plus son augmentation.

« Le mâle stérile est un moustique anophèle modifié », explique Abdoulaye Diabaté, entomologiste et chercheur principal du projet Target Malaria.

« Lorsqu’il s’accouple avec une femelle sauvage, les œufs obtenus de l’accouplement n’arrivent pas à maturité et donc ne sont pas viables », poursuit-il.

Un échantillon de moustiques génétiquement modifiés à l’insectarium de l’IRSS - Crédit photo : SDN/Abdel Aziz Nabaloum.

Après un an de recherche sur le mâle stérile en milieu confiné, l’Institut de recherche en science de la santé (IRSS) a obtenu auprès de l’Agence nationale de biosécurité (ANB), un arrêté portant autorisation de dissémination contrôlée de moustiques mâles stériles génétiquement modifiés dans les villages de Bana et Souroukoudingan.

672 espèces de moustiques

Ce lâcher à petite échelle a pour objectif de collecter des données scientifiques qui vont permettre d’informer les étapes prochaines du développement de la technologie.

Il va également permettre de recueillir des informations sur le taux de survie des moustiques mâles stériles, sur les distances parcourues et sur leur capacité à participer aux essaims.

Ces moustiques ont une durée de vie très courte et ils disparaîtront rapidement de l’environnement et ne peuvent pas se reproduire, a confié le chercheur à SciDev.Net.

I« Cette étape est très importante. Elle va nous permettre d’avoir des informations utiles pour la suite de la recherche. Les moustiques modifiés n’auront pas d’impact sur l’incidence du paludisme »,I a confirmé Abdoulaye Diabaté.

672 différentes espèces de moustiques sont présentes en Afrique. Seulement, l’anophèle gambiae, l’anophèle coluzzi et l’anophèle arabiensis transmettent le paludisme.

Pour la seule année 2016, on estimait à près de 8 millions le nombre de cas de paludisme au Burkina Faso (représentant 7% des cas mondiaux).

L’Afrique subsaharienne reste la zone la plus touchée par la maladie, avec 90% des cas recensés à l’échelle mondiale.

« Décision scandaleuse »

Première du genre en Afrique, ce lâcher ne fait cependant pas l’unanimité au sein des Burkinabè.

Depuis des années, des organisations de la société civile (OSC) multiplient les initiatives pour que les moustiques OGM ne soient pas disséminés sur le territoire burkinabè.

« C’est une décision scandaleuse, avec en toile de fond de l’amertume, du regret, de la stupéfaction et de la colère », s’est indigné le porte-parole du Collectif citoyen pour l’agroécologie (CCAE), Ali Tapsoba.

Pour la coalition pour la protection du patrimoine génétique africain (COPAGEN) et le CCAE, les deux organisations qui militent contre les moustiques OGM, ce lâcher-test intervient en totale négation de l’éthique de la vie humaine et en violation des lois et conventions nationales et internationales dont le Burkina Faso est signataire.

Les deux organisations citent à titre illustratif, la loi N°064-2012/AN du 20 décembre 2012 portant régime de sécurité en matière de biotechnologie.

« Nous avions dénoncé l’importation des 5000 œufs génétiquement modifiés venus de l’Imperial College de Londres parce que nous avons estimé que conformément au Protocole de Cartagena sur la prévention des risques biotechnologiques, la loi portant régime de biosécurité, il n’était pas normal de donner une autorisation d’importation d’œufs s’il n’y a pas eu l’information de la population, sans qu’ils ne connaissent les enjeux… », a soutenu Ali Tapsoba.

Selon le porte-parole de la CCAE, après le lâcher-test en milieu ouvert, la deuxième phase va consister au lâcher d’autres espèces de moustiques et enfin, la troisième, au lâcher des moustiques issus du forçage génétique.

Cette expérience est scientifiquement controversée dans le monde, car, elle touche les aspects sexuels de l’espèce animale, a affirmé Ali Tapsoba, avant d’ajouter : « processus irréversible, ces moustiques peuvent engendrer un bouleversement écologique dangereux pour l’espèce humaine ».

Indignation

Face à ce qu’ils qualifient de passage en force, les deux organisations de la société civile, la COPAGEN et la CCAE, ont dit qu’elles tiendront pour responsable le gouvernement burkinabè de toutes les conséquences qui pourraient en découler.

« Quand un gouvernement n’écoute pas l’opinion, il doit en tirer toutes les responsabilités. Target Malaria et le gouvernement ont fait le choix dangereux, malgré tout, d’exposer les populations et leur milieu de vie à des situations aux évolutions incertaines », a déploré Ali Tapsoba.

Le coordonnateur du groupe du relais de la société civile du projet de recherche Target Malaria, le médecin de santé publique, Sibri Sory, ne cache pas non plus sa déception.

“Nous ne sommes pas opposés à ce que les recherches se poursuivent sur le terrain pour trouver des moyens efficaces et innovants de lutte contre le paludisme.”
Yacouba Savadogo, coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme.

Mais, il a dit être déçu de la conduite de l’équipe de Target Malaria. « Je partage actuellement les inquiétudes et l’indignation que beaucoup de citoyens ressentent et expriment depuis le lâcher », a soutenu Siby Sory.

Selon Abdoulaye Diabaté, la sécurité est leur toute première préoccupation et il n’y a pas d’indice que ce test puisse causer un quelconque dommage à la santé humaine ou à l’environnement.

« Ces moustiques mâles stériles génétiquement modifiés ne persisteront pas dans l’environnement, ils vont disparaître au bout de quelques semaines. La nature de la modification génétique fait que le gène d’intérêt inséré dans leur génome va rapidement disparaître de l’environnement après le lâcher. Ils sont stériles et ne peuvent avoir de progénitures », a démontré le chercheur Diabaté.

À sa sortie du conseil des ministres, mercredi 3 juillet 2019, le porte-parole du gouvernement, Remis Dandjinou a invité les Burkinabè « à ne pas être des vecteurs de craintes inutiles ». « Tout a été fait dans le respect de la santé des populations », a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Malgré la controverse et les craintes, le projet de lutte contre le paludisme vient de franchir une étape cruciale, même s’il continue de faire l’objet de contestation des organisations anti OGM.


Les travaux se sont menés à l’IRSS, à plus de 300 Km de Ouagadougou, la capitale - Crédit photo : SDN/Abdel Aziz Nabaloum.

La prochaine étape serait celle du monitoring, qui consistera à effectuer des suivis et recaptures périodiques des moustiques.

« Nous utiliserons deux méthodes pour la recapture : la capture d’essaims et la capture par pulvérisation d’insecticides, toutes deux déjà utilisées dans nos activités de routines. Ensuite, un suivi aura lieu pendant 12 mois lors duquel les moustiques seront collectés dans le village. Les moustiques mâles stériles génétiquement modifiés vont disparaitre au bout de quelques semaines », a expliqué Abdoulaye Diabaté.

L’entomologiste a assuré qu’une évaluation indépendante externe des risques liés à la recherche avec la souche de moustiques mâles stériles en milieu confiné et une évaluation de risque en rapport avec le lâcher à petite échelle a été effectuée par l’Organisation pour la recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO).

Le coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, Yacouba Savadogo, a révélé qu’en 2010, 9.000 cas de décès avaient été répertoriés dans les formations sanitaires, contre 4.294 cas en 2018.

Il s’ensuit que pour lui, en matière de recherche contre le paludisme, il ne faut négliger aucun moyen de lutte pour éliminer la maladie.

« En tant que programme du ministère de la santé, nous allons travailler à implémenter les résultats pour réduire le fardeau du paludisme », a affirmé Yacouba Savadogo.
https://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/paludisme/article-de-fond/burkina-moustiques-ogm-17-072019.html

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

17 juillet 2019 par Dg24h


Un séminaire pour renforcer les capacités des députés


20 septembre 2019 par Dg24h
« Enjeux et défis de la 8ème législature de l’Assemblée nationale du Bénin (...)
Lire la suite

15 morts sur la route de Porto-Novo


20 septembre 2019 par Dg24h
Un accident de circulation a eu lieu dans l’après-midi de ce vendredi 20 (...)
Lire la suite

Un redoutable bandit arrêté


20 septembre 2019 par La Rédaction
Le sieur Donatien M’PO, un redoutable bandit opérant à Natitingou a été (...)
Lire la suite

Un braqueur présumé abattu par la police à Pahou


19 septembre 2019 par La Rédaction
Recherché depuis quelques temps par la Police, le braqueur présumé (...)
Lire la suite

Une centaine de téléphones achetés à 19 millions FCFA


19 septembre 2019 par Dg24h
L’audit de gestion 2018 de la Compagnie béninoise de navigation maritime (...)
Lire la suite

L’UE œuvre pour la réduction des risques liées au climat


19 septembre 2019 par Dg24h
La Délégation de l ’Union Européenne (UE) au Bénin, s’engage résolument (...)
Lire la suite

De graves irrégularités relevées au CNCB


19 septembre 2019 par Dg24h
Le Conseil national des chargeurs du Bénin (CNCB) n’a pas eu l’avis (...)
Lire la suite

Des irrégularités estimées à des centaines de millions FCFA


19 septembre 2019 par Dg24h
L’audit de l’exercice 2018 de la Compagnie béninoise de navigation (...)
Lire la suite

Un homme condamné à 2 ans de prison


19 septembre 2019 par Dg24h
Le sieur Emmanuel Agossa, âgé de 25 ans, marié et père de cinq enfants a (...)
Lire la suite

Un policier tué dans un accident de circulation


17 septembre 2019 par La Rédaction
L’accident s’est produit lundi 16 septembre 2019 à Sèmè-Podji. Un (...)
Lire la suite

La Police dégage les ’’réfugiés’’ des salles de classe


17 septembre 2019 par Dg24h
C’est grâce à l’intervention de la Police républicaine que les élèves de (...)
Lire la suite

Le préfet du Borgou constate l’effectivité de la rentrée à (...)


16 septembre 2019 par Dg24h
Le préfet du Borgou n’est pas resté coincé dans son bureau ce lundi 16 (...)
Lire la suite

ESAE et SALITAS font match nul à Cotonou


16 septembre 2019 par La Rédaction
L’équipe des Étudiants d’Esae (l’Ecole Supérieure, d’Administration, (...)
Lire la suite

Un bus détruit par le feu vers Bassila


15 septembre 2019 par Dg24h
Un nouveau coup dur pour les transports en commun. En mois de 48 h (...)
Lire la suite

L’Office du Bac apporte un démenti formel


15 septembre 2019 par Dg24h
L’Office du Bac à travers un message vient de démentir l’information (...)
Lire la suite

Une jeune fille décède suite à la punition de ses parents


14 septembre 2019 par La Rédaction
Triste réalité dans l’arrondissement de Garou, dans la commune de (...)
Lire la suite

Des mutations au ministère des enseignements secondaire


14 septembre 2019 par Dg24h
Par arrêté n°031 en date du vendredi 13 septembre, le ministre Mahougnon (...)
Lire la suite

Un mort et un blessé à Paouignan


14 septembre 2019 par Dg24h
Un accident de la route a lieu ce samedi 14 septembre vers 12h à (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information