mercredi, 17 octobre 2018 •

203 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Athiémé

La production d’huile de palme ou le grand manque à gagner




La commune d’Athiémé est l’un des centres réputés de production artisanale d’huile de palme ou huile rouge dans le département du Mono.
Dans les ‘’usines’’ de fortune, les femmes s’activent à transformer les noix de palme en huile rouge. Les sites de production sont aménagés soit dans la concession, dans les champs ou autre espace. La production d’huile de palme occupe surtout les femmes mais il n’est pas rare de trouver des hommes qui s’y adonnent. Si l’activité est plus ou moins rentable pour les populations, elle constitue un manque à gagner pour les caisses de la mairie.

Nous sommes ici à Dédékpoè, un arrondissement de la commune d’Athiémé. Un espace argileux d’à peine 10 mètres carrés ou des trous sont creusés de façon à retenir l’eau. Torses nues, un bout de pagne noué autour de la hanche, laissant même les seins à découvert, les femmes en sueur font un travail à la chaîne. Pendant que certaines vont puiser de puiser de l’eau, d’autres sont occupées à battre le mélange, et d’autres encore surveillent l’huile sur le feu…tout un spectacle. Les consommateurs sont loin d’imaginer les peines auxquelles sont sujets les braves productrices de la précieuse huile rouge.

Tant d’efforts physiques sont déployés pour la production de l’huile rouge.

« Dans un premier temps, nous devons nous procurer les régimes de palme dans les palmeraies. C’est la première marche de l’échelle des difficultés. Très tôt, nous devons nous rendre dans les palmeraies pour nous assurer de la livraison effective de la matière première après achat. Car, il n’est pas rare que nos commandes ne soient pas livrées alors même que nous avons rempli toutes les formalités d’achat », confie Jacqueline Akossou, productrice d’huile rouge à Dévèdodji, un village de la commune d’Athiémé. « Le deuxième pallier de nos difficultés réside dans le transport des noix de palme. Nos maigres ressources, pour la plupart du temps, nous opposent aux transporteurs souvent très cupides. Mais joignant la diplomatie à la supplication nous parvenons à émousser l’ardeur des transporteurs et à nous faire livrer les noix », a-t-elle renchéri.

Une dame battant le mélange fibreux de noix obtenu après malaxage
Ces deux types de difficultés contournées, le plus dur commence pour les productrices. Les régimes une fois à l’usine, souvent installée de façon artisanale dans les concessions, le gros lot du boulot démarre aussitôt de peur que les noix ne pourrissent. « Il nous faut passer à la stérilisation, c’est à dire, une cuisson à la vapeur des régimes dans des cuves. Cette stérilisation nous permet de séparer aisément les fruits de la rafle à la main ou avec des égrappoirs : c’est l’égrappage. L’étape suivante est le malaxage de la chaire des fruits préparés. Cet exercice consiste à pétrifier les fruits avec les pieds, méthode artisanale qui continue avec certains groupements et souvent ce sont les hommes, les bras valides qui sont mis à contribution. Mais avec l’évolution de la technologie, nous pouvons désormais disposer des machines à malaxer. Ce qui nous permet de gagner en temps et en énergie », explique Bouraïma Aïssatou. Les fruits ainsi complètement et finement malaxés sont soumis à l’étape de battage. « A cette étape, on verse le mélange obtenu après malaxage dans un grand bocal contenant suffisamment d’eau. Parfois, si le sol est suffisamment argileux et pouvant contenir de l’eau, alors nous creusons simplement et remplissons le trou d’eau. Alors, on commence par battre le mélange ainsi obtenu afin de séparer l’huile fraîche ou brute (une matière crémeuse et grasse de couleur orange doré) des tourteaux et des graines », ajoute dame Bouraïma.
A cette étape du travail, les femmes offrent un spectacle vraiment plaisant. Toutes dégoulinantes de sueur, un morceau de pagne ceint autour de la hanche, dans la souplesse mais avec vigueur, soit elles agitent le mélange, soit elles le soulèvent afin de le faire retomber telle une chute d’eau. Et tout ceci se fait en liesse, en chantant. Et c’est cette technique qui permet de faire remonter à la surface de l’eau l’huile brute.
Ce liquide est recueilli dans un récipient et l’on entame l’ultime étape de la chaîne de production. « Cette crème huileuse est mise au feu pour des heures de cuisson. A l’issue de cette étape, on obtient l’huile rouge de première catégorie communément appelée « colè ». Si on veut avoir de l’huile raffinée et parfumée ou le « zomi », il faudra une fois encore préparer le « colè » en y ajoutant du sel à volonté. « Généralement, il nous faut deux jours de travail acharné pour finir la production, deux jours de peines et d’efforts », ajoute dame Dossou.

L’huile rouge ainsi obtenue est mise sur le marché et intervient dans la préparation de divers mets locaux, explique Anne Dossou. « Pour arriver à réaliser cet exploit, nous nous constituons souvent en groupes de 10 personnes. Mais depuis un moment, chacune évolue dans son coin car, il y a trop de problèmes de personne dans les groupes. Dans ce cas, nous avons besoin de recruter des mains d’œuvre car, ce travail n’est pas facile et ne saurait être accompli par une seule personne quelle que soit sa bonne volonté », avoue Jacqueline Akossou.
Pour amoindrir le coût de la main d’œuvre, certaines productrices préfèrent solliciter l’aide de leurs grands enfants pour les différentes tâches. Car, en toute objectivité, d’après les témoignages, le travail de transformation de noix de palme n’est pas trop rentable.

Un travail pénible et peu rentable

A première vue, on pourrait dire sans l’ombre d’un doute que la production de l’huile rouge est une activité très rentable pour les productrices. Et pour cause, la manière dont ce liquide se vend sur le marché donne des idées à plus d’un sur la rentabilité de l’activité.
« Les gens croient, à tort ou à raison, que nous sommes à l’abri du besoin. Mais erreur ! Car, selon que la saison soit bonne, saison sèche ou mauvaise, saison pluvieuse, nous achetons la mesure de noix de palme à 500 ou à 600 francs CFA. Or, pour obtenir à peine 25 litres d’huile rouge, il faut remplir un tonneau avec 25 mesures. En clair, pour préparer 25 litres d’huile, nous dépensons parfois entre 12.500 et 15.000 francs CFA pour l’achat des noix, sans compter les frais de transport. Le prix de vente d’un bidon de 25 litres de cette huile varie entre 10.000 et 12.000 FCFA. Il apparaît dès lors que bon nombre de femmes continuent de mener cette activité juste parce qu’elles ne savent que faire cela et non parce qu’elles en tirent une fortune », explique Franck Allozounhoué, un producteur de l’arrondissement de Dédékpoè.
La machine à broyer
« J’ai commencé ce travail depuis ma tendre enfance. C’est mon activité principale. C’est ce que je sais faire de mieux. Je l’ai apprise de mes parents et je ne vis que pour çà et par çà », témoigne Anne Dossou.
De toute évidence, les productrices d’huile rouge tournent très souvent à perte. Mais leur ardeur à la tâche est loin d’être émoussée.
« Fort heureusement pour nous, rien n’est inutile sur la noix de palme. Ce qui nous permet de boucher un peu le trou. Après l’utilisation du fruit pour la préparation de l’huile rouge, la noix et tout le reste des déchets sont vendus pour arrondir nos revenus », avoue Franck Allozounhoué.
En somme, la préparation de l’huile rouge est un travail harassant à la chaîne. De l’achat des noix jusqu’à l’obtention de l’huile rouge en passant par le broyage et le malaxage, tant d’intenses efforts physiques sont fournis. Mais pour quelle rentabilité ?

Des manques à gagner pour la commune d’Athiémé

Les producteurs et productrices de l’huile rouge de la commune d’Athiémé ne se lassent de clamer la non rentabilité de l’activité. Et pourtant, les commandes se font et même des fois d’avance.
« Les clients viennent de Lokossa, Porto-Novo, Cotonou et même du Nigéria pour faire la commande. Parfois, c’est grâce à leurs avances que nous démarrons nos activités », confie Bouraïma.
« Les prix d’achat du bidon de 25 litres varient entre 11.000 et 12.000 francs CFA. Mais nous les parfois revendons entre 13.000 et 16.000 francs CFA. Il arrive des périodes où nous revendons jusqu’à 22.000 FCFA le bidon de 25 litres. C’est une très bonne affaire », reconnaît Sostelle A., un revendeur d’huile rouge.
« En bonne saison, c’est-à-dire en saison sèche, où l’on dispose suffisamment de noix, on est en mesure de produire 10 à 12 bidons de 25 litres par semaine et difficilement 3 à 5 bidons par semaine pendant la saison pluvieuse. Ce qui fait en moyenne 7.500 à 8.500 litres (300 à 340 bidons de 25 litres) d’huile produits par an et par individu ou par groupement », précise Bouraïma Aïssatou.
Au niveau de la commune d’Athiémé, l’une des grandes productrices d’huile de palme, aucune taxe n’est perçue par la mairie sur cette activité, selon les producteurs. Ce qui constitue un manque à gagner pour les recettes de la commune.
Rodolphe Montcho, un exploitant agricole d’Adohoun estime qu’ « en fixant par exemple une taxe de 10 francs par litre, la mairie pourrait prélever entre 75.000 à 85.000 francs CFA par an et par individu ou par groupement ».
« La mairie a instauré une Taxe de développement local (TDL) mais malheureusement, nous ne parvenons pas à en prélever sur l’huile rouge. La difficulté réside dans le fait que les commerçants vont faire les achats en détails », explique le maire d’Athiémé, Joseph Amavi Anani
.
La ruse utilisée par les gros acheteurs pour faire perdre des devises à la commune est de ne pas convoyer les bidons d’huile ensemble. « Souvent, c’est avec les conducteurs taxi-moto que le transport se fait jusqu’à la sortie de la commune. C’est tout comme si, c’est juste pour la consommation, pour les besoins quotidiens et là nous sommes bloqués et ne pouvons exiger la TDL. Pour le moment, nous n’avons pas encore trouvé les moyens pour prélever ces taxes », déplore le maire.

Le cri de cœur des productrices

Si l’activité de production artisanale de l’huile rouge est en elle-même très harassante, avoir les moyens nécessaires pour bien la mener est l’autre casse-tête des femmes. Elles se plaignent très souvent du manque de moyens financiers.
« Le manque du nerf de la guerre fait que des fois, nous perdons des opportunités. A cause de la non rentabilité de l’activité, surtout en saison pluvieuse, nous sommes souvent à court d’argent pour l’approvisionnement en noix de palme », souligne dame Bouraïma.
Mais ces femmes pour la plupart ne font pas que la production d’huile rouge. Car, selon les saisons, il y a des périodes de soudure. « Pendant les périodes de soudure, nous ne restons pas les bras croisés. C’est la période par excellence où nous nous adonnons à des activités annexes comme le cassage des graines de palme afin d’en extraire les amandes pour d’autres utilités », explique Jacqueline Akossou.
Face à la situation, les femmes productrices d’huile rouge ne savent plus à quel saint se vouer. « Nous faisons appel à toutes les bonnes volontés (…). Si on peut nous renforcer en matériel de production adéquat et nous trouver de petits crédits à faible taux de remboursement, cela nous allègerait considérablement la tâche », souhaite Anne Dossou.
Une productrice en train de battre les fruits malaxés
« Nous sommes parfois contraintes de nous endetter pour pouvoir relancer les activités. Des dettes que nous avons de la peine à honorer du fait des pertes enregistrées », conclut-elle.
La production artisanale d’huile de palme est une activité génératrice de revenus pour bon nombre de femmes à Athiémé. Mais au même moment où elles se lamentent de leurs difficultés, des revendeurs s’enrichissent sur leurs dos et la mairie peine à tirer profit de cette activité.

Cokou Romain AHLINVI

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 juin 2018 par Dg24h


Le Compte rendu du Conseil des Ministres du 17 Octobre 2018


17 octobre 2018 par Dg24h
La réunion hebdomadaire du Conseil des Ministres a eu lieu ce mercredi (...)
Lire la suite

A la découverte des bénéficiaires du projet emploi des jeunes


17 octobre 2018 par Dg24h
C’est en prélude à la célébration de la Journée Internationale pour (...)
Lire la suite

A la découverte des bénéficiaires du projet emploi des jeunes


17 octobre 2018 par La Rédaction
C’est en prélude à la célébration de la Journée Internationale pour (...)
Lire la suite

Un motocycliste meurt dans un accident à Sè


16 octobre 2018 par Dg24h
Dans la journée de ce lundi 15 octobre 2018, un motocycliste a trouvé (...)
Lire la suite

Sacca Lafia rappelle la date butoir du 1er décembre


16 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia à (...)
Lire la suite

Un conducteur de moto grièvement blessé


16 octobre 2018 par Dg24h
Dans la nuit du lundi au mardi 16 octobre 2018, les malfrats ont tiré (...)
Lire la suite

01 mort et 03 blessés au cours d’un braquage à Challa Ogoï


15 octobre 2018 par Dg24h
01 mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels. C’est le bilan d’un (...)
Lire la suite

L’aéroport de Tourou ou le symbole de la gestion hasardeuse de (...)


15 octobre 2018 par Dg24h
Construit par le régime du président Boni Yayi, l’aéroport international (...)
Lire la suite

Un présumé meurtrier du brigadier Chabi Mohamed arrêté


14 octobre 2018 par Dg24h
L’un des malfrats auteur de la mort du brigadier Mohamed Chabi Bernard (...)
Lire la suite

« La quatrième révolution industrielle est en marche (...) » (Serge (...)


14 octobre 2018 par Dg24h
La Commission Electrotechnique Internationale (CEI) et l’Union (...)
Lire la suite

La liste des Etablissements Privés d’Enseignement agréés sera connue (...)


13 octobre 2018 par Dg24h
Invité ce vendredi 12 octobre 2018, sur l’hebdo de Océan Fm, le directeur (...)
Lire la suite

Erick Hector Hounkpè dévoile le package du Fitheb 2018


13 octobre 2018 par La Rédaction
La 14ème édition du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) (...)
Lire la suite

Moov-Bénin accompagne la 29ème convention nationale de la JCI Natitingou (...)


12 octobre 2018 par Dg24h
Animée sous le thème Illuminons notre communauté, la 29eme convention (...)
Lire la suite

Gouvernement, Fao et Népad pour des emplois décents aux jeunes (...)


12 octobre 2018 par Dg24h
Plusieurs cadres et acteurs du monde rural ont pris part à l’atelier de (...)
Lire la suite

Louise Mushikiwabo prend les rênes du secrétariat général de (...)


12 octobre 2018 par Dg24h
Le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la (...)
Lire la suite

Les étudiants témoignent leur reconnaissance au gouvernement


11 octobre 2018 par Dg24h
Quelques heures après l’autorisation en Conseil des ministres du (...)
Lire la suite

Le ‘’Kpayo’’ a créé d’importants dégâts ce jeudi à Tankpè


11 octobre 2018 par La Rédaction
Dans la matinée de ce jeudi 11 octobre 2018, un dépôt de vente de (...)
Lire la suite

Le Bénin renforce sa coopération avec les institutions internationales


11 octobre 2018 par Dg24h
Le gouvernement a transmis à l’Assemblée nationale pour ratification (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information