samedi, 15 juin 2024 -

832 visiteurs en ce moment

28 septembre. Journée internationale pour la légalisation de l’avortement

La lutte des femmes pour décider de leur corps doit se poursuivre dans la rue.




Dans un contexte sous lequel la crise capitaliste et patriarcale condamne de plus en plus de personnes à la pauvreté et à la violence en raison des plans d’ajustement des gouvernements et des organisations impérialistes comme le FMI, ce 28 septembre les femmes s’organisent et se mobilisent pour défendre leurs droits.

Depuis le triomphe historique des camarades argentines qui ont obtenu la légalisation de l’avortement en 2020, la marée verte continue de déferler sur l’Amérique latine. Récemment, au Mexique, la dépénalisation de l’avortement a été gagnée dans tout le pays, ce qui a permis de fournir ce service dans les établissements publics. L’année dernière, c’est la Colombie qui a également obtenu ce droit.

Cependant, il reste encore un long chemin à parcourir avant que le droit de décider de son corps soit pleinement respecté pour toutes les femmes. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 25 millions d’avortements à risque sont pratiqués chaque année, dont 39 000 femmes meurent et des millions sont hospitalisées en raison de complications. La plupart de ces décès sont concentrés dans les pays pauvres d’Afrique (60 %) et d’Asie (30 %). L’avortement reste un problème de santé publique qui reflète les inégalités sociales dans la plupart des pays, les femmes les plus pauvres étant les plus susceptibles de mourir d’un avortement pratiqué dans des conditions dangereuses ou d’être criminalisées.

Bien que le mouvement ait obtenu des résultats, il existe une menace constante de les voir disparaître, en raison de la réaction des églises, des institutions religieuses et des secteurs hostiles aux droits. Les gouvernements et les candidats de droite ne cessent de manifester leur opposition aux droits des femmes et de la communauté LGBTTIQ+, comme cela s’est produit aux États-Unis lorsque la Cour suprême a annulé l’arrêt Roe v. Wade. Cela a entraîné l’annulation du droit constitutionnel à l’avortement, en vigueur depuis plus de 50 ans, qui est désormais déterminé par les États, mais qui est actuellement interdit dans huit d’entre eux. Les États-Unis se trouvent ainsi à l’opposé des progrès accomplis dans d’autres pays avec le mouvement de la marée verte, lorsqu’ils sont devenus l’un des premiers à bénéficier de ce droit. En Argentine, Javier Milei, candidat d’extrême droite aux prochaines élections présidentielles, menace d’annuler la légalisation de l’avortement. Dans la plupart des pays d’Amérique latine, l’avortement est pénalisé ou restreint ; dans certains pays, il est totalement interdit, comme en République dominicaine, au Nicaragua, à Haïti et au Salvador. Même des gouvernements « progressistes », comme celui du président Lula au Brésil, ont modifié leur position en faveur de l’avortement pour ne pas perdre le soutien des secteurs religieux. Une situation similaire se produit au Venezuela, où les liens institutionnels entre l’État et les églises se renforcent, ce qui a entraîné un recul brutal du dialogue sur la dépénalisation de l’avortement obtenu grâce à la force de la mobilisation. Ainsi, en Turquie, si l’avortement est effectivement légal, les obstacles sont nombreux dans les hôpitaux publics. Dans la pratique, de nombreuses femmes ne peuvent pas accéder facilement au droit à l’avortement gratuit et sûr.

Nous ne pouvons pas compter sur les gouvernements pour respecter ce que nous avons obtenu par la lutte. Même dans les pays où l’avortement a été dépénalisé, les ressources nécessaires n’ont pas été allouées pour fournir des services universels et dignes aux femmes et aux personnes pouvant avoir des enfants. C’est une situation discriminatoire, car il a été permis de tirer profit de ce service par le biais de cliniques privées qui ne sont accessibles qu’à ceux qui peuvent les payer, en négligeant le service public. En Espagne, les dernières statistiques montrent que, bien que la légalisation de l’avortement remonte à plus de dix ans, onze provinces n’ont enregistré aucun cas, ce qui constitue une violation des droits et entraîne le déplacement de femmes et de femmes enceintes. De plus, on estime qu’environ 15 % seulement des avortements sont pratiqués dans les services de santé publique. Nous devons exiger de tous les gouvernements qu’ils légalisent l’avortement, en le garantissant gratuit, sûr et universel dans les cliniques et les hôpitaux, et qu’ils fournissent gratuitement des contraceptifs pour le prévenir. Pourtant, cela oblige qu’ils allouent des budgets pour renforcer les systèmes de santé publique, au lieu de continuer à payer des dettes extérieures à des organismes tels que le FMI.

Le droit des femmes et des personnes en mesure de procréer de décider de leur corps, de leur sexualité et de leur vie implique qu’une éducation sexuelle complète soit dispensée à tous les niveaux d’enseignement, sans préjugés sexistes. Il est également nécessaire d’exiger la fin de la criminalisation et la libération de toutes les femmes emprisonnées pour avoir avorté, ainsi que la fin des violences obstétricales qui stigmatisent celles qui décident d’avorter. Nous luttons pour une maternité libre et choisie, afin qu’aucune fille ne soit forcée de devenir mère. Pour qu’il y ait une maternité à part entière, nous exigeons que les États reconnaissent le travail reproductif, en allouant des ressources pour installer des cantines et des crèches publiques. Les mères qui travaillent doivent bénéficier de salaires décents et d’avantages sociaux.

En ce 28 septembre, Journée internationale pour légaliser l’avortement, l’Unité internationale des travailleuses et des travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-CI), nous formulons ces demandes, mais nous sommes conscientes qu’elles ne seront pas pleinement satisfaites dans ce système capitaliste et patriarcal. La domination bourgeoise et ses gouvernements ont trouvé commode que les femmes soient toujours confinées au travail de reproduction et que nous soyons opprimées par le mandat patriarcal d’être mères indépendamment de notre choix, afin qu’ils puissent nous imposer davantage d’exploitation. C’est pourquoi nous pensons qu’il est nécessaire que ce soit la classe ouvrière qui gouverne, qu’elle mette en place des services de santé publique et d’éducation décents afin que toutes les femmes et tous les peuples puissent exercer leur sexualité et décider de leur corps librement et pleinement.

Légalisation de l’avortement sûr et gratuit dans le monde entier !
Plus un seul décès dû aux avortements clandestins !
Liberté pour toutes les femmes emprisonnées pour avoir avorté !
Des contraceptifs pour éviter l’avortement !
Éducation sexuelle pour décider !
Pour une maternité libre et choisie !
Pour des budgets plus importants pour la santé et l’éducation !
Les églises - les institutions religieuses et l’État sont des questions distinctes !

Septembre 2023

Unité internationale des travailleuses et des travailleurs – Quatrième Internationale (UIT-QI)

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

27 septembre 2023 par Judicaël ZOHOUN




Dr Louis-Georges Tin répond à Eric Houndété et au Parlement


11 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
A la suite des questions du député Eric Houndété au gouvernement sur (...)
Lire la suite

AMOUR DE CONTENEUR …


11 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

Comment sortir des intrigues de Tiani ?


10 juin 2024 par Judicaël ZOHOUN
« La situation entre le Bénin et le Niger demeure une intrigue ». (...)
Lire la suite

DELIRES DE PANAFRICONS


21 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

UNE MARCHE PATRIOTIQUE !


14 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

Qui est AMADOU Moudachirou ?


14 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN
Ancien joueur de L’ Énergie Cottbus de Karlsruher SC, de Hanovre 96 (...)
Lire la suite

NO PHOTOS DE PENIS ?


2 mai 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

Mamadou Nago GUEYE : L’histoire jamais racontée d’un grand patriote


30 avril 2024 par Judicaël ZOHOUN
Né le 14 juillet 1920, à Dakar, Mamadou Nago Guèye, était un (...)
Lire la suite

REPRODUCTEURS SAUFS !


30 avril 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

COMPTE RENDU DU CONSEIL DES MINISTRES DU 11 AVRIL 2024


12 avril 2024 par Judicaël ZOHOUN
Le Conseil des Ministres s’est réuni jeudi, le 11 avril 2024, sous la (...)
Lire la suite

CONVERTISSEZ-VOUS …


11 avril 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

Plaidoyer pour une réforme du championnat professionnel de foot au Bénin


10 avril 2024 par Judicaël ZOHOUN
Il y a quelques jours, monsieur Benoît DATO, ministre chargé des (...)
Lire la suite

L’Omc et la Fao au chevet du coton africain


27 mars 2024 par Judicaël ZOHOUN
L’Omc avait prévu d’examiner le rapport de la Fao sur la réponse aux (...)
Lire la suite

TOUTE BETISE MERITE SALAIRE


26 mars 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

AMOUR FORCé


19 mars 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

POUR ETRE DEBOUT !


22 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou dirige un pays de (...)
Lire la suite

MALTRAITANCE


15 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
Oncle AGBAYA On vous l’avait bien dit, mon Neveu Patou (...)
Lire la suite

Bertin Koovi, les menaces, la diffamation et les excuses publiques


13 février 2024 par Judicaël ZOHOUN
Les trois récentes publications de Bertin Koovi sur les réseaux (...)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires