dimanche, 24 octobre 2021 •

475 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Haïti ou le péché du monde




(Par Roger Gbégnonvi)

​Chaque fois qu’Haïti se rappelle au bon souvenir du monde, c’est au travers de ses malheurs répétitifs et de ses mystères douloureux, dont l’énorme raté de Jean-Bertrand Aristide. Du prêtre catholique devenu Président de la République, le peuple attendait un début d’eau fraîche sur un horizon moins sombre. Or, à l’instar de ses prédécesseurs, il a sombré dans les affres du Vaudou, moteur de la peur et de la violence répandus à profusion par la milice des Toton-Macoute pour maintenir le peuple au plus bas de la fosse.
​Mais en amont du Vaudou maléfique et des Tonton-Macoute malfaisants, il y a la terre, cette terre d’Haïti sur laquelle – les géologues en conviennent – on ne laisserait pas vivre ses chiens qu’on aime, parce que c’est une terre à la structure tectonique fragile, promise à des dislocations périodiques imitant le chaos d’avant la création du monde. Sur cette terre, on a pourtant déporté et abandonné des êtres humains que, sur leur itinéraire connu, personne n’a jamais aimés. La haine à eux vouée s’illustra d’abord à Abomey où on les lacéra et ligota avant de les pousser, lanière au poing, jusqu’à Ouidah où ils furent vendus aux enchères, marqués et numérotés, ligotés derechef et emmenés dans les cales des navires de leurs acheteurs. Désespérance. Certains se suicidèrent. D’autres, jugés trop affaiblis ou avariés, furent jetés à la mer. « Et je me dis Bordeaux et Nantes et Liverpool et New-York et San-Francisco… Qui peut se vanter d’avoir mieux que moi ? Virginie. Tennessee. Géorgie. Alabama. Putréfactions monstrueuses de révoltes inopérantes… » (Aimé Césaire).
​Or la révolte d’Haïti ne fut pas inopérante. Vendu et revendu, battu et pendu, au bout de mille et un jours encrassés d’injures et de tortures, le peuple abandonné sur la terre inhospitalière d’Haïti se souleva, proclama sa foi en son humanité et arracha la liberté. Mal lui en prit. On lui fit payer cher l’arrachement de la liberté. Non pas, cette-fois-ci, en tortures et souillures, mais en matières dûment sonnantes et trébuchantes, qui avaient déjà servi à côté d’autres objets quand on le vendait, l’achetait et le revendait. L’on exigea donc, en 1825, 150 millions de franc-or pour reconnaître la République d’Haïti en tant qu’Etat. Haïti paya cette dette jusqu’en 1938. Plus d’un siècle pour honorer une dette qui n’avait rien de modique ni de symbolique. Des économistes avertis disent qu’Haïti ne s’en est jamais relevé. Pas plus que ne s’en sont relevés les pays africains à qui l’on donna l’indépendance en 1960. La dette à eux imposée fut exprimée en « accords secrets » qui les dépouillèrent de tout, et d’abord de leur économie et de leur liberté, pour ne leur laisser que l’indépendance.
​Mais revenons à Haïti écrasé par et sous le péché du monde, péché d’argent ‘‘gagné’’ avec rage d’Abomey à Alabama en passant par Ouidah et Bordeaux. Et que l’on ne s’y méprenne pas. Que l’on ne charge point X et Y singuliers de ce péché du monde. C’est l’homme qu’il en faut charger. Lorsqu’il peint l’homme dans ses aphorismes, Paul Valéry ne peut s’empêcher de constater : « Il ne sait guère que prendre, tuer ou détruire, et fuir. » Il ne fuit pas toujours, sûr de soi, il nargue tout le monde et son père. Lorsqu’il écrit la préface pour le Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire, André Breton ne peut s’empêcher de stigmatiser « l’abjection suprême qui s’appelle le pouvoir de l’argent ». Lorsqu’il flaire le danger pour l’homme de prendre le moyen pour la fin, Jésus ne peut s’empêcher de le prier de ne pas faire de l’argent son maître. Hélas pour Jésus, rien de plus fascinant que l’argent.
Et d’Abomey à Alabama en passant par Ouidah et Bordeaux, l’homme sombre dans l’appât de l’argent. De son cœur protocolaire, il pourfend les malheurs d’Haïti. De son cœur appâté, il attise les malheurs de tous les Haïti du monde. Et certains subodorent « l’abjecte pouvoir de l’argent » derrière le Covid-19. La maladie imposée à l’achat ? Ô Seigneur !

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

28 août 2021 par Judicaël ZOHOUN




Pourquoi le Covid-19 ne l’emportera pas


23 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’homme n’accepte pas sa finitude. Il accepte, en (...)
Lire la suite

Autour du Sommet Afrique-France à Montpelier


16 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Ils sont venus, ils sont tous là », aurait (...)
Lire la suite

Exploitation des données de santé : une mine d’or pour l’atteinte des (...)


8 octobre 2021 par Judicaël ZOHOUN
En matière de santé, il existe une grande variété d’acteurs chargés de la (...)
Lire la suite

Arracher l’Afrique au Syndrome Alpha Condé


11 septembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Syndrome Alpha Condé qui est toujours déjà celui de Sékou Touré, de (...)
Lire la suite

LE PASSÉ, LE PRÉSENT ET L’AVENIR DU CORONAVIRUS


4 septembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
Le SARS-COV-2 va en réalité, dans trois à quatre ans, devenir un virus (...)
Lire la suite

Voltaire et le Nègre en débat


4 septembre 2021 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans le quotidien allemand, Der Spiegel, du 1er (...)
Lire la suite

POUR UN AUTRE REGARD SUR L’AFRIQUE ! RESPECT, PRAGMATISME, CONFIANCE (...)


5 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
Nos partenaires, nos amis, nos sœurs et frères d’Afrique en ont assez… (...)
Lire la suite

Nouveau Départ et syndrome de Judas


29 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​« Mais Jésus dit à Judas : ‘’Ami, fais ta besogne’’ » (Math. 26/50). On (...)
Lire la suite

Le Bénin ne vit pas sous une dictature


28 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
Un texte bien inspirant avait récemment circulé, sur les réseaux sociaux (...)
Lire la suite

Démocratie et honnêteté politique au Bénin


27 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le bilan matériel du Bénin transfiguré en cinq ans de labeur porte en (...)
Lire la suite

Dieu incarné en débat à Parakou


20 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Récemment, sur Golfe TV Africa, relayé par les réseaux sociaux, (...)
Lire la suite

Mes prédictions IdO pour 2021 : une technologie plus intelligente (...)


17 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez les tendances de l’IdO que nous verrons le plus en 2021. Parmi (...)
Lire la suite

Plus forts ensembles : Pourquoi Ecobank dit Non aux maladies (...)


3 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Notre continent est confronté à de nombreux problèmes de santé publique. (...)
Lire la suite

Dieu et le Covid-19


30 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Lorsque nous ne sommes pas en soin intensif pour avoir été testé positif (...)
Lire la suite

Le défi mondial de la régulation du Web


28 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les questions de la liberté d’expression sur Internet et de la (...)
Lire la suite

Pourquoi le PAG doit enterrer ‘‘Yovo, cadeau’’


9 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Une comptine qui date d’au moins cent ans, puisque les Béninois qui, en (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


3 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas dit la vérité Le titre (...)
Lire la suite

LE PARRAINAGE OU LA DERNIÈRE MARCHE DES RÉFORMES POLITIQUES


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Depuis quelques semaines, le débat politique au Bénin est polarisé (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires