mercredi, 28 juillet 2021 •

204 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Ambitions de la nouvelle Charte des partis politiques du Bénin




(Par Roger Gbégnonvi)

​Depuis quelque temps, il n’est clameur et fureur dans nos conversations que du recul de notre belle démocratie au travers, entre autres, de l’assassinat du multipartisme intégral. Or, à considérer de plus près ce méchant grief d’assassinat, il n’en est peut-être rien.
​De quoi s’agit-il en effet ? Jusqu’à l’adoption de la Loi n° 2018-31 portant Charte des partis politiques en République du Bénin, modifiée et complétée par la Loi n° 2019 du 15 novembre 2019, un parti politique était la propriété exclusive de celui ou celle qui l’avait créé. Les membres ne payaient guère de cotisation. Le créateur avait donc en charge les frais d’entretien de sa création. S’il lui arrivait d’avoir accès au trésor public, il ne s’interdisait pas des combines répréhensibles pour y puiser au profit de son parti. Ses élus au Parlement, nonobstant salaires, nonobstant primes et indemnités diverses et variées, se vendaient á l’Exécutif à dix millions le député pour chaque loi importante à voter. C’est dans le livre de François Awoudo, paru en 2004, dans lequel le préfacier a vu « l’univers de l’immoralité politique dans son pays le Bénin ». Et nul ne porta plainte. Car « moi aussi j’ai pris l’argent ! »
​Deux ambitions animent la nouvelle Charte des partis politiques du Bénin. Première ambition :- Détacher les partis politiques des gens d’argent, des régions, des villages et des ethnies, et les rattacher à la Nation tout entière dont « chaque député est le représentant » aux termes de l’Article 80 de la Constitution. Pour y arriver, l’Article 16 de la Charte énonce : « Le nombre des membres fondateurs d’un parti politique ne doit pas être inférieur à quinze (15) par commune. » Quinze personnes réelles et non fictives, répondant, chacune, à tous les critères fixés par la Loi. Aucun des 58 articles de la nouvelle Charte n’interdit le multipartisme intégral. Il nous est donc loisible de ressusciter nos 250 partis d’antan. Il suffira à chaque parti de réunir un total d’au moins 1155 fondateurs pour l’ensemble des 77 communes actuelles. Au prorata de 250 partis, si le nombre des Communes n’augmente pas, sur l’étendue du territoire on compterait au moins 88935 fondateurs. Et comme le Béninois aime qu’on le distingue, le Bénin se transformerait en un vaste jardin fleuri de ‘‘Monsieur le Fondateur’’, ‘‘Madame la Fondatrice’’, bourgeons annonciateurs de ‘‘Honorables Députés’’.
Deuxième ambition de la nouvelle Charte :- Réduire l’ampleur de « l’immoralité politique ». Pour y arriver, le chapitre III, fait de trois articles, est intitulé « Du financement des partis politiques ». L’Article 39, le dernier des trois, précise : « Les subventions de l’Etat aux partis politiques représentent l’aide destinée au financement des activités des partis politiques. » Cette ‘‘aide’’ n’exclut pas ce que l’article 32 avait appelé « les ressources propres ou externes des partis politiques en dehors de subventions et autres aides de l’Etat ». Les trois articles du chapitre III de la nouvelle Charte apportent du grain à moudre à l’Article 5 nouveau de la Constitution, qui stipule : « L’Etat concourt au financement des partis politiques aux conditions fixées par la loi… »
Les deux ambitions ci-dessus constituent des garde-fous solides à la création des partis politiques, de peur que la démocratie béninoise ne se détériore et, de faiblesse en vacillement, n’aille s’écraser sous les bottes de quelque soldatesque putschiste. La nouvelle Charte des partis politiques en République du Bénin consolide les bases et les acquis de notre démocratie. Plus de paris-maison. Et Faute d’absorber toute « l’immoralité politique », les mesures ci-dessus devraient pouvoir l’atténuer. Et nul ne devrait se plaindre que notre démocratie se discipline et se civilise de plus en plus en attendant et en espérant que la politique, service de la cité et des citoyens, deviendra ou redeviendra au Bénin un métier d’honnêteté et d’honneur. Alors parmi les nations grandes, le Bénin sera une grande nation.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

31 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN




POUR UN AUTRE REGARD SUR L’AFRIQUE ! RESPECT, PRAGMATISME, CONFIANCE (...)


5 juillet 2021 par Judicaël ZOHOUN
Nos partenaires, nos amis, nos sœurs et frères d’Afrique en ont assez… (...)
Lire la suite

Nouveau Départ et syndrome de Judas


29 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​« Mais Jésus dit à Judas : ‘’Ami, fais ta besogne’’ » (Math. 26/50). On (...)
Lire la suite

Le Bénin ne vit pas sous une dictature


28 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
Un texte bien inspirant avait récemment circulé, sur les réseaux sociaux (...)
Lire la suite

Démocratie et honnêteté politique au Bénin


27 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le bilan matériel du Bénin transfiguré en cinq ans de labeur porte en (...)
Lire la suite

Dieu incarné en débat à Parakou


20 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Récemment, sur Golfe TV Africa, relayé par les réseaux sociaux, (...)
Lire la suite

Mes prédictions IdO pour 2021 : une technologie plus intelligente (...)


17 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez les tendances de l’IdO que nous verrons le plus en 2021. Parmi (...)
Lire la suite

Plus forts ensembles : Pourquoi Ecobank dit Non aux maladies (...)


3 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Notre continent est confronté à de nombreux problèmes de santé publique. (...)
Lire la suite

Dieu et le Covid-19


30 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Lorsque nous ne sommes pas en soin intensif pour avoir été testé positif (...)
Lire la suite

Le défi mondial de la régulation du Web


28 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les questions de la liberté d’expression sur Internet et de la (...)
Lire la suite

Pourquoi le PAG doit enterrer ‘‘Yovo, cadeau’’


9 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Une comptine qui date d’au moins cent ans, puisque les Béninois qui, en (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


3 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas dit la vérité Le titre (...)
Lire la suite

LE PARRAINAGE OU LA DERNIÈRE MARCHE DES RÉFORMES POLITIQUES


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Depuis quelques semaines, le débat politique au Bénin est polarisé (...)
Lire la suite

Comment nous avons tout perdu en 2020


12 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les curieux événements qui font le sujet de (...)
Lire la suite

Obama et Trump et l’empathie en politique


5 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Certains politologues rendent le Covid-19 (...)
Lire la suite

Félix Iroko historien sans désemparer


28 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) A quelques heures d’intervalle, avec un an de (...)
Lire la suite

Emigration clandestine : l’Afrique c’est dur, mais vous n’êtes pas des (...)


11 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Aliou TALL) Ceux qui encouragent les jeunes africains sur les (...)
Lire la suite

Evolution de l’Etat au Bénin


24 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans son interview à Jeune Afrique (N° 3093, (...)
Lire la suite

Chemins et textes pour la victoire


17 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les hommes meurent et ils ne sont pas heureux (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires