mercredi, 23 juin 2021 •

295 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Afrique et Prix Nobel de la Paix




(Par Roger Gbégnonvi)

​Le Prix Nobel de la Paix 2019 est le Premier Ministre éthiopien, Abiy Ahmed. En 2018, ce fut le médecin congolais Denis Mukwege. Le tout premier Africain nominé fut, en 1960, le sud-africain Albert John Luthuli, ancien président de l’ANC. De 1960 à 2019, l’Afrique, blanche et noire, aligne environ 15 Nobel de la Paix, en comptant chaque individu des duos Mandela-de Klerk en 1993, Sirleaf-Gbowee en 2011, et du quartet tunisien en 2015. L’Afrique ne peut que se féliciter de cette moisson qui fait d’elle un continent riche en paix.
​Parce que riche en guerres. Si domestiques et rudimentaires soient-elles, comparées à 14-18, à 39-45, et à DAECH, etc. L’analyse de la liste des Prix Nobel de la Paix en Afrique révèle un certain penchant du Jury d’Oslo pour les héros qui ne bousculent pas trop l’ordre établi. En prenant position contre l’apartheid dans la paix du Christ, Mgr Desmond Tutu a été nominé en 1984 dans une Afrique du Sud déchirée. L’avocat Nelson Mandela, qui plaidait avec force pour la justice et pour l’égalité entre tous les Sud-Africains, connaîtra 27 ans de prison. Après quoi, assagi et gagné à la modération et au dialogue, il obtint le Prix, quitte à le partager avec l’ennemi. En Inde, le Jury hésita sur le nom du Mahatma Gandhi jusqu’à son assassinat. Cet apôtre de la non-violence bousculait trop l’ordre britannique établi.
​L’ordre établi c’est aussi le partage mondial des tâches. Pour l’Afrique Noire, ce partage fut théorisé par La philosophie bantoue du prêtre belge Tempels, résumée et validée par Senghor décrétant que « L’émotion est nègre comme la raison est hellène. » Et voici l’homme noir regardé d’abord et surtout par la lucarne des errances ‘‘guerre et paix’’, sur fond de chants et danses, et de visages aux ‘‘sourires bon-enfant’’. C’est donc naturellement que le Jury d’Oslo destine à l’Afrique blanche, notamment à la partie blanche de l’Afrique du Sud, les Prix Nobel africains à caractère scientifique, sans connotation pacifico-folklorique.
​Or, sans préjugé, le Jury d’Oslo aurait sans doute remarqué le Franco-Béninois Bertin Nahum. La France le célébrait encore en 2017 : « Pionnier de la robotique médicale, il a mis au point un robot chirurgical qui opère le cerveau avec une fiabilité et une précision sans égales. » Le jury aurait remarqué aussi le Guinéen Mountaga Keita. Après avoir travaillé longtemps dans la banque aux USA, il rentre à Conakry en 2013, crée en 2017 ‘‘Tulip-Industrie’’ pour « révolutionner le monde médical en Afrique mais aussi dans le monde ». A cet effet il a inventé la « borne médicale numérique capable d’examiner les patients ». Les données sont inscrites sur l’ordinateur. Tout est digitalisé. Une illustration de l’intelligence artificielle par un Guinéen dans sa Guinée à peine sortie de 50 ans d’une dictature broyeuse d’hommes et de talents. Le Jury aurait remarqué de même le Béninois Jérôme Fagla Mêdégan. L’aîné des ci-devant quadragénaires doit sa crinière blanche au fait qu’il vit plus souvent enfermé dans un laboratoire qu’à l’air libre. Pendant des décennies, il a interrogé la forêt et la science et a fini par extraire la molécule VK500 qui soulage les drépanocytaires béninois, africains, allemands turcophones, etc. Passionné par la recherche, la foi chevillée au microscope et aux éprouvettes, il jure qu’il enverra la drépanocytose au cimetière des maladies avant qu’on ne le porte lui au cimetière des humains. Dieu l’entende.
​Bien que leurs inventions contribuent à la paix dans le monde, ces trois scientifiques mériteraient, chacun ou ensemble, un autre Prix que celui de la Paix. A condition que le Jury d’Oslo n’enferme pas l’Afrique Noire dans « les rires banania » que même Senghor voulait « déchirer sur tous les murs de France ». Déchirés ou pas, ils polluent notre inconscient. Puisse le Jury d’Oslo nettoyer les écuries d’Augias pour montrer à tous hommes que les portes de la science, de la technique et de la technologie ne sont fermées à aucun peuple.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

26 octobre 2019 par Judicaël ZOHOUN




POUR UN AUTRE REGARD SUR L’AFRIQUE ! RESPECT, PRAGMATISME, CONFIANCE (...)


21 juin 2021 par Judicaël ZOHOUN
Nos partenaires, nos amis, nos sœurs et frères d’Afrique en ont assez… (...)
Lire la suite

Nouveau Départ et syndrome de Judas


29 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
​« Mais Jésus dit à Judas : ‘’Ami, fais ta besogne’’ » (Math. 26/50). On (...)
Lire la suite

Le Bénin ne vit pas sous une dictature


28 mai 2021 par Judicaël ZOHOUN
Un texte bien inspirant avait récemment circulé, sur les réseaux sociaux (...)
Lire la suite

Démocratie et honnêteté politique au Bénin


27 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Le bilan matériel du Bénin transfiguré en cinq ans de labeur porte en (...)
Lire la suite

Dieu incarné en débat à Parakou


20 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Récemment, sur Golfe TV Africa, relayé par les réseaux sociaux, (...)
Lire la suite

Mes prédictions IdO pour 2021 : une technologie plus intelligente (...)


17 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Découvrez les tendances de l’IdO que nous verrons le plus en 2021. Parmi (...)
Lire la suite

Plus forts ensembles : Pourquoi Ecobank dit Non aux maladies (...)


3 février 2021 par Judicaël ZOHOUN
Notre continent est confronté à de nombreux problèmes de santé publique. (...)
Lire la suite

Dieu et le Covid-19


30 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Lorsque nous ne sommes pas en soin intensif pour avoir été testé positif (...)
Lire la suite

Le défi mondial de la régulation du Web


28 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Les questions de la liberté d’expression sur Internet et de la (...)
Lire la suite

Pourquoi le PAG doit enterrer ‘‘Yovo, cadeau’’


9 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
​Une comptine qui date d’au moins cent ans, puisque les Béninois qui, en (...)
Lire la suite

Les grands moments de la musique béninoise


3 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
CHRONIQUE Musique : Angélique Kidjo n’a pas dit la vérité Le titre (...)
Lire la suite

LE PARRAINAGE OU LA DERNIÈRE MARCHE DES RÉFORMES POLITIQUES


2 janvier 2021 par Judicaël ZOHOUN
Depuis quelques semaines, le débat politique au Bénin est polarisé (...)
Lire la suite

Comment nous avons tout perdu en 2020


12 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​« Les curieux événements qui font le sujet de (...)
Lire la suite

Obama et Trump et l’empathie en politique


5 décembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Certains politologues rendent le Covid-19 (...)
Lire la suite

Félix Iroko historien sans désemparer


28 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) A quelques heures d’intervalle, avec un an de (...)
Lire la suite

Emigration clandestine : l’Afrique c’est dur, mais vous n’êtes pas des (...)


11 novembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Aliou TALL) Ceux qui encouragent les jeunes africains sur les (...)
Lire la suite

Ambitions de la nouvelle Charte des partis politiques du (...)


31 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Depuis quelque temps, il n’est clameur et fureur (...)
Lire la suite

Evolution de l’Etat au Bénin


24 octobre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Dans son interview à Jeune Afrique (N° 3093, (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires