jeudi, 28 mai 2020 •

278 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Nos coutumes dévoreuses de nos enfants




(Par Roger Gbégnonvi)

​Le Conseil des Ministres du 18 avril 2018 a épinglé 17 directeurs d’école accusés d’avoir dérobé une partie des vivres destinés à leurs écoliers. On augmente l’effectif réel des enfants et on emporte chez soi la plus-value frauduleuse. Un journal a accusé l’Etat d’avoir, ce 18 avril, épargné les siens directeurs tout aussi chapardeurs. Ils seraient donc plus de 17 à avoir volé leurs écoliers. L’affaire ne mériterait qu’un ‘‘bof !’’ et, rigolant, on poursuivrait son chemin, si elle n’était le reflet exact et cruel d’un certain aspect de nos coutumes volontiers dévoreuses de nos enfants, coutumes infanticides quand elles jugent le meurtre nécessaire.
​Car ici ou là, au Bénin, le bébé est décrété sorcier et supprimé à sa naissance parce qu’il est venu à nous par le siège ou la face contre le sol, etc. Il est sorcier. Mais ses parents ne le sont pas et continueront à procréer. Sereins. En quoi est sorcier le tout petit innocent qui porte sur la gencive une membrane prise pour une dent ? Il est sorcier parce que nos coutumes l’ont décrété tel. Et nos coutumes, si prévoyantes par ailleurs, n’ont rien prévu d’autre que la mort pour éradiquer ce malheur incarné. Pas de fumigation qui désensorcelle le bébé condamné afin de lui permettre de vivre. Bizarre. Informé de cette bizarrerie, quelle formule scatologique le cher Donald Trump ne balancerait-il pas sur nos chères coutumes ?
​Nos coutumes ne respectent pas l’enfant pour lui-même. Les parents exigent que l’enfant leur soit de quelque profit. C’est pourquoi elles ont prescrit que chacun doit avoir une progéniture abondante. Et le mâle est fier de semer à tout vent sans le moindre souci de se fixer quelque part. Et la femme est heureuse d’aligner six à huit enfants qui sont la preuve nombreuse qu’elle a bien accompli son destin de femme. Le président Macron a eu droit, de notre part, à une volée de bois vert pour avoir expliqué notre non développement par cette procréation sans retenue. Il n’avait pourtant dit que la moitié de la vérité, l’autre moitié étant que la femme qui élève, très souvent seule, ‘‘six à sept enfants’’, n’a même pas de quoi en élever convenablement deux, et donc n’élève pas vraiment les six ou sept qu’elle a. C’est donc notre avenir qui est laissé à l’abandon à travers ses enfants affamés et en guenilles.
​Les lettrés, hommes et femmes, dérogent à nos coutumes infanticides, sans respect pour l’enfant. Ils s’exilent de leur ethnie quand elle peut décréter sorciers des bébés, et s’arrêtent à quatre enfants environ pour pouvoir leur donner une éducation porteuse d’avenir. Les hérauts de nos coutumes disent que ces lettrés sont des avaricieux parce que ses revenus permettraient à un professeur voltigeur de lever (sans devoir les élever) deux à trois équipes de football, réparties entre plusieurs ‘’bureaux’’. Mais si les lettrés respectent leurs enfants et refusent qu’on les dise sorciers, ils se soumettent à nos coutumes quand il s’agit des enfants d’autrui. Voilà pourquoi l’on découvre des instituteurs en train de manger les sacs de riz de leurs écoliers. Nos coutumes le permettent. Les enfants sont tout bénéfice.
​Nos lettrés, hommes et femmes, qui ont écrit notre Constitution du 11 décembre 1990, y ont mis partout le respect des droits de l’homme avec, ici et là, de jolis clins d’œil à l’enfant. Art. 12.- ‘‘L’Etat et les collectivités publiques garantissent l’éducation des enfants et créent les conditions favorables à cette fin.’’ Art. 13.- ‘‘… L’enseignement primaire est obligatoire …’’ Pas un article toutefois qui porte condamnation explicite de l’infanticide rituel. Et point de ‘‘conditions favorables’’ à l’éducation lorsque, sous prétexte de grève, les éducateurs privent les écoliers de plus d’un trimestre d’école et pillent les cantines scolaires.
​Et voici Aimé Césaire en colère : ‘‘Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte.’’ Pour ne pas devenir mortellement atteints, nous devons maintenant arracher nos coutumes à l’instinct et les rendre à l’humain.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

28 avril 2018 par Dg24h


Les lesbiennes sortent de l’ombre à cœur ouvert


27 mai 2020 par Dg24h
Rosine et Francine vivent en couple depuis bientôt deux ans. Très (...)
Lire la suite

95 404 candidats inscrits au Baccalauréat 2020


27 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
L’examen du Baccalauréat 2020 aura lieu en dépit de la pandémie du (...)
Lire la suite

Des homosexuels parlent de leur vie


26 mai 2020 par Dg24h
Le doute ne doit plus être permis aujourd’hui et les parents doivent (...)
Lire la suite

191 cas confirmés ,106 personnes sous traitement, 82 cas guéris et 03 (...)


24 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Nouveau bilan des cas de coronavirus en République du Bénin. Selon le (...)
Lire la suite

Fausse couche, un choc émotionnel pour les femmes


23 mai 2020 par La Rédaction
L’avortement spontané encore appelé fausse couche se définit comme une (...)
Lire la suite

Le veuvage : Supplice ou manifestation de la solidarité familiale en (...)


22 mai 2020 par Dg24h
Dans la plupart des communautés au Bénin, que d’épreuves attendent les (...)
Lire la suite

La fondation Abakè fait don de vivres aux fidèles musulmans


22 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
La fondation Abakè a fait don de vivres aux fidèles musulmans un peu (...)
Lire la suite

Polémique autour du transport d’objets à la résidence du maire


22 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
La devanture de la résidence de l’ancien maire de la ville de Bohicon, (...)
Lire la suite

Patrice Talon exige l’application des textes


22 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Dans quelques jours, les nouveaux conseillers communaux municipaux élus (...)
Lire la suite

Les USA accordent 2,7 milliards CFA au Bénin


20 mai 2020 par Dg24h
Le Gouvernement des États-Unis a engagé 4,5 millions de dollars, soit (...)
Lire la suite

Un homme chute d’un cocotier et meurt


18 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Triste sort pour un homme âgé de 35 ans ce dimanche 17 mai 2020 à (...)
Lire la suite

La famille des hippopotames s’agrandit dans la Pendjari


18 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Au terme d’un recensement aérien réalisé au parc national de la Pendjari, (...)
Lire la suite

La fondation ABAKÈ distribue les masques dans les orphelinats


16 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
Une équipe de la fondation ABAKÈ est allée ce samedi 16 mai 2020, (...)
Lire la suite

Le centenaire de Nonvitcha aura lieu en 2021


16 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Pas de Nonvitcha en 2020. A travers un communiqué radiodiffusé, le (...)
Lire la suite

Le corps sans vie d’un bouvier découvert à Parakou


16 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Triste fin pour un bouvier à Tokobio, une localité située non loin de (...)
Lire la suite

Une unité de Fabrication de briques à base de déchets plastiques à (...)


14 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Après la Côte d’Ivoire, le Bénin sera le 2ème pays en Afrique à abriter un (...)
Lire la suite

Véronique T. Mewanou invite à la promotion de l’éducation des (...)


14 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Ce vendredi 15 mai 2020, la communauté internationale va célébrer la (...)
Lire la suite

La tête de liste Prd du 4ème arrondissement de Cotonou s’est (...)


14 mai 2020 par La Rédaction
Le Chef quartier Enagnon (ex Akpakpa Dodomey), François Dossa et tête (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires