mercredi, 14 novembre 2018 •

140 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mémoire du chaudron 42




Sans jamais virer à la défiance ouverte et discourtoise, les relations entre Yayi et Tchané ne furent jamais particulièrement chaleureuses. Il s’agit de deux personnages aux parcours différents. L’un, Boni Yayi, est d’origine modeste. L’autre, Abdoulaye Bio Tchané, est issu d’une famille qui comptait déjà dans l’élite du pays, son père ayant été, avant lui, ministre des Finances. Yayi est né et a grandi au milieu de la populace à Tchaourou, dans des conditions matérielles pas très loin du dénuement. Tchané est fils du grand Tchané, ministre de la République. Il a passé son enfance et son adolescence à Porto-Novo. Ces détails peuvent n’avoir l’air de rien à priori, mais ils expliqueront largement les choix opérés plus tard par chacun d’eux quand se présenta la perspective de succéder au Général Mathieu Kérékou, d’abord en tant que leader politique du septentrion, puis comme président de la République.

Abdoulaye Bio Tchané, formaté pour être un homme de réseaux et d’appareils, ne put entrevoir l’accomplissement de son destin que par là. Ce trait de caractère le rapproche d’ailleurs assez bien de "Patrice".
Yayi par contre, puisant l’énergie de ses blessures personnelles et des complexes de toute une vie, procéda par le contact direct avec le bas-peuple, mendiant au besoin l’attention de la population, comptant à l’unité près le nombre de ses ouailles, alternant drague, ruse et mise en scène. Et on sait à qui l’histoire donna raison.

Alors vous me demanderez sans doute comment "Patrice" a pu emporter la mise en 2016, en étant tout le contraire de Yayi. Quelqu’un d’autre, mieux outillé que moi sur cette épopée, pourrait, s’il le désirait un jour, nous l’expliquer. Dans cinq ans ? Dans dix ans ? Un jour sans doute... Mais ma conviction, c’est que sur certains points précis, Yayi et Talon ne sont pas si contraires qu’ils en donnent l’air. Ce sont des hommes de pouvoir.

Pour revenir à Tchané, on ne peut mieux cerner l’évolution de ses rapports avec Yayi sans remonter à ce que fut leur ambiance de travail à Dakar, au siège de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest, dont ils étaient tous deux fonctionnaires. La décennie que Yayi passa au siège de la BCEAO à Dakar ne fut pas la plus glorieuse de son parcours professionnel.

Entre les rapports condescendants qu’entretenaient avec lui certains de ses compatriotes de la banque, dont Abdoulaye Bio Tchané, Pascal Irénée koupaki et bien d’autres, il devait gérer cette marginalisation constante dont il faisait l’objet de la part de sa hiérarchie. Il ne retrouvait du réconfort qu’en compagnie de la jeune génération de fonctionnaires de l’institution, comme Jonas Gbian ou Soulé Mana Lawani. Ses rares séjours à Cotonou se passaient incognito, au domicile de son vieil ami d’amphi, Fulbert Géro Amoussouga, sans aucun contact avec la famille.

C’est cette période difficile et sombre qui forgea en lui, je crois, la perception qu’il aura de toute l’élite. Les étoiles trop vives l’éblouissent et peuvent l’indisposer.

Mais avec Tchané, ce n’était pas une question d’étoile éblouissante. C’était une affaire de complexes douloureux et inguérissables. C’était une affaire de défis éternels. Puis un jour, le cadran tourna. L’effacé fonctionnaire fut convoqué dans le bureau du gouverneur Konan Banni. Pour une des rares fois où il foulait ce bureau, il reçut la nouvelle qui lancera le début de son irrésistible ascension. Son pays avait besoin de lui. Le président de la République, Nicéphore Soglo, l’appelait à ses côtés, à la présidence de la République, comme Conseiller technique à l’économie, sous la direction du patron de la cellule économique, Yacouba Fassassi. C’est sûrement avec un zeste d’incrédulité que ses anciens collègues de la BCEAO l’observeront voguer, tel un cerf-volant ivre, vers la cime du pouvoir d’État ; même si par la suite, quelqu’un comme Pascal Irénée Koupaki n’éprouvera aucune gêne à se mettre docilement à ses côtés après sa victoire électorale de 2006, après avoir pourtant activement travaillé à l’élaboration du projet de société de son challenger, Adrien Houngbedji.

La rencontre qu’eurent Ahamed Akobi, Abdoulaye Bio Tchané et Yayi en 2005 à Washington avait pour objectifs de faire prendre des engagements à Yayi, par rapport à la gestion des intérêts politiques des leaders de la Donga. Mais à y voir de plus près, c’était un immense marché de dupes, chacun des trois acteurs croyant manipuler les deux autres.

Commençons par le plus jeune, Ahamed Akobi. Il était entré dans le yayisme, contraint par les réalités du terrain, mais ne voulait pas en donner l’air. Toute femme conséquente sait que l’heure n’est plus à la drague, quand on se retrouve nue, au fond du lit d’un homme.

C’est pourtant l’exercice que tentera le jeune dernier ministre des TP de Kérékou. Il réglait par cette rencontre, un double problème : se donner bonne conscience devant le grand frère Tchané en l’utilisant comme caution, mais aussi contraindre Yayi à prendre des engagements.

Le second qui croyait tirer le drap vers lui, c’est bien Tchané. Il savait bien que les carottes étaient cuites et que Yayi se pût bien passer de lui pour s’imposer comme le nouveau leader politique du septentrion. Une rencontre comme celle-là lui donnait donc le sentiment de compter encore pour quelque chose dans l’issue des élections présidentielles de 2006. Et je crois que cette bouée de sauvetage ne lui déplaisait pas. Il se mettra dessus, en attendant de voir de quoi l’avenir sera fait.

Le troisième qui croyait rouler les deux autres, c’était Yayi. Il avait le vent en poupe dans le septentrion, mais préférait parer à toute éventualité. Rien n’était encore acquis et il se méfiait bien de Abdoulaye Bio Tchané dont il connaît les réseaux d’amis jusque chez lui à Tchaourou. Tchaourou qui infligea une raclée électorale mémorable à lui Yayi et à son aîné, le ministre Dramane Karim, lorsqu’ils appelèrent en 1996 à voter Soglo contre le kaméléon Kérékou. Il fallait donc être prudent. Et puis ce serait d’un très bon effet psychologique de montrer à la face du monde qu’il avait le soutien de Tchané. Prendre des engagements ne coûtait rien tant qu’on n’est pas tenu de les honorer. Yayi le savait mieux que quiconque. Des engagements, il en prendra à la tonne à cette rencontre.

Et même s’il donnera par la suite l’impression de beaucoup ménager ses "frères" de la Donga, c’était loin d’être par respect pour la parole donnée que pour des raisons pratiques de rapports de forces. La nomination plus tard de Tchané à la tête de la Boad faisait-elle partie de l’exécution d’un engagement pris à cette rencontre à trois à Washington ? J’en doute personnellement. Et nous verrons plus tard la similitude entre la démarche utilisée par Tchané pour obtenir ce poste, avec celle utilisée par Marcel de Souza pour prendre la tête de la commission de la CEDEAO. Dans ces deux cas, Yayi, dos au mur, avait préféré récupérer à son avantage des nominations qui, dans les faits, s’imposaient à lui.

Toujours est-il qu’à trois semaines de l’ouverture de la campagne officielle, les signaux étaient au vert dans les Collines et les départements du septentrion. La chasse aux grands électeurs et aux ralliements battait son plein dans les autres départements de la partie méridionale du pays. Dans l’Atlantique, il nous fallait absolument Valentin Houdé. Les rumeurs étaient affolantes, mais "Patrice" était là. Il recommandait la sérénité sur ce dossier. On verra bien ce qu’on verra.

(À demain ✋🏾)

*Tibo*

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

13 mars 2018 par Dg24h


Un député burkinabé et des cadres de l’OOAS au cabinet du président (...)


14 novembre 2018 par Dg24h
Les préparatifs de la rencontre des parlementaires de 17 pays à Cotonou, (...)
Lire la suite

Des orientations pour la réforme du marché des communications (...)


14 novembre 2018 par Dg24h
En Conseil des ministres ce mercredi 14 novembre 2018, Aurélie Adam (...)
Lire la suite

SOCOTEC Africa et CNERTP retenus pour le contrôle technique


14 novembre 2018 par Dg24h
La société SOCOTEC Africa et le Centre national d’Etudes et de Recherches (...)
Lire la suite

« Libre Afrique Bénin » honore la mémoire du Père Quenum


14 novembre 2018 par Dg24h
L’association « Libre Afrique Bénin » organise un concours d’essai (...)
Lire la suite

Le groupe Cité de l’Immaculée et ses responsables suspendus


14 novembre 2018 par Dg24h
L’archevêque de Cotonou vient de suspendre à travers un décret, le groupe (...)
Lire la suite

Le délibéré reporté au 27 novembre


13 novembre 2018 par Dg24h
Les grossistes répartiteurs inculpés dans l’affaire faux médicaments vont (...)
Lire la suite

Le Bénin sur la bonne voie en matière de planification familiale


13 novembre 2018 par Dg24h
Le Ministère de la santé à travers la Direction de la santé de la mère (...)
Lire la suite

Un atelier de formation à l’endroit des forces de défense et de (...)


13 novembre 2018 par Dg24h
Les agents des Forces béninoises de défense et de sécurité impliqués dans (...)
Lire la suite

Le directeur régional rassure les populations


13 novembre 2018 par Dg24h
L’absence d’agence de la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) dans (...)
Lire la suite

Des insectes sèment la peur à N’Dali


12 novembre 2018 par Dg24h
Depuis quelques semaines, des insectes non identifiés jusque là sont (...)
Lire la suite

Wanep-Bénin et Giz renforcent les capacités des représentants de (...)


12 novembre 2018 par Dg24h
Les représentants de clubs spécialisés dans la lutte contre le (...)
Lire la suite

833 candidats affrontent les épreuves de Master ce lundi


12 novembre 2018 par Dg24h
Les premières épreuves des examens de Master débutent ce lundi matin. Ils (...)
Lire la suite

Le capitaine Dégbèssou en prison à Lokossa


10 novembre 2018 par Dg24h
Martial Dégbèssou, ancien régisseur de la prison civile d’Abomey, est en (...)
Lire la suite

La police neutralise un malfrat à Bohicon


10 novembre 2018 par Dg24h
Un malfrat a été mis hors d’état de nuire par les éléments de la police (...)
Lire la suite

La Cour d’appel effectue sa rentrée judiciaire


9 novembre 2018 par Dg24h
Une nouvelle année judiciaire s’est ouverte, ce vendredi 09 novembre (...)
Lire la suite

Des hommages à une personnalité qui a marqué son temps


8 novembre 2018 par Dg24h
Dans le cadre de la célébration du centenaire de naissance de Nelson (...)
Lire la suite

Les pays de la Cedeao veulent mutualiser leurs moyens pour (...)


8 novembre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’énergie, Dona Jean-Claude Houssou a ouvert, ce jeudi 08 (...)
Lire la suite

Guillaume Attigbé présente les résultats des travaux


8 novembre 2018 par Dg24h
La seconde session ordinaire du Conseil national du dialogue social (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information