mardi, 23 octobre 2018 •

37 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Hygiène et assainissement à Athiémé

Les populations fuient l’eau des forages pour les marigots




L’eau est source de vie dit-on. Mais dans le village de Tchicomey, situé dans la commune d’Athiémé, il est difficile d’avoir accès à l’eau potable, malgré le forage aménagé par la mairie. Certaines populations préfèrent toujours consommer l’eau du marigot. Les raisons sont diverses et variées.

Accroupie à côté d’un tonneau métallique servant de puits, enfoui dans le sol, dame Ayaba Sossou puise l’eau avec un bol pour remplir sa bassine. La scène se déroule dans le lit asséché du marigot, un affluent du fleuve Mono, situé à 200 m du village de Tchicomey-centre, dans la commune d’Athiémé. Le lieu qui ressemble plutôt à une carrière de sable.
« En période de crue du fleuve Mono, nous ne sommes pas obligés de creuser avant d’avoir l’eau. Mais en période de sécheresse, comme c’est le cas maintenant, nous avons juste à creuser à peine 50 cm à 1 m pour avoir de l’eau potable. Et dans ce cas, nous plaçons un tonneau dans le trou pour protéger l’eau et pour empêcher la fermeture du puits », explique Mme Sossou.
L’accès à l’eau potable est encore un luxe pour les populations de certaines localités dans le département du Mono. C’est le constat qui frappe à Tchicomey, un village de l’arrondissement d’Adohoun. Dans ce hameau de la commune d’Athiémé, une frange non négligeable de la population préfère l’eau du marigot, affluent du fleuve Mono, à celle des forages.
« Dans mon village, il y a trois forages desservis par un château d’eau. Il y a un dans le hameau de Tchivissa, un à Watchi et le troisième à Tchicomey-centre. Malgré cela, les gens préfèrent l’eau du marigot », témoigne Thomas Babato, chef du village Tchicomey.
C’est tout de même paradoxale ce choix fait par certains habitants de Tchicomey-centre et environs, alors que l’eau du forage ne coûte pas si chère.
« Nous nous sommes organisés dans le village et nos femmes n’ont pas besoin de payer grand-chose avant de prendre l’eau du forage. Avec 25 FCFA, elles ont une bassine d’au mois 25 litres d’eau », précise Honoré Houédonou, un conseiller de village résidant à Tchivissa.
Si l’eau du forage est presque gratuite et de surcroît potable, pourquoi tant d’engouement autour de celle du marigot qui, même à vue d’œil, pourrait rendre malade.

Une question d’habitude

L’eau du marigot à une couleur qui tire tantôt sur le jaune-or tantôt légèrement sur le brun. Et pourtant certains habitants de cette localité continuent de priser la consommation de ce liquide.
Les raisons évoquées par ceux qui ont fait de cette eau leur source première sont diverses. « C’est vrai que certains villageois continuent d’utiliser l’eau du marigot pour leurs besoins. Et quand j’ai cherché à comprendre ce qui les motivait à agir ainsi, il m’a été servi comme argument que l’eau provenant du forage et des bornes fontaines n’a pas le même goût que celle du marigot », rapporte le chef du village de Tchicomey, non pas sans peine.
« Cette eau, nos grands-parents et nos parents en ont consommé sans dégât. Nous aussi nous la consommons, même si actuellement bon nombre de personnes ont adopté l’utilisation de l’eau du forage. De plus, l’eau du marigot est plus douce que celle du forage et puisqu’on est à proximité, on n’a pas besoin de faire un long trajet avant d’en prendre. Alors que pour le forage, il faut encore effectuer une grande distance et aller débourser en plus 25 francs au moins », confie Ayaba Sossou, vendeuse de haricot.
Pour d’autres, le goût de l’eau n’est pas la seule raison qui les pousse à la consommer. Ils pensent que c’est une eau propre et qui ne contient aucun microbe du fait que ce n’est pas une eau stagnante.
« L’eau coule et le sable filtre les déchets en dessous de l’eau. Cette eau est donc potable et nous pouvons la prendre sans traitement juste après un petit temps de repos », renchérit Félix Comlan Elékoussi, un jeune du village.
Certains expliquent l’habitude de certains usagers du marigot comme une question d’ « héritage ». Les gens ne sont pas prêts à laisser tomber cette « vieille tradition », expliquent-ils. « 
C’est une question d’habitude. Les gens ne veulent pas se séparer des vieilles habitudes. Malgré tout ce qu’on dit, ils ne veulent pas comprendre. Mais ils évoquent aussi la raison du goût de l’eau du marigot », ajoute le premier adjoint au maire de la commune d’Athiémé.
Entre le goût de l’eau du marigot et le fait que leurs aïeuls aient utilisé cette eau toute leur vie, les points de vue sont divergents.
L’inquiétude se trouve au niveau de l’impact de la consommation de cette eau sur la santé des populations qui continuent de l’adopter.
« Mais au-delà de la question d’habitude, si les gens continuent d’aller vers l’affluent du fleuve, même quand il est sèche, c’est parce que l’eau des forages est impropre à la consommation. Car, quelque trente minutes après, l’eau des forages initialement incolore, devient rougeâtre avec des dépôts de déchets au fond des récipients. Et cela effraie les gens qui se trouvent renforcés dans leur choix de continuer la consommation de l’eau du marigot », avoue le chef du village, Babato.
Certaines personnes ne cachent pas qu’ils continuent d’aller au marigot par contrainte du fait de la « mauvaise qualité » de l’eau des forages. « Moi, je ne vais pas prendre mon argent pour aller acheter une eau qui va dégrader ma santé », s’insurge dame Collette Loko.
Mais les spécialistes de l’hydraulique assurent que les forages sont mis en service en tenant compte de la qualité de l’eau sur la santé des consommateurs.
« En fait, la couleur rougeâtre observée signifie simplement qu’il y a excès de fer dans cette eau et ceci est sans conséquence sur la santé. Dans tous les cas, avant qu’un forage ne soit mis en service, nous procédons à un prélèvement d’un échantillon que nous envoyons pour analyse à la direction générale de l’eau. Cette analyse nous permet d’avoir le taux de tous les éléments constitutifs de l’eau. Quand il y a anomalie, on signale et on procède à la fermeture pure et simple de l’ouvrage », clarifie un agent de la direction départementale de l’eau qui a requis l’anonymat.

Attention danger !

Les populations du village de Tchicomey se retrouvent entre le marteau et l’enclume. Pour pallier le problème de consommation de l’eau souillée du fleuve, la mairie y a installé des forages. Malheureusement, l’eau de ces forages aussi est de qualité douteuse mettant plus en difficulté les populations.

« Les gens qui pensent que c’est parce que leurs grands parents ont utilisé l’eau du fleuve pour leurs besoins dans l’ancien temps qu’ils se doivent de perpétuer la tradition se trompent largement. D’abord, en plein 21ème siècle, les réalités ne sont plus les mêmes. Je ne comprends pas mes concitoyens qui soutiennent que les anciens ont toujours utilisé cette eau sans aucun danger. Mais là, ils se méprennent suffisamment puisque, le soin que les anciens prenaient de ce marigot n’est plus d’actualité de nos jours. Avant, les femmes ne se baignaient pas dans le marigot et pour leurs besoins de lessive ou autres, elles allaient prendre l’eau, s’éloignent complètement des rives avant d’en user. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. On fait tout dans le marigot sans gêne. Mais de l’autre côté aussi, l’eau des forages n’offre aucune garantie car, elle n’est pas potable. Du coup, nous sommes confrontés à un dilemme », souligne le chef village de Tchicomey.
Les constats faits sur le terrain montrent que populations utilisent anarchiquement cette ressource naturelle. Ce marigot sert à tout faire. Là dedans, on fait de la vaisselle, de la lessive. Aux abords, on y défèque en ignorant les latrines construites à grand coût. On se baigne dans le marigot et les femmes y font parfois leurs toilettes. Et c’est cette même eau qu’on trouve potable à la consommation.
« Je ne sais pas sur quoi se basent les gens pour affirmer que cette eau est sans danger sur la santé humaine. Rien que les matières fécales posent déjà de problème. On n’a pas besoin d’être médecin pour affirmer cela ! Et même si on suppose que l’eau du marigot coule, il n’est pas exclu que cette eau ne prend pas sa source à l’endroit où l’on la prend. Ce qui veut dire qu’elle coule et avec elle, les déchets également. Donc cela pose inévitablement un problème de santé. Même en période sèche où il faut d’abord creuser avant d’avoir accès à l’eau, les risques de contamination sont toujours présents. Sans une analyse au laboratoire pour connaître la composition, on ne saurait dire que cette eau est potable », explique le major du centre de santé d’Adohoun.
« Nous recevons régulièrement des patients qui souffrent de maux de ventre et autres maladies hydriques. Et c’est une situation qui est préoccupante », a-t-il ajouté.
« C’est vrai qu’il y a des cas de maladies liés à l’eau que nous consommons. Mais tout porte à croire que c’est plutôt l’eau des forages qui nous rend plus malade », affirme le chef du village.
« A priori, l’eau de forage est saine. Mais au cours du transport, elle peut devenir malpropre à la consommation », reconnais l’agent de la direction départementale de l’eau.
Face à la réticence des populations, les autorités communales n’ont pas cessé de multiplier des actions de sensibilisation.

La sensibilisation pour éviter l’épidémie

« Nous avons plusieurs fois mené des campagnes de sensibilisation sur l’assainissement et la nécessité de laisser l’usage de l’eau du marigot pour celle du forage dans cette localité. Nous avions même engagé des animateurs pendant plusieurs mois pour cette fin. Mais, grande est notre surprise de constater que jusqu’à présent, les gens continuent de consommer cette eau pour des raisons que je ne saurais vraiment apprécier. Car les plaintes majeures que nous recevons sont relatives au goût de l’eau du forage déprécié par les populations qui préfèrent l’eau du marigot », explique le maire de la commune d’Athiémé. « Toutefois, il est fort heureux de voir qu’un grand nombre de populations a compris la leçon et a commencé par utiliser le forage pour les besoins quotidiens », se réjoui Joseph Amavi Anani.
Une dame puisant l’eau d’un puits de fortune non loin de la borne fontaine
Les populations elles-mêmes reconnaissent qu’elles ont été sensibilisées sur les bienfaits de l’eau du forage et surtout sur les dangers qu’elles courent en continuant de boire l’eau du fleuve.
Les autorités communales et le chef du village ne veulent pas baisser la garde en matière de sensibilisation. Comme l’a souligné le maire, la tendance se renverse déjà peu à peu et le nombre des villageois qui utilisent l’eau du forage devient de plus en plus important, malgré la qualité douteuse qu’ils dénoncent. Le maire envisage d’inviter le médecin de l’hôpital pour une séance de sensibilisation avec les villageois.
« Quand nous élus nous parlons, les gens se demandent si nous sommes médecins. Je crois que quand un spécialiste viendra leur parler de l’opportunité d’utiliser de l’eau potable et leur expliquer comment cette eau du fleuve est impropre à la consommation, ils y accorderaient plus de crédit », espère le chef du village.
Du côté de la mairie aussi, des actions sont en cours pour amener les habitants du village à adopter définitivement l’eau du forage. « Nous sommes entrain de prendre les mesures pour corriger le tir. J’enverrai les techniciens sur le terrain pour vérifier la qualité de l’eau du forage car, ce forage dessert plusieurs localités », promet le maire d’Athiémé.
Les séances de sensibilisation visent à orienter les populations vers l’eau potable afin d’éviter une épidémie en cas de contamination des eaux de surface.

Cokou Romain AHLINVI

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

9 septembre 2018 par Dg24h


Moussa Fakir Mahamat et Joseph Gnonlonfoun au cabinet du chef de (...)


22 octobre 2018 par Dg24h
Le Président de la Commission de l’Union Africaine, Son Excellence (...)
Lire la suite

Le poste de contrôle juxtaposé de Sèmè-Kraké mis en service par Talon et (...)


22 octobre 2018 par Dg24h
Erigé pour assurer plus de sécurité au niveau de la frontière entre le (...)
Lire la suite

Des citoyens se prononcent sur la condamnation de Sébastien (...)


22 octobre 2018 par Dg24h
Après la décision rendue par la Cour de Répression des Infractions (...)
Lire la suite

Patrice Talon au Hall des arts, Cpa et au Stade de l’amitié


20 octobre 2018 par Dg24h
Le chef de l’État Patrice Talon a effectué une visite dans la matinée de (...)
Lire la suite

Félix Akplakou rallie Athiémé à la mouvance présidentielle


20 octobre 2018 par Dg24h
C’est désormais plus clair. La mouvance présidentielle gagne du terrain (...)
Lire la suite

La rentrée diplomatique effectuée ce vendredi à Cotonou


19 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Aurélien (...)
Lire la suite

A la découverte des bénéficiaires du projet emploi des jeunes


18 octobre 2018 par Dg24h
C’est en prélude à la célébration de la Journée Internationale pour (...)
Lire la suite

20 ans de prison ferme pour Ajavon et consorts


18 octobre 2018 par Dg24h
Le verdict est tombé. Sébastien Ajavon est condamné à 20 ans de prison (...)
Lire la suite

La 38è Journée mondiale de l’alimentation célébrée à Lalo


18 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Gaston (...)
Lire la suite

Sébastien Ajavon convoqué devant la CRIET ce jeudi


17 octobre 2018 par Dg24h
L’homme d’affaires béninois, Sébastien Ajavon est appelé à comparaître en (...)
Lire la suite

Arsène Mahougnon Dansou nommé Dg de la CAA


17 octobre 2018 par Dg24h
La Caisse Autonome d’Amortissement (CAA) a un nouveau directeur. Arsène (...)
Lire la suite

Le Compte rendu du Conseil des Ministres du 17 Octobre 2018


17 octobre 2018 par Dg24h
La réunion hebdomadaire du Conseil des Ministres a eu lieu ce mercredi (...)
Lire la suite

5 656 candidats planchent pour la Licence


16 octobre 2018 par Dg24h
La 2e édition de l’examen national de licence a débuté ce lundi 15 octobre (...)
Lire la suite

Un motocycliste meurt dans un accident à Sè


16 octobre 2018 par Dg24h
Dans la journée de ce lundi 15 octobre 2018, un motocycliste a trouvé (...)
Lire la suite

Sacca Lafia rappelle la date butoir du 1er décembre


16 octobre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia à (...)
Lire la suite

Réajustement de l’horaire de travail à la mairie de Djougou


16 octobre 2018 par Dg24h
Le conseil communal de Djougou a procédé dès, ce lundi 15 octobre 2018, (...)
Lire la suite

01 mort et 03 blessés au cours d’un braquage à Challa Ogoï


15 octobre 2018 par Dg24h
01 mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels. C’est le bilan d’un (...)
Lire la suite

L’aéroport de Tourou ou le symbole de la gestion hasardeuse de (...)


15 octobre 2018 par Dg24h
Construit par le régime du président Boni Yayi, l’aéroport international (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information