vendredi, 24 mai 2019 •

266 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Déscolarisation des jeunes filles

Le phénomène prend une allure inquiétante à Adohoun




Le slogan ‘’Toutes les filles à l’école’’ ne semble pas avoir un écho favorable dans le village d’Adohoun, une localité qui porte le même nom que l’arrondissement dans la commune d’Athiémé. Et pour cause, nombreuses sont ces jeunes filles à abandonner les bancs précocement pour des raisons diverses. L’une de ces raisons est le mariage précoce.

Elle a 16 ans. Elle était en classe de 4ème ML au CEG Adohoun. Elle n’est pas très brillante, mais ne déméritait pas non plus. Elle, c’est A. E. jeune fille dont le seul tort est d’être d’un village où le mariage passe avant toutes autres considérations, surtout scolaires. ‘’Je ne peux plus venir à l’école car je travaille avec ma belle-famille au champ. Et elle n’accepte pas que je continue mes études’’, a confié la jeune fille à son professeur de Français qui l’a surprise loin des classes dans un champ et qui voulait savoir pourquoi elle ne venait plus à l’école.
A la rentrée scolaire 2017-2018, A. E. a bien repris les classes passant de la 5ème pour la 4ème, où elle a demandé à être classée en moderne long se basant sur ses atouts. Elle a dû laisser les bancs parce qu’elle devrait se marier.
L’enseignant qui s’était arrêté pour demander à son apprenante pourquoi elle ne venait plus au cours a eu la vie sauve parce qu’il est aussi du milieu. ‘’A peine la fille m’a-t-elle répondu que ces beaux-frères et beau-père sont sortis de la brousse pour m’assaillir de questions, et ceci prenait une autre allure car pour eux c’est inconcevable qu’un autre homme discute avec la femme de leur fils. N’eut-été la réaction des passants, ils voulaient me ruer de coups pour m’apprendre à ne pas me mêler des affaires des autres, disent-ils. J’ai donc raté le lynchage de justesse et j’ai été mis en garde’’, raconte François Dodji, le professeur de français la peur au ventre. Malheureusement, la situation de cette adolescente n’est pas un cas isolé dans ce village. Elles sont nombreuses à abandonner de façon précoce les bancs pour diverses raisons.

Entre pauvreté, sexualité précoce et démission des parents

Adohoun, le plus grand arrondissement de la commune d’Athiémé, situé à environ 7 kilomètres de la ville de Lokossa, est le nid d’un phénomène qui prend de plus en plus d’ampleur : la déscolarisation précoce des jeunes filles. Et les raisons de ce fléau sont multiples. ‘’Mon père a dit qu’il n’a plus les moyens pour me supporter à l’école. C’est pourquoi, il m’a envoyée en apprentissage dans la localité’’, raconte une jeune fille de 13 ans, pourtant brillante à l’école.
La pauvreté semble être la cause principale de l’abandon des classes par les élèves filles. Mais le paradoxe est que les mêmes parents qui servent cet argument aux filles, maintiennent tout de même les garçons à l’école ! ‘’Moi, je n’ai personne pour me soutenir. Mes parents disent qu’ils n’ont pas les moyens’’, renchérit une autre fille qui a aussi requis l’anonymat pour ne pas subir les affres des colères de leurs géniteurs après. C’est donc la preuve que certains parents dans cette localité ont simplement démissionné quant à l’éducation de leurs filles. Et le corolaire de cette démission est que ces filles s’offrent au premier homme venu lui vendre l’illusion d’un soutien chimérique. Conséquence, elles sont très jeunes mais sexuellement très actives et avec pour la plupart du temps un enfant sans père.
Le constat est amer et triste dès qu’on fait un tour dans cet arrondissement. Les ateliers de couture, coiffure et autres sont remplis des jeunes filles de 12 à 17 ans. Et c’est les meilleurs des cas. Pour d’autres, elles sont à la maison et sont devenues des machines à produire d’enfants.
Dans le collège d’Adohoun, le constat est plus ahurissant. En terminale D, il n’y a que 2 filles sur 39 élèves. En terminale A qui semble regorger du monde féminin, on n’en décompte qu’une dizaine sur 39 élèves. Les cas d’abandon dans ce collège concernent en majorité les filles.
La situation est critique dans cette contrée. Il va falloir que les autorités compétentes prennent les dispositions pour contraindre, après sensibilisation, les parents de ce village à laisser les filles aller à l’école. Les ONG intervenant dans la promotion de la gent féminine sont aussi invitées à se lancer dans la bataille pour sauver les filles de l’arrondissement d’Adohoun de l’étau qui se serre autour d’elles.
Selon leurs témoignages, ce n’est pas la volonté de fréquenter qui manque. Il leur faut un peu d’appui et surtout les sauver des parents qui ne veulent pas les voir en classe. Et même si elles doivent apprendre un métier, aujourd’hui il y a des centres de formation professionnelle où elles pourront apprendre un métier dans des conditions optimales.
Eduquer une femme, c’est éduquer une nation dit-on. Les filles d’Adohoun en ont besoin. La mairie d’Athiémé, le gouvernement du président Talon et les ONG sont vivement interpelés.
Entre pauvreté, sexualité précoce et démission des parents, ces âmes innocentes ont besoin d’aide.

Cokou Romain COKOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

24 décembre 2018 par Dg24h


Mathieu Ahouansou prend officiellement fonction


23 mai 2019 par Dg24h
C’est la salle polyvalente du Palais des gouverneurs qui a servi de (...)
Lire la suite

Des expositions techniques au cœur du congrès scientifique de la (...)


23 mai 2019 par Dg24h
A l’occasion du congrès scientifique de la Société Béninoise d’Imagerie (...)
Lire la suite

Les présumés meneurs jugés le 28 mai prochain


23 mai 2019 par Dg24h
Présentées ce vendredi 03 mai 2019 au Procureur de la République près le (...)
Lire la suite

Le Directeur Général de la BRVM fait officier de l’ordre du (...)


22 mai 2019 par Dg24h
Le Directeur Général de la BRVM et du DC/BR, Dr Edoh Kossi AMENOUNVE a (...)
Lire la suite

Un confort inédit pour les passagers Cotonou-Paris


22 mai 2019 par Dg24h
Les responsables Afrique Air France ont présenté à la presse ce mercredi (...)
Lire la suite

Vers la création d’un fonds de soutien


22 mai 2019 par Dg24h
Le gouvernement réuni en session ordinaire du Conseil des ministres ce (...)
Lire la suite

Le procureur fait le point de la session criminelle


22 mai 2019 par Dg24h
Le procureur de la République près le tribunal de 1ère instance de (...)
Lire la suite

Un enfant perd la vie par noyade


22 mai 2019 par Dg24h
Le corps sans vie d’un enfant de 7 ans a été retrouvé ce mercredi 22 mai (...)
Lire la suite

La Fondation Etisalat Bénin en chœur avec les musulmans de (...)


22 mai 2019 par Dg24h
C’est par un geste fort simple que la fondation Etisalat-Bénin partage (...)
Lire la suite

Les Béninois apprécient la sortie de Patrice Talon


21 mai 2019 par Dg24h
Longtemps attendu par ses compatriotes, le président de la République, (...)
Lire la suite

Martin Assogba demande aux députés de donner le bon exemple


21 mai 2019 par Dg24h
Le directeur exécutif de l’Organisation Non Gouvernementale dénommée « (...)
Lire la suite

La mairie de Djidja se dote d’un guichet unique


21 mai 2019 par Dg24h
Le maire de la commune de Djidja prend désormais les mesures pour une (...)
Lire la suite

Patrice Talon réaffirme l’importance de la réforme du système (...)


20 mai 2019 par Dg24h
Le président de la République, Son Excellence Patrice Talon a adressé un (...)
Lire la suite

Patrice Talon rassure le peuple de son attachement à la démocratie


20 mai 2019 par Dg24h
Dans un son message adressé à la Nation délivré ce lundi 20 mai, le chef (...)
Lire la suite

Une mission de l’ANDF pour la reconnaissance des limites du (...)


20 mai 2019 par Dg24h
Après la prise de mesures conservatoires dans le cadre du règlement du (...)
Lire la suite

L’artiste Dakossi Denis n’est plus


20 mai 2019 par Dg24h
L’artiste de la musique traditionnelle Dakossi Denis est décédé dans la (...)
Lire la suite

Les recours examinés mercredi prochain


20 mai 2019 par Dg24h
Le secrétaire général de la Cour constitutionnelle, Gilles Badet, à (...)
Lire la suite

Patrice Talon face à la Nation ce lundi


18 mai 2019 par Dg24h
Reportée plusieurs fois pour des raisons inconnues, la sortie médiatique (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information