jeudi, 7 juillet 2022 •

635 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Lutte contre la polio

Ce qui explique la résistance de certains ménages à la vaccination

F. Aubin AHEHEHINNOU




Provoquée par le virus appelé ‘’Entérovirus’’, la poliomyélite est une maladie infectieuse qui touche principalement les enfants âgés de moins de trois ans. Au Bénin, malgré les campagnes organisées par le ministère de la santé, beaucoup de ménages sont encore réticents à la vaccination contre la maladie. La poliomyélite se manifeste par la fébrilité, la fatigue, les maux de tête, les vomissements, la raideur de la nuque et des douleurs au niveau des membres. 5% au moins des personnes qui contractent cette maladie meurent de la paralysie des muscles respiratoires. Pour pallier à cela, l’Etat béninois à travers le ministère de la santé organise de façon périodique, des campagnes de vaccination pour réduire le taux de prévalence de cette maladie. Cependant, il est aisé de constater que certains ménages résistent à ces campagnes de vaccination et refusent de faire vacciner leurs enfants. Une investigation menée dans la zone méridionale du Bénin (Cotonou, Abomey-Calavi et environs) a permis de comprendre les logiques qui sous-tendent le refus de certains parents à faire vacciner leurs enfants lors des campagnes de vaccination contre la poliomyélite.

Les raisons liées au refus des parents à faire vacciner leurs enfants sont de divers ordres. Certains ménages évoquent les questions liées à la sécurité des vaccins, à la qualité, à l’origine et aux conditions de conservation des gouttes du liquide qu’on laisse tomber dans la bouche des enfants. Pour la plupart d’entre eux, « l’Occident, préoccupé par la réduction et l’extermination de la race noire, envoie ces produits pour réduire l’espérance de vie des Africains ». Il s’est avéré selon ces parents que, juste après le passage des agents vaccinateurs, l’organisme des enfants s’affaiblit et ils tombent malades. Ce qui engendre des dépenses énormes difficilement supportables par le ménage. L’Africain pour eux n’a pas besoin de ces substances chimiques, dont on ignore les composantes, pour vivre. De simples scarifications suffisent pour se préserver contre toute maladie. Selon certains parents, « les hommes et les femmes de nuit sont à la base de toutes les maladies et il faut se protéger spirituellement avant de penser à la médecine moderne ». D’autres familles estiment que « la vaccination ne convient pas à leur sang ; un membre de la famille qui s’obstine à le faire, ne fait que voir ses enfants tomber malades tout le temps ». Mieux, les enfants à qui on administre ces produits ont souvent la tête dure et ne respectent pas leurs parents ainsi que les personnes âgées. Leur organisme est perméable à toute sorte de maladie.
Les ménages n’ayant pas une descendance nombreuse opposent leur refus aux campagnes de vaccination contre la poliomyélite de peur de les voir tomber malades régulièrement et développer des attitudes que les parents ne pourraient pas maîtriser. « Je n’ai pas eu la chance d’avoir beaucoup d’enfants, et le peu que Dieu m’a donné, ne va pas être soumis aux produits occidentaux pour qu’ils commencent à agir comme des débiles », affirment-ils.
Du point de vue religieux, « Jésus n’a jamais été vacciné », disent les fidèles des églises et sectes chrétiennes. Pour ces derniers, « seule la foi en Dieu sauve », confient-ils en opposant leur refus de vacciner les enfants. « C’est Dieu qui donne les enfants et c’est lui qui veille sur eux », disent-ils.
Pour les adeptes des religions et cultes endogènes, « la vaccination est une fenêtre gratuitement ouverte aux sorciers qui en profitent pour paralyser ou tuer les enfants ».
Sur le plan politique, les campagnes de vaccination contre la poliomyélite sont perçues par certains parents (politiciens) comme des campagnes ayant des visées électoralistes, un moyen de propagande pour le camp au pouvoir que les adversaires veulent sanctionner en refusant de faire vacciner leurs enfants et en appelant les populations au boycott.
Face au phénomène de réticence et de résistance à la vaccination contre la polio, les responsables de formations sanitaires et des professionnels de santé tiennent à rassurer les populations. Ils affirment que « les vaccins sont bien conservés dans une chambre froide entre 2° et 8°Celsius. Chaque chambre de froid est pourvue de thermomètre interne et de fiche de température dont le relevé se fait de façon biquotidienne. Le contrôle de la qualité se fait dès que les vaccins arrivent au ministère de la santé avant leur déploiement dans les départements et communes ».
Pour ce qui concerne les effets secondaires évoqués par les ménages réticents, notamment la fièvre induite par le vaccin antipolio, cette fièvre selon les agents de santé ne dépasse pas 38°C. Le vaccin étant un corps étranger, l’organisme de l’enfant réagit à ce corps avant de s’y habituer au fil du temps. Pour eux, l’administration d’une dose de paracétamol ou d’aspirine suffit pour corriger cette fièvre. Le vaccin antipolio ne guérit pas le paludisme. Hors, soulignent-ils, les enfants âgés de moins de 5 ans qui tombent malades après les campagnes de vaccination, sont pour la plupart victimes de l’évolution insidieuse du paludisme avant le passage des agents vaccinateurs. En effet, la durée d’incubation du paludisme qui est de 21 jours, coïncide avec le passage des agents vaccinateurs, c’est-à-dire le jour même, où un des jours proches du 21ème jour où le paludisme doit déclencher. Etant donné que le vaccin antipolio ne guérit pas le paludisme, l’évolution de la fièvre chez l’enfant doit faire l’objet d’une consultation pour une prise en charge du paludisme, ont-ils conseillé.
Le nombre élevé des campagnes de vaccination organisées par les responsables sanitaires, comme motif de refus de certains ménages s’explique du fait que, si la dose de vaccin antipolio n’est pas suffisante dans l’organisme d’un enfant, celui-ci est susceptible de tomber malade lorsqu’il va se retrouver dans une zone épidémique ou endémique.
Réfutant les allégations selon lesquelles le vaccin antipolio est à la base de la stérilité des enfants à l’âge adulte, les professionnels de santé affirment que le programme élargi de vaccination (PEV), a connu beaucoup de succès. L’évolution de la morbidité et de la mortalité des maladies cibles du PEV témoigne des efforts fournis. Face à la résistance et à la réticence de certains ménages à la vaccination contre la poliomyélite, les responsables des formations sanitaires et des agents de santé ont mené des actions telles que la multiplication des stratégies avancées et des séances de sensibilisation.
Cependant, si les campagnes de vaccination contre la poliomyélite ont pour but principal de réduire le taux de prévalence de cette maladie, il est à reconnaître aussi que plusieurs autres paramètres sont à prendre en compte pour la réussite totale de ces campagnes. Il s’agit surtout des diverses représentations que les populations se font au sujet desdites campagnes. D’où la nécessité de multiplier les campagnes de sensibilisation pour amener ces parents à comprendre le bien fondé des campagnes de vaccination.

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

26 novembre 2017 par Judicaël ZOHOUN




Réduction des coûts de raccordement au réseau électrique


6 juillet 2022 par Marc Mensah
Le gouvernement a adopté une nouvelle politique (2022-2026) de (...)
Lire la suite

Des réponses de Interpol aux menaces sur la région


6 juillet 2022 par Ignace B. Fanou
Les travaux de la 25e conférence africaine de l’Organisation (...)
Lire la suite

Cotonou Barbecue c’est du 21 juillet au 1er Août 2022


6 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Cotonou Barbecue c’est du 21 juillet au 1er Août !!! Viens partager des (...)
Lire la suite

Un pharmacien condamné à 10 ans de prison et 120 millions (...)


5 juillet 2022 par Marc Mensah
La Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (...)
Lire la suite

La Lutte contre l’infanticide rituel entravées par l’intransigeance de la (...)


5 juillet 2022 par Judicaël ZOHOUN
Au nom de la tradition, l’infanticide rituel fait de nombreuses (...)
Lire la suite

Une école pas comme les autres au Bénin


3 juillet 2022 par La Rédaction
Les maux dont souffre l’école sinon le système éducatif béninois sont (...)
Lire la suite

Un propriétaire arrêté pour vol de moto de son locataire


1er juillet 2022 par Marc Mensah
Un homme a été déposé en prison, jeudi 30 juin 2022, pour vol d’une moto (...)
Lire la suite

Un jeune vole 62 millions F, sa mère et son ami arrêtés


30 juin 2022 par Marc Mensah
Le procès de l’ami et de la mère d’un jeune employé d’une entreprise de (...)
Lire la suite

Trois Nigérians jugés le 19 juillet prochain


29 juin 2022 par Marc Mensah
Le procès de trois ressortissants du Nigéria arrêtés pour trafic (...)
Lire la suite

Le St Patron de l’Ordre de Malte célébré à Cotonou


28 juin 2022 par Judicaël ZOHOUN
L’Ambassade de l’Ordre de Malte près le Bénin située dans les villas (...)
Lire la suite

ARIC et IAS forment des cadres à l’audit social à Grand Popo


27 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Pour une meilleure performance au sein des entreprises, Azur (...)
Lire la suite

Le rapport provisoire de l’étude sur VBG au Bénin pré validé


27 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Les acteurs clés œuvrant pour la protection contre les Violences basées (...)
Lire la suite

Un individu et un élu local jugés le 27 juillet prochain


23 juin 2022 par Marc Mensah
Le procès des auteurs présumés de l’information annonçant l’entrée à (...)
Lire la suite

Le CA Théophile Bassaou remplace feu Alassane Zoumarou


23 juin 2022 par Marc Mensah
Le Conseil communal de Djougou est au complet depuis mardi 21 juin (...)
Lire la suite

Deux agents de l’ANIP jugés le 06 juillet prochain


23 juin 2022 par Marc Mensah
Le Tribunal de Première Instance (TPI) de première de classe de Cotonou (...)
Lire la suite

Le maire Jocelyn Ahyi clarifie et rassure les populations


21 juin 2022 par Ignace B. Fanou
La réaction de la première autorité de la commune de Grand-Popo ne s’est (...)
Lire la suite

Ce qu’il en est des poissons échoués sur les plages


21 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Depuis quelques jours, un phénomène peu ordinaire se produit sur les (...)
Lire la suite

36 mois avec sursis pour Owolobè, prison ferme pour 8 ministres


18 juin 2022 par Ignace B. Fanou
Rebondissement dans l’affaire bastonnade au Palais de la confrérie (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires