lundi, 18 février 2019 •

190 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Affaire Bolloré : vache logorrhée ou vache dorée ?




(Par Aliou TALL)

Non aux APE, vive les PPP : tel est le paradoxe des dirigeants africains qui disent Non à l’OMC et au GATT, mais disent Oui à Bolloré et consorts. En concédant massivement des services publics et la réalisation des grandes infrastructures à des entreprises étrangères, les Etats africains ruinent, de l’amont à l’aval, la croissance de leurs économies et des entreprises locales qui sont bannies de leurs propres marchés, devant le pouvoir économique, la pression diplomatique et la force corruptrice du lobbying des multinationales étrangères. Les soupçons de corruption dans l’attribution de concessions portuaires en Afrique, qui ont valu à Bolloré une garde-à-vue et une mise en examen, justifient des investigations par les justices africaines, et un encadrement plus rigoureux des appels d’offres internationaux et des PPP.

Y a-t-il une vache logorrhée sur la corruption en Afrique ?

Pour sa défense, Bolloré brandit l’existence de préjugés sur la corruption en Afrique, dont il serait victime par ricochet. Mais la corruption en Afrique n’est pas un mythe, ni un fantasme exubérant. C’est une réalité. En Afrique de l’Ouest, elle est tellement diffuse dans les mœurs qu’on peut penser qu’elle résulte d’un héritage culturel. Nul besoin d’être curieux ou de jouer au Colombo pour y voir un policier michetonner publiquement un chauffeur qui vient d’enfreindre le code de la route. Il y est normal de solliciter un proche ou un agent de l’Etat pour obtenir des documents administratifs apocryphes, un emploi ou des avantages non mérités. Un guinéen, un sénégalais, un malien ou un ivoirien qui est formaté dans ce système sociétal de corruption, ne se débarrassera pas systématiquement de son cortex corrupteur/corrompu, s’il devenait président de la république ou ministre dans son pays. Avec la pauvreté et le retard économique, la corruption s’est banalisée en Afrique : Elle est devenue une bouée de survie pour ceux qui tirent le diable par la queue et qui sont disposés à piétiner leurs valeurs morales. Elle est un raccourci d’enrichissement illicite pour ceux qui n’ont aucun scrupule à vampiriser un peuple déjà exsangue. Seuls le développement économique, l’émancipation de la population, son niveau d’instruction et d’avertissement sur les enjeux de l’Etat, et une justice indépendante feront reculer la corruption qui gangrène les Etats africains.
Le groupe Bolloré est présumé innocent jusqu’à ce que le contraire soit prouvé. Mais si la procédure judiciaire en cours révélait l’existence d’une corruption des gouvernements africains, ce serait une grave immixtion dans le jeu politique et une perversion de la compétition électorale en Afrique. Cela conforterait les accusations sur le néocolonialisme politico-économique français en Afrique, sous le vocable de la Françafrique ; et celles sur la déstabilisation programmée des économies africaines par des lobbies prêts à tout pour fructifier leur business.

Il y a bien une vache dorée africaine pour les concessionnaires français !

Il est paradoxal que l’Afrique de l’Ouest refuse les Accords de Partenariat Economique (APE) avec l’Union européenne, et multiplie en même temps les concessions et les Partenariats Public-Privé (PPP) au profit d’entreprises européennes. C’est à cause de la fragilité de leurs économies que les pays africains s’agrippent aux avantages de la convention de Lomé en matière d’échanges avec l’Europe, et refusent l’uniformisation des règles commerciales, promue par le GATT (Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce) et l’OMC (L’organisation Mondiale du commerce). Notamment par le refus de la clause de la « nation la plus favorisée ». Alors pourquoi fragiliser davantage les économies africaines par le recours généralisé aux concessions pour la réalisation des grandes infrastructures ?
D’une part les pays africains réclament le maintien des préférences commerciales avec l’Europe. D’autre part, ces pays, qui font partie des moins avancés du système des Nations Unies, promeuvent leur aliénation économique par des investisseurs privés européens. Ce schéma montre clairement que l’intérêt privé des dirigeants africains est en jeu dans l’attribution des concessions à des multinationales comme Bouygues, Vinci, Eiffage, Bolloré Africa Logistics, etc. Ces dirigeants africains savent bien que les clauses, les restrictions et les avantages prévus dans ces contrats créent un déséquilibre contractuel au profit des entreprises étrangères. S’ils ferment leurs yeux sur cette sinécure, c’est parce qu’ils y trouvent un intérêt personnel ; et qu’au final, c’est le pauvre citoyen et le consommateur africain qui sont dépouillés pendant des décennies. Les économies africaines souffrent doublement de ces pratiques. En amont, une nébuleuse lobbyiste peut compromettre le libre jeu de la concurrence dans les appels d’offres, et s’octroyer des marchés par le clientélisme ou la corruption. A l’aval, le pays cédant s’enferme dans une concession pouvant durer 40 ans, en se privant du savoir-faire et des plus-values qu’il pouvait tirer de la réalisation des infrastructures.

Sans être vache, il faut investiguer sur la légalité de la vache dorée africaine offertes aux concessionnaires français.

Avec la mise en examen de Bolloré et de dirigeants de son groupe, la justice française dira si le rôle joué par Havas dans l’élection des présidents Alpha Condé et Faure Gnassingbé, a été déterminant dans l’attribution des concessions portuaires en Guinée et au Togo.
Dans les 46 pays africains où le groupe Bolloré prospère, des enquêtes devraient être menées pour savoir s’il y a eu corruption d’agents publics ; trafic d’influence ; abus de biens sociaux ou abus de confiance pour obtenir des concessions. Les justices guinéennes et togolaises devraient ouvrir le bal en ouvrant des enquêtes, si elles sont indépendantes. Tous les gouvernements africains ayant octroyés des concessions au Groupe Bolloré devraient faciliter les investigations, s’ils ne se reprochent rien. L’opposition et la société civile dans ces pays doivent exiger la transparence sur les concessions octroyées à des multinationales.
L’enquête entamée par la justice française sur le groupe Bolloré pourrait s’intéresser aux conditions d’attributions des concessions dans d’autres pays d’Afrique, comme le Sénégal. Sous le régime du président WADE, le Groupe Bolloré avait perdu la concession du terminal à containers du Port de Dakar, au profit de Dubaï Ports World. Mais huit mois après l’élection de Macky SALL, le terminal roulier dudit port est concédé à Bolloré pour une durée de 25 ans. Y a-t-il eu des manœuvres irrégulières ? Youssou Ndour a-t-il joué un rôle dans l’attribution de cette concession à Bolloré ? Est-ce une récompense à un soutien qu’aurait apporté Bolloré à la campagne présidentielle de Macky SALL ? Les enquêteurs français pourraient se poser ces questions, qui préoccupent déjà certains sénégalais. Leur enquête pourrait devenir une pieuvre judiciaire aux tentacules susceptibles d’étouffer les vaches dorées des concessionnaires français en Afrique. Une pieuvre qui peut, et devrait en générer d’autres dans les systèmes judiciaires africains. Le cas échéant, les dirigeants africains impliqués dans des micmacs financiers au détriment de la démocratie et de l’économie de leurs pays, seraient dégommés. Wait and see !
Aliou TALL,
Président du Réseau Africain de Défense des Usagers, des Consommateurs et du Citoyen
(RADUCC)
Email : raducc@hotmail.fr

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

2 mai 2018 par Dg24h


Bénin, 3ème meilleur pays de l’Uemoa (Forbes)


18 février 2019 par Dg24h
Le magazine américain Forbes, dans son dernier classement publié en (...)
Lire la suite

Le Micro Crédit Mobile présenté à Allada et Ouidah


18 février 2019 par Dg24h
Le ministre des affaires Sociales et de la Microfinance, Bintou Chabi (...)
Lire la suite

A la découverte de l’Ecole d’amitié sino-béninoise


18 février 2019 par Dg24h
Un délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la (...)
Lire la suite

Le ‘’Tolègba’’ de Godomey en feu ce dimanche


17 février 2019 par Dg24h
Le fétiche communément appelé ‘’Tolègba’’ situé au milieu de la voie pavée (...)
Lire la suite

Des officiers rétrogradés


16 février 2019 par Dg24h
Le chef d’Etat-major des forces armées béninoises, le Contre-Amiral (...)
Lire la suite

Un prêtre tué à la frontière Togo-Burkina


16 février 2019 par Dg24h
Le Père César Fernandez, secrétaire provincial de la congrégation (...)
Lire la suite

La réhabilitation de Ganvié lancée


15 février 2019 par Dg24h
A partir du mois de mai prochain, une centaine de balises lumineuses (...)
Lire la suite

Une session extraordinaire s’ouvre lundi


15 février 2019 par Dg24h
Le président de la représentation nationale, Me Adrien Hounbgédji, à (...)
Lire la suite

La liste provisoire des nouveaux membres


14 février 2019 par Dg24h
La liste provisoire des nouveaux membres du Conseil national de (...)
Lire la suite

Des voix appellent à des élections


13 février 2019 par Dg24h
Seul creuset de défense et de revendication de leurs intérêts (...)
Lire la suite

Les causes de l’augmentation du prix du ‘’Kpayo’’


13 février 2019 par Dg24h
Le prix de vente de l’essence de contrebande connait depuis environ 72 (...)
Lire la suite

Un homme tire sur un marabout


13 février 2019 par Dg24h
Un homme âgé de 45 ans environ a tiré à bout portant sur un marabout et un (...)
Lire la suite

Claudine Talon aux côtés des porteurs du Vih


12 février 2019 par La Rédaction
Un important lot d’antirétroviraux et des médicaments essentiels pour le (...)
Lire la suite

Des dossiers ajournés dont la convention de l’UPOV


12 février 2019 par Dg24h
La première session extraordinaire de l’année 2019 ouverte le lundi 28 (...)
Lire la suite

Plus de 400 dossiers de BEPC rejetés


12 février 2019 par Dg24h
Le chef service des examens et concours de la direction départementale (...)
Lire la suite

Des enseignants grévistes menacés de sanctions


11 février 2019 par Dg24h
Dans une correspondance en date du mercredi 06 février 2019, la (...)
Lire la suite

Plus de 700 kilos de faux médicaments saisis


11 février 2019 par Dg24h
Plus de 700 kilos de faux médicaments viennent d’être saisis par le (...)
Lire la suite

Une école pas comme les autres au Bénin


10 février 2019 par La Rédaction
Les maux dont souffre l’école sinon le système éducatif béninois sont (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information