lundi, 26 octobre 2020 •

242 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Excursion littéraire :

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature africaine




La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus bénéfiques pour l’individu. Quelqu’un disait : qu’elle peut tenir lieu d’un entretien, d’un échange avec les plus illustres et ou avisés de son époque ou des temps passés. Quand il est question de la littérature africaine c’est une redécouverte de nous-mêmes donc comme le cinéma cet art peut être très enrichissant, si on est motivé par cela. Par une excursion, à travers, deux romans sénégalais que sont « la Collégienne » de Marouba Fall et « Une si longue lettre » de Mariama Ba, nous allons tirer des impressions et déceler des perspectives.

- La Collégienne de Marouba Fall :
Marouba Fall est un enseignant puis administrateur scolaire, donc qui connait bien son propos. La collégienne est le titre de son ouvrage dont l’actrice principale Ouly, 19 ans reflète les sursauts d’une jeune fille de cet âge et de cette époque. L’œuvre se déroule dans un milieu assez moderne, de jeunes ouverts sur le monde et l’autre, d’où Ouly, la collégienne est surnommée l’américaine.
Contenu-thèmes : Marouba Fall nous ouvre les portes à la vie d’une ou de collégiennes et d’enseignants se retrouvant surtout au collège avec des provenances diverses : quartiers populaires, banlieues, résidentielles….Avec tout ce que cela peut signifier en terme de capacités sociales. Une remarquable habilité à la description des gens mais des choses, peut être aptitude acquise de l’enseignant expérimenté. Les ou la relation élèves-filles, collégiennes et enseignants-hommes sont sous les projecteurs, ce n’est pas trop tôt ! L’erreur de jeunesse qui vous poursuit, en ville, de la part d’une jeune fille rurale est soulignée comme dans Maimouna d’Abdoulaye Sadji. La fuite de responsabilité de la part d’un Mari adultérin qui ne reconnait pas son enfant est une autre donne du dénouement de la scène servie sous forme de film télévisé aussi : comme dit l’œuvre n’est pas venue trop tôt mais mérite d’être relevée et rappelée aux uns et aux autres par rediffusion mais inclusion dans le programme de formation des élèves-enseignants, ce qui pourrait être regrettable est que son public principal, les jeunes ont de moins en moins de temps à consacrer à la lecture sous l’ère des NTIC où ils sont comme ces personnes qui organisent une conférence et quand le conférencier est dans sa matière vont s’occuper à des broutilles.
Les thèmes qu’on peut en déduire sont nombreux, mais nous allons nous arrêter sur trois points principaux : 1-L’insertion d’une campagnarde en ville avec les risques que peuvent lui faire courir la beauté de sa jeunesse.
2-Les relations entre enseignants et élèves féminines pouvant être sentimentales.
3-l’absence de Dieu chez les personnages principaux du livre.
Pour notre première remarque, l’insertion possiblement compliquée pour une jeune belle fille débarquée de la campagne : d’abord, il est notable que les gens, d’aujourd’hui, ne sont pas méfiants (ngaw ndjott) comme nous y invite nos cultures et traditions surtout pour une jeune personne, fille de surcroit et sortie de son monde ou milieu habituel. L’éducation avant la naissance, le suivi des premiers pas, mais le conseil ou mise en garde aux jeunes voyageurs surtout féminins semblent de l’ordre du banni, chez certains. Ainsi, ‘’ces espèces là’’ devraient être détectées précocement par leurs vis-à-vis jeunes, d’abord, pour savoir s’en écarter tôt. Le déboussolement qui peut prendre tout voyageur surtout une jeune fille venue comme domestique mérite une attention vues ces conséquences nombreuses et décriées, notamment, par le sociologue Kalli Niang. Dans ce registre, les agences d’offre de bonnes comme à Dakar pourraient être accompagnées par des assistants sociaux pour faciliter l’insertion, l’installation et la réussite économique comme intégrale recherchée par la jeune domestique en milieu urbain, lequel accompagnement institutionnel ne doit pas empêcher celui familial.
Deuxième point, les relations entre enseignants et élèves féminins pouvant déboucher sur des développements sentimentaux ou amoureux. L’écoute, l’attention chez l’enseignant envers son élève surtout des premières classes est une quasi obligation et que ce soit du même sexe ou des sexes opposés nombreux sont ceux qui ont des relations suivies, attentionnées envers leurs enseignants ou élèves, ce n’est pas une nouvelle chose. Toutefois, force est de reconnaitre que de nos jours les amours ou relations charnelles entre enseignants et enseignées toutes les deux parties de plus en plus jeunes, sont vus comme entrant dans l’ordre du normal, comme la règle. Et là, soyons clair : l’élève n’a pas à regagner l’école pour trouver un ou une amoureuse, élève comme lui ou enseignant : l’école est faite pour prendre du savoir et assumer sa voie ou vie. N’empêche, la formule de Mariama Ba : « On ne prend pas de rendez vous avec le destin » est valable avec la mort autant qu’avec l’amour. Et là, soyons encore précis : l’amour, les relations sentimentales sont une ruelle libre pour non tous ceux qui peuvent offrir une boisson ou un sandwich, mais pour le garçon qui a bien étudié sa cible et se sent prêt et intéressé à mener ‘’les virés et échanges’’, sans accident au sens de conduire sa compagne à l’imprévu, l’indécidé (pour parler de conséquences à prévoir). Et pour toute fille se trouvant en âge et ayant rencontré ‘’le prototype’’ dont elle souhaite avoir ‘’une histoire’’. Le cas présent est celui d’un enseignant envers son élève, lequel cas nous ne bannissons pas comme dit mais avouons le : appelle à plus de responsabilité et clarté dans sa volonté et conduite de la part de l’enseignant. Le cas Mar Ndiaye nous fait sourire puis rire. En effet, Mr Ndiaye, dans sa relation avec Ouly qui est d’abord, d’enseignant et élève, semble être celui qu’on mène, qu’on moralise, qu’on invite à se clarifier. Bref, c’est lui qui ne sait pas. Marouba Fall, l’auteur qui vient à la rescousse à la fin du roman pour justifier l’injustifiable, moi j’ai envie de lui répondre : Mr Fall, barrez vous après avoir dit votre messe ou peigné votre scène. C’est aux lecteurs de faire leurs déductions, peut être vous il vous reviendra dans le cadre d’entretiens hors du livre de donner votre avis comme tout un chacun. Mr Fall, vous ne pouvez rien me faire comprendre que j’ai besoin de comprendre sur « la relation amoureuse Mar Ndiaye –Ouly ». Cela parce qu’un homme, en plus, plus âgé, de surcroit enseignant se fait mener dans une relation amoureuse qui semble non ouvertement ou clairement assumée. Mar Ndiaye est ce un homme ? Est-il majeur ? A-t-il fait ou flairé des bribes de ce qu’on appelle pédagogie ? Autant de questions pour signifier notre étonnement de la part d’un homme d’être mené par une fille à peine pubère que lui ne sait pas canaliser s’il a décidé d’une relation sentimentale.
En effet, là est un danger de ce siècle, sans rejeter la parité, un homme s’il verse dans des relations avec une femme fusse t’elle de l’âge de son arrière grand-mère doit s’assurer de ses objectifs d’étape et final : qui est ce ? Pourquoi faire ? Jusqu’ou aller ? Mentionnés dans une feuille de route, un agenda d’où toutes les éventualités le trouveront dédouaner par sa clarté, sa précision, sa fermeté, son encadrement de cette relation (surtout quand il s’agit d’une relation collégienne-professeur) cela pour savoir avancer si l’intérêt ou l’objectif y est ou s’arrêter, s’exfiltrer si les choses ne sont pas dans son gout ou sa maitrise : c’est tout ce qui est obligatoire à un homme majeur même pour courtiser une dame célibataire de l’âge de son arrière grand mère : décider d’avance quoi faire et jusqu’où aller, si sa cible y est prête ou malléable à ses fins, sinon le décrochement s’impose. Un vrai homme ne se fait pas mener dans une relation sentimentale surtout débutante, c’est tout ce qui manque à Mr Ndiaye dont son élève semble avoir le premier et le dernier mot sur tout ce qui les concerne : la morale, le gestuel, l’emploi du temps d’où ce Mar Ndiaye pouvait et allait si le roman était la logique ne pas seulement constater le naufrage de sa collégienne, mais mal finir lui-même. Un homme doit savoir décider et assumer son emploi du temps sentimental, sans quoi, il n’est plus un homme libre ou vrai. Plus âgé et enseignant enfonce le sieur Ndiaye.
3- Aussi, le roman se déroule au Sénégal, avec des prénoms musulmans, dans un milieu urbain ou semi urbain avec un désert spirituel qui caractérise certains sénégalais qui ne sont ni de peau blanche, ni en occident, ni ayant les ressources du blanc, mais sont des naufragés dans la culture urbaine et matérialiste ou mécanique, où on ne fait que suivre le vent. Cette absence de Dieu et de spiritualité peut être à elle seule la cause de toutes les dérives, ratés, regrets, auto et mutuelles destructions chez ces personnages qui ne sont plus ou très peu réglés à ‘’l’heure utile’’.
L’idylle Mar-Ouly, principal trame de l’ouvrage met l’accent sur un travers de nos temps où la ou les filles font les grandes gueules, en tout, ce qui ne signifie pas parité mais manque d’éducation, de retenue, surexcitation et les garçons ou hommes pressés d’encaisser tous les scénarii pour pouvoir baiser au plus vite et passer à autre chose ou autre occasion. La société en tirera toutes les conséquences le moment venu. Et avec les taux de grossesses scolaires enregistrés surtout au sud du pays, déclarés œuvre d’enseignants, il n’est pas besoin d’attendre demain pour tirer une projection. Mais c’est maintenant, s’il s’agissait de cas indésirables comme y invitent les statistiques dont on a ressenti le besoin d’avoir sur ces cas, qu’il faudrait prendre des mesures dictées par nos objectifs quels qu’ils soient, tirer les conséquences et dégager une ligne de prise en compte.
- « Une si longue lettre » de Mariama Ba :
« Une si longue lettre », sortie dans les années 80 s’est, selon nous, imposée comme le classique des classiques, dans son genre, au Sénégal. Ecrite par une femme de ces années de début d’indépendance, c’est une prouesse. Le titre une si longue lettre se justifie par le contenu mais se comprend à l’entêtement de l’auteure de marteler sa perception, volonté de modèle social, malgré qu’elle n’a pas rompu avec celui ci quand l’occasion s’est présentée de tout rejeter de ce modèle social qu’elle trouve, à beaucoup d’égards, saugrenu, injuste, rétrograde, pas suffisamment, en phase avec son idéal, ses rêves. Pour revenir à notre avis selon lequel, ce livre reste le classique des classiques, au Sénégal, pourquoi ?
D’abord, il est bien connu du public car dans le programme de troisième (3éme) et adapté au cinéma. Mais, je crois surtout parce qu’il interpelle tous voire tout, les géographes pourront dire que c’est une géographie sociale. En effet, du vieux traditionnaliste qui renforce son statut par un grade religieux allant au jeune dans son temps qui veut se propulser, sans omettre ni l’intellectuel situé, le parent conservateur, la griotte entremetteuse, l’administration coloniale, l’étudiant et l’élève, l’artisan, l’aménagement dakarois déjà déshumanisé, la séparation de conjoints, la distance entre amis intimes, les plaisirs simples d’une vie sénégalaise, d’alors ; les déconvenues et déceptions du réel, la perte d’un être proche, le folklore sénégalais mal placé ou à sa place, une lecture synthétique du coran quant ‘’au miracle ténébreux de la mort et miracle grandiose de la naissance’’, les deux intervalles de la vie terrestre, l’espace urbain, périurbain, rural, un féminisme qui butte sur des traditions ou religions dont la personnalité pondérée de l’auteure plaide patiemment plus que ne décrète brusquement. Bref, une si longue lettre est effectivement une si longue lettre.
Une si longue lettre est quelque part la radiographie sociale, spatiale, morale, culturelle, politico-économique. En peu de mots, une lecture, à la fois, relativiste, progressiste, critique du Sénégal à ses vingt ans d’indépendance. Laquelle lecture pourrait permettre à tout sénégalais de se mirer, faire son bilan quasi complet et devoir savoir se diriger.
Avec une franchise, simplicité, circonspection du médecin qui livre son diagnostic. Avec une si longue lettre point besoin d’un grand effort pour voir, comprendre, s’aviser, encore moins une longue critique du bouquin car l’auteure par sa posture, ses choix, la manière avec laquelle elle a vécu son lot quotidien s’est critiquée en même temps qu’elle indexait sa société. Tout ceci, ce semblant de contraste de la plume et de l’attitude de l’auteure trouve un éclairage, un rattrapage, un justificatif, si on puisse dire dans la grande et profonde spiritualité que dégage l’auteure ou le personnage principal.
Et si on devait tirer une projection à cet écrit sénégalais d’il y’a quarante ans (40ans), nous serions un peu bouche bée car les années 80 semblent toujours d’actualité 40 ans après, d’où un autre critère personnel de désignation de l’œuvre « une si longue lettre » comme étant le classique des classiques.

Moise Kant, Critique en littérature

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN




Démocratie et parrainage politique


12 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Le monarque de droit divin et l’autocrate-dictateur
Lire la suite

Mali, Panafricanisme et CFA


29 août 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’auteur de ‘‘L’aventure ambigüe‘‘ a dépeint avec (...)
Lire la suite

Pour un Bénin au destin national


25 juillet 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Pour se révéler nation, des peuples dispersés, (...)
Lire la suite

Confinement et Refondation


9 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Entre 1914 et 1918, puis entre 1939 et 1945, on (...)
Lire la suite

Leadership américain dans la lutte mondiale pour vaincre le (...)


28 avril 2020 par La Rédaction
Le leadership américain dans la lutte mondiale contre le Covid-19 (...)
Lire la suite

Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le...


28 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
Il nous a été demandé de revoir, revenir sur le système d’administration (...)
Lire la suite

A la poursuite d’un disparu Non, Kourouma : Allah s’est auto-obligé…


24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans la lancée de ses œuvres : le soleil des indépendances, en attendant (...)
Lire la suite

De la subsistance à l’exode en passant par la commercialisation, la (...)


22 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Pays encore majoritairement rural, le Sénégal, particulièrement, sa zone (...)
Lire la suite

Les migrations, un phénomène de plus en plus dégradant, de moins en moins (...)


21 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La migration, une donne mondiale considérable et persistante, à (...)
Lire la suite

Démocratie et sacralité des constitutions


9 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’homme autorise le sacré. « Est Vodun ce que (...)
Lire la suite

Mimétisme béninois et régression sociale


12 octobre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’imitation est réfléchie et voulue. Elle peut (...)
Lire la suite

Le récépissé de malheur


24 septembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
Ils ont voulu. Ils l’ont obtenu. Mais comment ? Le plus important est (...)
Lire la suite

Pour le Bénin à nouveau retrouvé


29 juin 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De la République avortée de l’Ataborg à la (...)
Lire la suite

Pour un Ramadan de Fraternisation des Béninois


11 mai 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Ce qui est dit du Ramadan (30 jours) doit (...)
Lire la suite

L’opposition ou la fabrique du contentieux


1er avril 2019 par Judicaël ZOHOUN
Les tractations, pour la résolution du contentieux électoral, n’ont (...)
Lire la suite

Béatrice Aguessy, femme de combat


2 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De combat et de défi. A 12 ans, accompagnant une (...)
Lire la suite

Que sera demain le Bénin ?


19 janvier 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​On peut le dire, l’année 2019 a démarré en (...)
Lire la suite

Comme un conte de Noël


29 décembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Matthieu, l’unique narrateur de cette épopée, de (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires