jeudi, 9 juillet 2020 •

383 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Pour un Ramadan de Fraternisation des Béninois




(Par Roger Gbégnonvi)

​Ce qui est dit du Ramadan (30 jours) doit l’être du Carême (40 jours) et du Yom Kippour (25 heures), sur la base de la foi : ‘‘Moïse, Jésus, Mahomet : les trois ont jeûné dans le désert’’. Lors donc que les croyants béninois jeûnent, ils sont reliés à Moïse en qui Jésus et Mahomet se sont reconnus en jeûnant. Le jeûne, lieu d’abord de purification, mais aussi lien d’unité et de fraternité. Sans communauté adepte du judaïsme, le Bénin n’a pas hérité du Yom Kippour, mais il a hérité des deux autres grâce aux Saintes Ecritures, lui analphabète par définition. Grâce à l’écriture, il a fait siens Ramadan et Carême pour être digne du Seigneur sur l’axe vertical de son existence. Sur l’axe horizontal, il lui reste à s’emparer de l’écriture pour ce qu’elle est : d’abord lien de fraternisation entre tous hommes par-delà les temps et les espaces, ensuite arme de libération et, paradoxalement, arme de libération de ce que les Saintes Ecritures pourraient avoir d’obsolète ici et maintenant pour l’homme soumis aux aléas du temps et de l’espace. Deux croyants, musulman et catholique, nous ont laissé un bel exemple de la grande liberté des enfants de Dieu-Allah sur l’axe horizontal de leur existence.
​‘‘En Tunisie, le président Bourguiba a plaidé en faveur d’un allègement des exigences du Ramadan, arguant que la lutte contre le sous-développement est un djihad dispensant légalement ses ‘‘combattants’’ de jeûner’’. Au Dahomey, en 1946-1947, en pleine famine, Mgr Louis Parisot, lors d’une tournée pastorale qui l’amena dans le village de Sohonmê près de Comé, prêchait à ses ouailles un carême strict. Gêné au regard du mal-vivre de ses protégés, le catéchiste-interprète Henri Vignondé demanda discrètement au prélat de l’autoriser à dire aux fidèles d’oublier le carême à cause de la dureté des temps et de manger trois fois par jour s’ils le peuvent. Le pasteur acquiesça. Il aimait ses frères chrétiens.
​Car les Saintes Ecritures et le jeûne sont faits pour l’homme et non l’homme pour eux. Bourguiba et Vignondé l’ont bien compris, comme ils ont compris que si ‘‘la gloire de Dieu c’est l’homme vivant à genoux’’, il est indispensable que l’homme vive d’abord et vive heureux dans une cité heureuse. En 2019 le Bénin n’est pas en butte à la famine ni en lutte pour une quelconque urgence. Carême et Ramadan peuvent donc y être observés tels que hérités de Jésus et de Mahomet. Cependant le Ramadan de ce mois de mai tombe à pic dans un Bénin qui, sans être une cité malheureuse, vient de frôler le malheur par notre faute, alors même que le premier mot de notre devise républicaine est FRATERNITE. A cause de la profonde fraternité qui les fédère, chrétiens et musulmans doivent porter la République Fraternelle quand ils jeûnent. Ce moment annuel de purification les relie à Moïse à l’origine du Carême et du Ramadan. Chrétiens et musulmans frères en Moïse. Et ce serait un gâchis sans pareil si, en conscience et en acte, ils ne mettent pas leur unité profonde au service de l’unité du Bénin lorsqu’ils regardent vers Moïse. Et quel bonheur pour le Bénin si leur unité profonde irradie vers le corps social de la République Fraternelle du Bénin pour valider la FRATERNITE qui, déclinée en fraternisation consciente et active, fait heureuses les cités !
​‘‘Il y a une affaire en train dans l’Univers.’’ Teilhard de Chardin a raison. L’affaire est celle de l’Afrique : elle doit ré-enchanter les traditions d’élévation héritées afin de faire entendre au monde sa voix spécifique, offrir au monde son empreinte spécifique. L’affaire est celle du Bénin : il doit, à présent, raviver sa jeune tradition républicaine de non-violence, d’écoute et de dialogue, dialogue politique jamais facile mais toujours bénéfique pour la république. L’affaire est celle de Bourguiba et de Vignondé : à présent bris d’étoile, poussière de lumière à l’Orient, sourciers de pensées solaires et d’actes de noblesse, ils s’adressent à nous en ce mois de mai 2019 pour un Ramadan de Fraternisation des Béninois.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

11 mai 2019 par Judicaël ZOHOUN




George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Née bonniche pour mourir bonniche


13 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Han, Pépé ! Moi je vous demande un peu d’aide (...)
Lire la suite

Confinement et Refondation


9 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Entre 1914 et 1918, puis entre 1939 et 1945, on (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Regarder en face le covid-19


11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas (...)
Lire la suite

A la poursuite d’un disparu Non, Kourouma : Allah s’est auto-obligé…


24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans la lancée de ses œuvres : le soleil des indépendances, en attendant (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite

Le matériau humain africain est-il à refondre ?


23 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’on aura reconnu la préconisation d’Aimé Césaire (...)
Lire la suite

Mugabe, Hong-Kong, et l’exception béninoise


14 septembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​On ne mettra jamais en cause l’héroïcité de (...)
Lire la suite

A la Lumière des Ecureuils de la Victoire


13 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il n’y a jamais de miracle. Et il n’y en eut (...)
Lire la suite

La leçon des Ecureuils au Bénin


11 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
La joie des Ecureuils, l’euphorie de tout un peuple Les Ecureuils, (...)
Lire la suite

Grisaille autour du gris-gris béninois à Paris


23 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Biowá Nàglókú, dans son village Sêxwidé, est depuis (...)
Lire la suite

Légende béninoise du panier de la ménagère


16 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Sous couvert dudit panier, il s’agit de la (...)
Lire la suite

Béatrice Aguessy, femme de combat


2 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De combat et de défi. A 12 ans, accompagnant une (...)
Lire la suite

Patrice Talon, l’oiseau rare


18 novembre 2018 par La Rédaction
Imperturbable. Le chef de l’Etat reste le seul chef d’Etat que le Bénin (...)
Lire la suite

A coups de…Talon !


15 novembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
Le « Bénin révélé » de Patrice Talon, est un Bénin qui se donne pour (...)
Lire la suite

Il y a exil et exil


3 novembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Quand il a eu perdu la guerre, le souverain fut (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires