jeudi, 16 juillet 2020 •

537 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Mugabe, Hong-Kong, et l’exception béninoise




(Par Roger Gbégnonvi)

​On ne mettra jamais en cause l’héroïcité de Robert Mugabe au temps de la Rhodésie. Il libéra le Zimbabwe et son peuple. Et il s’en proclama, sans le dire, le propriétaire. A l’instar de Félix Houphouët-Boigny, père de l’indépendance ivoirienne et, sans le dire, propriétaire du pays et des Ivoiriens jusqu’à sa mort, comme il convient. Car il sied à tout bon autocrate nègre de s’agripper au pouvoir jusqu’à s’y effondrer - mort. Bravo ! Hélas pour lui, Mugabe n’arriva pas jusqu’à ce bravo sur le gâteau. S’étant aperçus que le propriétaire allait offrir le Zimbabwe et ses habitants en héritage aux Mugabe, ses vieux compagnons le prièrent, avec force respect, de lâcher prise. De mauvais gré, il lâcha prise et s’en alla mourir à Hong-Kong.
​ Car en Afrique, Chef ou membre de l’Exécutif, vous allez mourir partout ailleurs, sauf en Afrique. Car, propriétaire et acolyte du propriétaire, vous avez accaparé tant d’or et de diamant qu’aucun des hôpitaux que vous avez créés n’est digne d’abriter les microbes de votre corps repu et fatigué. Mais votre cadavre revient s’ensevelir en terre africaine sinistrée par vos soins. Car Américains, Asiatiques, Européens, n’ont que faire du Nègre vivant. Alors le Nègre cadavre ? Beuh ! Qui honorerait Senghor cadavre à Verson (France), Sékou Touré à Cleveland, Bongo à Barcelone ? Personne ! D’où nécessité de ramener à la maison les cadavres des propriétaires des nations africaines. Ils ont beau l’avoir appauvrie à leur profit et au profit des pays où ils s’en vont mourir, l’Afrique reste utile pour accueillir la dépouille des autocrates qui l’ont jugée indigne de leur corps repu et fatigué. Elle accueille leur dépouille sur fond de youyous hurlés par la foule efflanquée, mais forcée de saluer l’autocrate cadavre décrété - cerise sur le gâteau - héros national, non pour avoir tout illuminé mais pour avoir tout accaparé. Seuls échappent à ce sacre final ceux dont la fin de règne a été précipitée et brutale : Idi Amin Dada, Samuel Doe, Mobutu, Omar el Béchir, etc. Mais il est des cadavres exilés puis ramenés pour des sacres de rattrapage : N’Kruma, défunté à Bucarest, Bokassa, sinistre faucon. Un jour le tour de Mobutu, féroce léopard ?
​Revenons à Mugabe qui fut tantôt faucon, tantôt léopard (les Zimbabwéens n’ont pas vu la différence) pour garder la main sur le Zimbabwe sinistré par ses soins. S’il s’avère qu’il était auprès de sa fille partie à Hong-Kong pour ses études supérieures, cela confirmera ce que pensent ‘‘les Chinois cultivés’’, savoir que, lorsque vous avez été autocrate nègre à des sommets himalayens, vous ne créez aucun établissement d’enseignement supérieur digne du génie de vos filles et garçons, que vous envoyez s’éclater dans les universités de France et de Navarre, à Oxford et à Harvard. Les lycées de banlieue et de puces, que vous avez créés et appelez universités, et où vos enfants n’étudieront jamais, rejoignent ainsi les hôpitaux-mouroirs que vous avez créés, et où vos enfants et vous ne vous ferez jamais soigner.
​Revenons à la mort des autocrates nègres, sujet préoccupant à cause de Mugabe défunté à Hong-Kong et non à Harare. Revenons-y pour faire observer une exception : sauf celui que la mort a surpris à Dakar où il passait des vacances en famille, les anciens présidents du Dahomey-Bénin (tous anciens pour que vive l’alternance) ont choisi de mourir chez soi. Curieux. Mais les Béninois n’en sont pas à une exception près. Ils seraient capables, nonobstant titres et grades ronflants, de considérer que l’honneur ultime consiste à mourir chez soi. A 80 ans et affaibli, Mgr Lucien Monsi Agboka, évêque émérite d’Abomey, se vit proposer d’aller se faire soigner hors du Bénin. Du fond de son lit, il répondit avec un grand calme : « Quoi donc ! Je ne mourrai jamais ? Laissez-moi mourir ici ! » Et il mourut « ici ».
​Audaces et exceptions béninoises. Et les dirigeants béninois disent qu’il y a bonheur à « Vivre entre ses parents le reste de son âge » et à mourir entre leurs mains. En Afrique !

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

14 septembre 2019 par Judicaël ZOHOUN




George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Née bonniche pour mourir bonniche


13 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Han, Pépé ! Moi je vous demande un peu d’aide (...)
Lire la suite

Confinement et Refondation


9 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Entre 1914 et 1918, puis entre 1939 et 1945, on (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Regarder en face le covid-19


11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas (...)
Lire la suite

A la poursuite d’un disparu Non, Kourouma : Allah s’est auto-obligé…


24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Dans la lancée de ses œuvres : le soleil des indépendances, en attendant (...)
Lire la suite

Survol de l’ouvrage interpelant, « l’aventure Ambigüe » de Cheikh Hamidou (...)


18 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
A l’aube africaine, avec comme soubassements des valeurs fondées, (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite

Le matériau humain africain est-il à refondre ?


23 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’on aura reconnu la préconisation d’Aimé Césaire (...)
Lire la suite

A la Lumière des Ecureuils de la Victoire


13 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il n’y a jamais de miracle. Et il n’y en eut (...)
Lire la suite

La leçon des Ecureuils au Bénin


11 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
La joie des Ecureuils, l’euphorie de tout un peuple Les Ecureuils, (...)
Lire la suite

Pour le Bénin à nouveau retrouvé


29 juin 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De la République avortée de l’Ataborg à la (...)
Lire la suite

Grisaille autour du gris-gris béninois à Paris


23 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Biowá Nàglókú, dans son village Sêxwidé, est depuis (...)
Lire la suite

Légende béninoise du panier de la ménagère


16 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Sous couvert dudit panier, il s’agit de la (...)
Lire la suite

Béatrice Aguessy, femme de combat


2 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De combat et de défi. A 12 ans, accompagnant une (...)
Lire la suite

Patrice Talon, l’oiseau rare


18 novembre 2018 par La Rédaction
Imperturbable. Le chef de l’Etat reste le seul chef d’Etat que le Bénin (...)
Lire la suite

A coups de…Talon !


15 novembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
Le « Bénin révélé » de Patrice Talon, est un Bénin qui se donne pour (...)
Lire la suite

Il y a exil et exil


3 novembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Quand il a eu perdu la guerre, le souverain fut (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires