mardi, 16 octobre 2018 •

164 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Justice

Les peines encourues pour injure, incitation à la haine, à la violence etc




Les auteurs ayant commis des délits par le biais d’un système informatique sont punis par la loi. Le code du numérique en République du Bénin définit clairement les peines encourues pour entres autres l’injure, l’incitation à la haine, à la violence, à la rébellion, la provocation de crime ou de délit en utilisant un système informatique.

Selon le code du numérique, l’injure avec une motivation raciste et xénophobe commise par le biais d’un système informatique est puni par la loi. L’article 551 le mentionne comme suit « Quiconque profère, intentionnellement, une insulte publique par le biais d’un système informatique envers une personne en raison de son appartenance à un groupe qui se caractérise par la race, la couleur, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique, ou la religion ou l’opinion politique dans la mesure où cette appartenance sert de prétexte à l’un ou l’autre de ces éléments, ou un groupe de personnes qui se distingue par une de ces caractéristiques est puni d’un emprisonnement de six (06) mois à sept (07) ans et d’une amende de un million (1 000 000) à dix millions (10 000 000) de francs CFA.
L’incitation à la haine et à la violence constituent aussi des délits qui sont punis par le code du numérique respectivement en son article 552 et 553. « Quiconque aura provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de l’appartenance à une race, à une couleur, à une origine nationale ou ethnique, à la religion, à l’appartenance sexuelle, ou à un handicap au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique, est puni de un (01) an d’emprisonnement et de cinq millions (5 000 000) de francs CFA d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement », indique l’article 552. Quant à l’article 553, il signale que « La provocation directe à la rébellion au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique est punie de six (06) mois d’emprisonnement et de deux millions (2 000 000) à dix millions (10 0000 000) de francs CFA d’amende ».
Les complices ayant provoqués un crime ou un délit sont aussi punis conformément à l’article 554 du code qui stipule que « Seront punis comme complices d’une action qualifiée de crime ou de délit, ceux qui au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique auront directement provoqué l’auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d’effet ».
Sont également punis par l’article 555 du code « ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article précédent, auront directement provoqué, dans le cas où cette provocation n’aurait pas été suivie d’effet, à commettre l’une des infractions suivantes au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique : les atteintes à la vie de la personne, les atteintes à l’intégrité physique de la personne et les agressions sexuelles, définies par le code pénal ; les vols, les extorsions dangereuses pour les personnes, définis par le code pénal ». Ils encourent une peine de un (01) an d’emprisonnement et de cinq millions (5 000 000) de francs CFA d’amende.
La négation, minimisation grossière, approbation ou justification d’un génocide ou de crimes contre l’humanité mentionnée à l’article 556 est punissable par la loi. Est punie d’un emprisonnement de 06 mois à sept 07 ans et d’une amende de un million à dix millions de francs CFA « une personne qui diffuse ou met à disposition par le biais d’un système informatique des données qui nient, minimisent de manière grossière, approuvent ou justifient des actes constitutifs de génocide ou de crimes contre l’humanité tels que définis par le droit international et reconnus comme tels par une décision finale et définitive d’un tribunal national ou d’un tribunal international établi par des instruments internationaux pertinents et dont la juridiction est reconnue ».
Aussi, est-il puni par la loi l’incitation ou provocation à la commission d’actes terroristes et apologie des actes terroristes. Cela est indiqué à l’article 557 comme suit « Quiconque aura, au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique, incité ou provoqué directement des actes de terrorisme est puni de dix (10) ans d’emprisonnement et de vingt cinq millions (25 000 000) de francs CFA d’amende »
Les auteurs des infractions de presse (diffamation, injure publique, apologie de crime) par le biais d’une communication électronique sont punis des mêmes peines que celles prévues par la loi n° 2015-07 du 20 mars 2015 portant code de l’information et de la communication en vigueur, quel qu’en soit le support conformément à l’article 558.
Selon l’article 559 relatif au droit de réponse « Toute personne nommée ou désignée au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique, dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser au service ». Cette personne renseigne l’article est présentée au plus tard dans un délai de trois 3 mois à compter de la mise à disposition du public du message justifiant cette demande. Le directeur de la publication est tenu d’insérer dans les 03 jours de leur réception, les réponses de toute personne nommée ou désignée dans le service de communication au public en ligne sous peine d’une amende 500 000 francs CFA.
Les peines encourues par un fournisseur de services lorsqu’il divulgue des détails d’une enquête sont évoquées à l’article 60. Il est puni d’un emprisonnement de un (01) mois à deux (02) ans, ou d’une amende maximale de cinq millions (5 000 000) de francs CFA ou de l’une de ces peines seulement lorsque dans le cadre d’une enquête pénale, le fournisseur « reçoit une injonction stipulant explicitement que la confidentialité doit être maintenue, ou lorsqu’une telle obligation est énoncée par la loi, et qui, sans motif ou justification légitime, ou en se prévalant à tort d’un motif ou d’une justification légitime, divulgue de manière intentionnelle : le fait qu’une injonction ait été émise ; toute action réalisée aux termes de l’injonction ; ou toute donnée collectée ou enregistrée aux termes de l’injonction ». Cet article signale que « L’obligation de confidentialité prévue à l’alinéa 1 ne s’applique pas en cas de consentement exprès de l’auteur ou du destinataire de la communication et d’interception d’une communication privée sur mandat de justice ».

Akpédjé AYOSSO (Stag.)

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

30 septembre 2018 par Dg24h


01 mort et 03 blessés au cours d’un braquage à Challa Ogoï


15 octobre 2018 par Dg24h
01 mort, plusieurs blessés et des dégâts matériels. C’est le bilan d’un (...)
Lire la suite

L’aéroport de Tourou ou le symbole de la gestion hasardeuse de (...)


15 octobre 2018 par Dg24h
Construit par le régime du président Boni Yayi, l’aéroport international (...)
Lire la suite

Un présumé meurtrier du brigadier Chabi Mohamed arrêté


14 octobre 2018 par Dg24h
L’un des malfrats auteur de la mort du brigadier Mohamed Chabi Bernard (...)
Lire la suite

« La quatrième révolution industrielle est en marche (...) » (Serge (...)


14 octobre 2018 par Dg24h
La Commission Electrotechnique Internationale (CEI) et l’Union (...)
Lire la suite

La liste des Etablissements Privés d’Enseignement agréés sera connue (...)


13 octobre 2018 par Dg24h
Invité ce vendredi 12 octobre 2018, sur l’hebdo de Océan Fm, le directeur (...)
Lire la suite

Erick Hector Hounkpè dévoile le package du Fitheb 2018


13 octobre 2018 par La Rédaction
La 14ème édition du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) (...)
Lire la suite

Moov-Bénin accompagne la 29ème convention nationale de la JCI Natitingou (...)


12 octobre 2018 par Dg24h
Animée sous le thème Illuminons notre communauté, la 29eme convention (...)
Lire la suite

Gouvernement, Fao et Népad pour des emplois décents aux jeunes (...)


12 octobre 2018 par Dg24h
Plusieurs cadres et acteurs du monde rural ont pris part à l’atelier de (...)
Lire la suite

Louise Mushikiwabo prend les rênes du secrétariat général de (...)


12 octobre 2018 par Dg24h
Le nouveau secrétaire général de l’Organisation internationale de la (...)
Lire la suite

Les étudiants témoignent leur reconnaissance au gouvernement


11 octobre 2018 par Dg24h
Quelques heures après l’autorisation en Conseil des ministres du (...)
Lire la suite

Le ‘’Kpayo’’ a créé d’importants dégâts ce jeudi à Tankpè


11 octobre 2018 par La Rédaction
Dans la matinée de ce jeudi 11 octobre 2018, un dépôt de vente de (...)
Lire la suite

Le Bénin renforce sa coopération avec les institutions internationales


11 octobre 2018 par Dg24h
Le gouvernement a transmis à l’Assemblée nationale pour ratification (...)
Lire la suite

2.500.000 citoyens vont bénéficier d’actes de naissance


11 octobre 2018 par Dg24h
Le gouvernement a adopté au cours du conseil des ministres de ce (...)
Lire la suite

Le compte rendu du Conseil des ministres du 10 Octobre 2018


10 octobre 2018 par Dg24h
La réunion hebdomadaire du Conseil des ministres a eu lieu ce jour au (...)
Lire la suite

L’hôpital St Jean de Dieu bénéficie de 02 ambulances du Japon


10 octobre 2018 par Dg24h
L’ambassade du Japon près le Bénin a fait don de deux ambulances à (...)
Lire la suite

La 2ème session du Conseil national a démarré lundi


9 octobre 2018 par Dg24h
La 2ème session du Conseil national du dialogue social (Cnds) a (...)
Lire la suite

Les étudiants saluent les réformes engagées par le chef de (...)


9 octobre 2018 par Dg24h
En prélude à la rentrée académique 2018-2019 qui aura lieu le 15 octobre (...)
Lire la suite

La fermeture des centres illégaux se poursuit à Parakou


9 octobre 2018 par Dg24h
Après une première phase la semaine écoulée, l’opération de fermeture des (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information