vendredi, 14 décembre 2018 •

186 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Justice

Les peines encourues pour injure, incitation à la haine, à la violence etc




Les auteurs ayant commis des délits par le biais d’un système informatique sont punis par la loi. Le code du numérique en République du Bénin définit clairement les peines encourues pour entres autres l’injure, l’incitation à la haine, à la violence, à la rébellion, la provocation de crime ou de délit en utilisant un système informatique.

Selon le code du numérique, l’injure avec une motivation raciste et xénophobe commise par le biais d’un système informatique est puni par la loi. L’article 551 le mentionne comme suit « Quiconque profère, intentionnellement, une insulte publique par le biais d’un système informatique envers une personne en raison de son appartenance à un groupe qui se caractérise par la race, la couleur, l’ascendance ou l’origine nationale ou ethnique, ou la religion ou l’opinion politique dans la mesure où cette appartenance sert de prétexte à l’un ou l’autre de ces éléments, ou un groupe de personnes qui se distingue par une de ces caractéristiques est puni d’un emprisonnement de six (06) mois à sept (07) ans et d’une amende de un million (1 000 000) à dix millions (10 000 000) de francs CFA.
L’incitation à la haine et à la violence constituent aussi des délits qui sont punis par le code du numérique respectivement en son article 552 et 553. « Quiconque aura provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de l’appartenance à une race, à une couleur, à une origine nationale ou ethnique, à la religion, à l’appartenance sexuelle, ou à un handicap au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique, est puni de un (01) an d’emprisonnement et de cinq millions (5 000 000) de francs CFA d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement », indique l’article 552. Quant à l’article 553, il signale que « La provocation directe à la rébellion au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique est punie de six (06) mois d’emprisonnement et de deux millions (2 000 000) à dix millions (10 0000 000) de francs CFA d’amende ».
Les complices ayant provoqués un crime ou un délit sont aussi punis conformément à l’article 554 du code qui stipule que « Seront punis comme complices d’une action qualifiée de crime ou de délit, ceux qui au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique auront directement provoqué l’auteur ou les auteurs à commettre ladite action, si la provocation a été suivie d’effet ».
Sont également punis par l’article 555 du code « ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article précédent, auront directement provoqué, dans le cas où cette provocation n’aurait pas été suivie d’effet, à commettre l’une des infractions suivantes au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique : les atteintes à la vie de la personne, les atteintes à l’intégrité physique de la personne et les agressions sexuelles, définies par le code pénal ; les vols, les extorsions dangereuses pour les personnes, définis par le code pénal ». Ils encourent une peine de un (01) an d’emprisonnement et de cinq millions (5 000 000) de francs CFA d’amende.
La négation, minimisation grossière, approbation ou justification d’un génocide ou de crimes contre l’humanité mentionnée à l’article 556 est punissable par la loi. Est punie d’un emprisonnement de 06 mois à sept 07 ans et d’une amende de un million à dix millions de francs CFA « une personne qui diffuse ou met à disposition par le biais d’un système informatique des données qui nient, minimisent de manière grossière, approuvent ou justifient des actes constitutifs de génocide ou de crimes contre l’humanité tels que définis par le droit international et reconnus comme tels par une décision finale et définitive d’un tribunal national ou d’un tribunal international établi par des instruments internationaux pertinents et dont la juridiction est reconnue ».
Aussi, est-il puni par la loi l’incitation ou provocation à la commission d’actes terroristes et apologie des actes terroristes. Cela est indiqué à l’article 557 comme suit « Quiconque aura, au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique, incité ou provoqué directement des actes de terrorisme est puni de dix (10) ans d’emprisonnement et de vingt cinq millions (25 000 000) de francs CFA d’amende »
Les auteurs des infractions de presse (diffamation, injure publique, apologie de crime) par le biais d’une communication électronique sont punis des mêmes peines que celles prévues par la loi n° 2015-07 du 20 mars 2015 portant code de l’information et de la communication en vigueur, quel qu’en soit le support conformément à l’article 558.
Selon l’article 559 relatif au droit de réponse « Toute personne nommée ou désignée au moyen d’un ou sur un réseau de communication électronique ou un système informatique, dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser au service ». Cette personne renseigne l’article est présentée au plus tard dans un délai de trois 3 mois à compter de la mise à disposition du public du message justifiant cette demande. Le directeur de la publication est tenu d’insérer dans les 03 jours de leur réception, les réponses de toute personne nommée ou désignée dans le service de communication au public en ligne sous peine d’une amende 500 000 francs CFA.
Les peines encourues par un fournisseur de services lorsqu’il divulgue des détails d’une enquête sont évoquées à l’article 60. Il est puni d’un emprisonnement de un (01) mois à deux (02) ans, ou d’une amende maximale de cinq millions (5 000 000) de francs CFA ou de l’une de ces peines seulement lorsque dans le cadre d’une enquête pénale, le fournisseur « reçoit une injonction stipulant explicitement que la confidentialité doit être maintenue, ou lorsqu’une telle obligation est énoncée par la loi, et qui, sans motif ou justification légitime, ou en se prévalant à tort d’un motif ou d’une justification légitime, divulgue de manière intentionnelle : le fait qu’une injonction ait été émise ; toute action réalisée aux termes de l’injonction ; ou toute donnée collectée ou enregistrée aux termes de l’injonction ». Cet article signale que « L’obligation de confidentialité prévue à l’alinéa 1 ne s’applique pas en cas de consentement exprès de l’auteur ou du destinataire de la communication et d’interception d’une communication privée sur mandat de justice ».

Akpédjé AYOSSO (Stag.)

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

30 septembre 2018 par Dg24h


L’exposition de cercueils et corbillards interdite dans le (...)


14 décembre 2018 par Dg24h
Les opérateurs des pompes funèbres ont du souci à se faire dans le (...)
Lire la suite

Le ministre Salimane Karimou s’engage pour une année scolaire (...)


14 décembre 2018 par Dg24h
C’est l’Ecole Normale d’Instituteurs (ENI) d’Abomey, qui accueille la 3ème (...)
Lire la suite

Le Bénin numérique se révèle au monde grâce aux startups


14 décembre 2018 par Dg24h
L’écosystème numérique au Bénin est de plus en plus dynamique à travers les (...)
Lire la suite

Le gouvernement accompagne et finance l’entreprenariat de (...)


13 décembre 2018 par Dg24h
Un Comité interministériel pour l’accompagnement et le financement de (...)
Lire la suite

Vers la densification du réseau électrique à Sèmè-Podji


13 décembre 2018 par Dg24h
La salle de délibération de la mairie de Sèmè-Podji, a abrité, ce mercredi (...)
Lire la suite

L’He Dakpè Sossou échange avec les têtes couronnées de Lokossa


13 décembre 2018 par Dg24h
Le député Dakpè Sossou a organisé au cours de la semaine une séance (...)
Lire la suite

Le procès Icc-Services retransmis en direct sur les radios


13 décembre 2018 par Dg24h
La première session criminelle de la Cour de Répression des Infractions (...)
Lire la suite

61 directeurs d’école épinglés pour détournement de vivres scolaires


12 décembre 2018 par Dg24h
En Conseil des ministres, ce mercredi 12 décembre 2018, le gouvernement (...)
Lire la suite

14 nominations dans trois ministères


12 décembre 2018 par Dg24h
Le gouvernement a procédé en Conseil des ministres, ce mercredi 12 (...)
Lire la suite

En images les temps forts de la cérémonie de remise de don par la (...)


12 décembre 2018 par Dg24h
Une délégation de la fondation Etisalat-Bénin conduite par madame Dolorès (...)
Lire la suite

José TONATO procède à l’ouverture officielle du salon ARCHI’ INNOV (...)


12 décembre 2018 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José TONATO, a (...)
Lire la suite

Interdiction de faire des enquêtes sans l’autorisation préalable du (...)


11 décembre 2018 par Dg24h
Dans un communiqué rendu public, le ministre d’État chargé du plan et du (...)
Lire la suite

Les outils de collaboration Office 365 mis en exergue


11 décembre 2018 par Dg24h
Un atelier de renforcement des capacités au profit des ressources (...)
Lire la suite

Les enseignants vacataires enclenchent une grève de 120 heures dans le (...)


11 décembre 2018 par Dg24h
Les enseignants vacataires du département du Borgou ont enclenché ce (...)
Lire la suite

Revue à mi-parcours du Projet d’Appui aux Infrastructures (...)


11 décembre 2018 par Dg24h
Le directeur de cabinet du ministère de l’agriculture, de l’élevage et (...)
Lire la suite

José Tonato visite les chantiers d’Asphaltage


10 décembre 2018 par Dg24h
Le ministre du Cadre de vie et du développement durable, José Didier (...)
Lire la suite

Les parlementaires de la Cedeao, du Tchad et de la Mauritanie en (...)


10 décembre 2018 par Dg24h
L’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) et les Assemblées (...)
Lire la suite

Le message du garde des sceaux au peuple béninois


10 décembre 2018 par Dg24h
Le Bénin à l’instar de la communauté internationale a célèbre ce lundi 10 (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information