mercredi, 17 juillet 2019 •

194 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Réformes du Secteur sanitaire

Les inquiétudes des spécialistes




« Critères d’ouverture des cliniques et cabinets et couverture sanitaire du Bénin ». C’est le thème que les invités de l’émission 90 min au Bénin ont décortiqué, ce dimanche 28 octobre 2018. Les avantages et les inconvénients de la fermeture des structures sanitaires n’ont pas échappé aux invités.

La situation des structures sanitaires préoccupe tous les acteurs de la chaîne. Et la décision de fermeture de celles-ci même si cela enchante bien des gens, certains estiment qu’il faut trouver des solutions rapides pur pallier la crise que cela pourra engendrer.
La fermeture concerne non seulement les cliniques mais aussi les cabinets de soins non autorisés et gardés pour la plupart par des agents parfois non assermentés. Administrateur des hôpitaux à la retraite, Pascal Omialé fait une clarification conceptuelle. « La clinique, c’est une structure sanitaire dans laquelle on a presque tous les spécialités médicales alors que le cabinet est une structure de soins », explique-t-il.
Pour Adrien Hounsa, administrateur et directeur des hôpitaux, directeur général de l’Ong Gase Vie, « dans une clinique, c’est un ensemble de plusieurs spécialistes alors que dans un cabinet, c’est un médecin généraliste qui est présent ». C’est à Francis Dossou, président de l’Ordre national des médecins d’appuyer les deux en soulignant qu’ « au niveau du cabinet, on hospitalise pas alors que dans une clinique, il y a l’hospitalisation ». Il va plus loin pour expliquer qu’ « On sait qu’un aide soignant n’a aucun droit d’ouvrir quelque chose comme structure de soins ».
Même s’il rappelle qu’ « en 2009, on a formé des villageois sur certaines pratiques pour pouvoir tenir des cabinets villageois. Mais là ils ont quelques niveaux d’interventions. Au-delà, il faut référer les patients ».
Pascal Omialé fait comprendre que dans la majorité des cas, ce sont les gens non autorisés qui exercent dans ces cliniques non autorisé.
« La pagaille s’est instaurée depuis quelques années. Il y a du désordre sur le terrain », déplore Adrien Hounsa. Il pense bien qu’il y a des dépassements de compétences et les abus qui se constatent. Pour lui, « En principe pour ouvrir un cabinet, il faut une autorisation ».
En dehors de la mauvaise organisation, il insiste sur ce que « la collectivité participe à la médiocrité des installations ››.
M. Hounsa se dit heureux de la décision du gouvernement qui met de l’ordre dans le secteur. « Nous sommes réconfortés de ce que sans autorisation, il n’y a pas d’ouverture », se réjouit-il.

La nouvelle donne

« Pour un cabinet ou une clinique, c’est un médecin qui doit y officier. Pour les gens qui ont été formés, ils ont le droit d’exercer leur métier et pour le faire, ils déposent les dossiers d’autorisation. A partir du moment où le dossier est transféré à la direction nationale des médecins, il faut compter quatre mois pour ouvrir, si l’autorisation n’est pas donnée », explique Francis Dossou. Néanmoins, il ajoute que « avec le gouvernement actuel, tout a été suspendu pour le moment. Tous ceux qui ont déposé leur dossier après décembre 2016 n’ont pas eu l’autorisation jusqu’à présent ». Ce qui n’est pas du goût du président de l’ordre. « Ça fait que celui qui a son diplôme depuis ce moment et qui a les moyens pour exercer son métier est bloqué », déplore-t-il. Pour Adrien Hounsa, c’est vrai mais « C’est un phénomène malheureux, la création des structures sanitaires en désordre ». Il se dit heureux que cela n’existe plus depuis juillet. M. Hounsa se dit néanmoins choquer par certains faits dans les structures sanitaires qui d’ailleurs l’interpellent. « A un moment donné, je me suis dit que quelqu’un qui est à même de soigner ne peut pas être un problème pour les malades. Ceux qui devraient agir sont complices et coupables. C’est là le danger. L’avantage financière qui est dedans, c’est ça qui fait que les gens ne veulent pas laisser », dénonce-t-il. Francis Dossou explique que « Les médecins qui sont installés depuis 2016 sans autorisation sont ceux qui ont déposé les dossiers sans avoir un retour ». Il souligne qu’en réalité « l’ordre devrait être associé mais dans les faits non. Mais le ministre a fait l’effort de créer un cadre de concertation où l’ordre est présent. Il y a aussi le ministère de l’intérieur et le ministère de la décentralisation ». Il dit ne pas être d’avis « quand les forces de police viennent dans votre clinique alors que la loi autorise qu’ils peuvent ouvrir après 4 mois ». Pour ce qui est de la volonté du gouvernement à trouver une solution pour le problème, Pascal Omialé informe que « D’une manière générale, l’Etat a fait l’effort et on a 546 structures sanitaires ». Même si cela semble dans les faits insuffisant, il fait remarquer qu’ « On a une couverture en infrastructure mais le problème est le manque de personnel. Dans certaines localités, l’infirmière est là 365 jours sur 365 ». Pour lui, « le secteur public seul n’arrive pas à couvrir les besoins. Il faut les structures privées pour accompagner. Ce qu’il faut faire est de rendre les mesures plus accessibles ». Adrien Hounsa affirme que « La pyramide sanitaire doit être évaluée. Dans certaines zones, le système marche mais pas dans d’autres. Un malade qui doit quitter Akpakpa pour aller à Calavi par exemple, la pyramide sanitaire voudra qu’en quittant le village, vous allez à l’arrondissement et c’est après cela qu’il faut aller au niveau communal. Normalement, aucun malade ne doit aller au CNHU sans passer par le centre de l’arrondissement ni communal ». Francis Dossou met en exergue le mal qui pourra s’infesté. Pour lui, « Si on ferme pour fermer, ça ne règle pas le problème ».
Giscard AMOUSSOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

29 octobre 2018 par Dg24h


Des cadres du Ministère des TP et autres attendus à la CRIET


16 juillet 2019 par Dg24h
Quelques mois seulement après la réception des travaux de réfection et de (...)
Lire la suite

Un nouveau musée à Abomey pour le retour des objets volés


16 juillet 2019 par Dg24h
Plus de doute pour le retour au Bénin des œuvres d’arts pillées dans les (...)
Lire la suite

Les travaux de la route Kétou-Savè lancés ce mardi


16 juillet 2019 par Dg24h
Le ministre des infrastructures et des transports, Alassane Séïdou a (...)
Lire la suite

Des praticiens échangent sur le cadre légal et institutionnel


16 juillet 2019 par La Rédaction
« Pharmacopée et médecine dite moderne au Bénin : cadre légal et (...)
Lire la suite

Les usagers de la route remercient le gouvernement


16 juillet 2019 par Dg24h
Joie et satisfaction sont les sentiments qui animent les populations (...)
Lire la suite

Une politique commune sur le retour des biens culturels


15 juillet 2019 par Dg24h
Cotonou accueillera le 17 juillet 2019, la rencontre des ministres de (...)
Lire la suite

Liste officielle des pays ayant un accord de suppression de visa avec (...)


13 juillet 2019 par Dg24h
Depuis quelques jours une liste des pays ayant un accord de (...)
Lire la suite

Les Egoun-goun autorisés à sortir uniquement les week-ends


13 juillet 2019 par Dg24h
Au terme d’une séance de travail avec les dignitaires du culte (...)
Lire la suite

Des progrès notés et salués dans plusieurs domaines


13 juillet 2019 par Dg24h
Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Economique et Monétaire (...)
Lire la suite

Un ancien militaire trouve la mort par noyade à Porto-Novo


12 juillet 2019 par La Rédaction
Un militaire à la retraite a perdu la vie chez lui, au cours de la (...)
Lire la suite

Des partis politiques recalés se concertent


12 juillet 2019 par Dg24h
Le chef de l’Etat Patrice Talon rencontre ce lundi 15 juillet 2019, (...)
Lire la suite

De nouvelles pistes pour le financement aux entreprises


12 juillet 2019 par Dg24h
La deuxième édition du « Benin Investment Forum » s’est ouverte ce jeudi (...)
Lire la suite

03 ans de prison requis contre Dayori et consorts


11 juillet 2019 par Dg24h
Le verdict vient de tomber dans l’affaire CNCB. Le juge a requis trois (...)
Lire la suite

La CENA cherche à regagner la confiance des acteurs


11 juillet 2019 par Dg24h
Après l’organisation le 28 avril dernier des législatives controversées, (...)
Lire la suite

Le Bénin en froid avec le CAMES


11 juillet 2019 par Dg24h
Le gouvernement béninois, apprend-on, entend suspendre sa contribution (...)
Lire la suite

« Plus haut et plus loin, c’est aussi possible » (P. Talon)


10 juillet 2019 par Dg24h
Le Bénin en quarts de finale de la CAN 2019 affronte ce mercredi 10 (...)
Lire la suite

Le Clergé béninois poursuit sa médiation pour la paix


10 juillet 2019 par Dg24h
La Conférence épiscopale du Bénin a reçu à son siège lundi 08 juillet 2019, (...)
Lire la suite

Le corps d’un homme emporté par les eaux


10 juillet 2019 par Dg24h
01 mort, 02 motos et un véhicule, c’est le bilan enregistré au (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information