mardi, 10 décembre 2019 •

401 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Restauration de rue à Cotonou

Fréquenter les cafétérias, ou comment se rendre malade




Les cafétérias pullulent aujourd’hui dans les coins de rue dans la ville de Cotonou. Jeunes, vieux, célibataires et mariés s’en donnent à cœur joie pour y satisfaire leur appétit à moindre coût. Ces abonnés des ‘’cafèt’’ ne prennent pas toujours en compte les conditions dans lesquelles les gérants de ces lieux préparent les différents mets.

Du spaghetti rouge ou blanc avec ou sans omelette ou viande, du lait caillé, du thé ou encore du couscous, voilà quelques mets que proposent les cafétérias de Cotonou. Les coûts de ces mets varient souvent entre 300 et 500 FCFA et parfois au-delà pour certains plats. Autrefois, l’activité était dominé par des Nigériens et des Guinéens, mais aujourd’hui beaucoup de Béninois ont envahi le secteur et offrent également ces services.
Dame Véronique est une béninoise propriétaire d’une cafétéria à Fidjrossè, quartier situé dans le 12 ème arrondissement de Cotonou. A 17h30, elle apprête déjà la nourriture pour ses clients.
S’affairant à la cuisine pour satisfaire ses clients au plus tard à 18 h elle confie : « C’était un Guinéen qui avait sa cafétéria au bord de la voie, mais depuis que les autorités ont déguerpi les gens des espaces publics, il a dû quitter les lieux. Peu de temps après, j’ai décidé de commencer cette activité dans ma rue puisque le Guinéen avait beaucoup de clients ».
Une étudiante en tenue visiblement fatiguée, venue sur les lieux lance à dame Véronique : « Je veux comme d’habitude mais avec omelette, je reviens prendre dans quelques minutes ».
Comme cette étudiante, ils sont nombreux à fréquenter les cafétérias de la ville de Cotonou. Ludovic Mehou, client fidèle de dame véronique confie : « Quand j’ai un petit creux, je viens très souvent ici et avec 300 F j’ai déjà rempli mon ventre ».
Pour Alban, apprenti mécanicien âgé de 16 ans, la raison est la même. Le prix des mets de cette cafétéria est accessible à son portefeuille. « A la cafétéria, c’est moins cher, tu viens avec peu de sous et tu es satisfait ».
Contrairement à dame véronique, Kounbéni, gérant d’une cafétéria au quartier Aibatin, à Cotonou, ouvre ses portes à 7 h. « Je suis déjà là vers 7 h, il y a des clients qui viennent souvent prendre du thé et parfois avec omelette avant d’aller au boulot. Quant aux plats, ils sont prêts déjà vers 12 h », a-t-il signalé.
Le seul client rencontré sur les lieux confirme les propos de Kounbéni. « Je suis abonné ici, chaque matin, je viens ici prendre mon petit déjeuner avant d’aller faire mes activités. Il est à l’heure et ses mets ne sont pas mal ».

Des risques pour la santé

Si la majorité des usagers rencontrés fréquentent les cafétérias à cause du coût moins cher ou de la quantité du mets, la plupart d’eux ne prennent pas en compte la qualité du mets, encore moins les conditions dans lesquelles ils sont préparés.
Car il y a parfois un potentiel danger pour la santé pour les consommateurs.
Edmond Lokossou confie avoir récemment conduit une de ses sœurs habituée aux cafétérias à l’hôpital suite à des maux de ventre atroces. « Ma sœur a eu une complication digestive au milieu de la nuit après avoir mangé le spaghetti rouge à la cafétéria. Arrivée à l’hôpital, le médecin a notifié qu’il s’agit d’une intoxication alimentaire », a-t-il déclaré. Selon Edmond Lokossou, le médecin lui a conseillé de ne plus consommer des aliments dont la qualité hygiénique est douteuse.
Manassé Cakpo ancien féru de ces lieux de restauration a aussi vécu une situation pareille. « Je ne mange plus n’importe où depuis que j’ai eu des problèmes de santé. Tu vas à certains endroits et à vue d’œil tu remarques déjà que le lieu n’est pas propre. On ignore souvent si ce qu’ils utilisent pour préparer les mets sont déjà périmés ou pas. Par contre, il y a certains gérants de cafeterias qui font bien les mets », a-t-il affirmé.
La gérante d’une cafeteria à Cadjéhoun, qui a requis l’anonymat assure qu’elle offre ses services en tenant compte de la qualité mais aussi de la quantité pour pouvoir satisfaire les clients. « Je ne peux pas mettre en péril la santé de mes clients. Tout d’abord, l’hygiène c’est la première raison qui m’amène des clients. Ils disent souvent que mes plats sont chers, mais quand ils mangent ils sont satisfaits ».
Selon Célia Houngla, mère de famille, les cafétérias de nos jours se multiplient et il faut savoir choisir le lieu approprié pour manger. « Je refuse toujours à mes enfants de manger n’importe où », souligne-t-elle.
Pour elle, il ne s’agit pas « seulement de remplir son ventre, mais s’assurer de la qualité de ce que nous consommons ».

A.A.A

Quelques images

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

21 septembre 2019 par Dg24h


Le gouvernement fait recours au privé pour combler le vide


9 décembre 2019 par Dg24h
Le recrutement du personnel enseignant non Agents permanent de l’État (...)
Lire la suite

Les Whéfå 2020 donne Toula-Abla


9 décembre 2019 par Dg24h
Le chef de l’Etat, Patrice Talon ne doit accorder aucune importance aux (...)
Lire la suite

200 millions FCFA pour l’aménagement du port de pêche de Cotonou


9 décembre 2019 par Dg24h
Le Japon annonce un soutien financier complémentaire d’environ 200 (...)
Lire la suite

Le budget 2019 estimé à 2,8 milliards FCFA


9 décembre 2019 par Dg24h
Le maire de la commune de Banikoara, Bio Sarako Tamou, et les membres (...)
Lire la suite

Le Bénin enregistre des progrès en matière d’élimination du (...)


9 décembre 2019 par Dg24h
« Afrique sans SIDA-Innovation, communautés et leadership politique », (...)
Lire la suite

Un étudiant porté disparu à Dogbo


9 décembre 2019 par Dg24h
Un étudiant âgé de la vingtaine a quitté le domicile de ses parents (...)
Lire la suite

La création d’une compagnie aérienne Beninoise annoncée


7 décembre 2019 par Dg24h
Dans le cadre de la célébration des 75 ans d’existence de l’Organisation (...)
Lire la suite

Tension entre force de l’ordre et populations


7 décembre 2019 par La Rédaction
Entre les populations de la commune de Klouékanmey et les éléments de la (...)
Lire la suite

La campagne pour les élections consulaires démarre ce vendredi


6 décembre 2019 par Dg24h
La campagne électorale pour les élections consulaires à la Chambre du (...)
Lire la suite

Les révélations pour l’année 2020


6 décembre 2019 par La Rédaction
La paix et la croissance démographique au Bénin, c’est ce que prédit le (...)
Lire la suite

Plusieurs blessés et des dégâts matériels


5 décembre 2019 par La Rédaction
Pour avoir mal négocié son virage dans la commune de Bantè, un bus de la (...)
Lire la suite

Décédé le samedi 30 novembre 2019, au Cnhu de...


5 décembre 2019 par La Rédaction
Décédé le samedi 30 novembre 2019, au Cnhu de Cotonou des suites d’une (...)
Lire la suite

Entrée en vigueur d’un nouveau plan tarifaire pour l’électricité


4 décembre 2019 par Dg24h
Réuni en Conseil des ministres ce mercredi 04 décembre 2019, le (...)
Lire la suite

Le gouvernement autorise la ratification de la convention


4 décembre 2019 par Dg24h
Le gouvernement béninois a décidé en Conseil des ministres ce mercredi 04 (...)
Lire la suite

De l’essence en cercueil arrêtée à Idiroko


4 décembre 2019 par Dg24h
Des bidons de carburant de contrebande ont été retrouvés dans un cercueil (...)
Lire la suite

Une paysan découvert mort dans sa chambre


4 décembre 2019 par Dg24h
Dans la nuit du mardi au mercredi dernier, les populations de Yimboro, (...)
Lire la suite

Grogne dans le rang des aspirants au métier d’enseignant


4 décembre 2019 par Dg24h
Les aspirants au métier d’enseignant recrutés pour pallier le déficit (...)
Lire la suite

Tonato veille à l’application des cahiers de charges


4 décembre 2019 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Tonato, (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information