mardi, 2 juin 2020 •

253 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

Éducation

EPP Atohoué : La réalité de l’école béninoise




Les maux dont souffre l’école sinon le système éducatif béninois sont nombreux et multiformes. Loin de tous les regards curieux, dans les champs quelque part dans l’arrondissement d’Aplahoué, se trouve une école primaire publique toute particulière qui semble être la résultante de tous les handicaps de l’école béninoise. L’école primaire publique d’Atohoué, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, fait partie des écoles primaire qui tant bien que mal tiennent le coup des tristes réalités d’un système qui peine à retrouver ses lettres de noblesse.

Trois cabanes en guise de salles de classe, une cabane servant de direction, un hangar comme cantine scolaire et le plus luxueux, une baraque en feuille de tôle servant de magasin des vivres pour le compte de la cantine scolaire. Voilà en quoi se résume l’école primaire publique d’Atohoué, située à près de 20 kilomètres du tribunal de première instance d’Aplahoué, loin de tous les regards et dans les champs.
Elle reste la concentration de presque tous les maux de l’école béninoise avec des acteurs aussi particuliers les uns comme les autres.
Il sonnait 8heures 40 minutes quand notre équipe fit son entrée dans cette école aussi particulier que rocambolesque. En effet, située à peine à deux kilomètres environ des rives du fleuve Mono dans la partie béninoise, cette école primaire publique semble la plus éloignée des grandes agglomérations du côté gauche de la route nationale inter-Etat N°4 (RNIE4), en quittant le centre-ville d’Aplahoué pour la frontière bénino-Togolaise à Tohoun. Pour y accéder, c’est la croix et la bannière. Il n’y a pas de saison favorable. En temps pluvieux comme en sécheresse, il faut être gymnaste professionnel pour se rendre à l’EPP Atohoué. Pourtant, elle vit et de nombreuses âmes y vont pour acquérir le savoir . ‘’Notre école est créée en 2008 par le sieur Jacob Adjahossou. Elle école a déjà connu la succession de quatre (04) directeurs mais pauvre en infrastructures scolaires, seulement trois (03) cabanes qui abritent ses cinq (05) groupes pédagogiques et un hangar de trois mètres carrés coiffé de tôles et entouré des haies et branches de palme servant de direction. Ce n’est que tout récemment qu’une famille de la localité nous a donné des feuilles de tôle pour construire le magasin pour le stockage des vivres pour la cantine scolaire’’, a narré l’actuel directeur de cette école.
Malgré ses 11 années, l’Ecole Primaire Publique d’Atohoué est privée du minimum : pas d’eau, pas d’électricité, pas de toilettes, offrant à ses usagers et apprenants une vie d’enfer. L’éducation de qualité y demeure un luxe.

Une école aux mille et un problèmes...

Très tôt la déception s’est emparée des parents qui ont salué la création de cette école à cause de la qualité peu satisfaisante des services qu’offre ce lieu de savoir aux bénéficiaires. ‘’Je me suis encore résolu à ramener les enfants au village à cause de l’état et du mauvais fonctionnement de cette école. Je suis simplement déçu », a insisté le parent d’élève Balo N’Towoussi, qui se plaint des balades incessantes et inutiles de ses enfants sur les sentiers de l’école. ‘’La régularité des enseignants laisse à désirer dans cette école. C’est rare fois que les enfants travaillent dans cette école du lundi au vendredi à cause de l’absentéisme des enseignants. Même si l’actuel directeur fait des efforts. Nos cabanes sont très distantes de l’école et quand les enfants s’y rendent une ou deux jours sans voir les enseignants, eux-mêmes décident de rester à la maison sous prétexte que les enseignants ne viennent pas. Et des fois, si vous les forcez à y aller, ils reviennent le soir dire qu’ils ont attendu toute la journée sans enseignants. Ça fait que quand des fois, ils décident à ne pas y aller, nous ne nous opposons plus à leur décision parce qu’ils peuvent passer toute la journée à se reposer à l’école alors que s’ils sont avec nous dans les champs, nous pouvons les surveiller et ils peuvent aussi nous aider. Parfois aussi, quand ils restent à la maison, leurs camarades passent les soirs les informer que l’instituteur était présent’’, narre tout confus, Balo N’Towoussi. ‘Il s’agit d’une situation très complexe. La voie qui mène du goudron jusqu’à l’école est impraticable. Et quand il pleut, c’est très difficile d’emprunter cette voie. C’est d’une part la raison qui justifie l’absence des enseignants parce qu’après la pluie, il faut attendre deux ou trois jours pour emprunter aisément cette voie. D’autre part, les cabanes qui servent de salle de classes sont délabrées. Alors, quand ils sont en classe et que la pluie commence, c’est très pénible pour les élèves et les enseignants d’y rester.
Tout en étant dans les salles de classe, ils sont mouillés de la tête aux pieds à cause des toitures qui sont faites de pailles et en moindre quantité. De même, les enseignants ont de la peine à garder les enfants, craignant que la cabane branlante qui les abrite ne s’écroule. C’est un véritable dilemme qui fait qu’en saison pluvieuse, par exemple, il est préférable que les enseignants restent chez eux à cause des difficiles conditions de travail. Et donc, ça fait aussi que quand les enseignants viennent dans l’école quand le temps est beau, ils ne voient pas aussi les écoliers qui, entre temps, ont jugé ne plus venir perdre le temps à l’école. C’est une cacophonie pour laquelle il ne faut pas tenir les enseignants pour responsables.’’, raconte avec objectivité Houêdji Séwadé, un autre parent d’élève conscient de la réalité de cette école. ‘’L’école d’Atohoué est particulière en son genre à cause de ses multiples problèmes’’, conclut-il.

L’EPP Atohoué dans l’arrondissement d’Aplahoué est d’une singularité inouïe. Créée pour sauver les enfants des agriculteurs, elle est bien loin de satisfaire aux exigences d’une éducation de qualité. Perdue là-bas dans les champs, elle se révèle être la concentration de tous les maux dont souffre le système éducatif béninois : manque d’infrastructures adéquates, manque d’enseignants, absentéisme des enseignants, mauvaise volonté et manque d’engagement des élèves et parents d’élève…Toutes les conditions sont réunies pour qu’on se demande si l’ODD 4 de l’agenda 2030 pourrait atteint dans cette contrée perdue du Bénin. Atohoué révèlerait-elle le vrai visage de l’école béninoise dans son ensemble ?

EPP Atohoué, pourtant d’une grande utilité pour les enfants des agriculteurs


A Atohoué, les conditions de vie et de travail sont d’une précarité insolente et ne concourent nullement à l’instauration d’un cadre d’instruction propice. Et pourtant, il faut bien un lieu de savoir, une école pour ces nombreux enfants de parents paysans qui vivent dans cette localité . ‘’Sans une école dans les environs, les enfants de ces fermiers n’auront aucune chance d’être instruits comme tous les enfants du Bénin’’, a reconnu le directeur de l’école. ‘’Cette école est non seulement d’une grande utilité pour l’instruction de nos enfants, en dépit des conditions, mais aussi et surtout pour nous les parents. Autrefois, nous laissions nos enfants auprès des voisins ou des parents proches dans nos villages loin d’ici afin qu’ils aillent à l’école là-bas. Mais, la conséquence, c’est que nous sommes bien obligés de rentrer au village une ou deux fois par semaine pour aller s’occuper des enfants. Nul n’ignore l’obligation de la présence continue des parents aux côtés de leurs enfants de nos jours afin qu’ils puissent donner le meilleur d’eux-mêmes à l’école. Mais, compte tenu de notre absence prolongée au village à cause des travaux champêtres, l’instruction de nos enfants est négligée et bâclée et le suivi scolaire laisse à désirer. Nous remercions donc ceux qui ont œuvré pour l’implantation d’une école ici pour nous épargner des navettes sur vingt, trente, quarante et même soixante kilomètres pour certains qui veulent rentrer tous les jours au village afin de s’occuper de l’instruction de leurs enfants’’, a confessé, tout ému, Paulin Sobakin le président de l’Association des Parents d’Elèves de l’EPP Atohoué. Ses propos seront corroborés par un autre parent d’élève, Balo N’Towoussi, qui est aussi tout ému de la création de cette école quoique les conditions ne soient pas toutes réunies. ‘’La création de cette école a été d’un grand secours pour l’instruction de ses enfants. Moi, je suis d’Atomey et cela n’a pas été du tout facile pour moi avant que mon aîné n’ait le BEPC. Faire la navette entre le champ et la maison pour chaque fois subvenir à ses besoins n’était pas aisé surtout que mon absence dans le champ empiète sur le bon déroulement des activités champêtres. J’ai alors décidé de mettre un terme à l’instruction de mes autres enfants à cause des difficultés à rallier chaque fois le village et le champ et sans le champ, ma famille ne peut pas joindre les deux bouts. C’est alors que mon épouse m’a demandé de ramener les enfants avec nous au champ pour les inscrire dans cette école. Les autorités de la commune d’Aplahoué ont bien fait d’avoir créé cette école », a-t-il affirmé. A tout point de vue, ce n’est pas la pertinence de la création de cette école qui crée de problème. Mais, faut-il créer une école juste pour le plaisir d’en créer ? Quels moyens disposent les autorités qui ont favorisé cette création ?

Toutefois, il est plus responsable de reconnaître que cette école n’est pas un cas complètement isolé dans la commune d’Aplahoué.

Vivement que les autorités compétentes, à partir des autorités communales à qui les ressources de l’enseignement primaire sont affectées, prennent leur responsabilité afin que le tir soit corrigé pour ne pas écarter certains enfants du Bénin de la jouissance de leur droit à une éducation de qualité.

Cokou Romain COKOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

29 avril 2020 par Dg24h


Une fille survit après une chute de 15 m dans une fosse


1er juin 2020 par Akpédjé Ayosso
Une jeune fille a été sauvée à Dodomey, dans l’arrondissement d’Allada ce (...)
Lire la suite

Les populations fuient l’eau des forages pour les marigots


1er juin 2020 par Dg24h
L’eau est source de vie dit-on. Mais dans le village de Tchicomey, (...)
Lire la suite

« Les artistes sont déjà morts de leur vivant »


31 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Figure emblématique de la musique béninoise, Assa Cica est décédé le (...)
Lire la suite

300 kilomètres pour une poche de sang


29 mai 2020 par Dg24h
Equipements et infrastructures vétustes, accès pénibles des populations (...)
Lire la suite

Les lesbiennes sortent de l’ombre à cœur ouvert


28 mai 2020 par Dg24h
Rosine et Francine vivent en couple depuis bientôt deux ans. Très (...)
Lire la suite

La fondation ABAKÈ fait don de masques et de dispositifs de lavage des (...)


28 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
La Fondation ABAKÈ poursuit sa lutte contre la propagation du (...)
Lire la suite

Des homosexuels parlent de leur vie


26 mai 2020 par Dg24h
Le doute ne doit plus être permis aujourd’hui et les parents doivent (...)
Lire la suite

« De grandes portes ouvertes » pour prêcher l’Évangile dans le (...)


26 mai 2020 par Dg24h
Après 30 ans d’expérience dans les missions à travers le monde et grâce (...)
Lire la suite

Menace sur les terres agricoles


25 mai 2020 par Dg24h
Achats massifs de terres en milieu rural, non respect des textes sur (...)
Lire la suite

Le veuvage : Supplice ou manifestation de la solidarité familiale en (...)


22 mai 2020 par Dg24h
Dans la plupart des communautés au Bénin, que d’épreuves attendent les (...)
Lire la suite

Le chanteur Assa Cica décédé ce vendredi


22 mai 2020 par Ignace B. Fanou
Un grand baobab de la musique béninoise vient de tomber. Le chanteur (...)
Lire la suite

Les responsables de la prison limogés


22 mai 2020 par Ignace B. Fanou
Les responsables de la prison civile d’Akpro-Missérété viennent d’être (...)
Lire la suite

Patrice Talon exige l’application des textes


22 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Dans quelques jours, les nouveaux conseillers communaux municipaux élus (...)
Lire la suite

Les populations fuient l’eau des forages pour les marigots


21 mai 2020 par Dg24h
L’eau est source de vie dit-on. Mais dans le village de Tchicomey, (...)
Lire la suite

Jean Codo L’ancien conseiller de feu Kérékou n’est plus


21 mai 2020 par Ignace B. Fanou
L’Ancien conseiller technique au tourisme de feu Général Mathieu Kérékou (...)
Lire la suite

La famille des hippopotames s’agrandit dans la Pendjari


18 mai 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Au terme d’un recensement aérien réalisé au parc national de la Pendjari, (...)
Lire la suite

La Fondation Abakè à l’Epp Cococodji jardin


18 mai 2020 par Hubert Marcel Houéto
La Fondation Abakè ne baisse pas les bras dans sa lutte contre la (...)
Lire la suite

Un homme sauvé d’une tentative de suicide


18 mai 2020 par Akpédjé Ayosso
Un homme âgé de la quarantaine environ a tenté de se donner la mort en se (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires