vendredi, 20 avril 2018 •

186 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Cette passion africaine qui s’ignore




(Par Roger Gbégnonvi)

​Passion au sens de souffrance. Mais si elle s’ignore, si elle n’est pas ressentie comme telle, en est-elle encore une ? Oui, puisque, parfois, à telle occasion, dans telle cité, certains la perçoivent comme telle, et s’en attristent. Elle est souffrance véritable. Souffrance intime.
​La cité. Dans le Bénin méridional. Tous les week-ends, sans exception, on y célèbre, avec faste, les morts nouveaux, on y commémore, avec faste, les morts anciens. La mort et les morts à l’honneur. La bamboula mortuaire sur fond de camions frigorifiques et de glacières, pansus. Sur fond aussi, toujours, de sorcellerie silencieuse. Personne ne sait vraiment définir la sorcellerie, mais tous savent qu’on la sollicite pour se débarrasser de tout adversaire actuel et futur ainsi que pour envoyer hors-vie les imprudents qui voudraient faire bouger l’ordre ancestral, statique et analphabète des choses. La sorcellerie a du bon car elle fournit sans cesse la matière des week-ends festifs de la cité esclavagiste et mariale.
​L’occasion. Octobre 2017. Rentrée scolaire. Un collège de la cité ci-dessus, démuni de tout, réceptionne un module de quatre classes, offert par une ONG européenne, érigé à côté d’un autre module, tout neuf aussi, proclamé ‘‘Don du peuple japonais’’. Les notables, avec ou sans mandat électif, sont là, en rang d’oignons. Tenue d’apparat et sourire de satisfaction accroché au visage, ils apportent de la noblesse à l’accueil du fruit de la mendicité. Il y a 60 ans, le pays remerciait le colonisateur de lui avoir donné écoles et collèges pour que ses enfants étudient. Il y a 57 ans, il remerciait la France de lui avoir donné l’indépendance. Aujourd’hui, la cité Porte Océane remercie une ONG de France d’avoir muni l’un de ses collèges de classes et de meubles pour que ses enfants étudient. S’ensuit la fête habituelle : djellabas brodées, cravates soignées, tam-tam, chants et danse. Ce sont ‘‘gens bon-enfant’’.
​Et ce n’est pas médire que de le dire. Paul Hazoumê, en 1935, dans ‘‘Doguicimi’’, ne médisait point lorsqu’il insistait sur son ‘‘souci de donner l’image exacte de cette peuplade, qui ne constitue qu’une des parties du Dahomey actuel, pour qui la vie, c’est la palabre, la guerre et la fête, et qui fait de la nonchalance et de l’impassibilité la marque de la noblesse’’. Il parlait d’Abomey dont la Porte Océane était le port négrier. Il a dit impassibilité. Rien ne nous troublerait vraiment ? Aimé Césaire, en 1964, le pense : ‘‘Le piège est prêt, le cri de nos persécuteurs nous cerne les talons, et mon peuple danse.’’ Dans ‘‘La tragédie du roi Christophe’’, le poète veut l’élévation des peuples d’Afrique qui se sont abaissés à vendre les leurs dont ses ancêtres. Il veut la fin de ce destin-reptile, il veut que nous en sortions par de l’authentique : ‘‘Oui, je ne hais rien tant que l’imitation servile…S’il faut élever ce peuple à la civilisation, il faut aussi laisser parler le génie national.’’ Il nous prête trop de vertu. Notre génie national n’est jamais que notre malin génie de l’imitation servile. Imitation très servile hier de l’Européen esclavagiste ! Aujourd’hui, sans pudeur et depuis des décennies, les plus révolutionnaires des Béninois tiennent mordicus á une idéologie allemande du XIXème siècle, conçue là-bas pour l’émancipation des ouvriers européens. En son nom, ils ont boycotté La Conférence des Forces vives de la Nation. En son nom, ils réclament maintenant la tenue des Etats généraux ou Assises Nationales. Pour qu’on palabre et palabre encore ! a dit Hazoumê.
​On peut arriver à bout de la maladie la plus grave si l’on sait qu’on la porte en soi et qu’on la soigne. La passion africaine est une maladie peut-être incurable parce que nous l’ignorons, l’entourons constamment d’une ambiance bien africaine dite ambiance bon-enfant. La passion africaine ne tuera pas l’Afrique, mais la maintiendra en crise permanente pour en faire la risée permanente de l’aumône internationale. Nous devons cesser d’ignorer notre souffrance et nous atteler à la création d’un génie national authentique et positif.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

7 octobre 2017 par Dg24h



Patrice Talon deux ans plus tard

7 avril 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​S’il nous avait dit, pendant la campagne (...)
Lire la suite

Le radicalisme et l’extrémisme syndical font perdurer les grèves au (...)

19 mars 2018 par Dg24h
Euloge R. GANDAHO Les Béninois ont raison d’espérer ou de croire que la (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 44

15 mars 2018 par Dg24h
Je ne sais plus exactement d’où nous revenions. Mais ce soir-là, nous (...)
Lire la suite

La grève des syndicats et les conséquences fâcheuses d’un blocage du (...)

27 février 2018 par Dg24h
Déception et amertume. Cela se lit désormais dans le visage de chaque (...)
Lire la suite

Brève histoire de la mort au Bénin

17 février 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Le 7 février 2018, le Chef de l’Etat a rapporté (...)
Lire la suite

Ce saint qui nous visitait !

12 février 2018 par Dg24h
Nous nous exclamions au début du mois de février 1993 où la venue pour la (...)
Lire la suite

Introspection négro-béninoise

20 janvier 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​ ‘‘Allons, de noms de gloire je veux couvrir vos (...)
Lire la suite

Ainsi, couci-couça, d’une année à l‘autre

30 décembre 2017 par Dg24h
​De noël à la saint-sylvestre, sourires, souhaits, cérémonies. Et il est (...)
Lire la suite

Editorial :Indifférence ou Résignation ?

23 décembre 2017 par Dg24h
L’indifférence : C’est le thème fort évocateur que nous suggère ce temps de (...)
Lire la suite

Nègres aux enchères et crocodiles en larmes

25 novembre 2017 par Dg24h
​Une télévision étasunienne très regardée a montré en novembre 2017 un (...)
Lire la suite

Les Noirs vendus comme esclaves en Lybie : l’Europe n’est pas (...)

20 novembre 2017 par Dg24h
Humains, des hommes vendus comme du bétail sur un marché nocturne. On se (...)
Lire la suite

Pourquoi Talon a tout à faire

18 novembre 2017 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​‘‘Heureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on (...)
Lire la suite

La crise togolaise, une crise de légitimité : un Président qui tue ses (...)

7 novembre 2017 par Dg24h
Depuis le mois d’Août dernier que la crise politique togolaise, plus que (...)
Lire la suite

Pour que soit prospère le Bénin demain

4 novembre 2017 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​ Nos évêques aussi se sont émus de la pauvreté et (...)
Lire la suite

LE RAVIP Vu en bien ou en mal par des Béninois

1er novembre 2017 par Dg24h
Le Recensement Initial Administratif à Vocation d’Identification de la (...)
Lire la suite

Macron recevra Talon

14 octobre 2017 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Grand émoi chez les Béninois. Contrairement à (...)
Lire la suite

Riches et pauvres, tous concernés par le changement climatique

13 octobre 2017 par Dg24h
De Miami à Porto Rico, en passant par La Barbade et La Havane, les (...)
Lire la suite

L’inoxydable Talon

9 octobre 2017 par Dg24h
Au Pavillon Vendôme à Paris , Patrice Talon a brisé la glace du (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires