jeudi, 2 juillet 2020 •

507 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

A la poursuite d’un disparu Non, Kourouma : Allah s’est auto-obligé…





Dans la lancée de ses œuvres : le soleil des indépendances, en attendant le vote des bêtes sauvages, par Allah n’est pas obligé, Kourouma revient avec un ton de raillerie, sarcastique, de dérision, de dépit voire de désolation pour nous narrer la vie navrante du petit Brahim, enfant soldat. Son bouquin est un reportage, une autopsie de ces conflits quasi idiots qui perduraient sur le continent noir. Le titre de Kourouma rappelle les propos de ce GIS, soldat américain dans le film les larmes du soleil intervenant en Afrique et qui déclarait : « Dieu a quitté l’Afrique ». Un débat qui pourrait être complexe mais un rabbin du coin m’a dit : « par rapport à cette déclaration, Dieu a été longtemps, assez, et longuement clair ». Mais toujours, suivons, poursuivons le plaignant.

- Allah n’est pas obligé d’Ahmadou Kourouma :
Sur le titre de l’ouvrage

Kourouma est connu comme forgeant des mots et expressions bàtards, mais aussi un ton de dérision voire sarcastique. Toutefois, par le titre Allah n’est pas obligé, on pourrait lui demander de quoi je me mêle ? Car usant d’un nom de Dieu propre à une religion, l’Islam dont il se réclame, on suppose lui-même. Pouvons-nous l’accuser de trafic d’influence ? Toutefois, quelque part, il arrive au vœu de tout écrivain qui est d’attirer voire capter l’attention sur son ouvrage. N’empêche après vérification, à travers les livres révélés. Où Dieu ou Allah, plus précisément, dit on, s’est prononcé : Allah ou Dieu n’est pas absentéiste, mais UN qui s’est auto obligé. Et même si dans le livre Kourouma se fait plus précis en ajoutant dans les affaires d’ici bas : donc Allah n’est pas obligé d’être juste dans les affaires d’ici bas. On pourrait lui opposer qu’Allah s’est auto obligé jusqu’à sa démission, certains dirons trahison. Et même en ce moment là, de fin du monde (si c’est la globalité qui est prise en compte). Selon ses engagements, Lui, le très haut (pour dire Allah). Il lui plaira de prendre des dispositions spéciales. Aussi, le recueil biblique renvoie aux châtiments décisifs du Seigneur à l’encontre des habitants de Sodome qui vivaient de sodomie et à l’arche de Noé qui devait exfiltrer les adéquats et laisser sombrer les pernicieux, quand le coran déclare : « la riposte de ton seigneur est redoutable ». Tout ceci est plus corroboré qu’une désobligation de sa part (si en tout cas l’on se base sur les écrits dits révélés, des religions révélées : Judaïsme, christianisme, islam…). En particulier, celui où il a tiré le nom d’Allah, le coran. Mais, toujours concédons-lui son jugement prenant en compte un quasi apocalypse avant l’heure ? Et aussi pas assez considérée, prise en charge par les sociétés humaines, alors. Donc, si on poursuit dans la logique du constat compartimenté de Kourouma et celle argumentée du coran et autres livres religieux, on pourrait ajouter que même dans l’au de là, Allah ne sera pas obligé, mais seulement auto obligé.
Temps-contexte : Ecrit en 2000, l’ouvrage de Kourouma prend donc en compte surtout les années 90, où le continent était encore et surtout déchiré, miné, donc un peu partout en situation de sauve qui peut. Peut être même pourrait on dire, alors, la non assistance à personne en danger, avec une mise en danger de soi même ou réciproque, presque partout d’où un mal globalisant dans lequel, Dieu est questionné, reste à savoir si les hommes avaient fait leur part pour savoir pouvoir se fier au ciel.
Contenu-thèmes : L’œuvre de Kourouma constitue un important témoignage à la compréhension, connaissance du déroulement des enjeux, des effets…Bref, de la réalité des zones en conflit, où le pire peut faire aussi, le petit plaisir de certains. En effet, quand certains fuient d’autres viennent profiter du désordre. Et le destin des enfants soldats, en l’occurrence du petit Birahim met le doigt sur le danger du désœuvrement de la jeunesse dans l’Afrique où elle est majoritaire. Les causes de tout ceci sont aussi explorées, notamment, la piste des ressources minières mais surtout d’une élite obscurantiste
Enseignement-critiques  : Kourouma montre que la désolation est une voie menant à douter de Dieu. Les frontières des zones en conflit constituent une équation à la stabilité avec l’affluence de trafiquants de toutes natures pour amener un surplus au conflit. Le retard d’une armée africaine se fait sentir. Le rôle joué par la communauté internationale se pose. Aussi, le ton insultant que peut prendre kourouma, même si reflet de la personnalité de son personnage principal ne mériterait il pas un avertissement en préambule ?
Et si on devait jouer à proposer un titre, à retitrer l’ouvrage de kourouma, on dirait : La communauté internationale et africaine, un leurre, une supercherie.

Moise Kant, Critique en littérature

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

24 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN




George Floyd et nous


20 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Même quand fait rage la guerre et que, de part (...)
Lire la suite

Née bonniche pour mourir bonniche


13 juin 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Han, Pépé ! Moi je vous demande un peu d’aide (...)
Lire la suite

Confinement et Refondation


9 mai 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Entre 1914 et 1918, puis entre 1939 et 1945, on (...)
Lire la suite

Covid-19 et agroalimentaire au Bénin


25 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​En confinement strict à son domicile, un (...)
Lire la suite

Regarder en face le covid-19


11 avril 2020 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Oui, dévisager le covid-19 bien qu’il n’ait pas (...)
Lire la suite

De la subsistance à l’exode en passant par la commercialisation, la (...)


22 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
Pays encore majoritairement rural, le Sénégal, particulièrement, sa zone (...)
Lire la suite

Une relecture rétrospective et prospective de la littérature (...)


17 mars 2020 par Judicaël ZOHOUN
La lecture est demeurée un des passe-temps, occupations les plus (...)
Lire la suite

Le matériau humain africain est-il à refondre ?


23 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’on aura reconnu la préconisation d’Aimé Césaire (...)
Lire la suite

Démocratie et sacralité des constitutions


9 novembre 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’homme autorise le sacré. « Est Vodun ce que (...)
Lire la suite

A la Lumière des Ecureuils de la Victoire


13 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Il n’y a jamais de miracle. Et il n’y en eut (...)
Lire la suite

La leçon des Ecureuils au Bénin


11 juillet 2019 par Judicaël ZOHOUN
La joie des Ecureuils, l’euphorie de tout un peuple Les Ecureuils, (...)
Lire la suite

Pour le Bénin à nouveau retrouvé


29 juin 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De la République avortée de l’Ataborg à la (...)
Lire la suite

Grisaille autour du gris-gris béninois à Paris


23 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Biowá Nàglókú, dans son village Sêxwidé, est depuis (...)
Lire la suite

Légende béninoise du panier de la ménagère


16 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Sous couvert dudit panier, il s’agit de la (...)
Lire la suite

Béatrice Aguessy, femme de combat


2 février 2019 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​De combat et de défi. A 12 ans, accompagnant une (...)
Lire la suite

Patrice Talon, l’oiseau rare


18 novembre 2018 par La Rédaction
Imperturbable. Le chef de l’Etat reste le seul chef d’Etat que le Bénin (...)
Lire la suite

A coups de…Talon !


15 novembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
Le « Bénin révélé » de Patrice Talon, est un Bénin qui se donne pour (...)
Lire la suite

Il y a exil et exil


3 novembre 2018 par Judicaël ZOHOUN
(Par Roger Gbégnonvi) ​Quand il a eu perdu la guerre, le souverain fut (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires