mercredi, 17 octobre 2018 •

198 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Actualité

Le bàtonnier Jacques Migan se prononce sur le retrait du droit de grève




Le débat actuel sur le retrait du droit de grève à certaines corporations ne laisse personne indifférent. Ténor du barreau béninois et ancien bâtonnier, Jacques Migan, donne son avis sur la question dans cet entretien.

Journal : On observe, depuis quelques jours, une polémique au sein de l’opinion publique et de la classe syndicale, suite au vote par le Parlement d’une loi interdisant la grève à certains agents de l’Etat. Quelle lecture faites-vous de cette situation ?

Jacques Migan : Je vous remercie pour l’occasion que vous me donnez d’opiner sur cette actualité. Je tiens tout d’abord à présenter mes meilleurs vœux à tous vos lecteurs. Pour revenir à votre question, je tiens à rappeler que la grève est une cessation concertée et collective du travail en vue d’appuyer des revendications professionnelles et d’assurer la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs. Comme telle, la grève constitue un moyen essentiel permettant aux travailleurs et à leurs organisations de défendre leurs intérêts. Au Bénin, la grève trouve son fondement dans l’article 31 de la Constitution qui prévoit que « l’Etat reconnaît et garantit le droit de grève … Le droit de grève s’exerce dans les conditions définies par la loi ». Le dernier alinéa de l’article 31 de la Constitution suggère que la grève constitue certes un droit fondamental, mais que son aménagement ainsi que les modalités de son exercice sont de la compétence du législateur (voir par ailleurs article 98-21 de la Constitution).Et c’est dans la logique de l’aménagement du droit de grève que le législateur a voté la loi n° 2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève en République du Benin. Cette loi énonce en son article 2 que « Les dispositions de la présente loi s’appliquent aux personnels civils de l’Etat et des collectivités territoriales ainsi qu’aux personnels des établissements publics, semi-publics ou privés à l’exception des agents à qui la loi interdit expressément l’exercice du droit de grève ». On peut déjà considérer, à la lumière de cette disposition, que la limitation, la restriction ainsi que la suppression constituent une modalité de l’encadrement du droit de grève que la Constitution a conféré au législateur. C’est sur cette base que le législateur a jugé opportun de retirer le droit de grève au corps des douaniers. C’est sur le même fondement que le législateur a retiré le droit de grève aux magistrats, aux agents de police et aux agents de santé.

Justement, est- ce que ce n’est pas maladroit de la part du gouvernement de retirer le droit de grève aux magistrats, partie intégrante du pouvoir judiciaire ?

Je voudrais d’une part, vous préciser qu’il s’agit d’une proposition de loi et non d’un projet de loi, c’est-à-dire que ce sont les députés et non le gouvernement qui ont pris l’initiative de cette loi. D’autre part, comme vous l’avez rappelé, le pouvoir judiciaire constitue le 3ème pouvoir et en tant que tel, il est le 3èmepilier de l’Etat après le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. Le pouvoir judiciaire occupe une position stratégique (voir article 17 de la loi précitée). Une interruption généralisée et prolongée du travail par les magistrats n’est pas admissible pour assurer la continuité du service public. Une telle lecture est d’ailleurs confirmée par la décision Dcc 11-065 du 30 septembre 2011 interdisant l’exercice du droit de grève aux douaniers. Conformément à cette décision, à moins d’un revirement jurisprudentiel exceptionnel, la Cour constitutionnelle devrait déclarer conformes à la Constitution du 11 décembre 1990,les dispositions de l’article 50 de la loi modifiant et complétant la loi n° 2015-18 du 13 juillet 2017 portant statut général de la Fonction publique adoptée par l’Assemblée Nationale, le jeudi 28 décembre 2017 et qui retire le droit de grève à certains fonctionnaires de l’Etat dont ceux des secteurs de la Santé, de la Police républicaine, du personnel judiciaire et autres. Elle devrait valider aussi les dispositions de l’article 20 de la nouvelle loi portant statut de la magistrature adopté par le Parlement et qui interdit dorénavant la grève aux magistrats. Le juge constitutionnel devrait entériner ces deux dispositions pour rester en phase avec sa décision Dcc 11-065 du 30 septembre 2011 qu’il a rendue antérieurement pour confirmer le retrait du droit de grève aux militaires, douaniers, policiers et forestiers consacré par la loi n° 2011-25 portant règles générales applicables aux personnels militaires, des forces de sécurité publique et assimilés, adopté par le Parlement le 26 septembre 2011.La logique défendue par la haute juridiction est que la liberté syndicale permet au travailleur de défendre ses intérêts professionnels. Et le droit de grève constitue son moyen ultime dans l’exercice de ses droits syndicaux. Cependant, le droit de grève n’est pas intangible, bien que fondamental et consacré par l’article 31 de la Constitution dont le principe à valeur constitutionnelle. Mais ce principe a des limites et habilite le législateur à « tracer lesdites limites en opérant la conciliation nécessaire entre la défense des intérêts professionnels, dont la grève est un moyen, et la préservation de l’intérêt général auquel la grève est de nature à porter atteinte ». Et en ce qui concerne les services publics, la reconnaissance du droit de grève par le constituant ne saurait avoir pour effet de faire obstacle au pouvoir du législateur d’apporter à ce droit les limitations nécessaires en vue d’assurer la continuité du service public, qui, tout comme le droit de grève, a le caractère d’un principe à valeur constitutionnelle, analyse le juge constitutionnel. Partant donc de ce principe à valeur constitutionnelle, la haute juridiction trouve que les limitations apportées au droit de grève peuvent aller jusqu’à son interdiction aux agents dont la présence est indispensable pour assurer le fonctionnement des services dont l’interruption porterait atteinte aux besoins essentiels du pays.

Quelle lecture faites-vous alors de la réquisition du Garde des Sceaux ?

Je pense que la réquisition prise par le ministre de la Justice est légale. On peut procéder à la réquisition des fonctionnaires qui exercent une fonction d’autorité, une fonction stratégique (article 17 de la loi sur l’exercice du droit de grève) au nom de l’Etat et dans les services essentiels. Et vous conviendrez avec moi que dans un Etat de droit, la justice est un service stratégique dont l’interruption prolongée et sans service minimum créerait un danger pour la société.

Alors comment voyez-vous le dénouement de cette crise  ?

Je ne parlerai pas pour ma part de crise. Les députés ont voté une nouvelle loi conformément aux prérogatives que leur reconnaît la Constitution. On attend juste le contrôle de conformité de la loi par la Cour Constitutionnelle. Dès que la Cour qui comprend des membres (le Professeur Holo, la magistrate Afouda Gbèha…) qui ont cosigné la décision de 2011 suscitée, se conformera à sa propre jurisprudence et validera les lois votées, toute grève dans le secteur de la santé ou de la justice sera alors illégale et l’on pourra appliquer des sanctions appropriées aux contrevenants.

Propos recueillis par AT

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

15 janvier 2018 par Dg24h


Narcisse Djègui cède sa place à Alexis Houangni


24 septembre 2018 par Dg24h
Malgré ses succès et la dynamique positive imprimée au secteur coton, qui (...)
Lire la suite

Voici les démarches à mener pour sécuriser une parcelle


20 septembre 2018 par Dg24h
Plusieurs formalités entrent désormais dans le processus d’acquisition du (...)
Lire la suite

« La corruption affaiblit la justice, interfère avec les droits de (...)


30 juillet 2018 par Dg24h
A l’heure où notre pays a engagé une transformation de son économie et (...)
Lire la suite

« Nous invitons tous les professionnels des médias à participer (...)


25 avril 2018 par Dg24h
Encore une dizaine de jours et la 3ème édition des Journées Media Bénin (...)
Lire la suite

: " Samuel Dossou-Aworêt attend la notification des deux Etats et reste (...)


21 mars 2018 par Dg24h
Dans interview accordée à Diaspora Fm 102.3 suite à la publication du (...)
Lire la suite

Le Président de Soyuz-Bénin apprécie la réélection de Vladimir (...)


19 mars 2018 par Dg24h
M. Narcisse Justin SOGLO, Président de l’Association des Anciens (...)
Lire la suite

’’26 millions de personnes vivent avec le VIH en Afrique’’


5 décembre 2017 par Dg24h
La communauté internationale a commémoré le 1er décembre 2017, la 29e (...)
Lire la suite

« Au Togo, il faut mettre de côté la communauté internationale et trouver (...)


26 novembre 2017 par Dg24h
Journaliste et responsable Afrique de la section française de (...)
Lire la suite

L’Ami Philippe LALEYE dévoile les grandes actions de son mandat


8 septembre 2017 par Dg24h
Philippe LALEYE, est désormais le nouveau président du Lions Club (...)
Lire la suite

"Vous verrez bientôt le Président Talon tout neuf "dixit Amoussa (...)


16 juin 2017 par La Rédaction
Amoussa Rahimi est un métaphysicien béninois. Auteur du livre « Patrice (...)
Lire la suite

« Dans l’ESC, on voit le sexe, or la sexualité n’est pas que le sexe (...)


14 juin 2017 par
Démarré en 2008 au Togo, le processus de réalisation de l’Education (...)
Lire la suite

Les conseil du Dr Gouda Abdoul Akim pour éviter le virus (...)


18 mai 2017 par Dg24h
La fièvre hémorragique virale Lassa fait des victimes au Bénin depuis (...)
Lire la suite

Ce que Lionel Zinsou a dit sur RFI


8 septembre 2016 par La Rédaction
Il ne s’est pas beaucoup exprimé depuis sa défaite à la présidentielle du (...)
Lire la suite

« Talon veut rationaliser et rendre efficaces les dépenses publiques… (...)


8 septembre 2016 par Dg24h
Robert Gbian. Il ne parlait presque jamais, il parle maintenant de (...)
Lire la suite

Recherche en Science, Technologie et Innovation (STI) : L’approche de (...)


5 mai 2016 par La Rédaction
Les réformes à opérer en matière de l’innovation technologique méritent un (...)
Lire la suite

Cette formation qui s’est étendue sur deux jours a mis l’accent sur la (...)


22 août 2015 par Dg24h
“L’association Wallô en partenariat avec l’association Nanu Delali a (...)
Lire la suite

Le professeur Dissou parle du festival international sur les arts et (...)


3 juillet 2015 par Dg24h
Le brassage interculturel et la renaissance de la ville capitale au (...)
Lire la suite

La gestion de Yayi décryptée par un chercheur français


2 juillet 2015 par Dg24h
NDR : Titre modifié par votre journal INTERVIEW Richard Banégas, (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information