lundi, 15 octobre 2018 •

131 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

« La corruption affaiblit la justice, interfère avec les droits de l’Homme et nuit à la lutte contre la pauvreté. » (Raymond Adjakpa Abile)




A l’heure où notre pays a engagé une transformation de son économie et s’apprête à fêter les 58 ans de son ascension à la souveraineté internationale, nous avons souhaité interroger Raymond ADJAKPA ABILE Coordonnateur du Mouvement Tous Acteurs qui nous livre ici à cœur ouvert ses réflexions.

Vous êtes le coordonnateur du mouvement Tous Acteurs, Qu’est-ce que c’est ?
Le mouvement Tous Acteurs est une association loi 1901 qui a pour objectif de mobiliser l’intelligence collective béninoise pour influencer l’action publique. Il s’agit de refonder le nouveau citoyen en promouvant l’action commune et in fine transformer le Bénin. Transformer le Bénin demande de penser, proposer et essayer de nouvelles idées et surtout de voir le verre à moitié plein. Chacun doit jouer pleinement son rôle pour le développement économique de notre beau pays le Bénin.

Le Bénin va fêter les 58 ans d’indépendance, quel regard portez-vous sur le développement du Bénin ?
Les efforts de tous nos Présidents depuis 1960 ont été remarquables pour nous permettre d’atteindre notre niveau actuel. Ils ont construit pierre après pierre dans la douleur quelquefois l’héritage Bénin que nous avons. Il est important de leur rendre hommage.
Les Présidents Hubert MAGA, Sourou Migan APITHY, Justin AHOMADEGBE qui ont travaillé pour permettre à notre pays d’accéder à la souveraineté internationale et de construire les premières infrastructures de bases comme l’hôpital CNHU, la Présidence de la République… et le développement de la filière palmier à huile. Le Président Emile Derlin ZINSOU qui a amorcé l’autonomisation de notre pays par la création des impôts pour financer le développement par nous-même. Le Président Matthieu KEREKOU nous a permis de mettre fin au cycle infernal des coups d’Etat et de vivre ce que nous appelons la stabilité politique puis la démocratie, l’exception béninoise qui nous a propulsé positivement dans le Guinness record du premier pays de l’Afrique à connaitre une conférence nationale et une alternance au sommet du pouvoir de façon apaisée.

Le Président Nicéphore SOGLO, premier Président de l’alternance démocratique qui a travaillé à la reconstruction de l’économie et de conduire la société béninoise dans la modernité. Le Président Boni YAYI qui n’a pas ménagé son énergie pour travailler à sortir le pays de la pauvreté et a renforcé les infrastructures routières de notre pays et reconcilié le Béninois avec la Politique. Le Président Talon qui accompagne la conciliation du rêve Béninois à celui du rêve mondial, afin que le Béninois se dise appartenir à un grand pays et à un grand peuple. Ça ne veut rien dire…

Aujourd’hui, notre pays a besoin que chacune des Béninoises et chacun des Béninois soldent les querelles de clocher, les divisions internes pour bâtir enfin une communauté d’intérêts pour les générations d’aujourd’hui et de demain. Nous devons créer ensemble les conditions de la renaissance, de la transformation de la nation Béninoise.

Que pensez-vous de la gouvernance du Président Talon depuis le 6 avril 2016 ?
L’économie nationale héritée le 6 avril 2016 est paralysée par une double crise qui touche aux principales fondations de l’économie nationale. Le port de Cotonou l’épine dorsale de l’économie du Bénin avec comme enjeu principal la captation et l’acheminement du trafic de transit en provenance et vers les pays enclavés du Sahel : Niger, Burkina Faso et Mali n’était plus attractive. Le coton, l’autre secteur clé de l’économie, était lui-même paralysé par une crise profonde qui s’est manifestée par des contre-performances dans la production cotonnière. L’on sait par ailleurs l’importance socio-économique du coton dans le quartet des pays producteurs ouest-africains (Bénin, Burkina Faso, Mali, Tchad) où sont concernées plus de 4 millions de personnes. Au Bénin seul, cette culture a un impact sur la vie de plus d’un million de personnes.
Il faut être honnête et reconnaitre qu’au-delà des phénomènes liés à cette double crise, il y’a un aspect structurel et préoccupant qui demandait une réponse, celle de travailler à la construction de nouvelles fondations pour notre économie. Je pense que nous assistons au crépuscule d’un nouveau modèle économique dans notre pays.

Est-ce que selon vous ces actions seront salutaires pour notre pays ?
Vous savez notre pays caresse le rêve de devenir une économie performante de services, ce qui semble une option stratégique viable dans la continuité de nos atouts économiques actuels. Il suffit de regarder comment s’y sont pris ses précurseurs en la matière à savoir Hong Kong et la cité Etat Singapour. Dans ces deux cas, les facteurs essentiels sont : des investissements massifs dans le secteur éducatif pour disposer de ressources humaines de qualité considérées comme le premier support à toute économie de services. Ensuite viennent les avantages de la position géographique (proximité permettant la fonction de « relais » pour un grand marché) et ceux attendus des investissements dans les infrastructures (réseau routier, ports, aéroports, télécommunications performantes, etc.) et dans les hautes technologies et leurs nombreuses applications sectorielles. Cette comparaison avec les précurseurs asiatiques n’est pas inopportune d’autant que le Bénin partage avec eux l’un des préalables incontournables au succès d’une économie de services : la proximité avec un grand marché, confirmant encore le caractère déterminant de la position géographique dans les chances de réussite des stratégies économiques.
- 
Que Pensez-vous de la lutte contre la corruption qui est aujourd’hui engagée ?
La corruption est un phénomène répandu dans le monde. Elle donne lieu à des préoccupations sérieuses d’ordre social, moral, politique et économique, qui entravent la bonne gouvernance, font obstacle au développement et faussent la concurrence. La corruption affaiblit la justice, interfère avec les droits de l’Homme et nuit à la lutte contre la pauvreté. Tous les gouvernements s’engagent à lutter contre la corruption en adhérant à des accords internationaux, tels que la Convention sur la lutte contre la corruption d’agents publics étrangers dans les transactions commerciales internationales de l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques et la Convention des Nations Unies contre la corruption, ou en adaptant leur législation locale. Cependant, la loi seule ne suffit pas pour résoudre ce problème. Il nous faut travailler ensemble la main dans la main pour résoudre ce fléau.

Que pensez-vous de la levée d’immunité de trois députés la semaine dernière ?
Nul n’est au-dessus de la loi et c’est mieux ainsi. La journée du 24 Juillet 2018 doit être inscrite d’une pierre blanche dans les annales de l’histoire parlementaire de notre pays. Depuis 1990, c’est la première fois que nous assistons à la levée effective de l’immunité de parlementaires. La raison importe peu, nous devons simplement nous réjouir du fait qu’aujourd’hui il est désormais possible de lever l’immunité d’un député. C’est un signal fort contre l’impunité, peu importe l’issue de cette triple levée.

Quel est votre mot de la fin ?
Après 58 ans, nous devons retenir comme Jean Monnet le dit : « Rien n’est possible sans les hommes, mais rien n’est durable sans les institutions ». Notre pays doit engager une profonde recomposition de sa classe politique. Le Bénin de 2018 est exposé à de nouvelles réalités et à de nouvelles vulnérabilités mais l’offre politique n’est plus adaptée à notre époque. La jeunesse béninoise doit construire avec nos dirigeants actuels une ambition qui s’appuie sur les réalités de notre temps et qui préparent demain pour nos enfants. Ce rendez-vous à ne pas manquer est celui de la cohésion de la jeunesse béninoise de l’intérieur comme de l’extérieur. Nous devons créer ensemble un contrat social entre les institutions de la République et la jeunesse béninoise. Travaillons ensemble à traduire le rêve de nos aînés et les pleurs de nos enfants en actes pour un mieux vivre dans notre cher et beau pays le Bénin. Soyons Tous Acteurs.

Propos recueillis par Paul Tonon

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

30 juillet 2018 par Dg24h


Narcisse Djègui cède sa place à Alexis Houangni


24 septembre 2018 par Dg24h
Malgré ses succès et la dynamique positive imprimée au secteur coton, qui (...)
Lire la suite

Voici les démarches à mener pour sécuriser une parcelle


20 septembre 2018 par Dg24h
Plusieurs formalités entrent désormais dans le processus d’acquisition du (...)
Lire la suite

“ Un homme ne peut exercer le pouvoir à bon escient s’il n’est pas (...)


17 juillet 2018 par La Rédaction
Dans le cadre de ce qu’il faut désormais considérer comme un rendez-vous (...)
Lire la suite

: " Samuel Dossou-Aworêt attend la notification des deux Etats et reste (...)


21 mars 2018 par Dg24h
Dans interview accordée à Diaspora Fm 102.3 suite à la publication du (...)
Lire la suite

Le Président de Soyuz-Bénin apprécie la réélection de Vladimir (...)


19 mars 2018 par Dg24h
M. Narcisse Justin SOGLO, Président de l’Association des Anciens (...)
Lire la suite

« Avec la nouvelle loi anti-tabac, le paquet de cigarette sera un outil (...)


6 février 2018 par Dg24h
L’ONG Initiative pour l’Education et le Contrôle du Tabagisme (IECT) a (...)
Lire la suite

’’26 millions de personnes vivent avec le VIH en Afrique’’


5 décembre 2017 par Dg24h
La communauté internationale a commémoré le 1er décembre 2017, la 29e (...)
Lire la suite

« Au Togo, il faut mettre de côté la communauté internationale et trouver (...)


26 novembre 2017 par Dg24h
Journaliste et responsable Afrique de la section française de (...)
Lire la suite

L’Ami Philippe LALEYE dévoile les grandes actions de son mandat


8 septembre 2017 par Dg24h
Philippe LALEYE, est désormais le nouveau président du Lions Club (...)
Lire la suite

"Vous verrez bientôt le Président Talon tout neuf "dixit Amoussa (...)


16 juin 2017 par La Rédaction
Amoussa Rahimi est un métaphysicien béninois. Auteur du livre « Patrice (...)
Lire la suite

« Dans l’ESC, on voit le sexe, or la sexualité n’est pas que le sexe (...)


14 juin 2017 par
Démarré en 2008 au Togo, le processus de réalisation de l’Education (...)
Lire la suite

Les conseil du Dr Gouda Abdoul Akim pour éviter le virus (...)


18 mai 2017 par Dg24h
La fièvre hémorragique virale Lassa fait des victimes au Bénin depuis (...)
Lire la suite

Ce que Lionel Zinsou a dit sur RFI


8 septembre 2016 par La Rédaction
Il ne s’est pas beaucoup exprimé depuis sa défaite à la présidentielle du (...)
Lire la suite

« Talon veut rationaliser et rendre efficaces les dépenses publiques… (...)


8 septembre 2016 par Dg24h
Robert Gbian. Il ne parlait presque jamais, il parle maintenant de (...)
Lire la suite

Recherche en Science, Technologie et Innovation (STI) : L’approche de (...)


5 mai 2016 par La Rédaction
Les réformes à opérer en matière de l’innovation technologique méritent un (...)
Lire la suite

Cette formation qui s’est étendue sur deux jours a mis l’accent sur la (...)


22 août 2015 par Dg24h
“L’association Wallô en partenariat avec l’association Nanu Delali a (...)
Lire la suite

Le professeur Dissou parle du festival international sur les arts et (...)


3 juillet 2015 par Dg24h
Le brassage interculturel et la renaissance de la ville capitale au (...)
Lire la suite

La gestion de Yayi décryptée par un chercheur français


2 juillet 2015 par Dg24h
NDR : Titre modifié par votre journal INTERVIEW Richard Banégas, (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information