jeudi, 17 septembre 2020 •

4704 visiteurs en ce moment


 
 

 
 
 
 
FIL D'ACTUALITÉ

ouidah

Le Fort Portugais réhabilité pour mieux vivre l’histoire de l’esclavage




Faire du tourisme l’un des vecteurs du développement économique du Bénin, c’est l’ambition affichée par le gouvernement du président Patrice Talon depuis son avènement au pouvoir en avril 2016. Dans ce cadre, d’importants chantiers ont été lancés dans les villes à caractère historique et touristique du pays. C’est le cas pour la réhabilitation du fort portugais de Ouidah.

Grâce au Projet de compétitivité et du tourisme transfrontalier (PCTT), la première phase des travaux de réhabilitation du Fort Portugais de Ouidah lancés le 1er mars dernier se poursuivent et seront achevés dans les prochaines semaines.
Prévus pour durer 10 mois, ces travaux sont essentiellement consacrés à la réhabilitation à l’identique de la maison du gouverneur, la réhabilitation de La Chapelle, la construction de la caserne esclaverie, la construction d’un Preshow pour les groupes de visiteurs et les scolaires, la construction d’un Snack Bar, la création d’espaces de vente pour artisans et des boutiques de vente d’œuvres d’artisanat, l’aménagement paysager de la cour intérieure et du jardin potager ainsi que la réhabilitation et l’extension de la guérite et du bloc administratif.
D’un coût global estimé à 03 milliards de francs CFA, ces travaux ont été confiés à l’entreprise KEN DAL et Fils Sarl.
La rénovation du Fort Portugais de Ouidah offre la possibilité aux touristes, de visiter dans un cadre attrayant et rénové, cet espace qui a servi au rassemblement de milliers d’esclaves au XVIIème et au XIX siècle avant leur embarquement à travers l’Océan Atlantique.
Selon le directeur de l’Agence nationale pour la promotion et le développement des patrimoines et du tourisme (ANPT), José PLIYA, les études de la 2ème ont beaucoup avancé et les travaux seront lancés très prochainement.
A l’en croire, il s’agit de la construction d’un musée de près de 700 m² aux standards internationaux, et dédié à la mémoire de l’esclavage (MIME).
C’est un volet du projet PCTT piloté par l’ANPT, d’un coût global de 10 milliards de francs CFA et financé par la Banque Mondiale, a-t-il précisé.
Autant d’investissements qui permettront de relever l’offre touristique du Bénin, alors qu’à travers le monde, on déboulonne les statues d’anciens esclavagistes.

L’exposition à la Maison du Brésil

En attendant la fin des travaux, une partie de la collection du musée est délocalisée à la Maison du Brésil pour y être mise en valeur à travers une exposition temporaire. Outre les expatriés un peu absents en raison de la pandémie du Coronavirus, cette exposition ouverte le 03 août attire de nombreux historiens, juristes, des Béninois et des natifs de Ouidah.
Les cartes et les atlas des navigateurs portugais, des fusils de traite utilisés par l’armée royale sont entre autres les objets exposés.
Les visiteurs peuvent aussi contempler ‘’les autels portatifs utilisés pour les cérémonies des rois de l’ancien Dahomey ou une cloche amenées par les missionnaires catholiques européens, mais aussi les entraves et les chaînes utilisées pour attacher les esclaves.
« Quand je vois ces chaînes qui ont servi à entraver nos ancêtres, j’ai mal », a confié Benoît Daoundo, fonctionnaire des Nations Unies en poste au Cameroun et en vacances au Bénin dans une interview accordée à l’Agence France Presse (AFP).
« Mais c’est notre histoire. Nous devons l’accepter et la conter aux générations futures », a-t-il ajouté regrettant que les enfants ne connaissent rien de tout ça. L’esclavage pour lui, doit être enseigné dans les écoles et plus qu’en quelques leçons.
En quête d’informations sur la culture et l’histoire de sa famille, Ulrich Lantonkpodé, juriste à Cotonou et originaire de Ouidah, a aussi visité l’exposition. « J’apprécie autant cette exposition que l’idée de reconstruire le Fort portugais pour permettre de conserver cette histoire », a-t-il confié à l’AFP fier de ce qu’il a découvert.
La cité de Ouidah fut un comptoir majeur dans le commerce transatlantique des esclaves. Outre les travaux de construction du Fort Portugais, la ville accueille également le Musée international de la mémoire et de l’esclavage (MIME), actuellement en construction, et un grand complexe touristique de 130 chambres dénommé "les jardins du souvenir", une zone de recueillement, et "la reconstruction historique d’un bateau négrier" au large de l’océan.
Pour une montée en puissance de la "mise en tourisme de l’exception culturelle béninoise", le budget consacré au ministère du tourisme, et de l’artisanat, selon le ministre Jean-Michel Abimbola, s’élève à 1 milliard d’euros d’investissement au plan national.

F. A. A.

Source :https://information.tv5monde.com/info/le-benin-restaure-ses-monuments-pour-sensibiliser-l-histoire-de-l-esclavage-370632

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

12 août 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou




Gilbert Bangana donne le top des activités à Bohicon


17 septembre 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le président du Conseil d’orientation et de supervision de la Liste (...)
Lire la suite

La réception provisoire prévue pour le 11 décembre


17 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Le Président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbenou est allé (...)
Lire la suite

Naissance de L’Union des Journalistes de la Presse libre Africaine (...)


17 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
L’Union des Journalistes de la Presse libre Africaine (UJPLA) créée le (...)
Lire la suite

Un numéro à disposition des passagers à l’aéroport de Cotonou


17 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Dans le cadre de la gestion de la pandémie du Covid-19, le Palais des (...)
Lire la suite

04 ravisseurs arrêtés par la police


17 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Quatre personnes, présumés auteurs de l’enlèvement à Ouèssè du lundi 07 (...)
Lire la suite

La commercialisation des amandes de karité lancée à Gogounou


17 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Le ministre de l’Agriculture Gaston Dossouhoui et son homologue Shadiya (...)
Lire la suite

Bouchers et artisans dotés de masques de protection


16 septembre 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le réseau de téléphonie mobile, MTN-Bénin poursuit ses actions à l’endroit (...)
Lire la suite

Un suspect en fuite avec le crâne du défunt


16 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Profanation d’une tombe dans le quartier Kantaborifa dans le 3ème (...)
Lire la suite

De nouvelles modalités pour une procédure plus simplifiée


16 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Le Conseil des ministres de ce mercredi 16 septembre 2020 a pris de (...)
Lire la suite

Le compte rendu du Conseil des Ministres du 16 Septembre (...)


16 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Le Conseil des Ministres s’est réuni mercredi, le 16 septembre 2020, (...)
Lire la suite

Le PAC renforce la capacité de son réseau haute tension


16 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
La modernisation du Port Autonome de Cotonou (PAC) se poursuit sous (...)
Lire la suite

Panique au sein des cadres de la DGI


16 septembre 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
C’est la panique dans le rang des cadres de la Direction générale des (...)
Lire la suite

Appel à candidatures de L’Agence Japonaise de Coopération Internationale


16 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
L’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) Bénin lance un (...)
Lire la suite

Le port se dote d’une bouée de mesure océanographique


15 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
L’équipement et la modernisation du Port Autonome de Cotonou se poursuit (...)
Lire la suite

Les raisons de la démolition de Noom l’Hôtel en construction


15 septembre 2020 par Judicaël ZOHOUN
Au début des années 2010, Monsieur Yérim SOW, promoteur du Groupe (...)
Lire la suite

Les formations autorisées dans les EPES pour la rentrée 2020-2021


15 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
Les nouveaux bacheliers désirant poursuivre leurs études peuvent (...)
Lire la suite

Le militaire auteur de coups de feu arrêté


15 septembre 2020 par F. Aubin Ahéhéhinnou
Le caporal K. T. en service au 3ème BIA de Ouidah est désormais aux (...)
Lire la suite

Carlos Adohouannon séjourne en prison à Dakar


14 septembre 2020 par Akpédjé Ayosso
L’ex-régisseur de la Direction générale des impôts du Bénin, Carlos (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires