vendredi, 28 avril 2017 •

130 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Environnement et santé

Les préfets du Mono-Couffo interdisent l’utilisation des sachets plastiques




Les préfets du Mono et du Couffo viennent d’interdire l’utilisation des sachets plastiques sur leurs territoires.
La décision a été prise, le 15 février dernier à Aplahoué, au cours de la 2ème réunion de la Conférence administrative départementale (CAD) de l’année 2017, co-présidée par les préfets, Komlan Séna Sedzro Zinsou du Mono et Christophe Houinsou Mégbédji, du Couffo. Il a été recommandé d’instruire les directeurs départementaux aux fins de sensibiliser les restaurateurs se trouvant aux alentours de leurs structures en vue d’interdire l’utilisation des sachets pour la préparation et l’emballage des repas. Les maires des différentes communes seront saisis également afin de sensibiliser les populations sur cette réforme.
Au niveau central, aucune loi n’interdit encore l’utilisation des emballages plastiques dans le pays malgré leurs impacts sur le cadre de vie, la santé et l’environnement. Une proposition de loi portant sur l’interdiction, la production, l’importation, la commercialisation, la détention, la distribution et l’utilisation des sachets en plastique non dégradables en République du Bénin est au Parlement depuis plusieurs mois.
Ajourd’hui, le Bénin fait partie des pays qui traîne encore le pas pour se conformer à cette directive.
L’Afrique du Sud, le Rwanda, la Tanzanie, le Gabon, la Somalie, le Botswana, l’Algérie, le Tchad, le Maroc, le Cameroun, la RD Congo, le Mali, la Mauritanie, le Togo, la Côte-d’Ivoire, le Burkina-Faso, la Guinée-Bissau, le Niger et le Sénégal ont déjà règlementé la fabrication, l’importation, la détention, la commercialisation ou la distribution gratuite d’emballages plastiques.
L’impact négatif de ces emballages sur les populations et la nature constitue la motivation majeure des règlementations établies. Comme l’indiquent les spécialistes, la dangerosité des emballages plastiques s’explique par leur temps de dégradation dans la nature (entre 100 et 500 ans). Cette détérioration lente a pour conséquence le ralentissement de l’infiltration de l’eau dans le sol, nuisant ainsi à l’agriculture par exemple. Jetés dans la nature, ils sont consommés par les animaux, provoquant leur mort par étouffement. Ils obstruent également les canalisations, provoquant des inondations. Brulés, les sacs plastiques dégagent des gaz qui sont susceptibles de provoquer des affections respiratoires, expliquent les experts.
L’adoption de la loi sur l’interdiction des emballages plastiques non biodégradables permettra d’offrir un meilleur cadre de vie et de travail aux populations béninoises.
D. M.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

16 février 2017 par Dg24h



Le travail !

28 avril 2017 par Dg24h
Père Crépin Magloire ACAPOVI Le lundi 1er Mai 2017, nous (...)
Lire la suite

Aéroport de Glo-Djigbé, un projet phare pour le développement du (...)

28 avril 2017 par Dg24h
La deuxième année du gouvernement de Patrice Talon démarre avec les (...)
Lire la suite

Le conflit entre producteurs et éleveurs à Kétou impacte la production (...)

27 avril 2017 par Dg24h
Les conflits entre éleveurs et agriculteurs dans l’arrondissement (...)
Lire la suite

Vers la sécurisation des installations de Maria-Gléta

27 avril 2017 par Dg24h
Le site de production d’électricité de Maria-Gléta sera sécurisé. C’est (...)
Lire la suite

Les cadres du Memp imprégnés du « Bénin révélé »

27 avril 2017 par Dg24h
Les cadres et acteurs du ministère des enseignements maternel et (...)
Lire la suite

Un nouveau dispensaire à Dékanmey (Azové)

27 avril 2017 par Dg24h
Le maire d’Aplahoué, Casimir Sossou, accompagné de quelques membres de (...)
Lire la suite
ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires