dimanche, 21 juillet 2024 -

533 visiteurs en ce moment

Fermeture des Ecoles normales d’instituteurs

L’ENI de Kandi en ruine, commerçants et bailleurs dans le désarroi




La fermeture des Ecoles normales d’instituteurs (ENI), décidée en 2019 fait maugréer les habitants de Kandi au nord du Bénin. La situation de l’ENI de Kandi crée de sérieux dégâts socio-économiques à Pèdè, un village de la commune.

La nuit semble tombée sur la zone résidentielle en pleine journée. Pas d’animation, un an après l’arrêt des activités de ce centre de formation. Une situation difficile à vivre pour les commerçants et propriétaires qui louent des chambres aux enseignants en formation à titre payant.

Il est 18h à Pèdè dans la commune de Kandi. Notre équipe de reportage se rend dans la zone résidentielle des normaliens ; une zone, jadis bien animée à pareille heure, située à quelques encablures du centre de formation des enseignants titulaires du BAC. Sur les lieux, le silence plane. Les chambres qui hébergeaient près de 400 élèves-maîtres régulièrement inscrits chaque année scolaire depuis l’ouverture de l’école en 2006, sont pour la plupart fermées faute de locataires. Dans certaines de ces constructions, dorénavant non habitées et en ruine, des mauvaises herbes règnent en maître. Certaines habitations sont transformées en dépotoir de tas d’ordures.
Avant 2019, la forte présence des élèves-maîtres donnait au petit village Pèdè, un statut de bourg.
La création de l’école de formation professionnelle à plus de 5 Kilomètres du centre-ville, obligeait les futurs instituteurs à se domicilier à Pèdè, situé au nord de Kandi à la sortie de la ville.
Rapidement, les autochtones dont la principale activité est la culture de coton, ont saisi l’opportunité en multipliant la construction des maisons à louer. Ce qui a longtemps profité à beaucoup de paysans.

« Trouver à manger est difficile pour moi... »
Aujourd’hui, ils se plaignent. A les en croire, il va falloir désormais attendre chaque année la campagne cotonnière pour jouir de ses efforts alors que l’or blanc, à lui seul, ne couvre pas toutes les charges.
« Trouver à manger est difficile pour moi, je suis déjà vieille, je ne peux plus aller au champ. C’est pourquoi, j’ai construit avec l’aide de mes enfants ces chambres à louer pour percevoir à chaque fin du mois de l’argent. Des maîtres venus de loin (enseignants affectés) ont pris quelques-unes, mais il en reste inhabitées », se désole Aminata Orou, propriétaire de maisons à Pèdè. Selon la sexagénaire, l’espoir que la création de cette école a suscité, est déchu après sa fermeture.
« Comme les normaliens ne sont plus là, c’est très difficile pour nous. J’ai pris mes économies tirées de la production du coton pour construire 6 chambres à louer », a confié Djamilou, père de famille. L’éleveur poursuit, les yeux presqu’en larmes, qu’ « aujourd’hui, il n’y a plus des locataires dans les chambres. Comment je peux bénéficier de ce que j’ai investi ? », s’inquiète-t-il. Pour lui, l’arrêt des activités de l’école normale d’instituteurs (ENI) de Kandi a de lourdes répercussions sur ses finances. Il avoue qu’en début d’année scolaire, il éprouve assez de difficultés pour payer les fournitures scolaires à ses enfants.
Contrairement à Djamilou, Rachidi, un jeune éleveur de Pèdè, n’a pas encore de charges. Mais il pensait épargner dans une banque les ressources tirées de la location des chambres en terre battue pour une utilisation ultérieure. « Moi, je me disais que l’ENI ne sera jamais fermée. Les chambres à louer sont pour moi, une manière de préparer ma retraite. Chaque fin du mois, je prenais quelque chose chez les locataires. Dans notre village, chacun construit sa chambre. Donc, aucun autochtone ne loue de chambres. Ce sont les étrangers seuls qui viennent louer nos chambres. Voilà que les normaliens ne viennent plus, c’est grave », a-t-il lancé, le visage triste.

« Avant, on prenait régulièrement de l’argent chaque fin du mois chez nos locataires, maintenant, il n’y a plus de locataires. Même les chambres, parce qu’elles sont inhabitées, se fissurent », se plaint un autre sous anonymat. Il souhaite que le gouvernement prenne des mesures sociales en leur faveur.

L’économie locale au ralenti
Au marché du village, des clients se font rares. La mévente s’est installée. Le petit centre d’échanges commerciaux a perdu son brouhaha habituel. L’économie locale tourne au ralenti. Les marchands peuvent y être désormais sur le bout des doigts. Plusieurs vendeuses de nourriture n’y vont plus. La plupart se retrouve à la maison du fait de la fermeture de l’Eni qui a entrainé la chute du flux commercial dans le marché.

Pourquoi suspendre la formation dans les ENI ?
La décision de suspendre le recrutement et la formation d’élèves-instituteurs remonte à la session du Conseil sectoriel pour le dialogue social (Csds), ouverte le 14 décembre 2017. La décision exige qu’il faille avoir le Baccalauréat pour être instituteur. L’objectif visé est de relever le niveau des enseignants sortant des Ecoles nationales d’instituteurs (ENI), et par ricochet, celui des apprenants.
Depuis la rentrée académique 2018-2019, la mise en application de la mesure a entraîné en même temps l’arrêt, avec ses conséquences socio-économiques, des activités des ENI de Kandi et de Dogbo.
Outre le niveau Bac exigé, la durée de formation de ces élèves-maîtres, passe de deux (02) à trois (03) ans.
Le jeudi 9 janvier 2020, le Ministre des Enseignements Maternel et Primaire, Salimane Karimou, faisant le point de la situation des enseignants dans les écoles plus de trois mois après la rentrée scolaire 2019 -2020 aux députés à l’Assemblée nationale, a abordé le sort des ENI.

Le Ministre a souligné que la décision de fermeture a été prise en attendant de procéder à certaines réformes. « Les Ecoles Normales d’Instituteurs sont dans une phase de restructuration, et les dispositions sont en train d’être prises pour qu’elles reprennent leurs activités dès la rentrée de septembre 2020 », soit au début de la rentrée scolaire 2020-2021, a-t-il confié.
En attendant la réouverture de ces centres de formation des élèves-maîtres, la morosité économique règne dans les zones résidentielles des normaliens à Kandi et à Dogbo. Petits commerçants et propriétaires de maisons pour bail à usage d’habitation ne savent plus à quel saint se vouer.

Boniface CAKPO

www.24haubenin.bj ; L'information en temps réel

4 mars 2021 par Boniface CAKPO




Les accréditations à obtenir auprès de la HAAC


20 juillet 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le Président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la (…)
Lire la suite

Porto-Novo accueille le Festival des Masques dès le 2 août


20 juillet 2024 par Akpédjé Ayosso, Ignace B. Fanou
Le Festival International de Porto-Novo devient le Festival des Masques (…)
Lire la suite

Les retraités invités à déposer leur certificat de vie au Trésor public


19 juillet 2024 par Marc Mensah
Une opération de dépôt des certificats des pensionnés du Fonds National (…)
Lire la suite

28 tonnes de carburant présumé volé à la marine béninoise


19 juillet 2024 par Marc Mensah
La deuxième audience du procès dans le dossier de vol présumé de (…)
Lire la suite

A quand le paiement de la contribution des ménages pour l’enlèvement (…)


19 juillet 2024 par Ignace B. Fanou
Depuis plus de quatre années, la Société de Gestion des Déchets et de (…)
Lire la suite

Un Chef d’arrondissement en prison pour cybercriminalité


19 juillet 2024 par Marc Mensah
Le Chef d’Arrondissement de Zounkon, commune de Djidja, séjourne en (…)
Lire la suite

La police démantèle 3 ghettos à Cotonou


18 juillet 2024 par Marc Mensah
Drogue et autres produits psychotropes ainsi que des numéraires ont été (…)
Lire la suite

La mairie de Cotonou recrute 146 agents recenseurs


18 juillet 2024 par Marc Mensah
La Mairie de Cotonou a lancé, avec l’appui financier du Projet SRHR et (…)
Lire la suite

90 Comptables nommés dans les circonscriptions scolaires


17 juillet 2024 par Marc Mensah
Les Comptables gestionnaires ont été nommés dans les Circonscriptions (…)
Lire la suite

118 forages et 11 piézomètres à réaliser dans 7 communes du Bénin


17 juillet 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Karimama, Cobly, Gogounou, Toucountouna, Copargo, Allada et Nikki. Ces (…)
Lire la suite

Plus de 21 milliards FCFA pour l’acquisition d’équipements agricoles


17 juillet 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Le gouvernement a autorisé, en conseil des ministres du mercredi 17 (…)
Lire la suite

Un bébé tué par un klébé (aide-douanier)


17 juillet 2024 par Marc Mensah
Un couple à moto a été percuté, lundi 15 juillet 2024, par la voiture (…)
Lire la suite

Une vingtaine de jeunes employés par un cybercriminel arrêtés


16 juillet 2024 par Marc Mensah
Un cybercriminel fait miroiter des emplois à des jeunes pour les (…)
Lire la suite

Produits psychotropes et plus de 4 millions FCFA saisis à Guinkomey


16 juillet 2024 par Marc Mensah
Démantèlement d’un ghetto à Guinkomey dans le 5è arrondissement de (…)
Lire la suite

Le Tiktokeur Florent Mahugnon placé en détention provisoire


16 juillet 2024 par Ignace B. Fanou, Marc Mensah
Interpellé et placé en garde-à-vue le 10 juillet dernier, le célèbre (…)
Lire la suite

84,34 kg de faux médicaments saisis, 3 individus arrêtés


15 juillet 2024 par Ignace B. Fanou
Trois personnes ont été arrêtées, mercredi 10 juillet 2024, à Dogbo (…)
Lire la suite

Répartition des candidats admissibles pour les épreuves sportives et (…)


11 juillet 2024 par Akpédjé Ayosso
Les candidats admissibles au BAC 2024, session de juin 2024 sont (…)
Lire la suite

2 individus interpellés à Tori Bossito


10 juillet 2024 par Akpédjé Ayosso
Les éléments de la police républicaine ont procédé, lundi 8 juillet (…)
Lire la suite




Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires