mercredi, 12 décembre 2018 •

135 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Mme Attanasso au sujet des réformes de l’enseignement supérieur

Une université n’est pas un cours primaire qu’il faut créer dans tous les quartiers




Invité sur Diaspora FM et Eden TV, ce dimanche 22 juillet 2018, le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Marie Odile Attanasso, s’est prononcée sur les réformes actuelles dans son département ministériel.

« Quand il y a réforme, il y a toujours des résistances. Avec le temps, on commence par s’entendre. Ils ont compris l’utilité des réformes et nous accompagnent. Ce n’est pas facile mais avec le temps, ça va de mieux en mieux », affirme le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans son secteur, il y beaucoup d’irrégularités qu’il faut corriger. « Il y a beaucoup de dysfonctionnement et beaucoup de textes non appliqués. Il y a trop de choses qui pouvaient permettre l’amélioration des choses au niveau des universités. Nous avons pris notre bâton de pèlerin pour améliorer et mieux faire », explique Marie Odile Atanasso. Dans cet imbroglio, le pire reste la situation au niveau du secteur privé. « Ce qui était criard était ce qui se passait dans les établissements privés. Les produits formés n’étaient pas ce qu’il faut. Des professeurs qui n’avaient pas le niveau ainsi que les étudiants qui sortaient », explique le ministre. Afin de trouver une solution, elle s’est engagée dans bien des consultations en vue de prendre la décision idoine. « C’est de là que nous avons eu des rencontres avec les acteurs et écouter certains. Ce que nous a amené à initié les examens de licence et master pour voir la qualité de ce qui se passe », souligne Marie Odile Atanasso.
Il ne faut pas avoir selon elle, des formations disparates. « En principe, les établissements se créent avec toutes les dispositions mais ici les établissements sont créés sans avoir même le site de formation ». Elle ajoute qu’ « Une université n’est pas un cours primaire qu’il faut créer dans tous les quartiers, c’est des laboratoires de qualité. Une université rassemble les fils et filles, qui créent l’unité ».
Le ministre de l’enseignement supérieur s’affaire à mieux fédérer les universités afin de voir comment rationnaliser le personnel. « Nous sommes dans les universités publiques où il n’y a pas de logique avec la réalité du terrain. Il y a des formations qui sont créées mais qui ne sont pas adaptées aux besoins du terrain. Nous sommes entrain de travailler pour corriger les irrégularités », assure-t-elle. ‹‹Sinon, nous risquons de former pour la forme et il n’y aura pas toujours d’adéquation avec l’emploi et c’est déplorable. Nous y arriverons », ajoute Mme Attanasso.

Gestion des universités publiques

Afin d’aider les universités par des apports conséquents, le ministre Marie Odile Atanasso pense qu’il urge de mettre en place le Conseil d’administration. Selon elle, « l’université est gérée de façon autonome et il nous est impossible de connaître la taille des ressources. En mettant sur pied le Conseil d’administration, on pourra avoir plus d’informations et cela permettra d’améliorer la gouvernance ». Elle affirme que aujourd’hui, « toutes les universités sont gérées comme des entreprises privées et il faut y arriver aussi au Bénin ». Le Conseil d’administration n’est pas selon elle, si nouveau. Il a toujours existé mais sous une forme large. Elle indique que même, les recteurs « veulent aussi de ce Conseil d’administration et font pression sur nous. Ce qui permet d’avoir plus de visibilité dans ce qu’ils font. On veut avoir un Conseil pour mieux gérer les fonds, identifier les besoins, accompagner les universités ». Elle assure qu’ « On est entrain de travailler pour que le schéma de gouvernance soit le même dans toutes les universités. On a déjà validé deux AOF. Si tout va bien dès la rentrée prochaine, le Conseil d’administration sera installé dans toutes les universités ».
Ainsi donc, « Nous ambitionnons d’avoir des universités de qualité avec des infrastructures de qualité. Nous réfléchissions pour y arriver. Certes, ça prend plus de temps mais il ne faut pas se presser pour le faire aussi », explique le ministre.

Gratuité de l’enseignement

La question de la gratuité de l’enseignement n’a pas été occultée. Pour Marie Odile Atanasso, « dans aucun pays la gratuité ne fait du bien ». En plus, cela n’a été instauré sur aucune base. La gratuité de l’enseignement supérieur n’est pas obligatoire selon elle. « Je ne vois pas l’importance de la gratuité au niveau des universités. C’était un choix hasardeux », indique-t-elle Ce qui a fait « qu’après toutes les consultations, les recteurs ont demandé la suppression de cette gratuité. C’est une décision politique qui devrait être accompagnée par les recteurs mais c’est eux mêmes qui ont demandé sa suppression ». Elle précise que le chef de l’Etat n’a pas été d’avis de la suppression rapide mais progressivement. Mais la gratuité n’avantage pas les universités du moment où, « il faut construire des infrastructures et recruter des enseignants ». A titre d’exemple, elle rappelle qu’ « avec la gratuité, l’Etat apportait un (01) milliard et il y avait un gap de plus de deux (02) milliards FCFA ». Aujourd’hui, il faut réformer les choses et permettre aux universités de mieux fonctionner.
Le ministre pense qu’il faut dépasser l’étape d’inscription dans les écoles et facultés. « Nous sommes arrivés dans un schéma où il n’y plus frais d’inscription mais le coût de la formation. Il faut voir ce qui est possible, faire le point des besoins, les infrastructures, les enseignants et proposer ce que peut donner l’étudiant. C’est de là que le gouvernement verra ce qu’il peut apporter aux universités ».
Pour l’harmonisation des formations dans les établissements privés, le ministre pense que tout est finalisé déjà. « Tout est fin prêt au niveau de la Direction Générale de l’Enseignement Supérieur. Il reste que les promoteurs d’établissement vont prendre les nouvelles harmonisations », précise-t-elle.
Concernant les examens, elle renseigne que « les résultats des licences ont donné environ 89%. Il y a donc un gap qui n’a pas la compétence et nous verrons comment faire pour les accompagner ». Mme Attanasso précise par ailleurs que « tous les établissements n’ont pas présentés tous leurs étudiants. Ceux qui l’ont fait ont présenté les étudiants qui sont prêts et non tous leurs étudiants ».

G. A.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

23 juillet 2018 par La Rédaction


José TONATO procède à l’ouverture officielle du salon ARCHI’ INNOV (...)


12 décembre 2018 par La Rédaction
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José TONATO, a (...)
Lire la suite

La Présidence met en garde contre les affiches propagandistes à (...)


11 décembre 2018 par Dg24h
Dans un communiqué signé du secrétaire général de la présidence de la (...)
Lire la suite

Les Etats-Unis appuient le Bénin sur les technologies liées au (...)


11 décembre 2018 par Dg24h
Le Bénin pourra désormais faire usage de technologies nucléaires. La (...)
Lire la suite

Patrice Talon, l’hôte de marque de Gléhouéxhoué


9 décembre 2018 par Dg24h
La grande messe célébrée à la Basilique de l’Immaculée Conception de (...)
Lire la suite

Armand Zinzindohoué se dit confiant et imperturbable


9 décembre 2018 par Dg24h
L’ancien ministre de l’intérieur et de la sécurité publique du président (...)
Lire la suite

Plus de 150 Etats vont adopter le Pacte mondial à Marrakech


9 décembre 2018 par Dg24h
En prélude à la Conférence intergouvernementale pour l’adoption du Pacte (...)
Lire la suite

Le Bénin, carrefour de la réflexion sur le développement de l’électricité (...)


6 décembre 2018 par La Rédaction
La 1ère édition du Sommet International pour le Développement de (...)
Lire la suite

Les travaux de protection et de valorisation lancés à Avlékété


6 décembre 2018 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable José Tonato a (...)
Lire la suite

Kersti KALJULAID a quitté Cotonou ce soir


6 décembre 2018 par Dg24h
Arrivée au Bénin dans la soirée du mardi 4 décembre 2018 dans le cadre (...)
Lire la suite

Un lion en divagation à Klouékanmey


5 décembre 2018 par Dg24h
Un lion solitaire erre depuis près de 03 semaines dans les villages de (...)
Lire la suite

La Présidente d’Estonie à Cotonou


5 décembre 2018 par Dg24h
La Présidente de la République d’Estonie est arrivée dans la soirée du (...)
Lire la suite

SIDE-AFRICA s’ouvre ce jeudi à Cotonou


4 décembre 2018 par La Rédaction
Cotonou sera à compter du jeudi 6 décembre 2018, le carrefour de la (...)
Lire la suite

La présidente de l’Estonie au Bénin dès ce mardi


4 décembre 2018 par Dg24h
Son Excellence Madame Kersti Kaljulaid, Présidente de la République (...)
Lire la suite

Plusieurs individus condamnés par la CRIET


2 décembre 2018 par La Rédaction
La Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (...)
Lire la suite

Une convention de plus de 39 milliards FCFA entre le Bénin et la (...)


30 novembre 2018 par La Rédaction
Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, (...)
Lire la suite

L’Office de gestion du Programme alimentaire mondial dissout


28 novembre 2018 par Dg24h
Les membres du gouvernement réunis en session ordinaire du Conseil des (...)
Lire la suite

Les pédiatres d’Afrique francophone en conclave à Abomey-Calavi


28 novembre 2018 par Dg24h
« Les soins à l’enfant africain dans la perspective des Objectifs du (...)
Lire la suite

Le compte rendu du Conseil des Ministres du 28 Novembre


28 novembre 2018 par Dg24h
Le Conseil des Ministres s’est réuni en sa seance habdomadaire ce (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information