samedi, 20 avril 2019 •

248 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Tohon Stan

Retour sur la vie du roi du Tchink System




Les obsèques du roi du Tchink System, Stan Tohon, décédé le mardi 26 février 2019 à l’hôpital européen Georges-Pompidou de Paris, démarrent ce vendredi 05 avril 2019 au Bénin. A l’annonce de la triste nouvelle de son décès, les grandes icônes de la musique béninoise et africaine lui rendent des hommages, sans oublier le gouvernement béninois qui a aussi pleuré la perte de cette figure emblématique de la musique. Frissons Radio a fait un retour sur la vie du célèbre artiste en retraçant les circonstances de sa mort, sa biographie, son parcours musical à travers les témoignages de ses proches.

De son vrai nom, Mohammed Ibitoch Stanislas Roger Tohon, figure emblématique de la musique béninoise et roi du style musical le « Tchink System », l’artiste a porté haut le nom du Bénin aussi loin que possible. A sa mort le mardi 26 février 2019, dans un hôpital parisien, les rumeurs sur les réseaux sociaux insinuaient que l’artiste est passé de vie à trépas, à la suite d’une opération du genou. Certes, c’est une opération qui lui a été fatale, mais pas du genou. Frissons Radio s’est rapprochée de Bonaventure Alphonse Donou alias Bobo D, un des amis inséparables du défunt artiste qui était en contact permanent avec Khadija, l’épouse de Tohon Stan, une artiste chanteuse d’origine marocaine.
« Il était rentré en France parce qu’il avait des problèmes au cou. Les gens pensent aujourd’hui qu’il a eu des problèmes au genou, non non », a-t-il clarifié. A en croire ce dernier, selon les médecins en France à l’hôpital Pompidou, Stan Tohon ressentait un malaise au cou et il a fallu qu’on l’opère. Trois jours après, il été réopéré parce que l’opération n’avait pas réussi. « Ça lui faisait très mal, atrocement mal quand Khadija est venue le voir entrain d’hurler ‘’Sauvez-moi !, sauvez-moi !’’. Elle a appelé les médecins qui sont venus et il a fallu le réopérer. Mais d’anesthésie en anesthésie, on ne pouvait pas en faire deux en moins de 06 mois. Vu son état, il fallait tenter le coup et c’est ce qu’ils ont fait et cette fois-ci, ça a réussi et le lundi il s’est réveillé, il a même cligné les yeux (...) », a-t-il expliqué. Malheureusement, le lendemain soit le mardi 26 février 2019, son cœur a lâché et il a rendu l’âme.

Biographie de Stan Tohon

Bonaventure Alphonse Donou alias Bobo D a également retracé la biographie de l’icône de la musique béninoise. Il a fait part de son origine, ascendance, descendance puis état civil.
Né en 1955, la date exacte de la naissance de Stan Tohon n’est pas connue parce qu’en réalité l’artiste ne s’appelle pas Stanislas mais plutôt Roger. « Il n’avait pas d’acte de naissance au départ et c’est son jeune frère qui s’appelle Stanislas. Il allait vendre des beignets sur la place du marché et un jour sa mère lui a dit tu veux aller à l’école, Ok on va aller. Il n’avait pas date de naissance, on a donc dû prendre l’acte de naissance de son frère Stanislas qui est décédé. C’est pour ça que Tohon Roger est devenu Tohon Stan », révèle Bobo D.
Issu d’une mère de Colli, arrondissement de Houègbo (Commune de Toffo) et d’un père d’Adja (Département du Couffo), Papy Grande n’avait plus ses deux parents en vie, ni aucun membre de sa famille. « Tohon avait deux grands frères, il a deux grandes sœurs qui sont toutes décédées aussi. C’est le dernier de la famille après son frère Stanislas », a-t-il souligné tout en notifiant que l’artiste n’est pas du tout d’Abomey comme certains le croient.
« Son père étant un fonctionnaire a travaillé à Abomey et a construit sa maison à Abomey et y sont restés longtemps. Tohon parle très bien Adja », ajoute son ami Bonaventure Alphonse Donou.
Le défunt artiste est père de deux enfants, une grande fille Pétronille qui est mariée et vit à Paris et un garçon prénommé Carlos.

Le CEMG Gbégamey a fait germer un baobab de la musique béninoise

Artiste inspiré avec un style musical fantasque Tchink System, l’histoire musicale de Stan Tohon a débuté en 1977 au cours des journées culturelles organisées au CEMG Gbégamey. Le PDG de Radio Tokpa Guy Kpakpo, à l’époque animateur de l’émission de variétés sur Radio Bénin en présidant le jury desdites journées culturelles avec son confrère feu Wilson Dave ont été émerveillés par la voix du jeune Tohon, élève en classe de 4ème. « On l’a découvert avec son morceau Yallow et on lui a demandé de le mettre sur cassette », raconte M. Guy Kpakpo. Les deux journalistes ont rencontré le directeur de la SATEL (Société Africaine de Techniques Electroniques, ndlr) de l’époque à son sujet. « Je dis ce jeune est plein d’avenir, il faut qu’on l’accompagne », a souligné Guy Kpakpo.
Le PDG de Radio Tokpa informe que dès que l’artiste sortait quelque chose, il venait le voir. Il était prévu qu’il intervienne directement sur la radio pendant son séjour en France mais malheureusement, cela n’a pas eu lieu.
« J’ai fait une émission avec Tohon où il rendait hommage à sa sœur qui est décédée, je ne pensais pas que sa sœur allait l’interpeller et l’appeler et le conduire à la mort. Il a pleuré ce jour-là en studio franchement j’ai très mal. Pour moi, Stan n’est pas encore mort, il vit dans ma mémoire », lance-t-il.
C’est donc le titre Yallow composé et enregistré en 1977 à la SATEL qui a permis à Stan Tohon de se hisser et de compter 42 années de carrière musicale.

Dans un extrait des archives de Frissons Radio, Stan Tohon explique le titre Yallow : « J’étais en train de parler un peu de moi parce que je dis, quand il y avait pas la misère, j’étais riche, j’avais des femmes, mais quand la misère m’a attaqué, elles sont toutes parties, ça veut dire que les Hommes ne sont que là où il y a l’opulence que ça soit la femme, que ça soit les amis, les copains, même la famille. Ce n’est pas que moi, c’est tout le monde et quand vous n’avez plus (...) tout le monde va partir ».
Ayant fait très tôt face aux dures réalités de la vie dès le divorce de ses parents à Abomey, Tohon arrive à Cotonou en faisant de l’auto stop. « Quand je suis venu à Cotonou à 02 heures du matin, c’est ma grande maman (paix à son âme) qui a payé le transport », se souvient-il.
Selon le défunt artiste, il n’avait pas les frais pour son inscription à l’école. C’est lors de l’une de ses ventes des nervures de coco qu’on appelle communément ‘’bohoungo’’, qu’il a reçu l’appel d’une école ‘’Nagueze’’ dont le directeur de la coopérative était son grand-frère Christophe Tohon. « Le soir même, il est venu à Gbégamey pour que je commence l’école Nagueze et c’est ce qui m’a permis d’aller jusqu’en classe de 3ème pour sortir Yallow. Donc Yallow, c’est un peu le résumé de ma vie, Yallow c’’était en 77 et j’étais au Cemg Gbégamey en 4ème », narre l’icône de la musique béninoise. Tohon a fait le morceau en studio à la SATEL avec des Camerounais comme Aladji Touré à la basse, feu Débalo au clavier et Mathurin d’Almeida à la batterie

Stan Tohon, une riche discographie

Le roi du Tchink system ayant modernisé le rythme traditionnel Tchinkoumey de Savalou a à son actif une riche discographie. ‘’Ahwamatchizo’’ ‘’Bamanou’’ ‘’Voté té kovo’’, ‘’Dévaluation’, ‘’Zémidjan’’ et ‘’Djê nan nan’’ sont quelques titres figurant dans le répertoire de Stan Tohon. Il a chanté la vie, la mort, les faits des sociétés et la joie, le football, la méchanceté et la politique sans oublier les élections électorales.
S’étant inscrit à la SACEM, la Société Française des auteurs compositeurs et éditeurs de musique et au BUBEDRA, ses proches lui attribuent plus de 400 chansons. Abalo Eugène, son directeur interrogé par Frissons Radio livre des détails précis sur les œuvres de l’artiste déclarées au Bureau béninois des droits d’auteurs.
« Au BUBEDRA, Stan Tohon a déclaré des titres de 2003 à 2010, puis après il est revenu en 2017 mais nous avons plus de 100 titres je crois très exactement, nous devrions être au tour de 140 titres déclarés et donc dans ces titres là il y a des albums qui sont antérieurs à son adhésion au BUBEDRA qu’il est venu déclarer lors de son adhésion et au fur et à mesure qu’il a sorti de nouvelles œuvres, il a fait les compléments comme cela se fait au niveau du bureau du droit d’auteur », renseigne-t-il.
Certains de ses titres ont été repris. Le titre Yallow compte plusieurs versions et feu Baba Djallah et les Ivoiriens du groupe Espoir 2000 ont chanté ‘’Bamanou’’.

La désolation des fans et artistes

Les fans, le monde artistique et culturel béninois ne sont pas restés insensibles face à la disparition de la légende. Ces fans regrettent la mort du grand artiste qui par ses chansons enseignent et apaisent les cœurs surtout en périodes électorales.
« Je veux rendre un hommage à Tohon Stanislas, on a grandi ensemble à Cotonou, entre Saint-Jean et Gbégamey. C’était un garçon qui était déjà talentueux qui essayait de marier la musique les instruments béninois avec la musique de James Brown par exemple pour qui il avait beaucoup d’admiration », a témoigné le journaliste Francis Kpatindé. « Que la terre lui soit légère, ce fut un grand parmi les grands sur ce continent, peut être un artiste méconnu par certains également détesté par d’autres parce que bon voilà, il n’avait pas sa langue dans la poche, mais je pense que c’est un grand Africain qui vient de disparaître », a ajouté le maître de conférences franco-béninois.
Dans le rang des anciens artistes, c’est la tristesse totale. A l’annonce de la nouvelle, la star Vivi l’international était incapable de contenir ses larmes sur Frisson radio.
L’artiste chanteur Gbessi Zolawadji garde de lui de bons souvenirs dont le dernier date du 14 octobre 2017, où il a partagé une scène avec le défunt.
« C’est quelqu’un qui a du caractère qui sait là où il va, un vrai ami, un vrai frère et ne vous lâche pas, il sait partager (...) Il va manquer à toute la nation béninoise », a avoué Vincent Ahéhéhinnou qui souligne que Stan Tohon interprétait bien ses chansons.
Pour Nel Oliver, c’est une grosse perte pour la nation. « Stan avait l’art de mettre le doigt sur les choses sensibles. (...) Il pouvait plaire et ne pas plaire à certains mais, c’était un artiste très talentueux qui aimait beaucoup son pays, sa culture et qui travaillait pour promouvoir cette musique de notre pays le Tchinkoumey.
La nouvelle génération d’artistes tels que Ricos Campos et Faty interrogée par Frissons Radio lui ont rendu aussi un hommage.
« C’est quelqu’un de généreux, il y a des gens qui disent n’importe quoi sur lui et beaucoup de rumeurs sur lui mais je vois que ce monsieur celui qui l’approche va mieux le connaître. Il est unique en son genre. Selon moi, il n’est pas du genre à faire du mal à quelqu’un », a confié Ricos Campos pour qui Stan Tohon est quelqu’un d’inoubliable.
« J’ai été bercé par la musique de Stan Tohon quand j’étais encore enfant en Côte d’ivoire parce que mes parents jouaient sa musique à la maison », a souligné l’artiste béninoise Faty. « Sa musique continuera de nous bercer », ajoute-t-elle.
De son vivant Stan Tohon, a aussi été sujet de critiques et plusieurs insinuations. Selon son ami Bobo D, « beaucoup de gens disaient des choses qui n’étaient pas vraies ». Il cite en exemple sa consommation de la viande de porc où les rumeurs circulaient qu’il mangeait un porc entier, ce qui n’a jamais été vrai, surtout qu’il est devenu par la suite musulman.
Bobo D fait savoir que les rumeurs circulaient aussi qu’il mangeait également trois plateaux d’œufs ou pire qu’il est l’auteur du décès de l’artiste Riss Cool. Ce qui n’est pas vrai.
Lors de sa dernière scène au Fitheb, (Festival International de Théâtre du Bénin) à Cotonou, Stan Tohon a répondu à ceux qu’il appelle les ‘’Kpakpato’’.

Un héritier du Tchink Sytem

Au cours de sa 4ème édition de Fine Tchink music festival en décembre dernier, Tohon a désigné un héritier, le jeune Prince Guedessi.
« Tohon Stan pour moi est une idole, j’ai commencé par faire sa musique le Tchnik System tout en le trichant, en regardant comment il fait sa musique. La majorité de mes inspirations vient de ce qu’il fait, vient de ce qu’il chante. Donc, il est pour moi le repère de tout ce que je fais. Il m’a beaucoup aidé (...), c’est lui qui me montre beaucoup de choses dans ma carrière musicale », raconte Prince Guedessi tout en mentionnant qu’ils avaient beaucoup de projets ensemble.
« Le 08 décembre passé lors de la 4ème édition de son festival de musique, on était ensemble sur la même scène c’était le jour-là qu’il m’a nommé Dauphin du Roi du Tchink System Stan Tohon », a-t-il affirmé.

Stan Tohon, porté à sa dernière demeure ce samedi

La mort de cette figure emblématique des musiques populaires est une grande perte non seulement pour la nation béninoise mais aussi pour l’Afrique et même au-delà du continent.
Selon le programme, les obsèques du grand icône démarrent ce vendredi 05 avril 2019.
Le retrait du corps à la morgue Proci est prévu dans la matinée de ce vendredi suivi de deux escales dans les maisons maternelle et paternelle du défunt à Cotonou. Après cela, le corps sera conduit au palais des sports du Stade de l’amitié Général Mathieu Kérékou, des hommages officiels lui seront rendus toute la soirée, suivie d’une veillée artistique.
Le samedi 06 avril à 9h, les prières musulmanes seront dites suivies de l’office religieux catholique. Au terme de ces prières, la dépouille sera conduite dans sa dernière demeure au Palais du Tchink System à Hêvié, dans la commune d’Abomey-Calavi.
L’artiste ne meurt jamais. Que son âme repose en paix.

Akpédjé AYOSSO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 avril 2019 par Dg24h


Liste des 81 points focaux communaux retenus par la CENA


19 avril 2019 par Dg24h
Par décision N°0043/CENA/PT/VP/CB/SEP/SP en date du 11 avril 2019, la (...)
Lire la suite

La dépouille de Soulé Dankoro à Cotonou jeudi prochain


19 avril 2019 par Dg24h
Le colonel Soulé Dankoro est décédé il y a quelques jours à Mayotte, un (...)
Lire la suite

Le processus électoral suit son cours


19 avril 2019 par Dg24h
La campagne électorale pour les législatifs est lancée depuis le vendredi (...)
Lire la suite

Cartes topographiques et base de données numériques remises au (...)


19 avril 2019 par Dg24h
Les représentants de l’Union européenne (UE) et du Programme des (...)
Lire la suite

Les manifestants dispersés par la police


19 avril 2019 par Dg24h
Les anciens présidents Boni Yayi et Nicéphore Soglo se sont rendus au (...)
Lire la suite

Yayi et Soglo tentent d’embarquer les femmes de Dantokpa


19 avril 2019 par Dg24h
Quelques heures après l’appel des têtes couronnées, sages et notables (...)
Lire la suite

Sages et notables invitent les citoyens au scrutin du 28 (...)


18 avril 2019 par Dg24h
Alors que l’ex-président Boni Yayi a exhorté ce jeudi 18 avril 2019, (...)
Lire la suite

Les raisons de l’interpellation du journaliste Casimir Kpédjo


18 avril 2019 par Dg24h
Arrêté dans la matinée de ce jeudi 18 avril 2018 par des agents de la (...)
Lire la suite

Le ’’Front démocratique du salut’’ est né


18 avril 2019 par Dg24h
Le ’’Front démocratique du salut’’ (Fds), c’est le nom de la nouvelle (...)
Lire la suite

ISOCEL SA révolutionne l’accès à Internet au Bénin


17 avril 2019 par Dg24h
Le Directeur général de ISOCEL SA a procédé ce mardi 16 avril au (...)
Lire la suite

D’importantes mesures pour soulager les pèlerins


17 avril 2019 par Dg24h
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Coordonnateur (...)
Lire la suite

Ce qu’il faut savoir de la politique sociale du gouvernement


17 avril 2019 par Dg24h
Au terme des trois ans de gestion du pouvoir d’Etat, le président (...)
Lire la suite

Des recrutements au profit des forces aériennes


17 avril 2019 par Dg24h
Le conseil des ministres de ce mercredi 17 avril a décidé du recrutement (...)
Lire la suite

José Tonato sur le site de construction de la nouvelle caserne (...)


17 avril 2019 par Dg24h
Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier (...)
Lire la suite

« Le jeudi du service public » lancé dès demain


17 avril 2019 par Dg24h
Après AskGouvBenin, la direction de la communication à la présidence de (...)
Lire la suite

Patrice Talon réconcilie les frères musulmans


16 avril 2019 par Dg24h
Le président de la République, Son Excellence Patrice Talon a tenu ce (...)
Lire la suite

ISOCEL lance la 1 ère phase de déploiement de son réseau en fibre (...)


16 avril 2019 par Dg24h
ISOCEL lance officiellement la 1ère phase de déploiement de son réseau (...)
Lire la suite

143 localités et 31 600 ménages impactés de 2016 à 2019


16 avril 2019 par Dg24h
« Fournir à chaque Béninoise et à chaque Béninois, particulier ou acteur (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information