vendredi, 20 avril 2018 •

106 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Assainissement des finances publiques et modernisation

Qui a peur des réformes de Romuald Wadagni ?

(Le jeune ministre n’en démord point…)




Romuald Wadagni fait-il peur à certains milieux économico-politiques et financiers ? On pourrait l’affirmer, vu le tollé que continue de soulever les réformes courageuses engagées dans la gestion des finances publiques, particulièrement la croisade contre la fraude fiscale, les détournements et le gaspillage des fonds publics. Une politisation à outrance du débat par ceux qui craignent les réformes et tentent d’en détourner l’opinion publique sur leur bienfondé ne le décourage point. Le gouvernement tient bon, et le ministre poursuit sa croisade de moralisation et de bonne gestion des ressources publique. Affaire à suivre…

Chris Yao "L’Autre Quotidien" .

Malgré les critiques dont certaines peuvent être qualifiées de mauvaise foi, le gouvernement sous la houlette du ministre des Finances et de l’Economie, Romuld Wadagni, tient tête à certaines milieux économiques et politiques habitués par le passé à vivre de pratiques financières et économiques peu orthodoxes qui les enrichissent illicitement, tout en privant l’économie des ressources dont elle a énormément besoin pour tenir le pari de sa relance fulgurante, de sa croissance et de sa prospérité partagée pour toutes les couches de la société béninoise.
Ces pratiques sur fond de mauvaise gestion des sociétés d’Etat, de détournement des ressources consacrées à des projets vitaux pour le développement du pays, ont longtemps handicapé les énormes ressources mises à la disposition du peuple béninois, soit grâce à la richesse nationale, soit par les contributions financières des partenaires au développement. On se souviendra du scandale retentissant de détournement des fonds hollandais consacrés aux forages en faveur des populations, le dossier machines agricoles, la mauvaise gestion du projet de la centrale électrique de Maria Gléta… Des financements sur lesquels des milliards ont été dilapidés. L’impunité était devenue une règle de gestion qui autorisait et encourageait toutes les dérives financières. Sans oublier la propension aux gaspillages des devises publiques à des dépenses de prestige pour le train de vie de l’Etat. Dans le même temps, les mauvaises pratiques se sont installées au niveau de la rentrée des ressources douanières comme fiscales, intronisant en « norme » les fraudes qui appauvrissent les finances publiques, et réduisent les capacités de réaliser d’importants investissements publics, alors même qu’elles font perdre de crédit au Bénin auprès des bailleurs de fonds et partenaires au développement. Elles prolongent et aggravent la misère du peuple.
Imposer la bonne gouvernance financière : mettre fin à l’impunité.
En arrivant au pouvoir en avril 2016, et en choisissant un jeune ministre à l’esprit orthodoxe et moderne, Patric Talon a juré de donner un coup de pied dans la fourmilière de la corruption, du détournement, de la mauvaise gouvernance financière et surtout de l’impunité. Ces maux se sont érigés en règles chez bien des fonctionnaires, cadres et personnalités politiques du pays, ainsi que certains milieux des affaires qui en profitaient.
Le gouvernement de la rupture, depuis son installation, a exprimé tout de suite ses ambitions avec la révélation de son programme d’action, le PAG, dans le quel sont inscrits, 45 projets phares. Pour atteindre ses objectifs, il était donc important pour le gouvernement de mobiliser les ressources, surtout financières, nécessaires. Même si l’évolution du contexte économique a fait revoir les réalisations et le budget à la baisse, les ambitions n’en demeurent pas moins les mêmes.
Dans sa politique de mobilisation de ressources pour sortir le pays de son immersion totale dans le marasme et le remettre à flot, le gouvernement à travers le ministère des finances, a entamé une série d’audits et de redressements fiscaux afin de voir clair dans les recettes et dépenses de l’Etat et de lutter contre la corruption, la fraude et les abus de finances publiques.
Il s’agit de ramener ces finances publiques à un meilleur état de gestion, en commençant par un certains nombre de mesures « radicales » : la suppression des marchés gré à gré dans les ministères, la suppression d’avantages financiers anomaux accordés à un certain nombre de cadres, de fonctionnaires, pour réduire le train de vie de l’Etat ; les audits effectués dans les secteurs clés comme le coton, avec la Sonapra, les véhicules d’occasions avec SEGUB, ou encore le secteur des micro-finances avec celui effectué au FNM(Fonds national de micro-finances).
Romuald Wadagni, le ministre des finances, ne s’est pas arrêté en si bon chemin. Dans le rapport d’évaluation de la république du Bénin par le mécanisme d’évaluation par les paires (2008), il a été signifié que l’un des services les plus touchés par la corruption, est celui des impôts. Et le gouvernement a décidé de ne pas faire de cadeau aux fraudeurs, fussent-ils apparemment « intouchables ». Et cela fait mal à certains et les conduits à des amalgames.
Le jeune ministre est convaincu que c’est par l’éradication de ses mauvaises pratiques que le pays, souffrira du point de vue de ceux qui entretenaient et profitaient de cette manne nuisible, mais sortira grandi et fort pour faire le saut décisif de l’émergence économique. Wadagni poursuit donc l’assainissement et la modernisation de la gestion des finances publiques, mais a besoin de la juste compréhension de ses compatriotes, en dépit des manœuvres de sape de ses réformes, par certains milieux qui refusent ou craignent les conséquences de la rigueur contre leurs turpitudes du passé. « To be or not to be », si le Bénin veut franchir le pas décisif et sortir des éternels recommencements, ses fils honnêtes doivent tendre une main solidaire au Romuald Wadagni et au gouvernement de la rupture. Si on n’aime pas ce régime, tout au moins sur ce point, il faudra que les Béninois, en toute honnêteté et en toute conscience et responsabilité, saluent ce courge de réformer.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

11 septembre 2017 par Dg24h



Le Bénin et le Rwanda seront les seuls pays africains à bénéficier du (...)

9 avril 2018 par La Rédaction
Le Bénin et le Rwanda, seront les deux seuls pays africains à bénéficier (...)
Lire la suite

Le point de la récente mission du FMI au Bénin

31 mars 2018 par Dg24h
Les Services du FMI achèvent leur mission de revue de l’accord au titre (...)
Lire la suite

La campagne de commercialisation des noix d’anacarde lancée à (...)

16 mars 2018 par Dg24h
La campagne de commercialisation 2017-2018 des noix d’anacarde a été (...)
Lire la suite

L’Afrique subsaharienne francophone demeure le moteur de la croissance (...)

10 février 2018 par Dg24h
En 2017, et pour la cinquième fois en six ans, l’Afrique subsaharienne (...)
Lire la suite

Zul-Kifl Salami vient à la rescousse du Gouvernement

6 février 2018 par Dg24h
« Nous ferons de notre mieux pour que le Bénin ne perde pas le (...)
Lire la suite

Le DG de la CAA Dieudonné Dahoun limogé

5 février 2018 par Dg24h
Le Directeur Général de la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA) aurait (...)
Lire la suite

Le Budget de l’Etat 2018 voté par une majorité de 61 députés

21 décembre 2017 par Dg24h
Les députés à l’Assemblée Nationale viennent de donner leur quitus pour le (...)
Lire la suite

Cessation des activités GSM de Glo Mobile Sa au Bénin

19 décembre 2017 par Dg24h
La Société Glo Mobile Bénin Sa n’a plus le droit d’exploiter sa licence (...)
Lire la suite

Le port d’Anvers prend la gestion du Port Autonome de Cotonou

13 décembre 2017 par Dg24h
La délégation de la gestion du port entre dans sa phase active. Le (...)
Lire la suite

La Banque mondiale apporte son appui aux efforts du gouvernement

30 novembre 2017 par Dg24h
Un nouveau crédit de 40 millions de dollars va permettre de renforcer (...)
Lire la suite

PETROLIN demeure l’unique concessionnaire du chemin de fer, et des (...)

23 novembre 2017 par Dg24h
Le 29 Septembre 2017 la Cour suprême a rétabli Monsieur Samuel Dossou (...)
Lire la suite

Les derniers obstacles pour la construction du Port Minéralier de Sèmè, (...)

23 novembre 2017 par Dg24h
Les travaux de construction du port pétrolier, minéral et commercial en (...)
Lire la suite

Le collectif des acteurs de la filière anacarde voit le jour

26 octobre 2017 par Dg24h
Le Bureau Exécutif National du Collectif des Acteurs Portuaires de la (...)
Lire la suite

Une analyse des disparités spatiales du développement économique au (...)

26 octobre 2017 par Dg24h
Un nouveau rapport du Groupe de la Banque mondiale, intitulé Géographie (...)
Lire la suite

Le forum économique de Porto-Novo au cœur d’une rencontre

18 octobre 2017 par Dg24h
Le maire de la ville de Porto-Novo, Emmanuel Zossou a reçu à son cabinet (...)
Lire la suite

Dossou Samuel retrouve ses droits sur le chemin de fer Cotonou (...)

29 septembre 2017 par Dg24h
La Chambre Judiciaire de la Cour Suprême de la République du Bénin (...)
Lire la suite

L’Etat sauve la Baic

29 septembre 2017 par Dg24h
Le gouvernement béninois a décidé de reprendre la Banque Africaine pour (...)
Lire la suite

La BOAD finance la construction de Marriott Hotels & Resorts Benin (...)

15 septembre 2017 par Dg24h
7,4 milliards de fcfa, soit 14 millions US $, comme fiancement (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER RADIO HÉMICYCLE


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires