mardi, 23 octobre 2018 •

261 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Pourquoi limiter à trois le nombre des partis politiques




(Par Roger Gbégnonvi)

​L’opinion publique béninoise manifeste une vague de fond en faveur d’une limitation drastique du nombre des partis politiques. Mais cette vague n’est pas déferlante, elle hésite, elle se retient, comme si l’on manquait d’arguments sérieux pour justifier un élan que l’on sent noble. Voir donc les ordres catholiques. Ils ont un principe sacré : jamais un, rarement deux, toujours trois. Car à partir de trois, on fait communauté et force. Car Dieu est Trine, c’est à Trois qu’Il fonde et tient l’univers. Car les Béninois tiennent pour vérité indépassable que ‘‘jamais ne se renverse la marmite sur un foyer à trois cônes portée.’’ Solidité et solidarité de la trinité. Voilà qui amène le Bénin à s’en tenir à trois partis politiques au maximum. Débarrassés du corset du PRPB, nous avons exprimé le besoin de nous défouler et avons obtenu que la Conférence Nationale nous laissât aller, nous laissât faire. A bride abattue, nous avons déployé notre liberté retrouvée en multipliant les partis comme les souris font des portées. Or voici le temps de savoir raison garder pour entrer dans les rangs.
​Entrer dans la cour des grandes démocraties qui n’offrent de spectacle que celui de deux grands partis politiques : l’un dévoué à conserver au présent les acquis du passé, l’autre décidé à prendre le risque de nouveaux acquis au futur. Entre conservateurs et progressistes existe, ou survient de temps en temps, un troisième parti, petit poucet, dont le rôle consiste presque toujours à arbitrer entre les deux grands partis pour qu’ils n’en viennent pas à des renvois d’ascenseur préjudiciables à la démocratie. Trois partis politiques au maximum. Car il n’est pas vrai qu’il puisse y avoir pour un pays, pour une nation, une foule de directions politiques possibles, exprimées au Bénin par des partis qui se distinguent entre eux par leurs noms qui se ressemblent et par leur appartenance ethnique ou clanique.
​Or, pour qui peut lire notre histoire politique sur le temps long de 58 années, depuis 1960, le Dahomey-Bénin, par monts et par vaux, par compromis et compromissions pour éviter le pire de la guerre civile, marche, cahin-caha, vers son unité pour aboutir un jour à faire nation. Le peuple béninois a accentué ce désir d’unité et de nation lorsque, en 2006, il a crédité dès le premier tour son futur président de 34% des suffrages exprimés, lorsque, en 2016, il a crédité au second tour son nouveau président de 65% des suffrages exprimés. Ainsi, par deux fois de suite, il a transcendé les clivages ethniques, régionalistes, claniques et familiaux, pour appeler à le diriger le candidat qui a su le convaincre qu’il pouvait tracer avec lui les sillons du développement. Il est juste et bon que la classe politique béninoise, qui n’est pas étrangère à ce désir d’unité et de nation, colle á présent totalement à ce désir.
​Pour l’instant, ce n’est pas le cas. Les minuscules partis politiques qui encombrent notre Parlement au travers de nos 83 députés reflètent des prurits qui cassent notre dynamique vers l’unité pour faire un jour nation. Elu sur une base fractionniste, le député, ‘‘représentant de la Nation toute entière’’, selon l’article 80 de notre Constitution, a tendance à se faire acheter, tout au long de son mandat, par le Chef de l’Exécutif. Comme le prix d’achat peut varier selon l’importance des lois à voter et selon les exigences des self-mis-à-prix, la marchandisation du mandat législatif nous a toujours fabriqué un Parlement dit à géométrie variable. De limiter donc légalement à trois le nombre des partis politiques nous fera un Parlement tout à fait lisible, démocratique et respectable, un Parlement qui ne sera plus un marché où les moutons bêlent à qui les achètera au prix le plus intéressant, un parlement qui contribuera ipso facto à faire avancer la lutte contre la corruption.
​La vérité, c’est qu’il n’y a que du bonheur à limiter à trois le nombre des partis politiques au Bénin. Il convient donc que nous allions vers cet objectif avec enthousiasme.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

1er septembre 2018 par Dg24h


Nos libertés menacées par les réseaux sociaux ?


20 octobre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Les dictatures n’ont pas peur de la liberté de (...)
Lire la suite

Quelles sont les liens entre : démocratie, État de droit et élections (...)


14 octobre 2018 par La Rédaction
Tout État de droit est-il démocratique, de quoi se nourrit le (...)
Lire la suite

La justice poursuit-elle réellement les innocents ?


11 octobre 2018 par Dg24h
Un innocent selon le dictionnaire est une personne qui n’est pas (...)
Lire la suite

Alfred de Vigny au service du Bénin


12 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Une famille béninoise plus que modeste dans le (...)
Lire la suite

Quelle justice pour les Béninois ?


4 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’expérience vécue – et non subie – atteste que (...)
Lire la suite

Assemblée nationale : Immunité déshonorable


26 juillet 2018 par Dg24h
Nos députés affectionnent le qualificatif ‘’honorable’’.Ce prédicat (...)
Lire la suite

Articles 15 et 31 de notre Constitution


7 juillet 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Une compilation d’Afize Adamon, réalisée à (...)
Lire la suite

La Constitution béninoise : un mal…bénin


4 juillet 2018 par Dg24h
Réunis en session plénière le lundi 04 juin 2018, les députés ont adopté (...)
Lire la suite

MEMOIRE DE CHAUDRON 1 à 100


3 juillet 2018 par Dg24h
L’ancien Conseiller technique à la communication du président Boni Yayi, (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 99


26 juin 2018 par Dg24h
Si le département de l’Atlantique a, de tous les temps, suscité (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 98


25 juin 2018 par Dg24h
J’arrivais à peine au passage à niveau de Houéyiho lorsque mon téléphone (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 97


24 juin 2018 par Dg24h
Mardi, douzième jour de campagne électorale. Une ambiance particulière (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 92


19 juin 2018 par Dg24h
Nous prîmes finalement la route du Mono vers 13 heures. Nous comptions, (...)
Lire la suite

Lettre ouverte aux Directeurs des entreprises de Téléphonie Mobile au (...)


18 juin 2018 par Dg24h
Messieurs les Directeurs Généraux des entreprises de téléphonie mobile au (...)
Lire la suite

Cour Constitutionnelle : ‘’djogbé’’ à Joseph


15 juin 2018 par Dg24h
Joseph Djogbénou devient donc le cinquième Président de notre Cour (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 89


5 juin 2018 par Dg24h
Yayi Boni naît à Tchaourou au début des années 50. Quatrième garçon de son (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 88


4 juin 2018 par Dg24h
Principal centre urbain du septentrion, la ville de Parakou offre un (...)
Lire la suite

Où allons-nous, fascinés par la mort ?


2 juin 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Selon Aimé Césaire, sur ‘‘le plus petit canton de (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information