dimanche, 19 août 2018 •

131 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Pourquoi Dieu a le dos large




(Par Roger Gbégnonvi)

​En Afrique, les théologiens, c’est-à-dire les geôliers de Dieu, le sont sur le mode occidental, côté Dieu de Jésus-Christ, sur le mode oriental, côté Allah, Dieu de Mahomet. Comme ils n’ont pas d’écriture au sens de canal de l’abstraction et de la science, aucun Dieu personnel, créateur du ciel et de la terre, n’a dicté aux Africains ni textes ni livres, dans lesquels il se serait enfermé lui-même, devenant ainsi accessible aux hommes et livré à leurs jeux intellectuels aux travers de verses et controverses, appelées théologie, science de Dieu. Comme les livres censés avoir été dictés par Dieu sur lui-même sont différents au point de s’opposer, les théologies se font dogmes pour s’imposer. Affrontements garantis.
​De fait, l’histoire de l’humanité, lue à l’aune de l’Afrique sans version écrite d’un Dieu unique, offre l’image d’un Dieu encagé devenu enragé. Il ne demanderait qu’à se dégager des entraves de l’écriture. A la recherche de sa liberté, Dieu encagé rend fous furieux ceux qui l’ont incarcéré. Les coups de tête, de poing et de griffes dont il assène les pages des gloses et entre gloses entassées sur son nom font s’entrechoquer les deux ou trois livres-prisons, et le choc produit des étincelles incendiaires, comme lorsque dans le ciel deux nuages se cognent et se disputent le passage. Les nuages dogmatiques sont redoutables ; ils produisent des éclats d’obus, des bombardements, des égorgements, et même des ‘‘tu es voilée ou violée’’, car par ailleurs, toutes les théologies ont la gent féminine dans leur viseur.
​Après avoir lu ‘‘Le Manuel des Inquisiteurs’’, qu’il qualifie d’ ‘‘excellent ouvrage’’, Voltaire écrit ce qu’il en pense à son ami d’Alembert le 10 février 1762 : ‘‘Les hommes ne méritent pas de vivre puisqu’il y a encore du bois et du feu et qu’on ne s’en sert pas pour brûler ces monstres dans leurs infâmes repaires.’’ Certes, le philosophe du XVIIIème siècle est dans le registre de l’ironie et du cynisme pédagogique. Et il est vrai qu’au XVIème siècle, les cardinaux de la Sainte Inquisition avaient fait plaisir à Dieu en brûlant moult chrétiennes et chrétiens soupçonnés de s’être écartés de la ligne théologique officielle. Les cardinaux sont-ils sûrs d’avoir éradiqué tous les ‘‘monstres’’ ? D’ailleurs, l’épuration se poursuit au XXIème siècle, où l’on peut tuer des gens réunis pour se réjouir, parce qu’il est une version de Dieu qui n’aime ni danse ni cinéma, qui n’aime pas voir les genoux des femmes ni leur visage. Le 1er mai 2018, des Centrafricains ont tué et blessé les leurs parce que deux camps fraternels vénèrent Dieu différemment emprisonné. Ô analphabètes, à qui Dieu n’a rien dicté ! Peu importe : ils s’entretuent sur fond des verses et controverses écrites par d’autres sur Dieu.
​Si l’humanité libérait Dieu des entraves de l’écriture, il ne lui resterait que la moitié de ses malheurs à soigner. Mais pour libérer Dieu, il faudrait revenir aux fondamentaux de l’homme face au Divin Pluriel qui n’est commensurable à rien, mais pressenti dans l’infini des dunes du désert, dans l’infini des vagues de la mer, dans l’infini des rayons éclairants et vivifiants du soleil, dans l’insondable du cœur de l’homme capable d’amours splendides et de haines sépulcrales. Intimidé cependant par les étoiles, l’homme humble de cœur s’incline devant des objets sans grande signification pour rendre hommage à la Grande Signifiance.
Cette humilité des simples gens est une humiliation pour ceux que Mahomet appelle ‘‘les gens du Livre’’. Ils se sont servis de la vertu magnifique de l’écriture pour donner corps au concept Dieu, l’emmurer ensuite comme un fétiche pour lui faire suinter la peur et le tremblement. Dieu est gardé en prison parce que les fabricants de religions, de dogmes et d’armes, les sacristains et les muezzins, tous font du concept Dieu leur beurre raffiné ou grossier, Dieu différemment encagé dans deux ou trois livres différemment écrits par des peuples aux coutumes différentes. Ce Dieu sert à tout et à n’importe quoi : il a le dos large.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 mai 2018 par Dg24h



Richard Boni Ouorou lance une campagne médiatique

16 août 2018 par La Rédaction
Fidèle aux valeurs et principes qu’il défend, Richard Boni Ouorou (...)
Lire la suite

Alfred de Vigny au service du Bénin

12 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Une famille béninoise plus que modeste dans le (...)
Lire la suite

Quelle justice pour les Béninois ?

4 août 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’expérience vécue – et non subie – atteste que (...)
Lire la suite

Abbaye de Thélème ou Hôpital de Zone ?

14 juillet 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) Du 29 mars 2017 au 28 avril 2017, un contrôle (...)
Lire la suite

Articles 15 et 31 de notre Constitution

7 juillet 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Une compilation d’Afize Adamon, réalisée à (...)
Lire la suite

La Constitution béninoise : un mal…bénin

4 juillet 2018 par Dg24h
Réunis en session plénière le lundi 04 juin 2018, les députés ont adopté (...)
Lire la suite

Pourquoi la Céna est née d’une fausse évidence

27 juin 2018 par La Rédaction
L’interview accordée à la presse béninoise par Richard Boni Ouorou, expert (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 99

26 juin 2018 par Dg24h
Si le département de l’Atlantique a, de tous les temps, suscité (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 98

25 juin 2018 par Dg24h
J’arrivais à peine au passage à niveau de Houéyiho lorsque mon téléphone (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 94

21 juin 2018 par Dg24h
L’événement politique majeur dans la géopolitique nationale béninoise fut (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 92

19 juin 2018 par Dg24h
Nous prîmes finalement la route du Mono vers 13 heures. Nous comptions, (...)
Lire la suite

Lettre ouverte aux Directeurs des entreprises de Téléphonie Mobile au (...)

18 juin 2018 par Dg24h
Messieurs les Directeurs Généraux des entreprises de téléphonie mobile au (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 90

6 juin 2018 par Dg24h
L’agglomération de Tchaourou est le coeur administratif de la commune du (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 89

5 juin 2018 par Dg24h
Yayi Boni naît à Tchaourou au début des années 50. Quatrième garçon de son (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 88

4 juin 2018 par Dg24h
Principal centre urbain du septentrion, la ville de Parakou offre un (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 82

29 mai 2018 par Dg24h
Dans le cadre d’une élection présidentielle, il est judicieux de traiter (...)
Lire la suite

Mémoire du chaudron 81

28 mai 2018 par Dg24h
Natitingou la belle ! Je ne sais plus à quand remonte mon premier (...)
Lire la suite

Bounty Vs Bledard : le choc culturel des jeunes Noirs de (...)

20 mai 2018 par Dg24h
« Ma sœur tu es trop belle, wallahi. On va MANGER un CAFÉ ». Disait (...)
Lire la suite

Mon Compte


Vous n'avez pas encore de compte ?

Créer un compte

Articles PREMIUM

ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires