mercredi, 17 octobre 2018 •

160 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Pour que soit prospère le Bénin demain




(Par Roger Gbégnonvi)

Nos évêques aussi se sont émus de la pauvreté et de la misère dont se plaint tout notre pays. C’était à leur assemblée du 22 au 23 octobre 2017 : ‘‘Beaucoup de Béninoises et de Béninois vivent dans l’angoisse permanente de ne plus être en mesure d’assurer les besoins essentiels de leurs familles. Une situation qui n’est pas de nature à favoriser la cohésion sociale, gage de tout développement.’’ Cet extrait résume assez bien leur propos.
​L’évidence de la misère constatée après 57 ans d’une indépendance octroyée, il reste à remonter un peu loin dans le temps pour essayer de savoir pourquoi nous en sommes là aujourd’hui et si nous pouvons détecter ce qu’il faut corriger pour que soit prospère le Bénin demain. Un peu loin dans le temps, c’est, par exemple, en 1940, quand il n’y avait pas un million de Dahoméens, qu’il y avait assez à manger pour tous, que les parents, même pas riches, pouvaient envoyer leurs enfants à l’école, que tout allait bien sur des rails d’insouciance inconsciente. Le colonisateur tenait le gouvernail, et l’on n’avait qu’à se laisser mener. Devenus soi-même ‘‘meneurs’’ en 1960, on continua du même train, sans prêter attention aux problèmes qui commençaient á se poser, et dont l’accumulation conduira au énième coup d’Etat du 26 octobre 1972, dont la proclamation se termina en fanfare : Révolution ! En son nom, on rendit l’insouciance consciente en tout nationalisant pour donner un emploi à tout Béninois détenteur d’un diplôme. Ledit emploi se résumait parfois à une chaise allouée au dénommé agent permanent de l’Etat. Il venait s’y tourner les pouces et attendre son salaire mensuel dans la ‘‘société où il fera bon vivre pour tous et pour chacun’’. Nous célébrions encore ce Jardin d’Eden du futur lorsque la Révolution se retrouva en zone de faillite aigüe. En 1989, elle fit appel au FMI pour sauver les meubles. Accompagné de la Banque mondiale, le FMI imposa le premier Programme d’Ajustement Structurel (PAS). Privatisation du secteur économique encore viable, dégraissage drastique de la fonction publique, etc., etc. Pour ne pas mourir de faim, des fonctionnaires jetés à la rue utilisaient leurs motos comme taxis (bricolage imaginé par des vies en péril), pendant que des mamans, pour continuer à nourrir enfants et papa jeté à la rue, se faisaient, ponctuellement et discrètement, péripatéticiennes. Par leur courage, ces mamans sauvaient leurs familles.
​Survol rapide de notre longue insouciance (in)consciente. Parti – arbitrairement – de 1940 pour s’arrêter avec le coup de sifflet du FMI en 1989, ce survol indique une double correction à opérer pour que soit prospère le Bénin demain. 1-. Le passage de moins d’un million d’habitants à 11 millions environ a fait reculer les terres arables. Malgré cela, nos paysans sont restés en général analphabètes et rivés à la houe de Mathusalem. Il n’y a plus assez à manger pour tous. Nous devons donc maîtriser la natalité. Si nous sommes sûrs de pouvoir élever trois enfants – ce qui s’appelle élever –, nous n’en appellerons que deux au monde pour être très sûrs de pouvoir garantir, sur le long terme, leur bien-être en même temps que celui du couple. C’est une question de responsabilité personnelle. 2-. D’ajouter l’enseignement de l’anglais à celui du français ne nous éclaire pas plus. La lumière pour tous et pour chacun, c’est l’écriture mise à la portée de tous les Béninois dans toutes nos langues maternelles, quitte à ce que le Béninois Untel se serve de l’écriture acquise dans sa langue maternelle pour s’approprier l’univers chinois ou swahili, s’il juge que c’est l’un ou l’autre qui assurera ici et maintenant son bien-être individuel. Responsabilité personnelle encore.
​Tant et si bien qu’il revient à l’Etat un devoir fondateur, celui d’ancrer dans le mental des citoyens l’impératif de la responsabilité personnelle. C’est grâce à cet impératif assumé qu’il fera bon vivre pour tous et pour chacun pour que soit prospère le Bénin demain.

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

4 novembre 2017 par Dg24h


Frères et sœurs béninois gagnés à Dieu


13 octobre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Depuis leur adhésion récente au Dieu sauveur, des (...)
Lire la suite

La CRIET, pour aujourd’hui et demain


11 octobre 2018 par Dg24h
Installée le 27 août 2018, la Cour de Répression des Infractions (...)
Lire la suite

Aléas du sodabi au Dahomey-Bénin


6 octobre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Avalé d’un coup sec dans le plus petit verre. Il (...)
Lire la suite

Talon, Obama, Franklin et Cie pensent-ils bien ?


15 septembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​‘‘Mon peuple périt, faute de connaissance’’, a dit (...)
Lire la suite

« Le peuple a faim ou les corrompus ont faim ? »


8 septembre 2018 par La Rédaction
Le peuple a faim. Oui, le peuple a faim. Mais dans quel pays le peuple (...)
Lire la suite

Quand le Nègre est par tous crucifié


8 septembre 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Au sortir d’un entretien avec le président (...)
Lire la suite

Aider Kérékou et Talon


16 juin 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Un Bénin dont les lettrés constituent un paquet (...)
Lire la suite

Editorial:Tension et Suspicion !


14 juin 2018 par Dg24h
Au nombre des lois votées ces dernières semaines, ily a le code pénal (...)
Lire la suite

Soglo à Baku et les migrants en filigrane


9 juin 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Le 17 mars 2018, à Baku, capitale d’Azerbaïdjan, (...)
Lire la suite

Tous accrochés à l’article 35


26 mai 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​L’article 35 de la Constitution du 11 décembre (...)
Lire la suite

Talon ou l’incompris


25 mai 2018 par Dg24h
La Rupture, le Nouveau départ pour un Bénin révélé. Un slogan ou une (...)
Lire la suite

Marie, Mère de l’Église !


22 mai 2018 par La Rédaction
Marie, Mère de l’Église ! Ce titre de la Vierge Marie est désormais (...)
Lire la suite

Jeunesse : responsabilités partagées !


11 mars 2018 par Dg24h
Faut-il toujours condamner la jeunesse face aux différents maux qui la (...)
Lire la suite

Editorial : Jeunesse sans boussole


4 mars 2018 par Dg24h
Cette semaine qui s’achève nous a rappelé qu’il y a 28 ans, que s’est (...)
Lire la suite

Et si chaque Béninois se faisait Ahomadègbè ?


3 mars 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​On ira au médecin-dentiste, Justin Tomêtin (...)
Lire la suite

Salaires politiques et pédagogie christique


10 février 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Ce fut, hélas, la détestable pédagogie béninoise (...)
Lire la suite

Pourquoi l’Afrique bavarde et n’a pas de génie


3 février 2018 par Dg24h
(Par Roger Gbégnonvi) ​Certains Béninois, sortis de prison, disent, (...)
Lire la suite

Editorial :Niveaux de Responsabilité !


20 janvier 2018 par Dg24h
Face aux différentes situations de crise qui s’observent sur le plan (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information