mardi, 13 novembre 2018 •

72 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Lancement du rapport mondial 2017 de Amnesty International

Plus de la moitié des pays du monde ont complètement aboli la peine de mort




La peine de mort dans le monde. Amnesty International s’en préoccupe au quotidien. C’est à travers une conférence de presse ce jeudi 12 avril 2018, que les responsables de cette organisation au Bénin ont procédé au lancement de leur rapport mondial 2017.

Condamnations à mort et exécutions. C’est le titre du rapport 2017 de Amnesty International. Faisant état d’une avancée dans le cas de l’abolition de la peine de mort sur l’échelle mondial, Amnesty International salue les performances en 2017. Selon le rapport, l’Afrique subsaharienne représente « une lueur d’espoir « dans un contexte de baisse à l’échelle mondial du nombre d’exécutions et de sentences capitales. La Guinée est devenue le 20ème Etat abolitionniste avec le nombre de sentences capitales considérablement en baisse. Le Kenya ayant supprimé le recours obligatoire à ce châtiment, le Burkina Faso et le Tchad quant à eux ont pris des mesures de suppression en adoptant de nouvelles lois où en déposant des projets de lois dans ce sens. Selon le secrétaire général d’Amnesty International, Salil Shetty, « du fait des progrès enregistrés en Afrique Subsaharienne, cette région continue de représenter une source d’espoir en ce qui concerne l’abolition ». Ainsi les progrès enregistrés en Afrique Subsaharienne en 2017 sont représentatifs des tendances positives relevées dans le reste du monde. 993 exécutions dans 23 pays en 2017, soit 4% de moins qu’en 2016. Les méthodes d’exécution utilisés en 2017 à travers le monde sont entre autres, la décapitation, la pendaison, le peloton d’exécution, l’injection létale. En Iran, au moins 31 exécutions ont lieu en public. Le nombre d’exécutions et de peines de mort recensées à travers le monde a diminué, après les hausses record de 2016.

Des chiffres qui parlent

2591 condamnations à mort dans 53 pays en 2017. Une baisse notable par rapport à 2016 où 3117 cas ont été enregistrés. Selon le rapport de Amnesty International, ces chiffres excluent ceux de la chine où des milliers de sentences capitales sont prononcées mais relèvent toujours du secret d’Etat. Tout comme la Guinée, la Mongolie a rejoint les pays abolitionnistes qui portent le nombre à 106 en 2017. Le nombre de pays ayant aboli la peine de mort en droit commun ou en pratique est passé à 142. Quinze pays ont prononcé des peines capitales ou exécuté des personnes pour des infractions liés aux stupéfiants, en violation des dispositions du droit international. La Chine, l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Irak et le Pakistan sont venus en tête avec des exécutions alliant de milliers à plus d’une soixantaine en 2017. Quant aux Etats comme, le Bahreïn, les Emirats Arabes unis, la Jordanie et le Koweït, les exécutions ont repris. 55 prisonniers condamnés à mort ont été innocentés dans six pays à savoir la Chine, les Etats Unis, la Maldives, le Nigéria, le Taïwan et la Zambie. En Iran, cinq personnes au moins ont été exécutées alors qu’elles étaient âgées de moins de 18 ans. « Même si des avancées ont été réalisées en direction de l’abolition de cet ignoble châtiment, une poignée de dirigeants continuent de vouloir l’utiliser à titre de solution expéditive au lieu de régler les problèmes à la source avec des politiques humaines, efficaces et reposant sur des informations factuelles. Les véritables dirigeants appliquent la justice pas la peine de mort », explique le secrétaire général. Selon le rapport de Amnesty International, 21919 personnes se trouvent sous le coup d’une sentence capitale à l’échelle mondiale. « Au cours des 40 dernières années, nous avons assisté à un énorme changement allant dans le bon sens en ce qui concerne le recours à la peine de mort à travers le monde, mais il est nécessaire de continuer d’intervenir de toute urgence pour mettre fin à cette abominable pratique que constituent les homicides commis par l’Etat », souligne Salil Shetty.

Au cours de la conférence de presse, plusieurs questions n’ont pas laissé indifférents les responsables de Amnesty International Bénin. Il s’agit de la méthodologie du travail, de la situation de vindicte populaire de plus en plus fréquente. Selon le directeur de Amnesty International Bénin, Fidèle Kikan, la méthodologie de travail est particulière. Les cas de condamnation à mort dont fait cas Amnesty International sont relatifs à des justiciables. Les gens qui sont officiellement condamnés à mort par la justice. Amnesty International ne prend pas en compte des exécutions de l’armée, les crimes divers. Le cas de la vindicte populaire n’est pas pris en compte non plus, puisque ce n’est pas la justice qui condamne. La situation au Togo n’a pas été occultée dans les questions. Le directeur de Amnesty International dira que les autorités ont intervenu pour dire qu’il n’en est rien pour le moment. Pour Fidèle Kikan, Amnesty International ne se lasse pas d’investiguer pour se situer afin de statuer. Dans certains pays d’ailleurs cette question de vindicte populaire existe mais Amnesty International ne pourra en tenir compte dans son rapport puisque ce n’est pas une justice qui a statué sur cela.
Il s’agit de rester vigilant de façon à ce qui la vindicte populaire et les crimes rituels soient reconnus comme criminalité dans le nouveau code.

Giscard AMOUSSOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

12 avril 2018 par Dg24h


Des insectes sèment la peur à N’Dali


12 novembre 2018 par Dg24h
Depuis quelques semaines, des insectes non identifiés jusque là sont (...)
Lire la suite

Wanep-Bénin et Giz renforcent les capacités des représentants de (...)


12 novembre 2018 par Dg24h
Les représentants de clubs spécialisés dans la lutte contre le (...)
Lire la suite

833 candidats affrontent les épreuves de Master ce lundi


12 novembre 2018 par Dg24h
Les premières épreuves des examens de Master débutent ce lundi matin. Ils (...)
Lire la suite

Le capitaine Dégbèssou en prison à Lokossa


10 novembre 2018 par Dg24h
Martial Dégbèssou, ancien régisseur de la prison civile d’Abomey, est en (...)
Lire la suite

La police neutralise un malfrat à Bohicon


10 novembre 2018 par Dg24h
Un malfrat a été mis hors d’état de nuire par les éléments de la police (...)
Lire la suite

La Cour d’appel effectue sa rentrée judiciaire


9 novembre 2018 par Dg24h
Une nouvelle année judiciaire s’est ouverte, ce vendredi 09 novembre (...)
Lire la suite

Des hommages à une personnalité qui a marqué son temps


8 novembre 2018 par Dg24h
Dans le cadre de la célébration du centenaire de naissance de Nelson (...)
Lire la suite

Les pays de la Cedeao veulent mutualiser leurs moyens pour (...)


8 novembre 2018 par Dg24h
Le ministre de l’énergie, Dona Jean-Claude Houssou a ouvert, ce jeudi 08 (...)
Lire la suite

Guillaume Attigbé présente les résultats des travaux


8 novembre 2018 par Dg24h
La seconde session ordinaire du Conseil national du dialogue social (...)
Lire la suite

Wilfried Igor Guédégbé prend les rênes du tribunal de Djougou


8 novembre 2018 par Dg24h
Le juge Wilfried Igor Guédégbé a été officiellement installé, ce mercredi (...)
Lire la suite

Un comptable de la circonscription scolaire de Kétou arrêté


8 novembre 2018 par Dg24h
L’un des comptables en service à la circonscription scolaire de Kétou a (...)
Lire la suite

Le régisseur de la prison limogé, les gardes mis aux arrêts


8 novembre 2018 par Dg24h
Le régisseur de la prison civile de Cotonou a été limogé, suite à (...)
Lire la suite

Luc Atrokpo signe l’accord de construction du siège de l’ANCB


7 novembre 2018 par Dg24h
Le président de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), Luc (...)
Lire la suite

Patrice Talon a foulé le sol norvégien ce mercredi


7 novembre 2018 par Dg24h
Le chef de l’Etat Patrice Talon a atterri dans l’après-midi de ce (...)
Lire la suite

Anjorin Moucharafou recouvre la liberté


7 novembre 2018 par La Rédaction
Après avoir purgé sa peine on recouvre la liberté. L’ancien président de (...)
Lire la suite

Les bénéficiaires auront bientôt leur carte d’identité biométrique


6 novembre 2018 par Dg24h
Le conseil des ministres de ce mardi 6 novembre 2018 a autorisé (...)
Lire la suite

Un mort, un blessé et de l’argent emporté


6 novembre 2018 par Dg24h
Un mort par balle perdue, un blessé grave et une importante somme (...)
Lire la suite

Les enjeux de l’Expo universelle pour l’Afrique en débat


6 novembre 2018 par Dg24h
Les membres du Club Press Café Médias Plus ont reçu, ce vendredi 2 (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information