mercredi, 17 octobre 2018 •

58 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Gestion du pouvoir d’Etat

Patrice Talon résolument engagé dans la lutte contre la corruption




Plus rien ne sera comme avant. Le chef de l’Etat, Patrice Talon et son gouvernement sont résolument engagés à mener une lutte implacable contre la corruption et, plus que jamais, déterminés à traquer jusque dans leurs derniers retranchements, les auteurs et complices de détournement de deniers publics et autres infractions connexes.

L’un des actes forts pris dans le cadre de cette lutte est le vote à l’Assemblée nationale de plusieurs lois à savoir, la loi sur l’enrichissement illicite, le code du numérique pour lutter contre la cybercriminalité, le nouveau code pénal. Ces lois ont été renforcées par la création du Tribunal spécial de lutte contre les infractions économiques et le terrorisme et autres.
Mieux, des audits ont été commandités et les personnes impliquées dans des affaires de malversations financières sont placées sous mandat de dépôt. La lutte contre la corruption a connu un essor historique cette semaine avec la levée d’immunité de trois députés cités dans de grands scandales financiers. Il s’agit de dossiers qui ont conduit à la perte de centaines de milliards de francs CFA à l’Etat béninois. Des mesures qui témoignent de l’engagement et de la volonté du chef de l’État à assainir l’administration publique.
Par le passé, plusieurs régimes ont fait preuve de laxisme et d’impunité. Sous le régime Kérékou, il y a eu les affaires Kovacs et Bcb, Amani Tidjani, Titan et autres.
Les fossoyeurs de l’économie nationale n’étaient nullement inquiétés et les ressources publiques étaient considérées comme la propriété d’un groupe d’individus qui en disposaient à leur guise. La corruption avait atteint tous les compartiments de l’Etat au point où, ‘’La cellule de moralisation de la vie publique’’ qu’il avait créée, n’a pu véritablement mener la lutte souhaitée.
Le président Boni Yayi, qui a succédé au général Kérékou, a aussi montré sa volonté et sa bonne foi de lutter contre la corruption et d’assainir les finances publiques. Mais très tôt, il fut rattrapé par les différentes affaires, les unes aussi graves et scandaleuses que les autres. La marche verte sur la corruption qu’il a organisée en juillet 2007, n’aura pas suffi pour changer la mentalité des cadres béninois animés par ce qu’on a appelé ‘’Ventrocratie’’ ou ‘’Adogocratie’’. Sa volonté de faire émerger le pays l’a poussé à lancer plusieurs projets de développement qu’il tenait coûte que coûte à suivre personnellement. Ce qui l’obligeait à être sur tous les fronts à la fois. Mais les cadres ont su le contourner. Son passage à la tête du pays, bien qu’étant marqué par la réalisation de certains projets jamais réalisés dans l’histoire du pays, a connu la multiplication de beaucoup d’« éléphants blancs », dissimulés çà et là sur l’ensemble du territoire national. Un mode de gouvernance populiste caractérisé aussi par le lancement des projets dont parfois, les financements ne sont pas bouclés.
Lorsqu’il lui arrivait de punir, ses sanctions n’étaient appliquées qu’aux responsables de la région méridionale du pays. Ceux de la zone septentrionale bénéficiant de sa couverture et sont protégés par les têtes couronnées du Nord auxquelles il avait un respect inouï.
La corruption au lieu d’être combattue, a connu un essor considérable avec à la clé, des nominations fantaisistes (l’homme qu’il faut, n’est plus à la place qu’il faut comme l’a voulu le peuple qui l’a élu), l’organisation des concours frauduleux, le régionalisme et le projet de révision de la constitution qu’il a initié, l’ont rendu très impopulaire à la fin de son mandat.

Lueur d’espoir

Devenu très impopulaire, il a opté pour le choix de Lionel Zinsou, un banquier d’affaires, nommé premier ministre pour lui succéder. Un choix que le peuple a combattu en optant pour l’arrivée au pouvoir de Patrice Talon, un opérateur économique qu’il a combattu et contraint à l’exil.
Un peu comme ses prédécesseurs, le chef de l’Etat, Patrice Talon a voulu faire de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Seulement, avec lui, la lutte aura été un peu différente.
Contrairement aux anciens présidents de la République, le nouveau locataire de la Marina a pris des lois et renforcé l’arsenal juridique du pays en matière de lutte contre la corruption. Outre le vote de plusieurs lois à l’Assemblée nationale, il a créé le Tribunal spécial de lutte contre les infractions économiques et le terrorisme.
La poursuite des auteurs de malversations financières ne relève plus exclusivement de la volonté du gouvernement à poursuivre les indélicats. Suivant les rapports de commissions d’enquêtes, la justice s’autosaisie des dossiers et engage les procédures contre les auteurs et leurs complices.
Une lutte stratégique qui mérite d’être saluée et pourra, si la justice n’est pas corrompue, relever un tant soit peu le défi de la lutte contre la corruption et l’impunité au Bénin.

F. Aubin AHEHEHINNOU

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

27 juillet 2018 par La Rédaction


L’Udbn, un parti qui fait école


16 octobre 2018 par Dg24h
Créé en octobre 2010 par Claudine Afiavi Prudencio alors ministre de (...)
Lire la suite

Le RND de Jean-Michel Abimbola officialise son appartenance au (...)


15 octobre 2018 par La Rédaction
Les militants et sympathisants du parti du Rassemblement national pour (...)
Lire la suite

Le PRD en congrès extraordinaire le 27 octobre


10 octobre 2018 par Dg24h
La Direction exécutive nationale du PRD, réuni le 9 octobre 2018, a pris (...)
Lire la suite

François Abiola adhère au Parti Républicain


8 octobre 2018 par Dg24h
Le Mouvement espoir du Bénin (MesB) du professeur François Abiola est (...)
Lire la suite

Le point des actions et perspectives dans l’enseignement supérieur


7 octobre 2018 par Dg24h
Dans un message adressé, ce dimanche 07 octobre 2018, aux acteurs des (...)
Lire la suite

« L’horizon est aujourd’hui dégagé et nous sommes sereins pour la suite » (...)


7 octobre 2018 par Dg24h
Invité sur l’émission Zone franche de ce dimanche, le directeur général (...)
Lire la suite

« La CRIET a compétence de connaître du dossier Ajavon » (Séverin (...)


2 octobre 2018 par Dg24h
Aucours d’une conférence de presse, ce mardi 02 octobre 2018, à Cotonou, (...)
Lire la suite

COMMUNIQUE DU PARTI UDBN


2 octobre 2018 par Dg24h
Il n’est un secret pour personne que dans le cadre de la recomposition (...)
Lire la suite

Malgré les invectives, Talon déroule son programme d’actions


2 octobre 2018 par La Rédaction
Ayant pris le pouvoir le 6 avril 2018, Patrice Talon a promis un Bénin (...)
Lire la suite

Achille Kangni et la jeunesse acquis pour Patrice Talon


30 septembre 2018 par Dg24h
Un nouveau mouvement politique fait sa sortie ce samedi dans la (...)
Lire la suite

Aucune disposition pour empêcher les femmes et les jeunes aux fonctions (...)


27 septembre 2018 par Dg24h
Les députés de la 7ème législature ont doté le Bénin d’un nouveau code (...)
Lire la suite

Ce qu’il faut savoir sur la réforme du système partisan et du code (...)


26 septembre 2018 par Dg24h
Comme promis, le chef de l’Etat Patrice Talon en accédant au pouvoir le (...)
Lire la suite

‹‹ Les positionnements se feront selon la capacité de chacun » (Aké (...)


23 septembre 2018 par Dg24h
Invité sur 90 mn au Bénin de ce dimanche 23 septembre 2018, l’honorable (...)
Lire la suite

L’audience sur le code électoral reportée au 02 octobre


21 septembre 2018 par Dg24h
Prévue pour ce vendredi 21 septembre 2018, l’audience de mise en l’état (...)
Lire la suite

L’UDBN de Claudine Prudencio adhère au bloc Dynamique unitaire


20 septembre 2018 par La Rédaction
La présidente du parti Union pour le développement d’un Bénin nouveau (...)
Lire la suite

L’opposition étale sa division au grand jour


17 septembre 2018 par Dg24h
L’opposition béninoise va s’illustrer une fois encore, par la division (...)
Lire la suite

Le PRD bien engagé dans la dynamique des grands blocs


17 septembre 2018 par Dg24h
« Le Parti du renouveau démocratique (PRD) est bel et bien engagé dans (...)
Lire la suite

L’USL d’Ajavon décide de soutenir la révision constitutionnelle


16 septembre 2018 par Dg24h
" L’USL est prête à aider à une révision de la constitution sans référendum (...)
Lire la suite

Sondage


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information