lundi, 18 février 2019 •

176 visiteurs en ce moment

FIL D'ACTUALITÉ

Journées Médias du Bénin

Modeste Toboula à cœur ouvert avec la population




Le préfet du Littoral, Modeste Toboula était avec les professionnels des médias pour discuter de l’actualité et des arrêtés préfectoraux qui nourrissent des polémiques. C’était le vendredi 4 mai 2019, à l’occasion des journées médias du Bénin.

« Le préfet du Littoral, Modeste Toboula face à la population de Cotonou ». C’est le thème choisi par les professionnels des médias pour entretenir les populations au cours des journées médias du Bénin sur les actions du préfet. Modeste Toboula a fait cas de la situation relative à l’arrêté préfectoral interdisant les manifestations des Egunguns à Cotonou. « C’est des occasions qui nous permettent d’expliquer un certain nombre de choses notamment les actes administratifs que nous prenons », explique-t-il. Pour le préfet, il ressort de ses prérogatives de prendre un certain nombre d’actes pour éviter des troubles à l’ordre public. « C’est du ressort de la police administrative. Il y a des situations de troubles qui s’observent », informe-t-il. M. Toboula souligne que des conflits naissent au quotidien entre les Egunguns et les populations. « Il y a des cas où c’est des Egunguns qui portent de coups aux citoyens, parfois c’est l’interdiction de circulation qu’ils imposent aux populations bien que leur sortie soit quadrillée par un certain nombre de règles qu’ils ont eux-mêmes établies en leur sein », explique Modeste Toboula. Parfois, ils ne s’entendent pas parce qu’il y a un clan qui autorise la sortie et l’autre refuse. Ce qui a obligé le préfet à prendre ses responsabilités. « J’ai dû prendre mes responsabilités en mettant un terme à cette situation. Dans la modernisation, il faut conserver ce qui est concevable. Il faut qu’ils respectent le dispositif réglementaire existant. Quand ils choisissent leur cadre de sortie, il faut qu’ils respectent. », martèle-t-il. Modeste Toboula pense qu’il faudra que chacun respecte un certain nombre de règles qui régissent les associations. « Aujourd’hui, le Egungun est commercialisé. La commercialisation n’est pas un problème mais ce sont les nuisances qui amènent des troubles qui sont indexées. Notre souhait est qu’ils s’entendent », souligne le préfet du Littoral. Il affirme que « c’est une mesure conservatoire. Dès qu’ils vont s’entendre, on verra comment réglementer ». Aussi ajoute-t-il, « nous voulons que nos religions endogènes soient des porteurs de notre identité culturelle. Notre culture doit être un élément de mobilisation d’énergie positive pour aller au développement. Nous sommes appelés à organiser le fonctionnement de ces cultes pour les vendre et avoir de l’argent ».

L’engagement

« J’ai été surpris par un certain nombre de comportements qui pensent maintenant que c’est une mesure de xénophobie. Si dans leur pays, ils sont rapatriés vers leur village, pourquoi le Bénin serait une poubelle des autres. Si nous voulons que notre ville soit citée dans les villes normales, il faut mettre de l’ordre », explique le préfet avec détermination. Selon lui, « la répression fait partie du mode normal de la vie ». En d’autres termes, le préfet du Littoral ne semble pas fléchit puisqu’il dira que « j’ai cet avantage de prendre des risques. Vous n’allez pas aboutir à un résultat si vous ne prenez pas des risques. Dès lors que vous prenez des décisions qui n’ont pas d’impact sur une corporation spécifique mais reste objective, il n’y a pas question d’avoir peur ». Quant aux menaces, il souligne que c’est au quotidien. « J’entends des menaces diverses. Il y a même qui m’ont dit je ne ferai pas 7 jours mais j’y suis », confie-t-il. Pour lui, « la mendicité est devenue une filière. Il y a des Béninois qui sont en connivences avec ces Nigériens où chaque soir, ils leur font des ristournes ». Pire le préfet fait savoir « qu’il y a des braqueurs qui sont parfois en complicité avec ces mendiants. Il y a des mendiants qui ont des devises sur eux en complicité avec les hors la loi ». Pour le moment, « ils sont environ 500 à être rapatriés ». Les dispositions sont mises en place selon Modeste Toboula pour que les opérations de contrôle se fassent périodiquement. « J’ai appris à lutter. Je suis habitué des antagonistes. J’ai été produit de la masse populaire », déclare le préfet. Il déplore certaines habitudes des populations qui n’incitent pas un développement. « Le problème du Béninois est que personne n’est réceptif à la sensibilisation. Il n’y a pas une décision pour laquelle, il n’y a pas de sensibilisation », affirme-t-il.
Giscard AMOUSSO

www.24haubenin.info ; L'information en temps réel

5 mai 2018 par Dg24h


Le périmètre rizicole Tchangba accessible


15 février 2019 par La Rédaction
La piste rurale "Dévé-Périmètre rizicole Tchangba", réalisée grâce à (...)
Lire la suite

Le boulevard de la Marina en réaménagement


13 février 2019 par La Rédaction
Le boulevard de la Marina long de 5,7 kilomètres sera entièrement (...)
Lire la suite

Les touristes affluent à la Pendjari


13 février 2019 par La Rédaction
Le parc de la Pendjari dans le département de l’Atacora suscite depuis (...)
Lire la suite

La Cena lève l’équivoque sur l’article 242 du code électoral


12 février 2019 par Dg24h
Au d’une séance d’échanges avec les représentants des politiques ce mardi (...)
Lire la suite

Sylvestre Amoussou reçoit un chèque symbolique


12 février 2019 par Dg24h
Le ministre de la Culture, du Tourisme et des Sports, Oswald Homeky a (...)
Lire la suite

Ulrich Togbonon menace


11 février 2019 par La Rédaction
La première session de la chambre criminelle de la Cour de Répression (...)
Lire la suite

Des responsables du service des impôts devant la BEF


4 février 2019 par Dg24h
Plusieurs responsables du services des impôts viennent d’être interpellés (...)
Lire la suite

Les populations libèrent le domaine du TF 120


3 février 2019 par La Rédaction
Les populations de Ouidah mettent désormais la main à la pâte pour (...)
Lire la suite

La centrale électrique de Natitingou mise en service


3 février 2019 par La Rédaction
Après Porto-Novo et Parakou, c’est le tour de la centrale électrique de (...)
Lire la suite

Le Directeur des Impôts explique le bien-fondédu quitus fiscal


30 janvier 2019 par La Rédaction
La première édition de la journée nationale du contribuable organisée par (...)
Lire la suite

Le Bénin passe d’un score de 39 à 40 sur 100


29 janvier 2019 par La Rédaction
Les score et rang du Bénin dans l’indice de Perception de la Corruption (...)
Lire la suite

La Cour renvoie l’audience à jeudi


29 janvier 2019 par La Rédaction
Le procès ICC-Services prorogé jusqu’au 31 janvier 2019 est à son 27ème (...)
Lire la suite

Emmanuel Tiando face aux élections législatives du 28 avril (...)


28 janvier 2019 par La Rédaction
Installée depuis Juillet 2014, la Commission électorale nationale (...)
Lire la suite

Les lois électorales en débat à la Cour constitutionnelle


25 janvier 2019 par Dg24h
La Cour constitutionnelle organise depuis, ce jeudi 24 janvier 2019, (...)
Lire la suite

La liste des journaux officiellement reconnus


25 janvier 2019 par Dg24h
Au terme des travaux de la 2ème session ordinaire de l’année 2018 de la (...)
Lire la suite

Un atelier pour valider le rapport de performance gestion (...)


23 janvier 2019 par La Rédaction
Le ministre des infrastructures et des transports, Allassane Seïdou a (...)
Lire la suite

Duel entre Akplogan et son directeur financier


22 janvier 2019 par La Rédaction
Une nouvelle semaine s’ouvre ce lundi 21 janvier 2019 dans le cadre du (...)
Lire la suite

Le gouvernement gagne le pari à Glazoué


20 janvier 2019 par La Rédaction
Le ministre de l’eau et des mines, Samou Séidou ADAMBI a procédé à la (...)
Lire la suite


ÉCOUTER FRISSONS RADIO


Derniers articles



Autres vidéos





Les plus populaires







Lettre d'information